ARCHIVÉE - Note de service (Clarification) - Utilisation de monoxyde de carbone (CO) dans l'emballage des produits de viande

Cette page Web a été archivée

L'information archivée sur le Web sert à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes du gouvernement du Canada relatives aux sites Web et n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis sa date d'archivage. Pour obtenir l'information dans un format autre que ceux offerts, communiquez avec nous.

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Le 23 Janvier 2012

Destinataires : Gestionnaires des programmes des viandes/Centre opérationnel, spécialistes des programmes/Centre opérationnel, superviseurs, inspecteurs responsables et médecins vétérinaires en chef affectés aux établissements sous agrément fédéral qui transforment de la viande rouge et de la volaille

À l’heure actuelle, l’utilisation de monoxyde de carbone (CO) dans le conditionnement sous atmosphère modifiée (CAM) est permise dans certaines conditions conformément aux exigences et aux normes de Santé Canada et de l’ACIA.

Santé Canada ne s’oppose pas à l’utilisation de CO de qualité alimentaire appropriée en concentration pouvant atteindre 0,4 %, quand le produit est utilisé dans le sac extérieur qui contient une coupe de viande au détail emballée, mais le CO ne doit pas entrer en contact direct avec la viande fraîche.

Le gaz utilisé doit figurer sur la Liste de référence pour les matériaux de construction, les matériaux d’emballage et les produits chimiques non alimentaires acceptés, qui se trouve sur les sites intranet et internet de l’ACIA. Le gaz doit être utilisé de manière jugée acceptable par l’ACIA, c’est-à-dire dans la composition chimique (non modifiée) dans laquelle il est livré par le fournisseur. Il n’existe actuellement aucune disposition selon laquelle l’établissement de transformation peut mélanger le gaz à d’autres gaz ou modifier sa composition à l’établissement.

Toute composition chimique ou utilisation prévue différente doit, au préalable, faire l’objet d’un examen et d’une évaluation par l’ACIA, Division de la salubrité des aliments, Évaluation chimique, en collaboration avec le Bureau de l’innocuité des produits chimiques de Santé Canada.

Document original signé par :

Martin Appelt
Gestionnaire du programme national de médecine vétérin
Division des programmes des viandes

Remarque : Les inspecteurs en chef ainsi que les médecins vétérinaires en chef doivent transmettre cette information aux exploitants.

Date de modification :