Normes relatives au confinement des installations manipulant des agents pathogènes d'animaux aquatiques - Première édition
Chapitre 5 - Processus de décontamination

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Des processus de décontamination du matériel contaminé ou potentiellement contaminé doivent être en place. Toutes les procédures de décontamination et de gestion des déchets doivent respecter les règlements fédéraux, provinciaux et municipaux applicables. Il incombe aux responsables de l'installation de s'assurer que la méthode de décontamination employée est efficace contre les microorganismes manipulés dans les conditions de cette installation. Les paramètres de décontamination (p. ex. temps, température et concentration chimique) doivent être clairement définis et être efficaces contre les microorganismes visés. Il faut remettre au BCBS la validation du processus de décontamination choisi pour qu'il en fasse l'examen. Le processus de décontamination doit également faire l'objet d'une surveillance régulière pour en assurer l'efficacité. On doit adopter des procédures claires et rigoureuses afin de soutenir les activités quotidiennes de décontamination et de surveillance.

L'un des plus grands défis du confinement des animaux aquatiques vivants représente le volume d'eau qui doit être décontaminé. Les microorganismes doivent impérativement être efficacement inactivés avant d'être relâchés dans l'environnement. Afin de prévenir le rejet de déchets non traités, un système de traitement des effluents redondant ou un système de rétention doit être en place. En outre, le système de décontamination doit être doté d'alarmes permettant de détecter une défaillance, ainsi que de points de prélèvement pour vérifier l'efficacité de la décontamination. Les déchets liquides décontaminés provenant du système de traitement des effluents doivent répondre aux dispositions de tous les règlements applicables (c.-à-d. règlements municipaux visant la température, la présence de produits chimiques ou de métaux, les matières solides en suspension, les huiles et les graisses, la demande biochimique d'oxygène, etc.) Puisque les techniques de décontamination et les protocoles d'analyse évoluent constamment, il n'est pas possible de proposer des protocoles précis pour l'instant. Chaque proposition sera évaluée individuellement jusqu'à ce que ces technologies soient validées.

Les installations de confinement des animaux aquatiques vivants présentent d'autres défis en matière de décontamination efficace des effluents liquides, puisque la méthode de décontamination peut rendre les produits traités nocifs pour les ressources aquatiques. Par exemple, lorsque des résidus chimiques ne sont pas neutralisés avant d'être relâchés (p. ex. chlore et ozone), ils peuvent générer des émanations toxiques et des résidus ou sous-produits d'origine aquatique (p. ex. brome dans l'eau salée) qui peuvent être dommageables pour les animaux aquatiques et les humains s'ils sont inhalés, absorbés ou ingérés. D'autres types de traitement, comme les traitements thermiques, peuvent nécessiter le refroidissement du déchet décontaminé après le traitement avant d'être rejeté dans les égouts ou cours d'eau municipaux.

L'aire ou l'installation de traitement des déchets doit répondre au même niveau de confinement aquatique que la zone de confinement sauf si le système de traitement est un système fermé et confiné. S'il ne s'agit pas de secteurs distincts, toutes les matières contaminées transférées entre ces deux secteurs doivent faire l'objet d'un confinement. Cette procédure s'applique à l'élimination des déchets à l'extérieur du site ainsi qu'au traitement des déchets effectué dans un secteur distinct d'une grande installation.

Le manuel des tests de diagnostic pour les animaux aquatiques de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE – Office international des épizooties)Note de bas de page 7 fournit des lignes directrices pour la désinfection des exploitations d'élevage de poissons à nageoires, de mollusques et de crustacés. Toutefois, d'autres mesures pourraient être requises par suite d'une évaluation locale des risques. Bien que les principes et les procédés physiques et chimiques décrits dans le manuel ne visent pas spécifiquement la décontamination des déchets relatifs au confinement, ils peuvent s'appliquer à la conception d'un système de traitement des déchets.

Date de modification :