Exigences d'étiquetage pour les matières graisses et huiles

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Table des matières

Aperçu

Cette section fournit les renseignements concernant les exigences d'étiquetage pour les matières graisses et les huiles. Certaines graisses et huiles sont conformes aux normes réglementaires du Titre 9 de la Partie B du Règlement sur les aliments et drogues. Les graisses et les huiles sont assujetties à la Loi sur les aliments et drogues (LAD), le Règlement sur les aliments et drogues (RAD), la Loi sur l'emballage et l'étiquetage des produits de consommation (LEEPC) et le Règlement sur l'emballage et l'étiquetage des produits de consommation (REEPC). De plus, la réglementation provinciale peut comprendre des exigences d'étiquetage sur les graisses et les huiles qui s'appliquent aux produits vendus dans ladite province.

Les exigences détaillées dans les sections suivantes sont propres aux graisses et aux huiles. Elles complètent les exigences de base en matière d'étiquetage ainsi que les allégations et les mentions l'Outil d'étiquetage de l'industrie qui s'appliquent à tous les aliments préemballés.

Nom usuel - Graisses et huiles

Pour les graisses et les huiles qui satisfont à une des normes réglementaires du Titre 9 du RAD, le nom apparaissant en caractère gras dans le RAD est le nom usuel approprié pour ce produit.

Lorsqu'il n'y a pas de norme précise pour une graisse ou une huile dans le RAD ou dans un autre règlement fédéral, les autres normes nationales ou internationales sont utilisées afin de déterminer un nom usuel approprié. Par exemple, s'il existe une définition précise pour une graisse ou une huile dans la norme Codex, le nom de la graisse ou de l'huile défini par le Codex (comprenant l'un de ses synonymes acceptables) serait un nom usuel acceptable pour l'aliment. Afin d'utiliser le nom défini de l'aliment du Codex, la graisse ou l'huile doit satisfaire aux exigences de composition comme énoncées dans la norme Codex.

Pour de plus amples renseignements, y compris l'emplacement, la langue et la taille des caractères, consulter la section Nom usuel.

Nom usuel dans la liste des ingrédients

Les graisses et les huiles utilisées comme ingrédient doivent être déclarées par leur nom usuel dans la liste des ingrédients ou, s'il existe une disposition, par un nom de catégorie. Consulter la section Liste des ingrédients - Graisses et huiles pour de plus amples renseignements.

Huiles végétales de source unique

Le nom usuel d'une huile végétale ne contenant qu'une huile doit figurer sur l'espace principal de l'emballage de l'huile et doit être le nom spécifique de cette huile, c.-à-d. « huile de (nom de la source) ». Par exemple, l'huile de canola à 100 % doit être désignée sur l'espace principal par le nom usuel « huile de canola ». Le terme général « huile végétale » n'est pas acceptable sauf s'il est accompagné de la mention « huile de canola ».

Pour obtenir des renseignements sur la déclaration d'huiles végétales de source unique ou de sources multiples dans la liste des ingrédients, consulter la section Huiles végétales de source unique ou de sources multiples.

Huiles végétales de source multiples

L'« huile végétale » est un nom usuel acceptable pour une huile végétale qui contient plus d'une sorte d'huile (et aucun autre type d'huile).

Pour obtenir des renseignements sur la déclaration d'huiles végétales de source unique ou de sources multiples dans la liste des ingrédients, consulter la section Huiles végétales de source unique ou de sources multiples.

Huiles modifiées ou hydrogénées

Lorsqu'une huile a été modifiée ou hydrogénée, le nom usuel sur l'espace principal d'affichage et dans la liste des ingrédients doit comprendre le mot « modifiée » ou « hydrogénée », le cas échéant, p. ex., « huile de canola hydrogénée », « huile de palmiste hydrogénée », entre autres.

Lorsque deux végétaux ou plus sont présents, et lorsqu'un végétal ou plus a été modifié ou hydrogéné, le nom usuel sur l'espace principal d'affichage et dans la liste des ingrédients doit comprendre le mot « modifiée » ou « hydrogénée », le cas échéant, p. ex., « huile végétale modifiée », « huile végétale hydrogénée », « huile de palmiste modifiée », entre autres. [B.01.010(3)a), articles 13 et 14, RAD]

Mélanges d'huiles modifiées

Le nom « huile végétale modifiée » peut figurer sur l'espace principal de l'emballage de mélanges d'huiles végétales ordinaires et modifiées. On peut aussi utiliser un nom usuel combinant les différents ingrédients du produit. Par exemple, un mélange contenant 95 % d'huile de canola et 5 % d'huile de tournesol modifiée pourrait s'appeler « huile végétale modifiée » ou « huile de canola et huile de tournesol modifiée ».

Graisses interestérifiées

Puisque l'interestrification ne consiste pas en l'hydrogénation ou en la modification, le RAD n'oblige pas expressément que « interestérification » soit déclaré dans le nom usuel du produit. Toutefois, l'ACIA encourage l'utilisation du nom usuel « interestérifiée (pour nommer l'huile végétale) », à moins que l'aliment final satisfasse aux normes de shortening [B.09.011, RAD]; dans ce cas, le nom usuel doit être shortening.

Huiles avec des profils nutritionnels modifiés

Certaines huiles ont été développées avec des profils nutritionnels qui diffèrent de l'huile traditionnelle faite à partir de la même source végétale. Dans la plupart des cas, ces aliments sont assujettis au processus d'évaluation des aliments nouveaux de Santé Canada. Consulter Aliments génétiquement modifiés et autres aliments nouveaux pour de plus amples renseignements.

Les noms usuels doivent précisément refléter la nature de l'aliment. Par conséquent, un nom usuel acceptable pour une huile avec un profil nutritionnel modifié comprend les suivants :

  • la source végétale de l'huile;
  • la différence nutritionnelle avec l'huile traditionnelle.

Exemples : huile de graines de tournesol à teneur élevée en acide oléique; huile de soja à faible teneur en acides linoléniques.

Les caractéristiques pour les huiles sont décrites dans différentes normes, comme le Règlement sur les aliments et drogues et la norme Codex pour les huiles végétales portant un nom spécifique - PDF (509 ko). Ces caractéristiques peuvent être utilisées pour déterminer si le profil nutritionnel d'une huile modifiée dépasse la gamme d'huile traditionnelle provenant de la même source végétale.

Lorsqu'il y a une différence nutritionnelle par rapport à l'huile traditionnelle, cela doit se refléter dans le nom usuel. Les représentations dans le nom usuel caractérisant la quantité d'un acide gras dans l'huile végétale sont généralement permises - par exemple « Huile (nom de la source) à teneur élevée en acide oléique » [B.01.502(2)i), RAD]. Il peut y avoir plus d'une manière pour décrire la différence nutritionnelle dans le nom usuel, comme lorsque le contenu de plus d'un acide gras a changé (p. ex., un acide gras est augmenté et un autre diminué). Prendre note que dans certains cas, comme pour l'huile de graines de tournesol à teneur élevée en acide oléique, une norme Codex existe également pour l'huile modifiée.

Ce type de nom usuel (p. ex., « huile [nom de la source] à teneur élevée en acide oléique ») entraînerait une déclaration de la quantité d'acide gras en gramme par portion déclarée à l'extérieur du tableau de la valeur nutritive [B.01.301(1), RAD]. Consulter la section Huile à teneur modifiée en acide gras pour obtenir des renseignements à propos des exigences d'étiquetage nutritionnel lorsqu'une représentation dans le nom usuel caractérise la quantité d'acide gras.

Noms usuels propres au produit

Huile provenant de Brassica juncea, de qualité comparable à celle du canola

Le nom usuel « huile de canola » est acceptable sur l'étiquette de l'huile produite à partir de Brassica juncea à faible teneur en acide érucique.

[Remarque : il existe d'autres types de Brassica juncea qui sont considérées comme plants de moutarde et source d'huile de moutarde].

La norme Codex pour les huiles végétales portant un nom spécifique - PDF (509 ko) a reconnu la variété Brassica juncea comme une source d'huile de colza à faible teneur en acide érucique dans la « Norme pour les huiles végétales portant un nom spécifique », comme suit :

2.1.13 - Huile de colza à faible teneur en acide érucique - (huile de navette à faible teneur en acide érucique; huile de canola); est produite à partir des graines oléagineuses à faible teneur en acide érucique de variétés dérivées de Brassica napus L., Brassica rapa L. et de Brassica juncea  L.

Puisqu'il n'existe aucun nom prescrit pour l'huile de cette plante dans le Règlement sur les aliments et drogues ou dans toute autre loi fédérale, les noms prescrits dans la norme Codex seraient acceptables.

Cette approche est conforme au Programme des semences de l'ACIA, qui reconnaît le nom « Brassica juncea, de qualité du canola » pour cette plante et l'inscrit sous « canola » dans la liste des variétés inscrites au Canada dans leur site Web. Cette approche est aussi conforme à la Section des aliments de l'ACIA concernant la farine provenant de Brassica juncea.

Ce produit a subi une évaluation d'aliment nouveau par Santé Canada.

Huile d'olive extra vierge aromatisée

L'huile d'olive extra vierge aromatisée pourrait être décrite en utilisant les principes de Modification des noms usuels pour aliments normalisés si la saveur est ajoutée en tant qu'ingrédient et n'est pas utilisée dans sa fabrication. Si elle est utilisée dans la production d'huile d'olive extra vierge, l'huile serait frelatée et ne satisferait pas à la norme.

Les noms usuels modifiés acceptables pour l'huile d'olive extra vierge comprennent les suivants :

  • huile d'olive extra vierge à saveur de [nom de saveur/d'assaisonnement/d'ingrédient];
  • huile d'olive extra vierge avec [nom de saveur/d'assaisonnement/d'ingrédient];
  • huile d'olive extra vierge à [nom de saveur/d'assaisonnement/d'ingrédient].

Les noms usuels énumérés ci-dessus sont acceptables parce qu'ils sont modifiés avec l'ingrédient traditionnel et il est clair qu'il ne s'agit pas seulement d'huile d'olive extra vierge.

Huile de graines de tournesol à teneur élevée en acide oléique

Le nom usuel « huile de tournesol à teneur élevée en acide oléique » est acceptable pour une huile qui satisfait à la norme pour ce produit dans la norme Codex pour les huiles végétales portant un nom spécifique - PDF (509 ko).

Consulter les sections Huile à teneur modifiée en acide gras et Huiles avec des profils nutritionnels modifiés pour de plus amples renseignements à propos des exigences d'étiquetage lorsqu'une représentation dans le nom usuel caractérise la quantité d'un acide gras.

Shortening liquide

Le nom usuel « shortening liquide » est un nom usuel acceptable pour les produits qui sont utilisés comme shortening, mais qui sont de forme liquide plutôt que de forme semi-liquide telle que décrite dans la norme pour le shortening.

Triglycérides à chaîne moyenne

Les triglycérides à chaîne moyenne peuvent être employés comme aliment et comme ingrédients à ajouter à des aliments. Lorsqu'ils sont vendus comme aliment, leur nom usuel acceptable est « triglycérides à chaîne moyenne ». L'abréviation « TCM » n'est pas acceptable. Il est aussi recommandé d'inscrire sur l'étiquette la provenance des triglycérides à chaîne moyenne, de préférence sur l'espace principal, afin de prévenir les personnes allergiques ou sensibles à certains aliments, p. ex., « huile de noix de coco modifiée ».

Huile de tournesol à teneur moyenne en acide oléique

Le nom usuel « huile de tournesol à teneur moyenne en acide oléique » est acceptable pour une huile qui satisfait à la norme pour ce produit dans la norme Codex pour les huiles végétales portant un nom spécifique - PDF (509 ko).

Pour d'autres renseignements sur l'huile de tournesol à teneur moyenne en acide oléique qui a subi une évaluation des aliments nouveaux de Santé Canada, consulter la page de Santé Canada sur les produits approuvés.

Consulter les sections Huile à teneur modifiée en acide gras et Huiles avec des profils nutritionnels modifiés pour obtenir d'autres renseignements à propos des exigences d'étiquetage lorsqu'une représentation dans le nom usuel caractérise la quantité d'un acide gras.

Huile de grignons ou de résidus d'olive

On peut désigner l'huile extraite de résidus d'olive par les noms usuels « huile de grignons d'olive » et « huile de résidus d'olive » (en anglais, « Olive Pomace Oil » et « Olive Residual Oil », respectivement). Cette prescription est fondée sur les usages sanctionnés par certains gouvernements étrangers et par la commission du Codex alimentarius. Le terme « Huile de Sansa - Sansa Oil » n'est pas acceptable.

Oléine de palme, stéarine de palme et superoléine de palme

L'oléine de palme, la stéarine de palme et la superoléine de palme sont produites à partir du fractionnement de l'huile de palme. Lorsque ces huiles sont vendues séparément comme aliment, l'oléine de palme, la stéarine de palme et la superoléine de palme sont les noms usuels désignés pour ces huiles végétales avec une composition modifiée en acides gras (consulter la norme Codex pour les huiles végétales portant un nom spécifique - PDF (509 ko)). Toutes les autres fractions de l'huile de palme doivent être appelées « huile de palme modifiée » lorsqu'elles sont vendues en tant qu'aliment.

Huile de diacylglycérol végétale

L'huile de diacylglycéride végétale (huile DAG) est une huile végétale qui a été formulée pour contenir plus de 80 % de diglycérides. Le nom usuel d'une huile de diacylglycérol végétale devrait être « huile de diacylglycérol végétale » ou « huile de diacylglycérol (nom de la source) ».

Pour d'autres renseignements sur l'huile de diacylglycerol qui a subi une évaluation des aliments nouveaux de Santé Canada, consulter la page de Santé Canada sur les produits approuvés.

Liste des ingrédients - Graisses et huiles

Les mêmes exigences et exemptions relatives à la liste des ingrédients qui s'appliquent à tous les aliments s'appliquent aussi aux graisses et aux huiles. Pour plus d'information, consulter la page Liste d'ingrédients.

Certaines graisses et huiles, lorsqu'elles sont déclarées dans la liste des ingrédients, doivent utiliser les noms usuels obligatoires précis. Consulter la section Noms usuels obligatoires d'ingrédients et de constituants de la page Liste des ingrédients pour de plus amples renseignements.

D'autres graisses et huiles, lorsqu'elles sont déclarées dans la liste des ingrédients, peuvent être inscrites de manière facultative en utilisant les noms collectifs ou de catégorie. Consulter la section Noms de catégorie ou noms collectifs d'ingrédients et de constituants de la Liste des ingrédients pour de plus amples renseignements.

Un certain nombre de produits de graisses et d'huiles, lorsqu'ils sont utilisés comme ingrédients dans les aliments, ne sont pas obligés de déclarer les constituants dans la liste des ingrédients. Ces produits comprennent la margarine, le shortening, le saindoux et, dans certaines situations, les huiles normalisées. Consulter la section Ingrédients dont les constituants n'ont généralement pas à être déclarés de la Liste des ingrédients.

Huiles végétales de source unique ou multiple

En général, lorsqu'une source unique « d'huile de (nom de la source) » est utilisée en tant qu'ingrédient dans un autre aliment, elle peut être inscrite dans la liste des ingrédients soit par nom précis, p. ex., « huile de canola », ou comme « huile végétale ».

Également, lorsque l'huile végétale contenant plus d'une sorte d'huile végétale est utilisée en tant qu'ingrédient dans un autre aliment, elle peut être inscrite dans la liste des ingrédients en tant qu'« huile végétale ».

Toutefois, il y a deux exceptions aux noms usuels de la liste des ingrédients mentionnés ci-dessus :

  • si l'huile est un ingrédient d'une huile de cuisson, d'une huile à salade ou d'une huile de table, elle doit être nommée de manière précise dans la liste des ingrédients, p. ex., « huile de canola » et le terme général « huile végétale » n'est pas acceptable [B.09.010, RAD];
  • si l'huile végétale est de l'huile de noix de coco, de l'huile de palme, de l'huile de palmiste, de l'huile d'arachides ou du beurre de cacao, elle doit être nommée de manière précise dans la liste des ingrédients, et le terme général « huile végétale » n'est pas acceptable [B.01.010(3)b) article 1, RAD].

Déclaration de l'huile végétale régulière et hydrogénée

L'huile végétale hydrogénée doit être déclarée comme « huile végétale » et « hydrogénée » ou « (nom de l'huile végétale) hydrogénée » dans la liste des ingrédients [B.01.010(3)a), RAD]. Afin de satisfaire au règlement servant à informer les consommateurs que l'huile peut avoir été hydrogénée à l'intérieur d'une période de 12 mois [B.01.011(1), RAD], lorsqu'ils utilisent soit une huile végétale soit une huile végétale hydrogénée, les déclarations suivantes sont acceptables dans la liste des ingrédients :

  • « (Nom de l'huile végétale) (peut avoir été hydrogénée) » / « (Nom de l'huile végétale) (may have been hydrogenated) »;
  • « (Nom de l'huile végétale) (peut être hydrogénée) » / « (Nom de l'huile végétale) (may be hydrogenated) ».

Remarque : Conformément à l'article B.01.011(1) du RAD, les ingrédients doivent être inscrits en ordre décroissant des proportions respectives de poids dans lesquelles ils apparaîtront au cours de la période de 12 mois à venir. S'il est plus probable que « l'huile de canola hydrogénée » soit présente dans le produit, les déclarations précédentes ne seraient pas acceptables. Plutôt, une déclaration comme « huile de canola hydrogénée ou huile de canola » devrait être utilisée.

Mélanges d'huiles modifiées en tant qu'ingrédient

Lorsque le nom usuel « huile végétale modifiée » est utilisé, une liste des ingrédients énumérant chaque huile est également requise.

Lorsqu'un nom usuel comprenant toutes les huiles dans un mélange est utilisé, comme « huile de canola et huile de tournesol modifiée », on considère qu'il satisfait aux exigences du nom usuel et de la liste des ingrédients. Cela signifie qu'une liste des ingrédients séparée n'est pas requise, à condition qu'il n'y ait pas d'autres ingrédients que les huiles mentionnées.

Triglycérides à chaîne moyenne

Lorsque les triglycérides à chaîne moyenne sont un ingrédient ajouté à des aliments, ils doivent être désignés dans la liste d'ingrédients par un nom usuel qui précise leur provenance, p. ex., « huile de coco modifiée » lorsqu'ils proviennent d'huile de coco fractionnée. Pour connaître les autres noms prescrits, consulter l'alinéa B.01.010(3)a) du Règlement sur les aliments et drogues, sous les articles 13, 17, 18 et 19. Il est recommandé d'imprimer les mots « triglycérides à chaîne moyenne » entre parenthèses après l'ingrédient pour identifier le produit de la modification, p. ex., « huile de coco modifiée (triglycérides à chaîne moyenne) ».

Shortening en tant qu'ingrédient

Un shortening à base d'huile végétale ou d'huile végétale partiellement hydrogénée doit être désigné dans la liste d'ingrédients d'un aliment par l'expression « shortening d'huile végétale » (sauf s'il contient une graisse ou une huile qu'il faut mentionner expressément, p. ex., huile de noix de coco, huile de palme, huile de palmiste, beurre de cacao, huile d'arachide). Un shortening à base de saindoux doit être appelé « shortening de saindoux ».

Il n'est pas nécessaire de préciser dans la liste d'ingrédients si le shortening est « hydrogéné » ou « partiellement hydrogéné ».

Shortening desséché par pulvérisation en tant qu'ingrédient

Le shortening desséché par pulvérisation est un aliment non normalisé qui n'est pas désigné comme un shortening d'huile végétale, mais comme une « préparation de shortening desséché par pulvérisation » dans la liste des ingrédients. Tous les constituants doivent être inscrits.

Utilisation d'adjectifs et de phrases descriptives pour décrire la teneur nutritive

Il n'est généralement pas acceptable d'utiliser des adjectifs et des phrases descriptives qui décrivent ou qui sous-entendent des caractéristiques de la teneur nutritive d'un ingrédient dans la liste des ingrédients, p. ex., « huile végétale non hydrogénée ». On considère que « Non hydrogénée » est une allégation implicite de « exempt d'acide gras trans ». Pour de plus amples renseignements, consulter la page Allégations implicites relatives à la teneur nutritive.

Consulter la section Renseignements supplémentaires dans la Liste des ingrédients pour obtenir d'autres détails.

Étiquetage nutritionnel - Graisses et huiles

Huile à teneur modifiée en acide gras

Certaines huiles incluent une référence à la teneur en acides gras dans le nom usuel, comme « huile (nom de la source) à teneur élevée en acide oléique ».

Le paragraphe B.01.402(4) du RAD stipule que : « Lorsqu'une déclaration expresse ou implicite incluant des renseignements visés à la colonne 1 du tableau du présent article est faite sur l'étiquette du produit préemballé ou encore dans l'annonce d'un tel produit faite par le fabricant du produit ou sous ses ordres, ces renseignements sont aussi mentionnés dans le tableau de la valeur nutritive. »

Il est important de porter une attention particulière à la formulation de l'article dans la colonne 1 au moment de déterminer si les renseignements supplémentaires se rattachent au Tableau de la valeur nutritive (TVN) au paragraphe B.01.402(4) du RAD. Par exemple, l'article 8 du tableau suivant l'article B.01.402 fait mention de « la teneur en acides gras monoinsaturés » dans la colonne 1. Le terme « élevée » dans l'expression « huile (nom de la source) à teneur élevée en acide oléique » suppose  une teneur. De plus, les renseignements de la liste des ingrédients sont considérés comme une « représentation ».

Par conséquent, lorsque « l'huile (nom de la source) à teneur élevée en acide oléique » est représentée sur l'étiquette, y compris dans la liste des ingrédients, les exigences sont les suivantes :

  • La Teneur en acides gras monoinsaturés est exigée comme renseignement supplémentaire dans le TVN conformément au paragraphe B.01.402(4), puisque la teneur élevée en acide oléique est une représentation implicite de la teneur en acides gras monoinsaturés.
  • Déclarer la teneur en acides gras monoinsaturés puis déclarer les polyinsaturés oméga-3 et oméga-6 dans le TVN conformément au paragraphe B.01.402(3).

Remarque : Si un produit est exempté de porter un TVN conformément au paragraphe B.01.401(2) du RAD, cette exemption demeurerait telle quelle conformément au sous-alinéa [B.01.401(3)e)(i)] si l'étiquette ne comporte aucune autre référence à la teneur en acides gras que dans la liste des ingrédients.

Pour de plus amples renseignements sur le nom usuel de ces huiles, consulter la section Huiles avec des profils nutritionnels modifiés.

Allégations et mentions volontaires

Allégations de composition

Désignation « Extra vierge »

À l'heure actuelle, il n'existe pas de définition pour « Extra vierge » qui s'applique aux huiles végétales autres que l'huile d'olive. Des caractéristiques de qualité pour l'huile d'olive « extra vierge » existent dans les normes commerciales pour l'huile d'olive établies par le Conseil oléicole international et par la U.S. Department of Agriculture (en anglais seulement). Ces normes exigent, entre autres, que l'huile d'olive extra vierge soit pressée à froid, ne contienne pas d'huile d'olive raffinée, et soit de qualité supérieure quant à la composition chimique et aux caractéristiques sensorielles.

La norme Codex pour les gras et les huiles comestibles - PDF (239 ko) n'a pas de définition pour les huiles « extra vierges », elle a seulement des normes pour les huiles « vierges » et « pressées à froid ». Par conséquent, les huiles végétales autres que l'huile d'olive peuvent utiliser le terme « vierge » ou « pressée à froid » si elles satisfont au critère pour ces désignations de qualité.

Puisqu'il n'existe pas de normes reconnues internationalement définissant « extra vierge » pour les autres huiles végétales, l'utilisation de ce terme est acceptable seulement pour l'huile d'olive.

Allégations sur la teneur en huiles des margarines

La mention « contient (indication du pourcentage) (indication de l'huile) » dans les annonces de margarine doit toujours être fondée sur le pourcentage d'huile par rapport au poids total du produit. Si l'on mentionne l'origine d'une huile, l'origine de toutes les huiles qui entrent dans la fabrication de la margarine doit être mentionnée. À titre d'exemple, si la margarine est fabriquée à partir d'un mélange d'huile de maïs, d'huile de coton et d'huile de soja, il serait trompeur de mentionner uniquement, dans la publicité, sa teneur en huile de maïs. Par contre, on peut très bien désigner ce mélange comme des « huiles végétales ».

Utilisation du terme « hydrogénée » dans les allégations

On considérerait trompeur pour un produit d'alléguer qu'il est, par exemple, « éclaté dans l'huile de maïs à 100 % », s'il est en fait éclaté dans l'huile de maïs hydrogéné. L'allégation doit adéquatement mentionner l'huile utilisée et l'on devrait plutôt lire « éclaté dans l'huile de maïs hydrogéné à 100 % ».

Allégations santé

Symboles santé

On retrouve souvent des symboles en forme de cœur sur les étiquettes des produits de graisses ou d'huiles. Consulter la section Symboles en forme de cœur et allégations relatives à la santé cardiovasculaire pour de plus amples renseignements.

Allégations « Gras insaturés et diminution du cholestérol sanguin »

La liste des huiles végétales contenant plus de 80 % de gras insaturés énumère les huiles qui peuvent être utilisées afin de déposer une allégation « Gras insaturés et diminution du cholestérol sanguin » retrouvée dans le site Web de Santé Canada. Prendre note que cette liste n'est pas exhaustive et peut être mise à jour.

Les huiles végétales contenant plus de 80 % de gras insaturés selon la version 2010 du Fichier canadien sur les éléments nutritifs (accédé le 16 janvier 2012) sont les suivantes :

  • Huile d'amande
  • Huile de noyau d'abricot
  • Huile d'avocat
  • Huile de canola
  • Huile de maïs
  • Huile de lin
  • Huile de noisette
  • Huile de pépins de raisins
  • Huile de pavot
  • Huile de carthame à teneur linoléique (70 % et plus)
  • Huile de carthame à teneur oléique (70 % et plus)
  • Huile de sésame
  • Huile de soja
  • Huile de tournesol à teneur linoléique (moins de 60 %)
  • Huile de tournesol à teneur linoléique (60 % et plus)
  • Huile de tournesol à teneur oléique (70 % et plus)
  • Huile de noix de Grenoble

Les produits alimentaires contenant une des huiles susmentionnées ou plus comme seule source de gras pour le produit se qualifieraient comme contenant plus de 80 % de gras insaturés.

Remarque : Même si l'huile d'olive devrait contenir plus de 80 % de gras dans la forme de gras insaturés dans la plupart des cas, elle n'a pas été incluse dans cette liste parce que, selon la norme Codex pour les huiles végétales portant un nom spécifique - PDF (509 ko), certaines huiles d'olive peuvent contenir plus de 20 % de gras saturés. Si une compagnie utilise l'allégation sur un produit, elle doit être en mesure de fournir suffisamment de preuves sur demande afin de démontrer que l'huile d'olive utilisée satisfait au minimum de 80 % de gras dans la forme de gras insaturés.

Renseignements additionnels

Lettres d'information

Date de modification :