Guide national de biosécurité de l'utilisateur pour les exploitations et sites de rassemblement du secteur équin
Annexe 10 : Lignes directrices supplémentaires sur la vaccination

La vaccination est le principal moyen pour augmenter la résistance à des agents infectieux en particulier. Nous avons élaboré des vaccins sécuritaires et efficaces contre un certain nombre de maladies équines et lorsqu'ils sont utilisés de manière appropriée, ils peuvent prévenir ou minimiser la gravité et la durée d'une maladie. Discutez d'un programme de vaccination avec votre médecin vétérinaire pour le personnaliser sur les exigences et les risques particuliers de votre cheval ou de vos chevaux. En collaboration avec votre médecin vétérinaire, examinez les risques liés aux maladies, indiquez les maladies contre lesquelles ils sont vaccinés et déterminez un calendrier pour maximiser les avantages pendant les périodes où les risques sont les plus élevés.

Pour déterminer les maladies contre lesquelles vacciner, il faut se baser sur :

  • le risque des maladies. Par exemple :
    • la probabilité d'exposition (tenir compte des pratiques de nutrition et de gestion des chevaux);
    • l'emplacement géographique;
    • la fréquence des déplacements et des contacts avec des chevaux de différentes exploitations;
  • les conséquences de la maladie;
  • les réactions indésirables potentielles aux vaccins;
  • l'efficacité du vaccin et les avantages anticipés.

Des facteurs supplémentaires qui ont une incidence sur la vaccination, y compris l'âge du cheval, son état de santé, son historique de vaccination, son historique des déplacements et ses réactions précédentes aux vaccins.

Essayer d'élaborer un protocole de vaccination unique pour tous les chevaux est impossible et est contraire aux objectifs de maximisation de la résistance aux maladies. L'American Association of Equine Practitioners (AAEP) a élaboré une série de lignes directrices et de protocoles pour la vaccination. Ils catégorisent les vaccins comme étant « de base » ou « fondés sur les risques ».

Vaccins de base et fondés sur les risques
Vaccins de base Vaccins fondés sur les risques
  • « Les vaccins qui offrent une protection contre les maladies qui sont endémiques (communes) dans une région, ceux qui ont une importance potentielle au niveau de la santé publique, ceux obligatoires selon la loi, les maladies hautement infectieuses et virulentes, et celles qui comportent un risque de maladies graves.
  • Les vaccins de base ont clairement démontré leur efficacité et leur innocuité, et donc, présentent un niveau suffisamment élevé d'avantages pour les patients et un niveau suffisamment faible de risques pour justifier leur utilisation chez la majorité des patients Note de tableau 30. »
  • Il y a des différences géographiques pour les risques de maladies dans l'ensemble du Canada et les exigences de vaccination de base peuvent différer. Discutez avec votre médecin vétérinaire des vaccins de base qui sont les plus appropriés pour votre cheval.
  • Dans la majorité des régions du Canada, les vaccins suivants doivent être considérés Note de tableau 31 :
    • le tétanos (trismus)
    • la rage : lorsque vous étudiez le fait de vacciner pour la rage, il est important de garder à l'esprit que la rage est une maladie neurologie mortelle et ayant une importance au niveau de la santé publique.
    • l'encéphalomyélite équine de l'Est et de l'Ouest (maladie du sommeil)
    • le virus du Nil occidental
  • Les vaccins qui sont recommandés « après avoir effectué une analyse des risques et des avantages. L'utilisation de vaccins basés sur les risques peut varier d'une région à l'autre, d'une population à l'autre au sein d'une région ou entre des chevaux au sein d'une population donnée. » Note de tableau 32
  • Les vaccins basés sur les risques comprennent ce qui suit :
    • l'influenza équine (la grippe équine)
    • l'herpèsvirus équin (rhinopneumonie)
    • la gourme (pneumonite)
    • la fièvre équine du Potomac
    • le botulisme
    • l'artérite virale équine
    • la diarrhée à rotavirus
    • la fièvre charbonneuse

Bien que la vaccination soit un élément essentiel pour le maintien de la santé des chevaux, elle n'offre pas une garantie complète contre la présence de maladies. De nombreux facteurs ont une incidence sur les résultats à la suite d'une exposition aux maladies (voir la triade des maladies). Une bonne biosécurité, des pratiques d'élevage et de gestion sont nécessaires pour maximiser les avantages de la vaccination.

Pour qu'un vaccin soit efficace, il doit être entreposé et administré conformément aux directives de l'étiquette. Certains vaccins nécessitent l'administration de plus d'une dose en raison des intervalles particuliers pour être efficaces. Votre médecin vétérinaire est la meilleure ressource pour les recommandations en matière de vaccins propres à votre cheval.

Entreposage et manipulation des vaccins

  • lire et suivre les directives sur l'étiquette du fabricant pour l'entreposage;
  • s'assurer que les vaccins nécessitant une réfrigération sont entreposés à la température appropriée; les vaccins ne devraient pas être congelés. Éviter de les entreposer dans la porte, des bacs ou des tiroirs du réfrigérateur puisque les températures fluctuent souvent dans ces endroits;
  • surveiller la température des réfrigérateurs où sont entreposés les vaccins à l'aide d'un thermomètre numérique;
  • protéger les vaccins de l'exposition au soleil; le soleil peut détruire les composants du vaccin;
  • surveiller les dates d'expiration et faire la rotation des vaccins plus anciens afin de les utiliser avant les nouveaux produits.

Administration des vaccins

  • lire et suivre les directives sur l'étiquette du fabricant pour l'administration;
  • pour les vaccins qui nécessitent une reconstitution, le mélanger au liquide approprié (diluant), au volume et à la température appropriée;
  • ne pas mélanger les vaccins avec d'autres vaccins ou médicaments dans la même seringue ou applicateur;
  • ne reconstituer que la quantité de vaccin qui sera utilisé immédiatement; ne pas entreposer un vaccin reconstitué. Les vaccins reconstitués sont souvent instables et ne seront pas efficaces s'ils sont entreposés;
  • utiliser une aiguille et une seringue neuves pour chaque animal;
  • administrer le vaccin par la voie appropriée (par exemple, intramusculaire, sous-cutanée, intranasal) à l'aide de la technique appropriée;
  • ne pas réduire ou partager la dose de vaccin entre les animaux;
  • éliminer les aiguilles, les seringues et les contenants de vaccins utilisés de manière appropriée;
  • tenir à jour un registre de vaccination, y compris la date, le nom du vaccin, le fabricant, le numéro de série et de lot, la voie d'administration et l'emplacement de l'administration;
  • consigner toute réaction indésirable au vaccin et signaler ces dernières à votre médecin vétérinaire.
Date de modification :