Prunes de table et pruneaux

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

  1. Exigence générales
    • 1.1 Catégories
    • 1.2 Types
    • 1.3 Convenablement emballées
  2. Forme (Bien formées)
  3. Maturité et fermeté
  4. Couleur
    • 4.1 Prunes de table
    • 4.2 Prunes à pruneaux de type italien
  5. Propreté
  6. Calibre
    • 6.1 Mesure du calibre
    • 6.2 Diamètre minimal selon la variété
    • 6.3 Exigences générales relatives au calibre
  7. Défauts permanents
    • 7.1 Marques de sécheresse
    • 7.2 Crevasses de croissance
    • 7.3 Marques de grêle
    • 7.4 Piqûres d'insecte ou marques laissées par les insectes
    • 7.5 Frottement des rameaux et marques de feuilles
    • 7.6 Roussissement
    • 7.7 Cochenilles
    • 7.8 Cicatrices
    • 7.9 Noyaux fendus
    • 7.10 Insolation
    • 7.11 Brûlures de soleil
  8. Défauts d'état
    • 8.1 Meurtrissures
    • 8.2 Pourriture
    • 8.3 Altération de la couleur
    • 8.4 Plissement de l'épiderme
    • 8.5 Ruptures ou déchirures de l'épiderme
  9. Tolérances
    • 9.1 Tolérances prescrites dans le Règlement
    • 9.2 Exemples d'application des tolérances

Annexe I - Tolérances applicables aux catégories Canada No. 1 et Canada Domestiques

1. Exigence générales

1.1 Catégories

Les catégories des prunes de table et des prunes à pruneaux sont Canada No. 1 et Canada Domestiques. Les tolérances établies dans le Règlement ne font pas la distinction entre prunes de table et prunes à pruneaux.

Nota : L'emploi de la catégorie Canada Domestiques n'est pas permise à l'intérieur de l'Ontario.

1.2 Type

Les catégories et normes canadiennes visant les prunes de table et les prunes à pruneaux font mention des prunes-pêches. Il s'agit de variétés hybrides issues notamment de croisements entre des pêches et des prunes de table. Les normes ne s'appliquent toutefois pas aux prunes de table « interspécifiques », c.-à-d. aux variétés hybrides issues du croisement d'au moins deux espèces de fruits.

1.2.1 Prunes de table

Les prunes de table viennent en de nombreuses variétés de saveurs, de formes et de couleurs variées.

1.2.2 Prunes à pruneaux de type italien

Les prunes à pruneaux sont, de façon générale, des prunes qui se prêtent au séchage en raison de leur forte teneur en sucre qui les empêche de moisir autour du noyau. Les caractéristiques distinctives du groupe des prunes à pruneaux sont les suivantes : fruits à noyau non adhérent (dont la chair se sépare complètement du noyau) de forme généralement ovale, présentant une suture, de couleur noir bleuâtre ou noir tirant sur le pourpre, dont la chair est ferme, de jaune verdâtre à dorée. Ces prunes sont désignées « prunes à pruneaux de type italien ».

1.2.3 Identification du type

Même si l'inspecteur n'est pas tenu de certifier des variétés précises, il peut consigner la variété si elle est clairement indiquée sur les emballages, ou il peut ajouter l'énoncé suivant : « Variété annoncée par le requérant comme étant ». L'inspecteur est néanmoins tenu de préciser s'il s'agit de prunes à « pruneaux de type italien ou de prunes de table ».

1.3 Convenablement emballées

Le règlement exige que les prunes de table soient « convenablement emballées ». On déclare qu'elles sont convenablement emballées lorsqu'elles respectent les exigences indiquées dans la définition qui suit :

Convenablement emballées : signifie, pour les prunes de table emballées dans un contenant, qu'elles sont emballées ni de manière lâche, ni de manière très serrée, ni d'aucune autre manière qui soit susceptible de leur faire subir des avaries au cours de la manutention ou du transport.

Lâche : lorsque le contenant n'est visiblement pas rempli complètement, permettant au produit de se déplacer librement.

Très serré : lorsque le contenant est trop rempli, ce qui endommage les fruits qui s'y trouvent.

Très serrés ou lâches : ils ne répondent pas à l'exigence voulant que les fruits soient « convenablement emballés ».

2. Forme (Bien formées)

Le Règlement exige pour les deux catégories que les prunes de table et les prunes à pruneaux soient bien formées.

Bien formées : signifie que les prunes ont la forme caractéristique de la variété (à maturité) et qu'elles sont exemptes de difformités causées par des avaries survenues au début du développement, de fruits asymétriques résultant de marques de sécheresse, ou de fruits doubles. Les fruits qui, de toute évidence, présentent des noyaux fendus sont comptabilisés parmi les fruits à noyaux fendus et non parmi les fruits difformes.

3. Maturité et fermeté

Maturité : Le Règlement exige pour les deux catégories que les prunes de table et les prunes à pruneaux soient parvenues à maturité. « À maturité » signifie que le fruit est bien développé et a atteint un degré de maturité suffisant pour garantir le bon déroulement du processus de mûrissement. Dans le cas des variétés à chair verte, la chair a commencé à tourner du vert au vert pâle et, dans le cas des variétés à chair jaune, la chair a commencé à tourner au jaune ou à une couleur ambre. De plus, la chair doit posséder un certain goût sucré. Dans le cas des prunes de table à chair rouge, la chair doit montrer un virage définitif au rouge.

Fermeté : Voici les termes à utiliser pour décrire l'état de fermeté des prunes de table et des prunes à pruneaux : dures; fermes; mûries à point; mûres; et molles. Au moment de juger de la fermeté des prunes à pruneaux de type italien, l'inspecteur doit garder à l'esprit que ces prunes cèdent facilement sous la pression.

Voici les lignes directrices sur la façon de déclarer l'état de fermeté :

Dures : Les prunes ne cèdent pas à une pression normale, mais présentent habituellement une légère spongiosité.

Fermes : La chair cède légèrement à une pression moyenne, surtout autour de l'extrémité apicale.

Mûries à point : La chair cède facilement à une pression moyenne.

Mûres : La chair cède facilement à une pression légère. (Le fruit est sucré et juteux, et prêt pour une consommation immédiate.)

Molles : Il s'agit du dernier stade de maturité avant la détérioration complète du fruit. Les prunes qui présentent un blettissement ou un amollissement de la chair (sans meurtrissures) à cause d'un état de maturité avancé n'ont aucune valeur marchande. L'inspecteur doit indiquer qu'elles sont molles et en tenir compte dans les tolérances applicables aux deux catégories.

4. Couleur

4.1 Prunes de table

Canada No. 1

Les prunes de table Canada No. 1 doivent être d'une bonne couleur, ce qui signifie que :

  • les prunes de table sont de la couleur caractéristique de la variété à maturité.

Canada Domestiques

Les prunes de table Canada Domestiques doivent être d'une couleur passable, ce qui signifie que :

  • au moins 75 % de la surface du fruit est de la couleur caractéristique de la variété à maturité.

4.2 Prunes à pruneaux de type italien

Canada No. 1

Les prunes à pruneaux Canada No. 1 doivent être d'une bonne couleur, ce qui signifie que :

  • au moins 75 % de la surface du fruit est de la couleur caractéristique de la variété à maturité.

Canada Domestiques

Les prunes à pruneaux Canada Domestiques doivent être d'une couleur passable, ce qui signifie que :

  • au moins 50 % de la surface du fruit est de la couleur caractéristique de la variété à maturité.

5. Propreté

La propreté est rarement un facteur à évaluer dans l'inspection des prunes de table. Il faut se montrer vigilant quand on comptabilise un défaut de propreté.

Canada No. 1

  • Les prunes de table Canada No. 1 doivent être passablement propres.
  • « Passablement propre » signifie que le spécimen lui-même est exempt de saletés, de poussières, de résidus de pulvérisation ou d'autres corps étrangers qui contrastent nettement avec la couleur de la prune.

Canada Domestiques

  • Les prunes de table Canada Domestiques doivent être raisonnablement propres.
  • « Raisonnablement propre » signifie que le spécimen lui-même est exempt de saletés, de poussières, de résidus de pulvérisation ou d'autres corps étrangers qui contrastent fortement avec la couleur de la prune.

6. Calibre

6.1 Mesure du calibre

Le calibre des prunes de table et des prunes à pruneaux est exprimé en diamètre, soit la plus grande dimension du fruit lorsque celui-ci est mesuré perpendiculairement à l'axe allant de l'extrémité pédonculaire à l'extrémité apicale.

6.2 Diamètre minimal selon la variété :

Variété Diamètre minimal
Burbank, Ozark, Premier, Vanier 41 mm (1 ⅝ pouce)
Shiro 38 mm (1 ½ pouce)
Methley, President, Washington 35 mm (1 ⅜ pouce)
Bradshaw, Early Golden, toutes les variétés communément désignées Bleues hâtives 32 mm (1 ¼ pouce)
Reine Claude, Stanley, Prunes à pruneaux du type italien 29 mm (1 ⅛ pouce)
Green Gage, Lombard, Prunes à pruneaux allemandes 25 mm (1 pouce)
Shropshire Damson 19 mm (¾ de pouce)
Toute autre variété Caractéristique de la variété parvenue à maturité

6.3 Exigences générales relatives au calibre

Toutes les variétés non mentionnées ci-dessus doivent avoir le calibre caractéristique de la variété à maturité.

Nota : Si un calibre plus fort que le calibre mentionné ci-dessus figure sur l'emballage, les prunes doivent satisfaire le calibre marqué.

Dans les deux catégories, jusqu'à 5 %, en nombre, des prunes de table ou des prunes à pruneaux du lot peuvent avoir un diamètre inférieur au diamètre minimal requis.

7. Défauts permanents

7.1 Marques de sécheresse

Ce défaut est caractérisé par des zones sur l'épiderme légèrement déprimées, de forme irrégulière ou circulaire, qui tournent par la suite au brun ou au pourpre. Avec le temps, la chair sous-jacente tourne aussi au brun et devient très ferme dû au tissu liégeux mort. Il faut parfois couper le fruit pour déceler ce défaut.

On comptabilise les marques de sécheresse comme des dommages dans les cas suivants :

Canada No. 1

Le fruit présente une marque de sécheresse.

Canada Domestiques

Les marques de sécheresse couvrent plus de 10 % de la surface du fruit.

7.2 Crevasses de croissance

On comptabilise les crevasses de croissance comme des dommages dans les cas suivants :

Canada No. 1

Le fruit présente une crevasse de croissance (sauf dans le cas des variétés de prunes-pêches).

Nota : Les prunes-pêches peuvent avoir une crevasse à l'extrémité apicale, pourvu que la chair ne soit pas exposée, ou que la longueur de la crevasse n'excède pas ¼ pouce.

Canada Domestiques
  • Il y a plus de une crevasse de croissance par prune.
  • Les crevasses de croissance excèdent ¼ pouce de longueur.
  • Les crevasses de croissance ne sont pas bien cicatrisées.

7.3 Marques de grêle

On comptabilise les marques laissées par la grêle qui sont enfoncées ou accompagnées d'une altération de la couleur comme des dommages dans les cas suivants :

Canada No. 1
  • Le fruit présente une marque de grêle.
Canada Domestiques
  • La blessure n'est pas bien cicatrisée.
  • L'épiderme a été rompu et la marque de grêle a plus de ⅛ pouce de diamètre.
  • L'épiderme a été rompu et il y a plus de 3 marques de grêle par fruit.
  • Les marques de grêle couvrent une surface totale supérieure à ½ pouce de diamètre.

7.4 Piqûres d'insecte ou marques laissées par les insectes

On comptabilise les piqûres d'insecte ou les marques laissées par les insectes comme des dommages dans les cas suivants  :

Canada No. 1
  • Le fruit présente une piqûre/marque d'insecte.
Canada Domestiques
  • Il y a plus de 3 piqûres/marques d'insecte par prune.
  • Les piqûres/marques d'insecte atteignent la chair.
  • Les piqûres/marques d'insecte couvrent une surface totale supérieure à ¼ pouce par prune.

7.5 Frottement des rameaux et marques de feuilles

On comptabilise les marques dues au frottement des rameaux et les marques de feuilles comme des dommages dans les cas suivants  :

Canada No. 1
  • Le fruit présente une marque due au frottement des rameaux ou une marque de feuilles.
Canada Domestiques
  • Les marques dues au frottement des rameaux ou les marques de feuilles couvrent plus de 15 % de la surface du fruit.

7.6 Roussissement

Le roussissement se distingue des cicatrices par l'absence de tout signe visible de blessure au fruit qui aurait laissé une cicatrice.

On comptabilise le roussissement comme un dommage dans les cas suivants :

Canada No. 1
  • Le roussissement rugueux couvre une surface totale supérieure ¼ pouce sur un fruit de 2 pouces de diamètre ou moins, et supérieure ½ pouce sur un fruit de plus de 2 pouces de diamètre.
  • Le roussissement lisse couvre plus de 10 % de la surface du fruit.
Canada Domestiques
  • Le roussissement rugueux couvre une surface totale supérieure à ¾ pouce sur un fruit de 2 pouces de diamètre ou moins, et supérieure à 1 pouce sur un fruit de plus de 2 pouces de diamètre.
  • Le roussissement lisse couvre plus de 25 % de la surface du fruit.

7.7 Cochenilles

Le type le plus courant de cochenille trouvé sur les prunes de table et les prunes à pruneaux est la cochenille de San-José, ou pou de San-José. Cette cochenille est caractérisée par un bouclier de forme circulaire surmonté d'une petite bosse entourée d'une dépression. Le fruit a une apparence mouchetée ou tachetée et possède habituellement une surface rougeâtre autour de chaque cochenille.

On comptabilise la présence de cochenilles ou les marques laissées par les cochenilles comme des dommages dans les cas suivants  :

Canada No. 1

Les cochenilles forment plus de 2 taches qui contrastent fortement avec la couleur de fond ou elles couvrent une surface totale supérieure à ¼ pouce de diamètre.

Canada Domestiques

Les cochenilles forment plus de 5 taches qui contrastent fortement avec la couleur de fond ou elles couvrent une surface totale supérieure à ⅜ pouce de diamètre.

7.8 Cicatrices

Les cicatrices se distinguent du roussissement par la présence d'un genre de blessure (exemple : coupures, écorchures, perforations, déchirures etc.) qui s'est ajouté à la surface du fruit durant et après la guérison.

Les cicatrices peuvent être de profondeur, de couleur et de texture différentes et peuvent être causées par différents facteurs.

Les cicatrices appelées « gomme » sont caractérisées par leur forme de demi-lune. Elles ressemblent à la blessure causée par le charançon de la prune, si ce n'est de l'absence de perforations dues à la ponte des oeufs à côté des cicatrices. Ces cicatrices exsudent parfois de la gomme claire.

On comptabilise les cicatrices comme des dommages dans les cas suivants :

Canada No. 1

Le fruit présente une cicatrice.

Canada Domestiques
  • Les cicatrices couvrent une surface totale supérieure à ¼ pouce sur un fruit de 2 pouces de diamètre ou moins, ou supérieure à ⅜ pouce sur un fruit de plus de 2 pouces de diamètre, ou
  • Il y a plus de une cicatrice par prune.

7.9 Noyaux fendus

Les noyaux fendus sont comptabilisés seulement lorsque ce défaut entraîne la formation d'une crevasse dans la chair, généralement à l'extrémité pédonculaire, ou une déformation du fruit.

On comptabilise les noyaux fendus comme des dommages dans les cas suivants :

Canada No. 1
  • les noyaux fendus produisent dans la chair, une crevasse qui n'est pas cicatrisée,
  • les noyaux fendus produisent dans la chair des crevasses qui sont cicatrisées et qui s'étendent au total sur une longueur de plus de ¼ pouce, ou
  • les noyaux fendus entraînent une déformation telle que le fruit n'est pas bien formé.
Canada Domestiques
  • les noyaux fendus produisent dans la chair une crevasse qui n'est pas cicatrisée,
  • les noyaux fendus produisent dans la chair des crevasses qui sont cicatrisées et qui s'étendent au total sur une longueur de plus de ¾ pouce, or
  • les noyaux fendus entraînent une déformation telle que le fruit n'est pas bien formé.

7.10 Insolation

Ce défaut compte parmi les pires dommages causés par la chaleur. On reconnaît l'insolation à l'altération de la couleur de l'épiderme et de la chair, ainsi qu'à la chair qui est molle et affaissée sous l'épiderme endommagé.

On comptabilise l'insolation comme un dommage dans les cas suivants :

Canada No. 1

Le fruit présente une lésion causée par l'insolation.

Canada Domestiques
  • La lésion causée par l'insolation ne se marie pas avec la couleur de fond normale.
  • L'insolation a provoqué l'apparition de boursouflures ou de crevasses.

7.11 Brulûres de soleil

La brûlure de soleil est un défaut courant des prunes à pruneaux de type italien. Elle se manifeste par une altération rougeâtre de la couleur de l'épiderme. Si la brûlure est avancée, le fruit peut sembler aplati ou l'épiderme peut présenter des boursouflures ou des crevasses. La chair sous-jacente peut présenter une altération brunâtre de la couleur.

On comptabilise la brûlure de soleil comme un dommage dans les cas suivants :

Canada No. 1

La couleur de l'épiderme est bien différente de la couleur normale, l'épiderme est boursouflé ou crevassé, ou le fruit est aplati.

Canada Domestiques

L'épiderme est gravement boursouflé ou crevassé, le fruit est nettement aplati, ou la chair a pris une coloration foncée.

8. Défauts d'état

8.1 Meurtrissures

Les meurtrissures peuvent être causées par une manipulation brusque ou un emballage inadéquat. On confond parfois les meurtrissures avec la pourriture. Pour faire la distinction entre les deux, il s'agit simplement de se rappeler que, dans une meurtrissure, la chair est tachetée de brun et de blanc, sans que la peau ne soit brunie, tandis que, dans le cas des taches de pourriture, à la fois la peau et la chair sont brunes.

On comptabilise les meurtrissures comme des dommages dans les cas suivants :

Canada No. 1

La meurtrissure a provoqué une altération de la couleur de la chair.

Nota : Un léger aplatissement de l'épiderme sans altération de la couleur de la chair est un phénomène normal occasionné par la manipulation et l'emballage à des fins commerciales, et ne constitue pas un défaut.

Canada Domestiques

Les meurtrissures sont molles, ont provoqué une altération de la couleur de la chair et couvrent plus de 15 % de la surface du fruit.

8.2 Pourriture

On entend par « pourriture» une détérioration caractérisée par la décomposition des tissus, causée par un champignon ou une bactérie. La pourriture est une affection envahissante et progressive. Comme les inspecteurs ne sont pas pathologistes, ils ne sont pas tenus de nommer la sorte de pourriture qui affecte le fruit. Quelle que soit la catégorie, il faut considérer comme un défaut toute pourriture molle ou toute détérioration.

8.3 Altération de la couleur

8.3.1 Brunissement de la surface

Ce type d'altération de la couleur provient généralement de frottements en cours de transport et se voit davantage sur les prunes jaunes que sur les prunes des variétés de couleur plus foncée. Quelle que soit la catégorie, on considère qu'il s'agit d'un défaut si la surface est affaissée et/ou brunie au point de nuire à l'aspect du fruit et si, au total, la surface atteinte excède ½ pouce.

8.3.2 Altération de la couleur interne

La chair des prunes de table et des prunes à pruneaux de type italien est sujette à un brunissement qui est plus fréquent certaines saisons que d'autres. Quelle que soit la catégorie, les fruits qui comportent des zones où la chair est translucide ou a une teinte brun jaunâtre à brun doré, sans être molle ni présenter de saveur atypique ne sont pas considérés comme présentant un défaut. Toutefois, à la demande du requérant, l'inspecteur peut consigner le pourcentage qu'ils représentent en faisant suivre la déclaration de la mention « sans effet sur la catégorie ».

On comptabilise l'altération de la couleur interne comme un dommage dans les cas suivants :
Canada No. 1

La chair du fruit présente un net brunissement.

Canada Domestiques

En coupant le fruit transversalement en plein milieu, on trouve une zone de plus de ¼ pouce de diamètre où la chair est nettement brune ou de couleur sombre, ou des zones présentant des nuances plus claires ou une altération de la couleur et accompagnées de blettissement ou d'une saveur ou d'une odeur nettement atypique.

En cas de doute, il peut être nécessaire de faire une seconde coupe, longitudinale cette fois, pour vérifier si l'altération de la couleur interne dans d'autres parties de la chair représente une surface supérieure à la zone de ¼ pouce de diamètre observée dans la coupe transversale.

8.4 Plissement de l'épiderme

On remarque parfois un plissement de l'épiderme autour de l'extrémité pédonculaire des prunes de table et des prunes à pruneaux lorsque les fruits sont parvenus à un état de mûrissement plus avancé. On remarque aussi parfois un plissement sur des fruits plus fermes. Si ce plissement se situe sur le côté du fruit, il se peut qu'il soit causé par la sécheresse.

On voit parfois un plissement de l'épiderme sur les prunes à pruneaux qui ont une faible teneur en sucre, qui sont dures et qui ont un pédoncule fermement attaché. Ce plissement est dû à un état physiologique des pruniers et s'accentue progressivement après la récolte. Le plissement peut aussi être le résultat d'une transpiration excessive, auquel cas il est souvent accompagné d'une altération de la couleur interne.

On ne tient pas compte des légers plissements autour de la cavité pédonculaire si la texture et le goût de la chair indiquent que la prune de table ou que la prune à pruneau est à maturité. Quelle que soit la catégorie, un plissement plus grave qui s'étend au delà de la cavité pédonculaire et qui nuit sensiblement à l'aspect du fruit doit être comptabilisé parmi les défauts dus au « plissement ». Si le plissement est accompagné de chair nettement molle, le spécimen doit être comptabilisé parmi les fruits « mous ».

8.5 Ruptures ou déchirures de l'épiderme

Les ruptures ou déchirures de l'épiderme qui sont cicatrisées sont comptabilisées comme des cicatrices. Pour les catégories Canada No. 1 et Canada Domestiques, on comptabilise les ruptures ou déchirures de l'épiderme comme des dommages, sauf si l'épiderme est déchiré à l'intérieur de la cavité pédonculaire par suite de l'enlèvement du pédoncule.

9. Tolérances

Les tolérances sont exprimées en nombre. Les défauts d'état n'ont une incidence sur le classement qu'au moment de l'expédition ou du réemballage.

9.1 Point d'expédition (défauts d'état ayant une incidence sur le classement)

  • Pourriture 3 %
  • Même défaut (autre que la pourriture) 5 %
  • Ensemble des défauts admissibles dans le lot 10  %
  • Calibre inférieur à la norme 5 %

À destination (défauts d'état sans incidence sur le classement)

  • Même défaut permanent 5 %
  • Ensemble des défauts admissibles 10  %
  • Calibre inférieur à la norme 5 %

9.2 Exemples d'application des tolérances

Exemple 1 : À destination, l'inspection révèle 1 % de pourriture, 2 % de crevasses de croissance et 7 % de meurtrissures. Le lot satisfait aux exigences de la catégorie, parce que la tolérance de 10 % pour l'ensemble des défauts n'est pas dépassée et que le défaut permanent ne dépasse pas 5 %.

Exemple 2 : À destination, l'inspection ne révèle aucune trace de pourriture et 10 % de meurtrissures. Le lot satisfait aux exigences de la catégorie, parce que la tolérance de 10 % pour l'ensemble des défauts n'est pas dépassée.

Exemple 3 : À destination, l'inspection révèle 1 % de pourriture, 7 % de crevasses de croissance et 2 % de meurtrissures. Le lot ne satisfait pas aux exigences de la catégorie, parce qu'un même défaut permanent (crevasses de croissance) excède 5 %.

Exemple 4 : Au point d'expédition, l'inspection révèle 6 % de meurtrissures. Le lot ne satisfait pas aux exigences de la catégorie, parce que la tolérance de 5 % pour un même défaut est dépassée.

Exemple 5 : Au point d'expédition, un lot de prunes de table Shiro présente 3 % de pourriture, 5 % de meurtrissures et 2 % de crevasses de croissance; en outre, 6 % des prunes mesurent moins de 1 ½ pouce de diamètre. Le lot ne satisfait pas aux exigences de la catégorie parce que la tolérance relative au calibre (diamètre minimal de 1 ½ pouce) pour cette variété est dépassée.

Annexe I

Tolérances applicables aux catégories Canada No. 1 et Canada Domestiques

Comptabiliser les défauts suivants comme des dommages lors du classement :
(P = défaut permanent, É = défaut d'état)
Tolérances Canada No. 1 Canada Domestiques
Couleur (P) Le fruit n'est pas d'une bonne couleur, c'est-à-dire : Prunes de table - couleur caractéristique de la variété; Prunes à pruneaux - au moins 75 % de la surface du fruit de la couleur caractéristique de la variété. Le fruit n'est pas d'une couleur passable, c'est-à-dire : Prunes de table - au moins 75 % de la surface du fruit de la couleur caractéristique de la variété; Prunes à pruneaux - au moins 50 % de la surface du fruit de la couleur caractéristique de la variété.
Propreté (É) Le fruit n'est pas passablement propre. Le fruit n'est pas raisonnablement propre.
Marques de sécheresse (P) Le fruit présente une marque de sécheresse. Les marques de sécheresse couvrent plus de 10 % de la surface du fruit.
Crevasses de croissance (P) Le fruit présente une crevasse de croissance.* * Pour les prunes-pêches, voir le point 7.2 Il y a plus de une crevasse de croissance par prune, les crevasses excèdent ¼ pouce de longueur, ou les crevasses ne sont pas bien cicatrisées.
Marques de grêle (P) Le fruit présente une marque de grêle. La blessure n'est pas bien cicatrisée; l'épiderme a été rompu et la marque de grêle a plus de ⅛ pouce de diamètre; l'épiderme a été rompu et il y a plus de 3 marques de grêle par fruit; ou les marques de grêle couvrent une surface totale supérieure à ½ pouce de diamètre.
Piqûres d'insecte ou marques laissées par les insectes (P) Le fruit présente une piqûre/marque d'insecte. Il y a plus de 3 piqûres/marques d'insecte par prune; les piqûres/marques d'insecte atteignent la chair; ou les piqûres/marques d'insecte couvrent une surface totale supérieure à ¼ pouce.
Marques dues au frottement des rameaux et marques de feuilles (P) Le fruits présente une marque due au frottement des rameaux ou une marque de feuilles. Les marques dues au frottement des rameaux ou les marques de feuilles couvrent plus de 15 % de la surface du fruit.
Roussissement (P) Le roussissement rugueux couvre une surface totale supérieure à ¼ pouce sur un fruit de 2 pouces de diamètre ou moins, et supérieure à ½ pouce sur un fruit de plus de 2 pouces de diamètre.

Le roussissement lisse couvre plus de 10 % de la surface du fruit.

Le roussissement rugueux couvre une surface totale supérieure à ¾ pouce sur un fruit de 2 pouces de diamètre ou moins, et supérieure à 1 pouce sur un fruit de plus de 2 pouces de diamètre.

Le roussissement lisse couvre plus de 25 % de la surface du fruit.

Cochenilles (P) Les cochenilles forment plus de 2 taches qui contrastent fortement avec la couleur de fond ou elles couvrent une surface totale supérieure à ¼ pouce de diamètre. Les cochenilles forment plus de 5 taches qui contrastent fortement avec la couleur de fond ou elles couvrent une surface totale supérieure à ⅜ pouce de diamètre.
Cicatrices (P) Le fruit présente une cicatrice. Il y a plus de une cicatrice par fruit; ou les cicatrices couvrent une surface totale supérieure à ¼ pouce sur un fruit de 2 pouces de diamètre ou moins, ou supérieure à ⅜ pouce sur un fruit de plus de 2 pouces de diamètre.
Noyaux fendus (P) Les noyaux fendus produisent dans la chair une crevasse qui n'est pas cicatrisée; ou des crevasses qui sont cicatrisées et qui s'étendent au total sur une longueur de plus de ¼ pouce; ou une déformation telle que le fruit n'est pas bien formé. Les noyaux fendus produisent une crevasse qui n'est pas cicatrisée; ou, lorsque les crevasses sont cicatrisées, elles s'étendent au total sur une longueur de plus de ¾ pouce
Insolation (P) Le fruit présente une lésion causée par l'insolation. La lésion causée par l'insolation ne se marie pas avec la couleur de fond normale; ou l'insolation a provoqué l'apparition de boursouflures ou de crevasses sur l'épiderme.
Brûlures de soleil (P) La couleur de l'épiderme est bien différente de la couleur normale ou l'épiderme est boursouflé ou crevassé, ou le fruit est aplati. L'épiderme est gravement boursouflé ou crevassé, le fruit est nettement aplati, ou la chair a pris une coloration foncée.
Meurtrissures (É) La meurtrissure a provoqué une altération de la couleur de la chair. Les meurtrissures sont molles, ont provoqué une altération de la couleur de la chair et couvrent plus de 15 % de la surface du fruit.
Pourriture (É) Le fruit présente de la pourriture molle ou de la détérioration. Le fruit présente de la pourriture molle ou de la détérioration.
Altération de la couleur (É) Brunissement de la surface
Altération de la couleur interne
La surface est affaissée et/ou brunie au point de nuire à l'aspect du fruit et la surface totale atteinte excède ½ pouce. La chair du fruit présente un net brunissement. La surface est affaissée et/ou brunie au point de nuire à l'aspect du fruit et la surface totale atteinte excède ½ pouce. En coupant le fruit transversalement en plein milieu, on trouve une zone de plus de ¼ pouce de diamètre où la chair est nettement brune ou de couleur sombre, ou des zones présentant des nuances plus claires ou une altération de la couleur et accompagnées de blettissement ou d'une saveur ou d'une odeur nettement atypique.
Plissement de l'épiderme (É) Le plissement nuit sensiblement à l'aspect du fruit. Le plissement nuit sensiblement à l'aspect du fruit.
Ruptures ou déchirures de l'épiderme (É) Le fruit présente des ruptures ou des déchirures de l'épiderme. Le fruit présente des ruptures ou des déchirures de l'épiderme.
Date de modification :