2013-2014 Perchlorate dans certains aliments

Sommaire

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) se sert d'études ciblées pour établir ses priorités en matière d'activités et d'identifier les domaines qui suscitent les plus grandes préoccupations; les études ciblées fournissent en outre des preuves scientifiques permettant de résoudre des questions moins préoccupantes. Ces enquêtes ciblées, menées à l'origine dans le cadre du Plan d'action pour assurer la sécurité des produits alimentaires (PAASPA), font partie des activités de surveillance régulières de l'ACIA et constituent un outil précieux grâce auquel il est possible de recueillir des données essentielles sur certains risques d'origine alimentaire, d'identifier / de caractériser les risques nouveaux et émergents, de guider l'analyse des tendances, de susciter / de raffiner les évaluations du risque sur la santé humaine, d'évaluer la conformité aux règlements canadiens, de mettre en lumière des problèmes potentiels de contamination et de promouvoir la conformité.

Les principaux objectifs de la présente étude étaient de :

  • générer des données de surveillance de base quant aux concentrations de perchlorate dans les légumes frais, les produits transformés à base de fruits ou de légumes, les produits laitiers, les préparations pour nourrissons, les produits céréaliers et divers aliments offerts sur le marché de la vente au détail canadien; et
  • comparer les concentrations de perchlorate ainsi relevées avec les données d'autres sources canadiennes et internationales concernant le perchlorate, lorsque cela est possible.

Le perchlorate est une substance chimique que se trouve naturellement dans l'environnement (p. ex. présence dans certains gisements de nitrate et de potasse ou formation dans l'atmosphère). Il s'agit également d'un contaminant environnemental résultant de la fabrication industrielle de propergol, d'explosifs, de fusées éclairantes, de feux d'artifice et de coussins de sécurité gonflables pour les véhicules. Puisque le perchlorate se dissout facilement dans l'eau, il peut être absorbé par les plantes et s'accumuler dans celles-ci et peut également être transféré aux animaux par la consommation d'eau ou d'aliments contaminés de perchlorate.

L'exposition humaine au perchlorate se produit surtout lors de l'ingestion de nourriture et d'eau. À des doses suffisamment élevées, le perchlorate peut interférer avec l'absorption de l'iodure par la glande thyroïde, ce qui nuit à la production d'hormones essentielles au métabolisme et à la croissance.

Pour la présente étude, au total 477 échantillons de légumes frais, de produits transformés à base de fruits ou de légumes, de produits laitiers, de préparations pour nourrissons, de produits céréaliers et d'aliments divers ont été recueillis chez différents détaillants canadiens entre avril 2013 et mars 2014 afin d'en analyser la teneur en perchlorate. Parmi les 477 échantillons analysés, 205 (43 %) échantillons ne présentaient pas de perchlorate en concentration détectable. En tout, 71 % des légumes frais, 40 % des fruits et légumes transformés, 80 % des produits laitiers, 54 % des préparations pour nourrissons, 30 % des produits céréaliers et 61 % des aliments divers présentaient des concentrations détectables de perchlorate allant de 2 parties par milliard (ppb) à 3 300 ppb (mesurée dans un échantillon de roquette). Les plus fortes concentrations moyennes de perchlorate ont été mesurées dans les légumes frais (130 ppb) et les fruits et légumes transformés (23 ppb), tandis que les concentrations moyennes les plus faibles ont été constatées dans les produits céréaliers (5 ppb) et les produits laitiers (6 ppb).

Les fréquences de présence et les concentrations de perchlorate relevées par la présente étude étaient généralement comparables à celles signalées par les études antérieures de l'ACIA et aux données provenant de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de la littérature scientifique.

Toutes les données ont été communiquées au Bureau d'innocuité des produits chimiques (BIPC) de Santé Canada, incluant l'échantillon de roquette présentant la plus forte concentration de perchlorate (3 300 ppb). Le BIPC a déterminé qu'aucune des concentrations de perchlorate mesurées dans le cadre de l'étude ne posait de préoccupation pour la santé humaine, et aucun rappel de produit n'a donc été jugé nécessaire.

L'ACIA poursuivra ses activités de surveillance et diffusera ses conclusions au public canadien et aux intervenants concernés.

Demande de rapport complet

La version intégrale du présent rapport est disponible sur demande.

Le format dans lequel vous souhaitez recevoir le rapport (obligatoire)
Vos coordonnées
Date de modification :