Biotoxines marines dans les mollusques bivalves : intoxication par phycotoxine paralysante, intoxication par phycotoxine amnestique et intoxication par phycotoxine diarrhéique

Les consommateurs doivent connaître certains problèmes potentiels de salubrité alimentaire associés à la consommation :

  • de mollusques bivalves, comme les palourdes, les myes, les huîtres, les pétoncles et les moules;
  • d'autres mollusques, comme les buccins;
  • de tomalli de homard et de crabe.

Les mollusques bivalves sont très sensibles à la qualité de l'eau de leur milieu marin. Ils se nourrissent en filtrant l'eau pour recueillir les organismes microscopiques qui s'y trouvent, accumulant ainsi dans leurs tissus des biotoxines marines, des bactéries ou des virus nocifs qui peuvent causer des maladies chez les personnes qui les consomment. Les homards, les crabes et les buccins peuvent accumuler des biotoxines marines en se nourrissant de mollusques bivalves contaminés.

L'ingestion de mollusques et de crustacés fortement contaminés par certaines biotoxines peut donc entraîner des maladies graves et potentiellement mortelles, comme l'intoxication par phycotoxine paralysante (IPP), l'intoxication par phycotoxine amnestique (IPA) ou l'intoxication par phycotoxine diarrhéique (IPD).

Intoxication par phycotoxine paralysante (IPP)

L'intoxication par phycotoxine paralysante (IPP) est une maladie qui peut avoir de graves effets chez certaines personnes, voire leur être fatale. Elle est causée par l'ingestion de mollusques bivalves et d'autres types de mollusques contaminés par des toxines produites par certaines espèces d'algues marines microscopiques des eaux côtières. Le tomalli de homard et de crabe (substance molle et verte que l'on retrouve dans la cavité abdominale) peut également accumuler les biotoxines responsables de l'IPP.

Les toxines qui causent l'IPP ne sont pas détruites par la cuisson.

Symptômes de l'IPP

Les premiers symptômes de l'IPP peuvent se manifester de quelques minutes à dix heures après l'ingestion d'aliments contaminés.

Les symptômes de l'IPP comprennent notamment :

  • une sensation de picotement ou d'engourdissement des lèvres qui s'étend graduellement à la figure et au cou;
  • des fourmillements dans les doigts et les orteils;
  • de la somnolence;
  • des maux de tête et des vertiges;
  • de la difficulté à avaler.

Dans les cas plus graves, les symptômes suivants peuvent aussi se manifester :

  • un discours incohérent;
  • des fourmillements dans les bras et les jambes;
  • des raideurs dans les membres ou une absence de coordination;
  • de la faiblesse;
  • un pouls rapide.

D'autres symptômes comme des difficultés respiratoires, de la salivation, une cécité temporaire, des nausées et des vomissements peuvent également être présents.

Dans les cas extrêmes, la paralysie des muscles respiratoires peut mener à l'arrêt respiratoire et à la mort de deux à douze heures après l'ingestion d'aliments contaminés. Les personnes gravement atteintes doivent être hospitalisées et recevoir de l'assistance respiratoire. On ne connaît pas de remède contre l'IPP.

Si vous croyez souffrir d'une IPP, vous devriez immédiatement consulter un médecin.

Santé Canada recommande aux Canadiens de limiter leur consommation quotidienne de tomalli à l'équivalent de la quantité de tomalli contenue dans un homard cuit en raison de la présence possible de la toxine de l'IPP. Santé Canada recommande que les enfants ne mangent pas de tomalli.

Intoxication par phycotoxine amnestique (IPA) et acide domoïque

L'intoxication par phycotoxine amnestique (IPA) est une maladie causée par la présence d'acide domoïque, un acide produit naturellement par certaines algues marines. L'acide domoïque peut s'accumuler dans les mollusques bivalves qui se nourrissent en filtrant l'eau comme les myes, les moules, les pétoncles et les huîtres.

L'IPA n'avait jamais été détectée au Canada avant novembre 1987, alors qu'une éclosion de la maladie dans l'Est du Canada a entraîné la mort de quatre personnes.

Les toxines qui causent l'IPA ne sont pas détruites par la cuisson.

Symptômes de l'IPA

Les symptômes de l'IPA comprennent notamment :

  • des nausées;
  • des vomissements et de la diarrhée;
  • de la faiblesse musculaire;
  • de la désorientation;
  • des pertes de mémoire.

Les symptômes de l'IPA se manifestent habituellement de 30 minutes à 6 heures après l'ingestion.

En cas d'intoxication légère chez une personne en santé, les symptômes disparaissent complètement dans les jours qui suivent. Dans les cas graves, toutefois, l'intoxication peut causer la mort.

Si vous croyez souffrir d'une IPA, vous devriez immédiatement consulter un médecin.

Intoxication par phycotoxine diarrhétique ou intoxication diarrhétique par les mollusques (IPD)

L'intoxication par phycotoxine diarrhétique (IPD) est une maladie causée par des toxines produites par certaines plantes microscopiques. Généralement, l'IPD est de courte durée et non fatale. Toutefois, chez les jeunes enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes dont le système immunitaire est affaibli, l'IPD peut être très grave.

Les toxines qui causent l'IPD ne sont pas détruites par la cuisson.

Symptômes de l'IPD

Les symptômes de l'IPD comprennent notamment :

  • de la diarrhée;
  • des nausées;
  • des vomissements;
  • des maux de tête;
  • des crampes abdominales;
  • des frissons.

Les symptômes se manifestent habituellement de 30 minutes à 6 heures après l'ingestion.

Chez une personne en santé, les symptômes disparaissent complètement dans les jours qui suivent. Si vous croyez avoir un cas grave d'IPD ou si les symptômes persistent, vous devriez immédiatement consulter un médecin.

Le rôle du gouvernement fédéral pour assurer la salubrité des mollusques et des crustacés destinés à la consommation humaine

Le Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques (PCCSM) a été mis sur pied pour veiller à ce que les mollusques et les crustacés récoltés au Canada soient sans danger pour la consommation. Le PCCSM est l'un des principaux éléments permettant au gouvernement du Canada de respecter son engagement de protéger et de promouvoir la santé et la sécurité des Canadiens. Trois organismes gouvernementaux fédéraux collaborent à l'exécution de ce programme :

  • Environnement et changement climatique Canada analyse la qualité de l'eau dans les secteurs de récolte des mollusques et identifie les eaux qui ne satisfont pas aux normes sanitaires.
  • L'Agence canadienne d'inspection des aliments assure la surveillance des biotoxines dans les mollusques dans les secteurs coquilliers et est chargée d'émettre les licences et d'inspecter les mollusques transformés en vue de l'exportation ou du commerce interprovincial.
  • Le ministère des Pêches et des Océans patrouille et ferme au besoin les secteurs de récolte; il interdit la récolte de mollusques quand les teneurs en bactéries ou en toxines dépassent les normes de sécurité sanitaires.

Santé Canada est chargé d'établir les lignes directrices en matière de salubrité alimentaire relativement aux bactéries, aux biotoxines et à d'autres contaminants.

Marée rouge

  • Des conditions environnementales marines particulières provoquent la multiplication rapide de certaines espèces d'algues microscopiques, provoquant une « éclosion » de la population. Ce phénomène est souvent appelé « marée rouge », car l'eau de mer se décolore parfois suite à une accumulation importante d'algues.
  • Une marée rouge peut inclure des algues qui produisent des biotoxines et contaminer ainsi les mollusques bivalves du secteur.
  • Les éclosions d'algues sont plus fréquentes au printemps et à l'été lorsque le soleil, la température et les précipitations en favorisent la croissance. Cependant, les éclosions d'algues ont parfois lieu à d'autres moments de l'année.
  • Il est également important de souligner que plusieurs éclosions d'algues qui produisent des toxines sont incolores et difficilement visibles de la rive. C'est pourquoi vous devriez toujours vérifier si un secteur est « ouvert » avant de procéder à la récolte.

Que pouvez-vous faire pour vous protéger, votre famille et vous?

  • Il faut faire preuve de prudence lorsqu'on récolte des mollusques. Il est de votre responsabilité de communiquer avec le bureau du ministère des Pêches et des Océans (MPO) le plus près ou de consulter la carte de cueillette de mollusques en ligne pour être au courant des secteurs ouverts à la récolte.
  • Un secteur coquillier ouvert est assujetti à la surveillance et à l'analyse de la qualité de l'eau et des biotoxines, et la récolte est une activité légale. Lorsqu'un secteur est fermé, la récolte de mollusque y est illégale.
  • Seuls les mollusques récoltés dans les secteurs ouverts à la récolte doivent être consommés.
  • N'achetez des mollusques et des crustacés que de fournisseurs dignes de confiance ou de personnes qui les ont récoltés dans des secteurs coquilliers ouverts.
  • Réfrigérez ou congelez les mollusques bivalves dès votre arrivée à la maison jusqu'au moment de leur consommation. Souvenez-vous que la cuisson des mollusques bivalves ne détruit pas les toxines, telles que celles responsables de l'IPP, l'IPA ou l'IPD). Même cuits adéquatement, les mollusques bivalves peuvent encore être toxiques.
  • Toute personne qui se sent malade après avoir mangé des mollusques et des crustacés devrait immédiatement consulter un médecin.

Avis à ceux qui pratiquent la pêche récréative des pétoncles géants (Placopecten magellanicus)

L'Agence canadienne d'inspection des aliments informe les personnes qui pratiquent la pêche récréative de consommer seulement le muscle adducteur des pétoncles sauvages qu'ils récoltent. Le muscle adducteur est la partie que l'on appelle couramment la « chair » du pétoncle.

Les pétoncles sauvages entiers et la chair de pétoncle sauvage avec corail et/ou viscères peuvent contenir des biotoxines marines. S'ils sont consommés, ils peuvent rendre gravement malade.

Pour de plus amples renseignements

Date de modification :