Japon - Exigences de certification

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Dernière mise à jour : le 18 juin 2013

Exigences de certification

Les exigences suivantes s'appliquent aux exportations de poisson et de produits de la mer vers le Japon.

  • Les envois de homards vivants et de produits du homard contenant du tomalli, ainsi que d'huîtres vivantes et crues, doivent être accompagnés d'un certificat d'origine et d'hygiène (CFIA/ACIA 5003).
  • Un certificat n'est pas requis pour les autres produits (mais ils doivent néanmoins être conformes aux normes de salubrité des aliments du Japon).

1. Homards vivants et produits du homard contenant du tomalli

Avant de faire une demande de certificat, l'exportateur doit fournir à l'ACIA une description des mesures de contrôle qu'il a adoptées conformément au Document d'orientation - Exportation de homard vivants et de produits du homard contenant du tomalli

L'exportateur doit être inscrit sur la Liste des exportateurs qui expédient du homard vivant et des produits du homard contenant du tomalli vers le Japon.

L'exportateur doit joindre, avec chaque demande de certificat, les résultats des analyses effectuées sur les homards destinés à être exportés au Japon afin de montrer que les concentrations de toxine paralysante dans l'hépatopancréas des crustacés respectent la norme japonaise de 80 µg/100 g.

Le certificat d'origine et d'hygiène doit avoir la mention suivante : L'expéditeur, dont le nom figure ci-dessous, contrôle ses envois de homards conformément au « Document d'orientation - Exportation de homards vivants et de produits du homard contenant du tomalli ».

NOTA: - L'adresse civique de l'exportateur doit figurer sur le « certificat d'origine et d'hygiène » et la « Liste des exportateurs qui expédient du homard vivant et des produits de homard contenant du tomalli vers le Japon ».

2. Huîtres vivantes et crues

Les produits doivent provenir d'un établissement et d'un secteur coquillier/d'une exploitation ostréicole inscrit à la liste des « Négociants canadiens certifiés dans le secteur des coquillages et des exploitations ostréicoles » autorisés à exporter des produits d'huîtres crues au Japon. Pour de l'information sur la procédure à suivre pour faire inscrire, sur cette liste, un établissement ou un secteur coquillier/une exploitation ostréicole, veuillez contacter votre bureau local de l'ACIA.

Le certificat doit attester que :

  1. Le produit répond aux exigences de la Loi sur l'inspection du poisson , S.R.C. 1985, c. F-12, du Règlement sur l'inspection du poisson, C.R.C., c. 802, tel qu'il est modifié de temps à autre, et du Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques.
  2. Le produit provient d'un site ostréicole où le NPP de la moyenne géométrique des coliformes totaux dans les échantillons d'eau ne dépasse pas 70 par 100 ml et les échantillons du produit ne dépassent pas un NPP de 230 par 100 g, tel que déterminé par les essais habituels sur les coliformes.
  3. La teneur en toxine paralysante est inférieure à 80 µg/100.

Pour de l'information sur la procédure à suivre pour vérifier ce deuxième point, veuillez contacter votre bureau local de l'ACIA.

Le certificat doit aussi indiquer :

  • le lieu géographique et le site de récolte,
  • la date de la récolte, et
  • le secteur coquillier/le numéro de l'exploitation ostréicole.

NOTA: - L'adresse civique de l'exportateur doit figurer sur le « certificat d'origine et d'hygiène » et la liste des « Négociants canadiens certifiés dans le secteur des coquillages et des exploitations ostréicoles autorisés à exporter des produits d'huîtres crues au Japon ».

Information supplémentaire

Tolérance et directives

  • Mercure total – 0,4 ppm (ne s'applique pas au thon et à l'esturgeon, aux huiles de poisson, aux gélatines ou autres sous-produits du poisson)
  • Méthylmercure – 0,3 ppm (ne s'applique pas au thon et à l'esturgeon, aux huiles de poisson, aux gélatines ou autres sous-produits du poisson)
  • BPC – 0,5 ppm (ne s'applique pas aux huiles de poisson, aux gélatines ou autres sous-produits du poisson)

Pour un complément d'information, consultez le site Web du ministère japonais de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (anglais seulement).

Date de modification :