Outil interactif – Comprendre l'étiquette d'un aliment

Venez voir notre explication détaillée d'outil interactif – Comprendre l'étiquette d'un aliment

Comprendre l'étiquette des aliments

Femme lisant les renseignements fournis à l'arrière d'une boîte de céréales à l'avoine.

L'étiquette des aliments est l'un des outils les plus importants que les consommateurs canadiens peuvent utiliser pour faire des choix éclairés sur les aliments sains et sûrs. Des exigences et des règlements fédéraux concernant les étiquettes des aliments visent à ce que les consommateurs disposent de renseignements fiables et exacts. Les entreprises qui produisent et vendent des produits alimentaires doivent faire en sorte que leurs étiquettes répondent à ces exigences. Certaines exigences en matière d'étiquetage s'appliquent à presque tous les produits alimentaires. Par exemple, la liste d'ingrédients doit figurer sur la majorité des produits alimentaires. D'autres exigences en matière d'étiquetage s'appliquent seulement si les entreprises décident de faire certaines allégations. Par exemple, les produits qui comprennent des allégations santé doivent satisfaire à des normes strictes. Toutefois, peu importe le type de renseignements figurant sur l'étiquette des aliments, les étiquettes doivent être véridiques et non trompeuses pour les consommateurs.

Comment lire l'étiquette des aliments

Les étiquettes des aliments d'aujourd'hui contiennent beaucoup de renseignements, ce qui peut être source de confusion. Parfois, les entreprises se servent des étiquettes pour distinguer leurs produits au moyen d'allégations et de photos, mais celles-ci peuvent détourner l'attention des consommateurs d'autres renseignements pertinents figurant sur l'étiquette. Lorsque vous prenez une décision sur un produit alimentaire, la première chose à faire est de comprendre ce que contient le produit en question; c'est pourquoi les renseignements superflus doivent être supprimés. Certains éléments des étiquettes sont obligatoires sur la plupart des produits alimentaires préemballés et doivent suivre des règles particulières. Certains des principaux éléments des étiquettes sont le tableau de la valeur nutritive, la liste d'ingrédients, les mentions d'allergènes (surtout si vous avez ou si quelqu'un de votre entourage a des allergies alimentaires) et la datation (date « meilleur avant »).

Tableau de la valeur nutritive

Un contenant de 500 grammes de yogourt grec à l'avant-plan avec un carton de jus d'orange et une boîte de céréales à l'avoine à gauche en arrière-plan. À droite, gros plan sur le tableau de la valeur nutritive qui figure sur l'étiquette du yogourt grec.

Le tableau de la valeur nutritive est obligatoire sur la plupart des produits alimentaires emballés à quelques exceptions près, comme la viande, la volaille et les fruits de mer crus non hachés, les boissons alcoolisées et certains produits qui contiennent très peu de nutriments, y compris le café et les épices.

Le tableau de la valeur nutritive fournit des renseignements sur la portion déterminée, les Calories et les 13 principaux éléments nutritifs, comme les lipides, le sodium et le sucre.

Il fournit aussi le pourcentage de la valeur quotidienne (% VQ), ce qui vous aide à déterminer si le produit alimentaire contient une petite ou une grande quantité d'un nutriment en particulier. En général, 5 % ou moins est considéré comme une petite quantité et 15 % ou plus est considéré comme une grande quantité. Lorsque vous comparez deux produits, vous pouvez vérifier le %VQ pour voir quel produit contient le plus ou le moins d'un élément nutritif en particulier.

Le % VQ des éléments nutritifs est basé sur les apports recommandés les plus élevés pour les personnes âgées de deux ans et plus (excluant les femmes enceintes), établis par Santé Canada.

Vous pouvez utiliser ces renseignements pour déterminer la valeur nutritive d'un aliment et le comparer à d'autres produits afin de faire des choix alimentaires sains.

Où trouver ces renseignements?

Le tableau de la valeur nutritive doit être affiché sur une surface exposée où les renseignements peuvent être vus et lus facilement par les consommateurs. En raison des exigences strictes relatives à la taille du tableau de la valeur nutritive, il se trouve habituellement sur l'arrière ou le côté d'un produit alimentaire.

Le tableau de la valeur nutritive doit être en anglais et en français.

Quelles règles doit-il suivre?

Le tableau de la valeur nutritive doit répertorier les 13 principaux éléments nutritifs : lipides, gras saturés, gras trans, cholestérol, sodium, glucides, fibres, sucre, protéines, vitamine A, vitamine C, calcium et fer. Une version simplifiée du tableau de la valeur nutritive peut être utilisée si le produit ne contient pas certains éléments nutritifs.

Le pourcentage de la valeur quotidienne (% VQ) est requis pour tous les éléments nutritifs, à l'exception du cholestérol, des sucres et des protéines. Les protéines n'ont pas de % VQ puisque la plupart des Canadiens en consomment suffisamment dans leur régime alimentaire. Les sucres et le cholestérol n'ont pas de % VQ puisqu' il n'y a pas de quantité recommandée pour une population en santé.

Les entreprises peuvent aussi fournir volontairement des renseignements sur d'autres éléments nutritifs, comme l'acide folique, le potassium, la riboflavine et d'autres vitamines et minéraux.

Liste d'ingrédients

Un contenant de 500 grammes de yogourt grec à l'avant-plan avec un carton de jus d'orange et une boîte de céréales à l'avoine à gauche en arrière-plan. À droite, gros plan sur la liste d'ingrédients qui figure sur l'étiquette du yogourt grec.

Quels renseignements vous faut-il?

La liste d'ingrédients est requise sur la plupart des produits alimentaires emballés qui contiennent plus d'un ingrédient. La liste d'ingrédients répertorie tous les ingrédients contenus dans les produits alimentaires emballés, y compris leurs composants (les ingrédients des ingrédients). Les ingrédients sont indiqués en ordre de poids, l'ingrédient principal figurant en premier.

Toutefois, il faut noter que deux produits ayant des listes d'ingrédients identiques n'ont pas nécessairement la même valeur nutritionnelle. Par exemple, deux barres tendres pourraient avoir la même liste d'ingrédients, mais l'une des barres tendres pourrait contenir le double de la teneur en sucre ou la moitié de la teneur en fibres. Pour faire une comparaison, les consommateurs peuvent consulter le tableau de la valeur nutritive.

Vous pouvez utiliser ces renseignements pour connaître les ingrédients dont se composent principalement vos produits alimentaires. Si vous essayez d'acheter ou d'éviter certains ingrédients, c'est cette liste que vous devez consulter.

Où trouver ces renseignements?

La liste d'ingrédients peut être affichée n'importe où sur l'emballage, sauf sur le dessous, et doit être en anglais et en français.

La liste d'ingrédients se trouve généralement près du tableau de la valeur nutritive, ce qui facilite la comparaison des ingrédients et de l'information nutritionnelle.

Quelles règles doit-elle suivre?

Pour aider les consommateurs à faire des choix alimentaires sains et sûrs, les ingrédients et leurs composants (les ingrédients des ingrédients) doivent être déclarés par leurs noms usuels dans la liste d'ingrédients figurant sur l'étiquette des aliments. Les constituants des ingrédients sont généralement indiqués entre parenthèses après l'ingrédient. Par exemple, une miche de pain pourrait avoir la liste d'ingrédients suivante : Farine enrichie (blé, farine, niacine, riboflavine, acide folique).

Les noms usuels sont les noms de l'ingrédient prescrits par règlement ou généralement utilisés par les consommateurs. Par exemple, pour aider les consommateurs à identifier les produits qui contiennent des huiles ou graisses partiellement hydrogénées (une source de gras trans), le mot « hydrogéné » doit être utilisé (p. ex. huile de soya hydrogénée ou huile végétale hydrogénée).

Déclaration des allergènes et des sources de gluten

contenant de 500 grammes de yogourt grec à l'avant-plan avec un carton de jus d'orange et une boîte de céréales à l'avoine à gauche en arrière-plan. À droite, gros plan sur la déclaration d'allergènes qui figure sur l'étiquette du yogourt grec.

Quels renseignements vous faut-il?

Si vous ou un membre de votre famille avez une allergie alimentaire, vous devez vérifier les allergènes alimentaires sur l'étiquette des produits. Les entreprises changent parfois les ingrédients, et il faut donc vérifier les étiquette des produits à chaque fois qu'ils sont achetés.

Santé Canada a établi que 10 allergènes alimentaires prioritaires sont attribuables à la majorité des allergies alimentaires, c'est à-dire : les arachides, les œufs, le soya, les graines de sésame, le lait, les fruits de mer, les noix, les sulfites, le blé et la moutarde.

Lorsque des produits alimentaires emballés contiennent des sources d'allergènes alimentaires prioritaires et de gluten, ces allergènes doivent être déclarés sur l'étiquette dans la liste d'ingrédients et /ou dans une déclaration qui commence par « Contient ». Par exemple, un produit contenant des arachides comprendrait le mot « arachides » dans la liste d'ingrédients, ou la mention « Contient des arachides », ou les deux.

Si vous ou une de vos connaissances avez une allergie qui ne figure pas dans la liste des allergènes prioritaires, vous devez lire attentivement la liste d'ingrédients et communiquer avec l'entreprise si vous n'êtes pas sûr que le produit contient un certain ingrédient.

Vous pouvez utiliser ces renseignements pour éviter certains allergènes alimentaires ou si vous avez des intolérances provoquées par des produits alimentaires.

Où trouver ces renseignements?

Les renseignements sur les allergènes contenus dans un produit alimentaire doivent être indiqués dans la liste d'ingrédients ou immédiatement après dans la mention « Contient ». Cette mention est parfois en caractères gras pour aider les consommateurs à repérer les allergènes.

La liste d'ingrédients et la mention « Contient » peuvent être affichées n'importe où sur l'emballage, sauf sur le dessous, et doivent être en anglais et en français.

Quelles règles doit-elle suivre?

Les allergènes alimentaires ou les sources de gluten doivent être déclarés en termes courants, comme « lait » et « blé ». Par exemple, s'il y a de la farine dans le produit alimentaire, l'entreprise devrait indiquer le mot « blé » entre parenthèses, ou inclure la mention « Contient du blé ».

Les entreprises peuvent aussi mettre une mise en garde s'il est possible qu'un allergène alimentaire se trouve dans un produit alimentaire par contamination croisée. À cette fin, elles peuvent utiliser la mention « peut contenir ». Par exemple, un produit qui pourrait avoir subi une contamination croisée avec des arachides pourrait utiliser la mention « Peut contenir des arachides ».

Datation

Un carton de jus d'orange de 1,25 litre à l'avant-plan avec une boîte de céréales à l'avoine et un contenant de yogourt grec à gauche en arrière-plan. À droite, gros plan sur la date Meilleur avant qui figure sur l'étiquette du jus d'orange.

Quels renseignements vous faut-il?

Deux types de dates peuvent être indiqués sur l'étiquette des aliments : les dates limites d'utilisation et les dates « meilleur avant ».

Une date limite d'utilisation est obligatoire sur certains produits alimentaires, y compris les préparations pour régimes liquides, les substituts de repas, les suppléments nutritifs et les suppléments de lait maternel (préparations pour nourrissons). Ces produits alimentaires ne devraient pas être consommés si la date limite d'utilisation est échue.

La date « meilleur avant » indique la durée prévue pendant laquelle un produit alimentaire non ouvert, s'il est entreposé adéquatement, conservera sa fraîcheur, son goût, sa valeur nutritive ou toute autre caractéristique déclarée par l'entreprise. La date « meilleur avant » ne garantit pas la salubrité du produit. La date « meilleur avant » ne s'applique pas après l'ouverture d'un produit, car les produits alimentaires qui sont ouverts pourraient se gâter bien avant la date « meilleur avant ».

La date « meilleur avant » doit figurer sur les produits alimentaires emballés ayant une durée de conservation de 90 jours ou moins, comme le lait, le yogourt ou le pain. Toutefois, les entreprises peuvent déclarer volontairement la date « meilleur avant » sur les produits qui resteront frais pendant une période de plus de 90 jours.

Vous pouvez utiliser ces renseignements pour déterminer la durée de conservation de vos produits alimentaires non ouverts et la salubrité de certains produits.

Où trouver ces renseignements?

La date « meilleur avant » et la date limite d'utilisation peuvent figurer n'importe où sur l'emballage. Si la date est affichée sur le dessous de l'emballage, son emplacement doit être précisé aussi ailleurs sur l'étiquette.

Les dates « meilleur avant » doivent être indiquées à l'aide des mots « meilleur avant » et « best before » regroupés avec la date.

Quelles règles doivent-elles suivre?

Il n'existe pas de modèle standard pour les dates limites d'utilisation; toutefois, le terme « Exp » est souvent utilisé.

Le modèle pour la date « meilleur avant » est l'année (optionnelle sauf si cette information est nécessaire pour clarifier), suivie du mois, puis du jour.

Par exemple, un produit dont la date de péremption est le 22 août 2014 afficherait ce qui suit : Best Before 14 AU 22 Meilleur Avant.

Si des conditions d'entreposage particulières s'appliquent pour que le produit non ouvert soit conservé jusqu'à la date « meilleur avant », les directives d'entreposage devraient être indiquées. Par exemple, les directives « garder au réfrigérateur » doivent figurer sur certains produits alimentaires, comme les produits de viande prêts-à-manger.

Les aliments emballés dans un magasin au détail peuvent indiquer la date « meilleur avant » d'un produit en indiquant la date d'emballage du produit alimentaire, ainsi que le nombre de jours suivant la date d'emballage pendant lesquels le produit conservera sa fraîcheur.

Allégations relatives au pays d'origine – D'où provient le produit?

Une boîte de céréales à l'avoine à l'avant-plan avec un contenant de yogourt grec et un carton de jus d'orange à gauche en arrière-plan. À droite, gros plan sur l'allégation concernant le pays d'origine qui figure sur l'étiquette de la boîte de céréales.

Quelles allégations pourriez-vous lire sur les étiquettes?

Bien qu'il soit obligatoire d'indiquer le nom et l'adresse de l'entreprise responsable sur l'étiquette du produit alimentaire, des allégations concernant l'origine de l'aliment peuvent aussi figurer sur l'étiquette.

Il est obligatoire de mentionner le pays d'origine sur certains produits emballés qui sont importés, comme les produits laitiers, les poissons et les fruits de mer, ainsi que les fruits et légumes frais.

Généralement, cela signifie que les mots « Produit de [Nom du pays] » doivent figurer sur l'étiquette.

L'entreprise pourrait aussi choisir de faire des allégations volontaires sur l'origine d'un aliment ou d'un ingrédient contenu dans l'aliment.

Par exemple, une entreprise pourrait choisir d'indiquer l'allégation « Produit d'Angleterre » sur l'étiquette de biscuits emballés fabriqués en Angleterre et importés au Canada. Dans le même ordre d'idées, l'étiquette pour une tarte aux bleuets qui est faite à partir de bleuets canadiens pourrait indiquer « faite avec des bleuets 100 % canadiens. »

Si l'entreprise utilise les allégations « Produit du Canada » ou « Fait au Canada », certaines directives doivent être suivies.

Que veulent-elles dire?

Les entreprises qui souhaitent utiliser les allégations « Produit du Canada » et « Fait au Canada » doivent suivre des directives précises.

Une étiquette indiquant « Produit du Canada » signifie que les aliments, le processus de transformation et la main-d'œuvre utilisée pour faire les aliments sont tous, ou pratiquement tous (généralement 98 %) canadiens. Cela veut dire que ces aliments ont été cultivés ou produits par des agriculteurs canadiens et ont été préparés et emballés par des entreprises alimentaires canadiennes.

L'allégation « Fait au Canada » signifie que la fabrication ou la transformation des aliments a eu lieu au Canada. Une allégation peut être faite sur une étiquette si la dernière étape importante du produit a eu lieu au Canada, peu importe si les ingrédients sont canadiens ou importés. Par exemple, la transformation du fromage, de la pâte, de la sauce et d'autres ingrédients pour créer une pizza serait considérée comme une étape importante. Si le produit alimentaire contient certains aliments cultivés par des agriculteurs canadiens, l'allégation « Fait au Canada à partir d'ingrédients canadiens et importés » peut être utilisée. Si tous les ingrédients ont été importés, l'allégation « Fait au Canada à partir d'ingrédients importés » peut être utilisée.

Toutes les autres allégations d'origine telles que « Distillé au Canada », « Torréfié aux États-Unis » et « Raffiné en France » qui décrivent la valeur ajoutée du pays peuvent être utilisées tant qu'elles sont véridiques et non trompeuses pour les consommateurs.

Quelles allégations ne peuvent pas être faites?

Une entreprise ne peut pas induire les consommateurs en erreur sur l'origine d'un produit, même si certains ingrédients proviennent du pays en question. Par exemple, des biscuits aux pépites de chocolat faits à partir de chocolat belge ne peuvent pas être étiquetés comme étant des biscuits belges sauf si le produit a été fait en Belgique. Dans pareil cas, il faudrait clairement identifier quels ingrédients proviennent de ce pays. Par exemple, l'étiquette pourrait indiquer « biscuits faits avec du chocolat belge ».

Allégations relatives à la composition – De quoi est fait le produit?

Un carton de jus d'orange de 1,25 litre à l'avant-plan avec une boîte de céréales à l'avoine et un contenant de yogourt grec à gauche en arrière-plan. À droite, gros plan sur les allégations relatives à la composition qui figurent sur l'étiquette du jus d'orange.

Quelles allégations pourriez-vous lire sur les étiquettes?

Les allégations relatives à la composition sont des allégations volontaires utilisées par des entreprises pour mettre en évidence ou accentuer un ingrédient ou une saveur dans un produit alimentaire.

Cela comprend les allégations qui mettent en évidence un ingrédient attrayant comme « Fait à partir de jus de fruit à 100 % » ou accentuer sur le fait que certains ingrédients n'ont pas été ajoutés ou ne sont pas présents dans le produit alimentaire, comme « Sans agents de conservation ni arômes artificiels ».

Ces allégations mettent en évidence les ingrédients sur lesquels les entreprises veulent que vous portiez votre attention. Consulter le tableau de la valeur nutritive et la liste d'ingrédients pour obtenir la liste complète.

Que veulent-elles dire?

Les allégations qui mettent en évidence la présence de certains ingrédients, comme « Fait à partir de vrais fruits » ou « Fait à partir de grains entiers » donnent aux consommateurs certains renseignements sur le contenu du produit, mais l'allégation ne veut pas dire que le produit en question est fait exclusivement à partir de cet ingrédient. Par exemple, une miche de pain avec l'allégation « faite à partir de grains entiers » pourrait contenir seulement une petite portion de grains entiers et une grande portion de farine enrichie. Dans tels cas, vérifiez si les grains entiers paraissent en tête de la liste d'ingrédients pour confirmer s'il s'agit d'un principal ingrédient.

Les allégations qui vont plus loin et fournissent un pourcentage ou une quantité, comme fait à partir de « jus d'orange pur à 100 % » ou « contient plus de 95 % de vrais fruits » fournissent aux consommateurs plus de renseignements sur la quantité de l'ingrédient mis en évidence.

Lorsque les entreprises font des allégations négatives sur l'absence d'un ingrédient en particulier ou la suppression d'une substance du produit alimentaire, l'ingrédient ou la substance doit être totalement absent du produit alimentaire.

Quelles allégations ne peuvent pas être faites?

Lorsque des allégations sur la composition d'un produit sont faites, les entreprises n'ont pas le droit d'exagérer la présence d'un ingrédient pour rendre le produit plus alléchant aux yeux des consommateurs. Par exemple, si un ingrédient n'est présent qu'à l'état de traces dans un produit, cet ingrédient ne devrait pas être mis en évidence sur l'emballage.

Les allégations négatives sur des ingrédients ne sont pas permises si elles donnent aux consommateurs la fausse impression que l'ingrédient est présent dans d'autres produits similaires. Par exemple, une entreprise ne pourrait pas faire l'allégation « aucun colorant ajouté » sur une étiquette de saucisse à hot dog, car le colorant n'est autorisé dans aucune saucisse à hot dog au Canada. L'étiquette pourrait indiquer « Aucune saucisse à hot dog au Canada ne contient des colorants ajoutés ».

De plus, certains produits pourraient porter une allégation comme « aucun agent de conservation chimique », ou « agents de conservation naturels seulement » s'ils comportent des ingrédients comme des légumes contenant des taux élevés de nitrates naturels, lesquels sont des agents de conservation approuvés pour certains produits de viande. Ces allégations doivent inclure des renseignements sur les agents de conservation naturels afin que ce soit clair pour les consommateurs.

Allégations relatives à la nutrition – Quels sont les bienfaits nutritifs et les avantages pour la santé?

Une boîte de céréales à l'avoine à l'avant-plan avec un contenant de yogourt grec et un carton de jus d'orange à gauche en arrière-plan. À droite, gros plan sur l'allégation nutritionnelle qui figure sur l'étiquette de la boîte de céréales.

Quelles allégations pourriez-vous lire sur les étiquettes?

Il existe deux types d'allégations relatives à la nutrition : les allégations relatives à la teneur nutritive et les allégations santé. Ces allégations sont assujetties à des règles précises de Santé Canada pour veiller à ce qu'elles soient uniformes et non trompeuses.

Une allégation relative à la teneur nutritive fait référence à la quantité d'un élément nutritif, comme les Calories, les lipides et les fibres contenues dans un produit alimentaire. Par exemple, « une source de fibres » ou « sans gras trans » sont des allégations relatives à la teneur nutritive.

Une allégation santé décrit les effets potentiels d'un produit alimentaire sur la santé s'il est consommé dans le cadre d'un régime alimentaire sain. Par exemple, l'allégation « Un régime alimentaire sain riche en légumes et fruits peut contribuer à réduire le risque de certains types de cancer » est une allégation santé.

Que veulent-elles dire?

Santé Canada a établi une liste d'allégations relatives à la teneur nutritive que les entreprises peuvent utiliser sur l'étiquette des aliments. Si vous portez attention à ces allégations alimentaires lorsque vous choisissez un produit alimentaire, il est important d'en connaître la signification. Par exemple :

  • « sans gras » signifie que l'aliment doit contenir moins de 0,5 gramme de lipides par portion;
  • « faible teneur en sodium » signifie que l'aliment doit contenir moins de 140 milligrammes de sodium par portion;
  • « source élevée de fibres » signifie que l'aliment doit contenir au moins 4 grammes de fibres par portion.

Santé Canada a également établi une liste approuvée de certaines allégations santé, ainsi que les critères auxquels le produit alimentaire doit satisfaire afin d'utiliser cette allégation. Si une entreprise choisit d'utiliser une allégation santé qui ne se trouve pas sur la liste approuvée de Santé Canada, elle doit pouvoir fournir des preuves scientifiques à l'ACIA et à Santé Canada pour appuyer l'allégation. Certaines allégations pourraient devoir être vérifiées par Santé Canada avant d'être employées sur une étiquette.

Les entreprises peuvent aussi faire des allégations santé générales, du genre « sain », « choix intelligent » et « nutritif ». Ces allégations ne peuvent pas être trompeuses, et en fonction de l'allégation, certains critères supplémentaires pourraient s'appliquer. Par exemple, une allégation « nutritif » peut être utilisée seulement sur un aliment qui contient une source d'au moins un élément nutritif du tableau de la valeur nutritive.

Puisque ces allégations sont d'ordre très général, vérifiez le tableau de la valeur nutritive pour déterminer à quel point un produit alimentaire est sain ou nutritif.

Quelles allégations ne peuvent pas être faites?

Les entreprises ne peuvent pas faire des allégations relatives à la teneur nutritive ou des allégations santé sans afficher un tableau de la valeur nutritive sur l'étiquette.

De plus, une entreprise ne peut pas faire une allégation sur un élément nutritif qui ne figure pas dans le tableau de la valeur nutritive. Par exemple, si une entreprise déclare qu'un produit alimentaire est une « bonne source de Vitamine D », la teneur en vitamine D doit être indiquée dans le tableau de la valeur nutritive.

Les entreprises n'ont pas le droit de modifier le libellé des allégations relatives à la teneur nutritive et des allégations santé approuvées pour les rendre plus attrayantes. Les allégations comme « ultra faible en gras » ou « teneur extra élevée en protéine » ne sont pas permises.

Allégations relatives à la méthode de production – Quelle est la méthode de production?

Un contenant de 500 grammes de yogourt grec à l'avant-plan avec un carton de jus d'orange et une boîte de céréales à l'avoine à gauche en arrière-plan. À droite, gros plan sur le logo Biologique Canada et la mention indiquant l'organisme de certification qui figurent sur l'étiquette du yogourt grec.

Quelles allégations pourriez-vous lire sur les étiquettes?

Les allégations relatives à la méthode de production sont volontaires et donnent des renseignements sur la façon dont les produits sont produits, cultivés, manipulés ou fabriqués. Par exemple, les allégations relatives à la méthode de production sur les produits de bœuf peuvent donner aux consommateurs des renseignements sur la façon dont les bovins ont été élevés, abrités, nourris, transportés et abattus et si des hormones de croissance ou des antibiotiques leur ont été injectés.

En général, lorsque ces allégations sont utilisées par des entreprises, elles doivent être véridiques et non trompeuses; toutefois, certaines de ces allégations doivent satisfaire à d'autres exigences. C'est le cas des allégations « biologique », « naturel » et « élevage en liberté ».

Que veulent-elles dire?

Les allégations « biologique » et le logo bio sont permis seulement sur les produits au contenu biologique de 95 % ou plus qui ont été certifiés conformément aux exigences canadiennes en matière de produits biologiques. Une allégation biologique ne veut pas dire que le produit alimentaire a une teneur nutritive supérieure ou est plus salubre que d'autres produits alimentaires. Les produits biologiques importés ou vendus entre les provinces, ou qui portent le logo « Biologique Canada » doivent satisfaire aux normes biologiques qui énoncent comment les animaux peuvent être abrités, nourris, transportés et abattus, et comment les récoltes peuvent être cultivées, transformées et conservées. De plus, elles dictent les substances, comme les pesticides, les antibiotiques et les hormones, pouvant être utilisées pour prévenir les organismes nuisibles et les maladies.

Les allégations « naturel » signifient que le produit alimentaire ou l'ingrédient du produit alimentaire ne contient pas de vitamines, d'éléments nutritifs, de saveurs artificielles ajoutés ou d'additifs alimentaires. De plus, il n'est pas permis de retirer un composant du produit (à l'exception de l'eau) ou de le modifier sensiblement.

Les allégations « élevage en liberté » signifient que les poulets peuvent régulièrement circuler librement en plein air. Il n'existe aucune exigence particulière quant à la durée passée en plein air ou au type d'environnement pour utiliser ces allégations.

Quelles allégations ne peuvent pas être faites?

Toutes les allégations relatives aux méthodes de production doivent être véridiques et non trompeuses pour les consommateurs. Les allégations « biologique » et le logo bio ne peuvent pas être utilisés sur les produits alimentaires au contenu biologique inférieur à 95 %. Par exemple, une lasagne faite à partir de lait certifié biologique et de viande et légumes non biologiques ne peut pas être étiquetée comme étant biologique. Toutefois, les produits composés de plusieurs ingrédients et ayant un contenu biologique de 70 à 95 % peuvent porter l'allégation « contient xx % d'ingrédients biologiques ». Dans le cas de produits dont le contenu biologique est inférieur à 70 %, les ingrédients biologiques peuvent être précisés dans la liste d'ingrédients.

Comme les hormones de croissance sont seulement autorisées pour les bovins à viande; le lait et les produits de volaille et de porc peuvent porter l'allégation « aucune hormone ajoutée » uniquement si cette information est précisée aux consommateurs. Par exemple, des produits de poulet pourraient porter les allégations « tous les poulets sont élevés sans l'utilisation d'hormones » ou « élevés sans l'utilisation d'hormones comme tous les poulets au Canada »

Rôle des consommateurs

Comment signaler un aliment mal étiqueté

Les consommateurs peuvent jouer un rôle actif dans l'étiquetage des aliments au Canada. Vous pouvez décider quels renseignements sont importants pour vous et apprendre à trouver ces renseignements sur les étiquettes pour faire votre choix.

Si vous avez des questions sur une allégation particulière faite sur un produit alimentaire, comme les allégations « naturel » ou « élevage en liberté », vous devriez communiquer directement avec l'entreprise.

Si vous avez des préoccupations concernant la salubrité ou la sécurité, comme la présence d'un allergène non mentionné sur l'étiquette, ou si vous pensez qu'une étiquette n'est pas véridique ou trompeuse, vous pouvez le signaler sur le site Web de l'ACIA.

L'ACIA fait le suivi de toutes les plaintes, mais donne priorité aux plaintes sur la salubrité et la sécurité d'un produit, comme les allergènes non déclarés sur une étiquette de produit alimentaire.

Parfois, il est facile pour l'ACIA de déterminer si un produit n'est pas conforme aux règles. Par exemple, si un produit est étiqueté comme étant « faible en gras », mais ne satisfait pas aux critères de Santé Canada pour les allégations « faible en gras » (moins de trois grammes de gras par portion déterminée), l'ACIA déterminerait que ce produit est mal étiqueté.

D'autres plaintes liées à l'étiquetage peuvent être plus difficiles à évaluer, comme le fait de déterminer si une image ou un logo pourrait induire un consommateur en erreur. Dans ces cas, les spécialistes en matière d'étiquetage de l'ACIA évalueraient l'étiquette dans son ensemble pour évaluer l'impression globale créée par l'image ou le logo, et prendraient une décision basée sur les directives connexes, les outils d'évaluation et les décisions précédentes prises par l'ACIA ou par Santé Canada.

Si un produit quelconque est jugé mal étiqueté, les entreprises doivent prendre des mesures pour corriger la situation (par exemple retirer l'allégation ou ajouter plus de renseignements sur l'étiquette). Selon la situation, l'ACIA déterminera aussi si d'autres mesures d'application de la loi, comme une poursuite, s'imposent.

Savoir qu'un aliment est sain et salubre est d'une importance fondamentale pour tous les Canadiens. Comprendre les étiquettes des produits alimentaires permet aux consommateurs de faire des choix alimentaires éclairés. La prochaine fois que vous essayerez de décider quels produits acheter à l'épicerie, rappelez-vous les principaux éléments à consulter pour faire un bon choix.

Date de modification :