Guide national de biosécurité de l'utilisateur pour les exploitations et sites de rassemblement du secteur équin
Section 5 : Programme préventif de gestion de la santé des chevaux

But : Instaurer un programme de gestion de la santé des chevaux dans l'exploitation ou dans le site de rassemblement qui décrit les soins quotidiens, la prévention des maladies et les méthodes de contrôle. Chaque cheval sur l'exploitation ou le site de rassemblement est en conformité avec le programme afin d'optimiser la prévention des maladies dans un environnement où des chevaux se mélangent.

Description : Les programmes préventifs de gestion de la santé peuvent améliorer la santé et le bien-être des chevaux et encouragent l'adhésion ausein des écuries et lors d'événements en atténuant les préoccupations liées à la propagation des maladies. Il est important de réaliser que la santé des autres chevaux est tout aussi importante que celle de vos propres chevaux.

5.1 Communication

But : L'identification ou le soupçon d'une maladie chez un cheval doit être rapidement communiqué afin de maintenir la santé et le bien-être des autres chevaux dans une exploitation ou un site de rassemblement où des chevaux sont gardés. L'ensemble du personnel doit être pleinement informé du programme et de son importance.

Description : Les procédures de déclaration de maladies en ce qui concerne les exploitations avec quelques chevaux résidents et où tous les propriétaires se connaissent pourraient simplement se résumer par un échange des coordonnées de chacun. Les stratégies de communication pour les sites de rassemblement accueillant des événements pour lesquels un grand nombre de chevaux de passage, appartenant à divers propriétaires et soignés par différentes personnes, doivent être bien planifiées et documentées. Un simple plan de communication écrit de manière claire à l'égard des préoccupations liées aux maladies fournit un fondement solide pour une gestion efficace.

La communication rapide de renseignements fiables en cas de doute ou de diagnostic d'une maladie infectieuse est importante pour les raisons suivantes :

  • consulter votre médecin vétérinaire;
  • s'assurer que les propriétaires de chevaux, les gardiens et les intervenants de l'exploitation ou du site de rassemblement connaissent les mesures de biosécurité à prendre et ce qu'ils doivent mettre en œuvre;
  • aviser les exploitations et les sites de rassemblement équins avoisinants du risque de maladie; et
  • minimiser l'anxiété, la panique et les réactions démesurées des propriétaires de chevaux et du public.

Figure 7 : Exemple d'une stratégie de communication et d'intervention simple au sujet d'une maladie

Quatre flèches en ligne toutes pointant vers la droite.
Description de la photo – : Figure 7 : Exemple d'une stratégie de communication et d'intervention simple au sujet d'une maladie

Quatre flèches en ligne toutes pointant vers la droite. Du texte se trouve à l'intérieur et en dessous de chaque flèche. De gauche à droite, voici le texte à l'intérieur et sous chaque flèche :

  1. À l'intérieur de la flèche : « Quand - identification d'une maladie ». En dessous de la flèche : « Le cheval semble être malade. Établir des critères de santé qui indiqueraient que votre cheval est peut-être malade - par exemple, une liste de signes cliniques y compris les changements de comportement et le niveau d'activité. »
  2. À l'intérieur de la flèche : « Qui - propriétaire communique avec le médecin vétérinaire ». En dessous de la flèche : « Le propriétaire du cheval consulte son médecin vétérinaire pour confirmer et déterminer la cause de la maladie et pour obtenir les options de gestion et de traitement possibles ».
  3. À l'intérieur de la flèche : « Quoi - communication ». En dessous de la flèche : « Si la maladie se propage facilement et qu'il y a un risque de contact avec d'autres chevaux, soyez un bon voisin et avisez les propriétaires des écuries voisines que votre cheval est malade ».
  4. À l'intérieur de la flèche : « Comment et pourquoi - contrôles de déplacements ». En dessous de la flèche : « Dans la mesure du possible, séparez votre cheval des autres chevaux sur la propriété. Mettez en œuvre de façon adéquate des contrôles de déplacements pour les chevaux, les personnes, l'équipement et le matériel afin de limiter la propagation de la maladie ».

Dans les cas où de multiples chevaux sont en contact les uns avec les autres et que de nombreux gardiens sont concernés, il faut élaborer une stratégie de communication avec des porte-parole désignés. Les renseignements inexacts et inadéquats peuvent avoir une incidence négative sur la crédibilité de l'exploitation et du site de rassemblement ainsi que sur l'ensemble de l'industrie équine.

Il est important que les gardiens soient en mesure de réagir rapidement afin de minimiser la propagation de maladies aux autres chevaux. Les propriétaires et les opérateurs des exploitations et des sites de rassemblement où les chevaux se mélangent (lesquels comprennent les événements, les compétitions, les foires agricoles, les pistes de course et les enceintes de mise aux enchères) devraient avoir une stratégie de communication et un plan d'intervention en cas de maladie. Les participants devraient connaître à l'avance la stratégie de communication et le plan d'intervention en cas de maladie.

Pratiques recommandées :

Élaborer une stratégie de communication adaptée à l'exploitation ou au site de rassemblement qui comprend :

  • élaborer un contrat écrit et signéNote de bas de page 7 entre le gardien de l'exploitation ou du site de rassemblement et le propriétaire du cheval ou son mandataire désignéNote de bas de page 8 et qui exige :
    • d'ajuster les soins préventifs du cheval en fonction des exigences de l'exploitation ou du site de rassemblement;
    • de partager toutes les informations concernant un problème de santé qui serait susceptible d'affecter d'autres chevaux sur la propriété;
  • organiser à l'avance un protocole pour la déclaration de maladies afin d'en minimiser la propagation;
  • si votre médecin vétérinaire est désigné comme responsable de la déclaration de maladies, vous devez lui fournir une autorisation écrite pour discuter des problèmes de santé de votre cheval avec le propriétaire ou l'opérateur du site de rassemblement;
  • désigner une personne qui sera le point de contact pour les informations sur la santé pour les propriétaires ou gardiens de chevaux;
  • aviser rapidement la personne désignée lorsqu'un cheval est soupçonné d'être malade. Lorsqu'un gardien différent assure les soins quotidiens et l'observation de la santé des chevaux, donnez-lui l'autorisation de transmette les problèmes de santé à cette personne;
  • désigner à l'avance le porte-parole qui sera responsable de rendre les renseignements publics. Les connaissances et l'expérience du porte-parole sont importantes pour que les renseignements fournis soient exacts et présentés de façon claire;
  • élaborer et examiner les renseignements chaque année ou lorsque des changements importants se produisent; et
  • déterminer « qui fait quoi »; les rôles et les responsabilités :
    • établir et définir les protocoles de biosécurité relatifs à la situation de maladie, en quoi ils diffèrent des mesures de biosécurité de routine et qui informe le personnel et de quelle manière. S'assurer que le personnel actuel a reçu une formation sur les procédures opérationnelles normalisées (PON) relatives à la gestion des maladies.

Considérations pour les accords et contrats de logement et la santé des chevaux

  • Un accord ou un contrat de logement peut contribuer à améliorer la communication entre les propriétaires d'écurie et les pensions. En décrivant précisément les rôles, les responsabilités et les attentes, un accord peut produire un résultat prévisible lorsque des problèmes surviennent.
  • Fournir une autorisation écrite à ceux qui peuvent échanger des renseignements concernant la maladie.
  • En plus des frais de pension et des services offerts, s'assurer que les exigences en matière de santé telles que la vaccination systématique, la lutte contre les parasites et les soins de santé préventifs sont définies.
  • Confirmer les procédures de communication pour les urgences médicales et non médicales et pour la prestation de soins médicaux en cas de maladie, de blessure ou d'urgence médicale afin d'assurer la santé et le bien-être de votre cheval, et préciser les obligations financière et juridique des deux parties.

Puisque les lois et les règlements provinciaux diffèrent, documentez-vous et obtenez les conseils d'un professionnel au moment d'élaborer des accords et des contrats de logement.

5.2 Programme de gestion de la santé des chevaux (troupeau)

But : Atteindre et maintenir un niveau uniforme et élevé de santé pour tous les chevaux d'une exploitation ou d'un site de rassemblement, élaborer, mettre en œuvre et maintenir un programme de gestion de la santé des chevaux.

Un programme préventif de gestion de la santé n'est efficace que si vous et les autres propriétaires ou gardiens de chevaux se conforment au programme afin d'établir et de maintenir la santé des chevaux. Cela s'applique aussi aux chevaux qui se trouvent temporairement sur la propriété ou le site de rassemblement dont les chevaux en visite sur le site pour un événement de courte durée ou utilisant seulement le site de rassemblement comme aire de repos pendant un transit.

Dans les sites de rassemblement où les chevaux sont mélangés et ont été exposés à divers environnements (par exemple, des concours hippiques, des événements et d'autres installations de logement) et possiblement des maladies, il est important que le statut sanitaire de base du cheval soit déterminé et qu'une approche uniforme pour la gestion de la santé soit mise en œuvre afin de minimiser le risque potentiel pour les chevaux résidents et les nouveaux arrivants.

Pratiques recommandées :

  • élaborer et documenter le programme de gestion pour l'exploitation ou pour le site de rassemblement en consultation avec les propriétaires, les gardiens, les médecins vétérinaires et d'autres sources d'expertise en biosécurité (spécialistes des animaux d''élevage du gouvernement provincial, associations de l'industrie et universités)
  • éléments qu'un programme de gestion de la santé pour un cheval (troupeau) peut inclure :
    • identification des installations et identification de chaque cheval;
    • exigences de vaccination avant l'entrée et protocoles post-arrivée;
    • exigences de dépistage des maladies;
    • programme de lutte antiparasitaire (vermifugation : type de produit, fréquence, analyses de laboratoireNote de bas de page 9);
    • procédures d'observation et de surveillance de la santé des chevaux;
    • détermination des procédures liées à la maladie et aux interventions; et
    • soins des sabots (y compris la planification et le nettoyage de l'espace de travail du maréchal-ferrant; coordonnées de la personne à joindre en cas d'urgence pour le maréchal-ferrant).

Les propriétaires et les gardiens de chevaux doivent s'assurer que les chevaux dont ils sont responsables et les propriétés sur lesquelles ils résident ou qu'ils visitent sont clairement considérés pour permettre une gestion adéquate de la santé des chevaux.

5.3 Surveillance et maintien de la santé animale

But : Diagnostiquer rapidement la maladie, minimiser la propagation aux autres chevaux et veiller au bien-être du cheval malade.

La détection précoce et le traitement de la maladie donnent une meilleure chance pour un rétablissement complet et réduisent la possibilité de transmission de maladies.

Pratiques recommandées :

  • tenir à jour les dossiers des pratiques de gestion (par exemple, vaccinations et arrivées, départs et groupes de contact des chevaux);
  • observer régulièrement et surveiller la santé des chevaux. À la base, l'observation doit se faire au moins une fois par jour. Augmenter la fréquence d'observation et de surveillance lorsque les chevaux se déplacent et reviennent d'événements, de concours hippiques, de pistes de course ou d'autres activités où des chevaux sont mélangés (veuillez consulter l'annexe 4 pour obtenir des renseignements sur la tenue de l'examen de l'état de santé des chevaux et les annexes 5 et 6 pour des exemples de registres);
  • observer et surveiller les chevaux supposent, sans toutefois s'y restreindre, l'identification de changements à ce qui suit :
    • démarche et déplacement;
    • appétit;
    • production de fumier et d'urine;
    • humeur ou disposition apparente; et
    • température, pouls et fréquence respiratoire.
  • établir des critères pour déclarer un cheval malade, lesquels donneraient le signal pour mettre en place des mesures supplémentaires. Par exemple, une température élevée au-dessus des valeurs normales de 37,0° à 38,5 °C (98,6 °F à 101,3 °F) devrait vous inciter à téléphoner rapidement à votre médecin vétérinaire;
  • connaître les valeurs normales des signes vitaux des chevaux. Pour un adulte au repos :
    • température : 37,0 à 38,5 °C (98,6 à 101,3 °F)Note de bas de page 10;
    • rythme cardiaque : de 28 à 44 battements par minute;
    • fréquence respiratoire : de 10 à 14 respirations par minute.
Photo d'un vétérinaire évaluant la santé d'un cheval — observant son rythme cardiaque à l'aide d'un stéthoscope.
Dr Wayne Burwash

En cas de préoccupations liées à la santé, consultez un médecin vétérinaire. La pratique recommandée afin de minimiser la souffrance du cheval et de protéger les autres chevaux d'une maladie potentielle est de s'assurer de la capacité d'une réponse immédiate.

5.4 Protocoles d'intervention en cas de maladie et situation d'urgence

But : Protéger la santé et le bien-être des chevaux, élaborer et mettre en œuvre des protocoles d'intervention en cas de maladie et de situations d'urgence. Tous les protocoles d'interventions d'urgence doivent inclure les considérations liées à la biosécurité. Dans une intervention en cas de maladie, le bien-être des chevaux malades est préservé et des mesures sont mises en œuvre afin de minimiser le risque potentiel pour les autres chevaux. Pour les urgences non liées aux maladies telles que les inondations et les incendies, la santé et le bien-être de tous les chevaux sont pris en compte durant l'évacuation, le transport et l'hébergement vers une installation alternative.

Description : Une intervention immédiate peut être nécessaire dans des situations liées ou non aux maladies. Dans les deux circonstances, il est important de disposer de protocoles d'intervention développés et de gardiens formés avant l'événement. Le soupçon ou l'identification d'une maladie dans une grande installation, particulièrement un concours hippique ou une piste de course, peut déclencher la panique, des déplacements de chevaux et d'autres mesures injustifiées qui augmentent les risques de maladie pour chaque cheval et pour l'industrie. Des événements qui compromettent la sécurité des chevaux sur un site de rassemblement tels qu'un incendie, des dommages causés par la foudre et des inondations peuvent nécessiter l'évacuation des chevaux. L'évacuation exige une planification préalable pour le transport et les options d'autres sites de rassemblement à proximité.

Pratiques recommandées :

Identification des animaux et des lieux de garde

  • s'assurer que tous les chevaux de l'exploitation et du site de rassemblement sont facilement identifiables par tous les gardiens. Afficher les renseignements suivants sur les écuries, les boxes et les enclos : l'identification des chevaux (par exemple, le nom et l'identification d'accompagnement y compris les marques, la race, le tatouage et l'identification de la micropuce), les graphiques et le nom du propriétaire ou de la personne responsable;
  • s'assurer que tous les lieux de garde sont clairement identifiés; et
  • faciliter la traçabilité en marquant les chevaux de façon permanente et en tenant des registres des lieux où ils ont été gardés ainsi que les coordonnées des propriétaires.

Rôles et responsabilités

  • Pour les urgences liées aux maladies et les autres interventions, vérifier que les protocoles, les rôles et les responsabilités, les numéros de téléphone d'urgence et l'identification de l'exploitation (localisation géographique) sont facilement repérables..

Intervention en cas de maladie

Les principes d'intervention en cas de maladie pour tous les lieux d'hébergement de chevaux et toutes les situations sont semblables; les principes peuvent s'appliquer à un cheval dans une petite exploitation ou un site de rassemblement ou à de nombreux chevaux à un événement important, que l'on soupçonne d'être malades. Les interventions suivantes peuvent être faites dans toutes ces situations.

Des signes de maladie sont décelés chez un cheval - Amélioration de votre biosécurité

  1. Aviser
    1. Aviser le propriétaire ou la personne autorisée à agir au nom du propriétaire et le gérant de l'exploitation ou du site de rassemblement.
    2. Aviser le médecin vétérinaire.
  2. Séparer
    1. Dans la mesure du possible, séparer physiquement les chevaux malades et ceux soupçonnés d'être malades des autres animaux et gérer-les comme un groupe distinct en les déplaçant à un endroit où le contact avec d'autres chevaux est impossible.
    2. Selon la taille et la configuration de l'exploitation ou du site de rassemblement, cela peut signifier loger dans un boxe, une écurie ou un enclos distinct.
    3. Lorsque la séparation physique est impossible, restreindre l'accès aux chevaux, délimiter une zone de l'écurie ou de l'enclos pour créer une séparation temporaire et indiquer qu'il y a un problème lié à la maladie.
    4. Dans les deux situations, porter des vêtements désignés au moment de travailler avec es chevaux, et nettoyer et désinfecter les chaussures, les mains et tout l'équipement avant d'entrer en contact avec d'autres chevaux.

    Veuillez consulter la section 6 pour obtenir plus de détails sur la séparation.

  3. Obtenir un diagnostic
    1. Consulter un médecin vétérinaire afin de déterminer si le cheval est infecté par une maladie contagieuse. Si un médecin vétérinaire n'est pas disponible immédiatement pour examiner le cheval, demander lui conseil sur les mesures pouvant prévenir la propagation.
    2. La nature de la maladie déterminera le niveau de communication et les mesures de biosécurité accrue qui seront mises en place afin de minimiser la propagation de la maladie. Veuillez consulter l'annexe 2 pour les maladies équines.
  4. Intervenir et communiquer
    1. Mettre en œuvre votre stratégie de communication. En échangeant des renseignements précis avec les personnes directement touchées, cela améliorera la gestion de la maladie et minimisera les réactions excessives inutiles.
    2. Désigner un porte-parole pour communiquer l'information permettra d'assurer la cohérence.
    3. Pour les sites de rassemblement et les événements d'envergure, une équipe de personnes ayant des parcours et des expertises différents est utile pour gérer la situation.
    4. Votre médecin vétérinaire peut devoir signaler certaines maladies au gouvernement fédéral ou provincial.
  5. Retracer les chevaux exposés
    1. Retraçage des autres chevaux potentiellement exposés - tout en obtenant un diagnostic préliminaire, identifier les autres chevaux qui ont été exposés. Se concentrer sur ceux ayant possiblement eu un contact direct (nez à nez) ou un contact indirect (par exemple, équipement partagé, boxe adjacent, partage d'eau et contact avec d'autres participants).
    2. En général, les chevaux ayant eu un contact direct sont des animaux à risque élevé, les chevaux ayant eu un contact indirect sont des animaux à risque modéré et les chevaux auxquels on ne connaît pas de moment où il y aurait eu contact direct ou indirect peuvent être considérés comme des animaux à faible risque d'infection et de propagation de maladies. La connaissance de la maladie est importante afin de déterminer les chevaux à risque potentiellement élevé.
  6. Restreindre les déplace-ments
    1. Restreindre temporairement les déplacements des animaux malades, suspects et exposés, ainsi qu'à ceux qui les manipulent, jusqu'à ce qu'un médecin vétérinaire ait posé un diagnostic préliminaire et qu'un plan d'intervention soit mis en œuvre.
    2. Dans bien des situations, un médecin vétérinaire sera capable d'isoler la cause possible de la maladie en obtenant une anamnèse; un examen des dossiers de santé connexes du cheval et un examen physique du cheval.
    3. Selon les circonstances, les chevaux à risque faible et modéré peuvent continuer de compétitionner, toutefois les expositions directe et indirecte devraient être minimisées.
    4. Restreindre les déplacements des autres animaux de l'exploitation ou du site de rassemblement.
  7. Surveiller les chevaux
    1. Observer les chevaux malades et exposés et rester à l'affût de changements dans leur statut sanitaire conformément à la directive du médecin vétérinaire. L'observation et la surveillance des températures rectales deux fois par jour sont une pratique recommandée pour tous les chevaux surtout lorsqu'ils participent à un événement.
  8. Libérer les chevaux
    1. Avant de lever les restrictions de déplacements, consulter le médecin vétérinaire traitant.
    2. Donner à tous les participants quittant le site de rassemblement ou l'événement de l'information au sujet de la maladie et sur la nécessité de surveiller leurs chevaux afin de déceler des signes de maladie.
    3. Les chevaux malades ou ayant été exposés par contact direct ou indirect doivent, au retour à leur lieu de garde, être gardés séparément des autres chevaux, être surveillés et recevoir les soins appropriés, jusqu'à ce qu'ils se rétablissent ou que leur statut sanitaire soit déterminé.
    4. Les chevaux non exposés peuvent être libérés vers d'autres lieux. C'est une pratique recommandée de déclarer aux responsables de l'événement votre participation à un événement où une maladie infectieuse a été signalée.

Plan d'action non lié aux maladies - protocole pour les mesures d'urgence (par exemple, inondation, incendie, catastrophe naturelle)

  • Élaborer un plan d'évacuation, de transport et d'hébergement alternatif afin de protéger la santé et le bien-être des chevaux tout en s'assurant de maintenir le même niveau de mesures en matière de biosécurité. Les protocoles d'évacuation devraient réduire le plus possible le chaos et optimiser le transport des chevaux dans le cadre d'un processus systématique qui tient compte de la continuité de l'identité. Établir et organiser d'avance un plan de transport d'urgence et d'hébergement vers une autre exploitation en cas de situations d'urgence de courte et de longue durées.
    Texte alternatif : Photo de quatre pompiers dirigeant un jet d'eau d'un boyau d'incendie vers une écurie à chevaux dévorée par les flammes.
    Personnel d'urgence intervenant lors d'un feu dans une écurie en Ontario. Avec la permission de Gary Dinkel
  • Savoir que le comportement des chevaux, en particulier lorsqu'ils sont effrayés par la menace d'un feu ou d'autres catastrophes, peut être imprévisible. Pratiquer les plans d'évacuation afin d'augmenter les chances de succès.
  • S'assurer qu'il y a des licous et des laisses entreposés en quantité suffisante dans un endroit éloigné de l'écurie qui sont facilement accessibles.
  • Affecter les gardiens à des tâches précises. Par exemple, une personne désignée pour la gestion du transport, la gestion de l'enlèvement systématique des chevaux et la vérification de la disponibilité de l'identification de chaque cheval durant le transport et le placement subséquent dans les exploitations alternatives.
  • Préserver la vie est le principal objectif. Une fois la menace atténuée, si les protocoles de biosécurité ont été compromis, effectuer une évaluation de la situation et mettre en place des mesures appropriées.
Date de modification :