Pommes de terre
9. Pourriture et pourriture molle

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Pourriture molle ou aqueuse (P)

Le terme pourriture molle ou aqueuse est utilisé pour décrire une détérioration ou une dégénérescence accompagnée de décomposition dont les causes sont imputables à des champignons ou à des bactéries et qui sont de nature complète et progressive. Les inspecteurs ne sont pas pathologistes et n'ont en conséquence pas pour rôle d'identifier la sorte de pourriture qui affecte les tubercules.

Toute pourriture molle ou aqueuse, quelle que soit son importance, doit être comptabilisée pour les deux catégories.

Les maladies suivantes sont comptabilisées par rapport à la tolérance applicable à la pourriture molle ou aqueuse :

  1. toute forme de détérioration molle et baveuse (pourriture molle);
  2. tout spécimen qui est mou et qui suinte (voir la section 7.9 dommages par le gel);
  3. flétrissement bactérien (décrit ci-dessous);
  4. tissus mous et aqueux causés par la jambe noire (décrits ci-dessous);
  5. tissus aqueux ou mous causés par l'alternariose ou le mildiou (décrits ci-dessous).

Flétrissement bactérien (P)

Le flétrissement bactérien est l'une des maladies les plus graves de la pomme de terre au Canada. Elle est extrêmement contagieuse et se transmet rapidement par les dégermeuses, planteuses, arracheuses et même par les contenants.

Les tubercules infectés peuvent présenter des zones rougeâtres près des yeux, ou avoir une peau qui se fendille ou renfle. Les pommes de terre légèrement atteintes peuvent souvent paraître saines. Lorsqu'on sectionne les tubercules en travers du talon, on observe dans le système vasculaire une pourriture inodore, de couleur jaune crème à brun pâle et de consistance friable à caséeuse. En pressant entre les doigts le tubercule ainsi sectionné, une substance s'échappe de la partie atteinte. Fréquemment, les tubercules infectés sont envahis par une pourriture molle ou aqueuse et peuvent alors se désagréger laissant seulement une coquille extérieure. On trouve souvent dans les champs de ces tubercules creux.

La plupart des tubercules gravement atteints ne parviennent pas au stade de l'entreposage, mais cela arrive à l'occasion. Lorsque les conditions et la température d'entreposage sont appropriées, il y a peu de changements dans la quantité de pourriture. Autrement, la pourriture progresse et est classée comme pourriture molle ou aqueuse.

On comptabilise le flétrissement bactérien dans les cas suivants :

A) Canada No 1 et Canada No 2

  1. Toute incidence de flétrissement bactérien est comptabilisée par rapport à la tolérance applicable à la pourriture molle ou aqueuse prévue pour chacune des deux catégories.

Noter : Les tubercules suspects doivent être soumis au Laboratoire régional de la Santé des plantes aux fins de vérification.

Alternariose et mildiou (brûlures) (P)

Ces deux maladies, appelées en anglais early blight (alternariose) et late blight (mildiou), ont des symptômes semblables, mais elles sont imputables à deux types de champignon différents.

Les lésions de l'alternariose sur les tubercules sont de couleur brune foncé à noir, de forme circulaire à allongée. Les lésions ont environ 6 à 51 mm (¼ à 2 pouces) de diamètre. Elles sont souvent quelque peu renfoncées et ont des bords soulevés, de couleur pourpre. Le nombre des lésions sur chaque tubercule varie, d'une seule à beaucoup. Les zones atteintes peuvent faire penser aux lésions causées par le mildiou, si ce n'est que les lésions de l'alternariose sont moins profondes et nettement séparées des tissus sains par une épaisseur de tissus liégeux. La pourriture ne s'étend pas irrégulièrement aux tissus sains, comme le fait le mildiou. Entre 3 et 13 mm (⅛ à ½ pouce) sous les lésions, la chair des pommes de terre est noire et souvent encerclée d'une zone jaunâtre.

Le mildiou peut se développer sous forme de pourriture sèche ou humide, avant ou après la récolte, selon les conditions environnantes et la présence ou l'absence d'organismes secondaires. D'abord, une coloration métallique brune ou noir violacé de la peau et une coloration brun rougeâtre des tissus sous-jacents se développent et ne dépassent généralement pas 6 mm (¼ pouce) de profondeur. Toutefois, des organismes secondaires peuvent intervenir et provoquer une décomposition complète ou partielle des pommes de terre infectées.

On comptabilise l'alternariose et le mildiou dans les cas suivants :

A) Canada No 1
Les tubercules doivent être exempts d'alternariose et de mildiou.

  1. s'il s'agit de la forme humide ou molle, comptabiliser par rapport à la tolérance applicable à la pourriture;
  2. s'il s'agit de pourriture sèche, comptabiliser par rapport à la tolérance applicable aux défauts externes.

B) Canada No 2

  1. s'il s'agit de la forme humide ou molle, comptabiliser par rapport à la tolérance applicable à la pourriture; ou
  2. s'il s'agit de pourriture sèche, qui ne peut être enlevée sans que cela n'entraîne la perte de plus de 5 % du poids du tubercule, comptabiliser par rapport à la tolérance applicable aux défauts externes.
Date de modification :