Norme nationale de biosécurité pour les fermes canadiennes de bovins de boucherie
Annexe 4 : Administration et livraison sécuritaires des médicaments et des vaccins vétérinaires

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Les médicaments et les vaccins vétérinaires sont pour l'instant réglementés par deux organismes au Canada. Les médicaments vétérinaires sont réglementés par la Direction des médicaments vétérinaires de Santé Canada tandis que les produits biologiques vétérinaires (vaccins) sont contrôlés par le Centre canadien des produits biologiques vétérinaires de l'ACIA.

Les médicaments vétérinaires approuvés pour utilisation au Canada ont un numéro d'identification du médicament (DIN) et seuls ces derniers doivent être utilisés.

Les médicaments et les vaccins vétérinaires doivent être utilisés selon les instructions d'un médecin vétérinaire et conservés selon les instructions du fabricant, afin d'en assurer l'efficacité.

Il existe bien de méthodes d'administration de médicaments, selon le genre de médicament, sa formulation, la maladie et l'espèce et le nombre d'animaux en question. Elles comprennent :

  • Médicaments par voie orale
    • Bolus
    • Additif alimentaire
    • L'eau
  • Injectables ou implants
    • Sous-cutanés
    • Intradermiques
    • Intramusculaires
    • Intraveineux
  • Topiques, p. ex. [pour-on] ou [spot-on]
  • Intranasal

Ne pas administrer un médicament par d'autres voies que celles recommandées par le fabricant ou par votre médecin vétérinaire au risque d'engendrer des réactions indésirables sévères.

Des vaccins vétérinaires destinés aux bovins de boucherie sont administrés par injection intramusculaire ou sous-cutanée.

L'utilisation appropriée des aiguilles est très importante aussi. De nouvelles aiguilles devraient être employées dans le traitement de chaque animal pour des problèmes de santé. La réutilisation des aiguilles est préoccupante pour plusieurs raisons, notamment la transmission de maladies, la rupture d'aiguilles et la salubrité des aliments qui en découle.

Date de modification :