Guide du producteur d'abeilles domestiques norme nationale de biosécurité à la ferme pour l'industrie apicole
Annexe E : Biosécurité applicable au secteur apicole : liste de contrôle d'auto-évaluation

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

La présente liste de contrôle a pour objet d'aider les producteurs à évaluer leur programme de biosécurité. Bien qu'elle n'énumère pas toutes les composantes ou mesures décrites dans le Guide du producteur, elle propose un aperçu général des principales recommandations énoncées dans chacun des sections. Référer au Guide du producteur si des questions surgissent durant l'utilisation du présent document comme outil d'évaluation. Certains éléments mentionnés dans cette liste peuvent ne pas s'appliquer à toutes les exploitations d'élevage d'abeilles domestiques.

Section 1 : Gestion de la santé des abeilles – liste de vérification

1.1 Sources d'abeilles

  • Les abeilles sont achetées de fournisseurs locaux, certifiés et reconnus.
  • Les lois et règlements provinciaux encadrant l'achat d'abeilles sont respectés et notés.
  • Les introductions font l'objet d'une inspection et d'une évaluation visant à confirmer qu'ils sont exempts d'organismes nuisibles, et des mesures appropriées sont prises dans le cas contraire.
  • Les introductions sont placées dans de nouvelles ruches ou des ruches désinfectées et manipulées avec un équipement propre et désinfecté.
  • Les traitements sont effectués conformément aux lois provinciales et à leur règlement d'application et aux instructions figurant sur l'étiquette.
  • Une surveillance est exercée afin d'établir l'état de santé des abeilles après leur introduction, et les résultats sont consignés.

1.2 Prévention : réduction maximale de la vulnérabilité aux organismes nuisibles

  • Les conditions météorologiques et environnementales, tant au champ que dans les ruches, sont surveillées, et des mesures destinées à promouvoir la santé des abeilles sont mises en œuvre.
  • Les abeilles ont accès à des sources d'eau et de nourriture de qualité.
  • Des mesures sont prises pour limiter les perturbations durant la manipulation, le transport, le transfert et l'entreposage des abeilles.
  • Une bonne connaissance situationnelle et la surveillance de la santé des abeilles contribuent à prévenir l'exposition directe et indirecte des abeilles aux pesticides.
  • Des mesures de lutte culturale et de surveillance des organismes nuisibles sont mises en œuvre pour maintenir des colonies vigoureuses.
  • Les traitements chimiques préventifs sont limités et effectués conformément aux recommandations provinciales.

1.3 Prévention : réduction maximale de l'exposition aux organismes nuisibles

  • Les ruches sont conçues, utilisées et entretenues de manière à réduire l'exposition des abeilles aux organismes nuisibles.
  • Les ruchers sont placés, orientés et surveillés de manière à réduire l'exposition des abeilles aux organismes nuisibles.
  • Des techniques de gestion sont utilisées pour prévenir le pillage, la dérive et l'essaimage.

Des mesures préventives et des précautions sont prises pour réduire l'exposition des abeilles aux organismes nuisibles durant

  • le transport
  • la division
  • la fusion ou l'égalisation des colonies
  • la collecte des hausses
  • l'extraction

1.4 Diagnostic et surveillance

Un programme de surveillance est en place. Ce programme prend en compte les éléments suivants :

  • connaissances des risques présents dans la région
  • coordination de la surveillance avec les périodes de traitement
  • cycle vital des abeilles
  • cycle vital des organismes nuisibles
  • calendrier des activités saisonnières de l'exploitation
  • tenue de registres et retraçage
  • reconnaissance précoce des problèmes
  • échantillonnage et collecte
  • manipulation des organismes nuisibles
  • recours à des services de laboratoire à des fins de confirmation (diagnostic de maladie ou identification d'organisme nuisible)
  • efficacité des traitements
  • formation

1.5 Plan d'intervention standard

  • Les recommandations provinciales en matière de traitements sont obtenues et appliquées.
  • Les recommandations canadiennes relatives aux pratiques de lutte intégrée applicables au secteur apicole sont suivies.

Des traitements chimiques sont effectués et des méthodes de lutte culturale sont appliquées :

  • des mesures sont prises pour prévenir l'apparition d'une résistance aux traitements chimiques;
  • les traitements sont effectués en rotation (le cas échéant);
  • des mesures sont prises pour prévenir les interactions chimiques et l'accumulation de résidus toxiques;
  • les seuils de traitement sont surveillés et suivis (le cas échéant);
  • l'apiculteur provincial ou des spécialistes du secteur apicole sont consultés au sujet de l'interprétation des résultats de tests;
  • les instructions figurant sur l'étiquette sont suivies;
  • les applications sont effectuées de façon systématique et uniforme;
  • les applications sont synchronisées avec les saisons et les étapes du cycle vital;
  • la santé des abeilles est surveillée après les traitements.

Des méthodes de lutte non chimique (culturales) pour la gestion des ruches et installations contenant des abeilles vivantes sont intégrées:

  • les colonies vigoureuses sont maintenues;
  • les colonies infectées ou infestées sont isolées;
  • les abeilles saines sont logées dans des ruches non contaminées;
  • des grilles à reine sont utilisées;
  • l'échange de rayons entre colonies est réduit au maximum;
  • au moins 20 % des cadres à couvain sont remplacés annuellement;
  • les colonies sont remérées tous les deux ans avec des reines présentant des caractères souhaitables;
  • des plateaux grillagés sont utilisés;
  • le piégeage des faux-bourdons est pratiqué à des fins de lutte contre le varroa.
  • les plateaux font l'objet d'un raclage au moins une fois par année.

1.6 Plan d'intervention d'urgence

Un plan de communication/notification est en place pour :

  • le personnel
  • les autorités apicoles (apiculteur provincial, inspecteurs)
  • associations
  • autres
  • Des mécanismes de communication fondés sur les risques sont en place.

Des protocoles de gestion de la santé des abeilles sont en place :

  • les déplacements, ventes et introductions de colonies et de ruches sont suspendus.
  • les colonies infectées ou infestées sont isolées.
  • l'accès aux colonies infectées ou infestées est restreint.
  • les mesures de biosécurité individuelles ou applicables à l'équipement sont appliquées.
  • les mesures de quarantaine sont respectées.
  • les protocoles régissant les déplacements des visiteurs sont respectés, et des panneaux sont installés.

Section 2 : Gestion des opérations

2.1 Acquisition des intrants de production

  • De l'eau propre, des suppléments glucides et de protéines et des traitements adéquats sont fournis aux abeilles au besoin.
  • Des préparations de sucrose ou de sirop de maïs à haute teneur en fructose convenant aux abeilles sont utilisées.
  • Des sources d'eau additionnelles sont offertes aux abeilles.
  • Le pollen et les suppléments de protéines sont irradiés.
  • Les produits de traitement sont homologués, et les instructions figurant sur les étiquettes sont suivies.

2.2 Manipulation et élimination des intrants de production

  • Les flaques de miel renversé sont nettoyées aussi rapidement que possible.
  • Les nourrisseurs et les contenants sont neufs ou désinfectés.
  • Des nourrisseurs fermés sont utilisés.
  • Les nourrisseurs et les contenants d'eau sont scellables et fabriqués avec des matériaux faciles à nettoyer et à désinfecter.
  • Les nourrisseurs (seaux) portent une étiquette indiquant qu'ils doivent être utilisés pour le nourrissement ou les traitements.
  • Les produits de nourrissement sont entreposés à bonne distance des abeilles et des installations de transformation.
  • Les produits de nourrissement et l'eau qui ont été en contact avec des abeilles infectées ou infestées sont entreposés dans un contenant scellable et éliminés.
  • Les abeilles mortes sont régulièrement retirées des sources d'eau et des nourrisseurs.
  • Les produits de traitement chimique sont entreposés conformément aux instructions figurant sur l'étiquette.
  • L'écoulement des stocks est effectué selon le principe premier entré, premier sorti.
  • Les produits périmés ou en surplus sont éliminés conformément aux instructions figurant sur l'étiquette.
  • Aucune lanière de pesticide n'est réutilisée.

2.3 Acquisition de l'équipement apicole

Acquisition de matériel apicole usagé

  • L'apiculteur n'achète ou ne loue aucun matériel apicole usagé qui a déjà été infecté ou infesté.
  • L'apiculteur se procure du matériel apicole usagé seulement de fournisseurs locaux certifiés et fiables qui appliquent idéalement un programme de lutte antiparasitaire et s'informe de la fiabilité des fournisseurs qu'il ne connaît pas avant de faire affaire avec eux.
  • Le matériel apicole usagé est accompagné des certificats sanitaire et d'inspection requis.
  • Les ruches usagées sont isolées et surveillées pendant un an si elles contiennent des abeilles vivantes.
  • Le matériel apicole usagé dont l'historique à l'égard des organismes nuisibles est inconnu est isolé et désinfecté – irradiation, traitement à la chaleur, paraffine chaude, traitement chimique (eau de Javel)

Importation de matériel apicole usagé

  • Les règlements fédéraux et provinciaux régissant l'importation et le transport du matériel apicole sont respectés.
  • Les exigences provinciales en matière d'enregistrement sont respectées.
  • L'apiculteur tient à jour un registre des importations de matériel apicole usagé.
  • L'apiculteur obtient les permis requis.
  • Si une ordonnance de quarantaine est émise, l'apiculteur se conforme à toutes les exigences qui s'y rattachent (méthodes et durées, traitements, élimination, etc.)

Sélection ou construction de nouvelles ruches

  • Les corps de ruche sont propres, et leurs joints et composantes sont bien ajustés.
  • Les corps de ruche peuvent être empilés de manière très compacte, mais ne doivent pas se déformer.
  • Des composantes et des clous en métal galvanisé sont utilisés.
  • Des pièces en bois à coupe lisse sont utilisées pour la construction des ruches.
  • Aucune pièce en bois traité sous pression ou matière toxique n'est utilisée.
  • Des fondations en plastique neuve ou irradiée sont utilisées.

2.4 Gestion de l'équipement apicole, des abeilles morte et des produits apicoles

  • Un système d'identification du matériel (numérotation, code couleur, cartes, dates, coordonnées GPS, etc.) est utilisé.
  • Les exigences provinciales relatives à l'identification des ruches et des ruchers sont respectées, le cas échéant.
  • Les structures et le matériel font l'objet d'inspections régulières visant à détecter la présence éventuelle d'organismes nuisibles.
  • Les colonies soupçonnées d'être infectées ou infestées sont visitées en dernier.

Échange et relocalisation de matériel :

  • Le matériel échangé ou relocalisé est isolé.
  • L'échange et la relocalisation d'équipement sont limités le plus possible.
  • Le matériel échangé ou relocalisé est inspecté régulièrement.
  • L'échange et la relocalisation d'équipement sont effectués conformément aux pratiques de lutte culturale recommandées et aux principes de biosécurité.
  • Les ruchers et les ruches sont bien entretenus, et les réparations requises sont effectuées, le cas échéant.
  • L'apiculteur désinfecte ses ruches avant d'y réintroduire des abeilles.

Entreposage de matériel apicole

  • Les hausses sont asséchées avant d'être entreposées.
  • Le pollen et le propolis sont extraits des rayons entreposés.
  • Les hausses sont emballées.
  • Un espace suffisant et une orientation adéquate par rapport aux conduites sont prévus pour promouvoir une bonne circulation d'air.

Les abeilles mortes, les produits de la ruche et le matériel contaminé sont adéquatement :

  • manipulés,
  • entreposés,
  • éliminés.

L'apiculteur n'extrait pas le miel à partir :

  • de ruches contaminées;
  • de rayons à couvain;
  • de colonies infectées (à moins d'extraire le miel de ces colonies en dernier).

2.5 Hygiène personnel

  • L'apiculteur se lave les mains après avoir manipulé du matériel ou des produits de la ruche contaminés.
  • L'apiculteur se lave les mains chaque fois qu'il se déplace d'un rucher à un autre.
  • L'apiculteur porte des gants jetables ou réutilisables et apportent des gants de rechange sur le terrain.
  • Les gants réutilisables sont lavés et désinfectés après chaque utilisation et entre chaque déplacement d'un rucher à l'autre.
  • Les gants sont remplacés régulièrement.
  • Les gants contaminés sont détruits de façon appropriée.
  • L'apiculteur se lave les mains avant d'enfiler ses gants.
  • Les vêtements sont lavés régulièrement avec une solution d'eau de Javel et séchés adéquatement.
  • Les outils utilisés pour l'entretien des ruches sont maintenus dans un état de propreté impeccable et désinfectés.
  • Les outils sont désinfectés après chaque manipulation de matériel apicole ou de produits apicoles infectés ou infestés.
  • Les outils sont lavés et désinfectés entre chaque déplacement d'un rucher à un autre.
  • Les outils sont débarrassés des débris visibles dont ils sont souillés avant d'être désinfectés.
  • Les vieux vêtements de protection individuelle et outils brisés sont éliminés dans un site d'enfouissement ou brûlés.

2.6 Conception des installations

  • Les aires de chargement sont pavées.
  • Les chemins et sentiers sont nivelés et bien drainés.
  • Les installations sont munies de portes à ressort se fermant automatiquement.
  • Des matériaux structuraux lisses résistant à la rouille, à la corrosion et à la pourriture sont utilisés.
  • Des matériaux de surface faciles à nettoyer sont utilisés.
  • Les murs extérieurs sont entretenus de manière à ce qu'ils ne puissent servir pas de refuge à des organismes nuisibles.
  • Une bonne circulation d'air est assurée.
  • Les planchers sont en béton scellé.
  • Les installations sont à l'épreuve des abeilles et, idéalement, des autres insectes et des rongeurs.
  • Des voies de sortie à sens unique sont utilisées pour permettre aux abeilles de sortir.
  • Les installations d'entreposage sont munies de dispositifs de régulation de la température et de l'humidité.
  • Une surveillance de la température et de l'humidité est exercée.
  • Les installations d'hivernage sont munies de systèmes de ventilation et de circulation d'air permettant d'évacuer la chaleur, l'humidité et le dioxyde de carbone.
  • L'éclairage est réduit dans les installations d'hivernage des abeilles.

Des installations d'entreposage distinctes sont prévues pour :

  • la réception des abeilles;
  • les ruches infectées ou infestées ou soupçonnées de l'être;
  • les ruches provenant de ruchers différents ou destinées à la pollinisation de cultures dans des régions exemptes d'organismes nuisibles;
  • les produits toxiques;
  • la désinfection;
  • l'entreposage et la réparation des ruches.

2.7 Entretien des installations, des bâtiments, des véhicules et autres équipements

  • L'apiculteur inspecte les nouveaux ruchers et évalue les risques qu'ils présentent avant d'y introduire des abeilles.
  • Les équipements utilisés pour le transport et les activités courantes et les surfaces des installations sont exempts de débris et de flaques de miel renversé.
  • Les flaques de miel renversé sont nettoyées quotidiennement.
  • L'apiculteur inspecte régulièrement les installations, les bâtiments, les véhicules et l'équipement afin d'évaluer les risques qu'ils présentent.
  • Les installations de nettoyage et de désinfection sont isolés des ruchers et des installations de production.
  • Les eaux de drainage sont contenues ou font l'objet d'un traitement visant à réduire les risques de biosécurité.

2.8 Lutte contre les mauvaises herbes et les ravageurs

La surveillance vise :

  • les mauvaises herbes;
  • les ravageurs;
  • les perturbations dans les ruches et leurs environs immédiats;
  • les abeilles mortes;
  • les nids;
  • les colonies affaiblies.

Gestion :

  • L'apiculteur s'assure que les installations et les ruchers ne contiennent aucune matière susceptible d'attirer des organismes nuisibles.
  • L'accès aux installations et aux ruchers est interdit aux chiens et aux chats.
  • Les colonies sont relocalisées ou des mesures appropriées sont prises si des organismes nuisibles sont découverts.
  • Les installations et les ruches sont maintenues en bon état et conçues de manière à ce qu'elles soient à l'épreuve des organismes nuisibles.
  • Un fauchage est pratiqué autour des ruchers et des ruches.
  • Les sites sélectionnés se trouvent isolés des habitats fauniques.
  • Des clôtures sont installées autour des ruchers et des ruches.
  • Des pièges sont installés pour capturer les prédateurs.
  • Des appâts empoisonnés sont déployés contre les organismes nuisibles contre lesquels cette méthode est recommandée.
  • Les colonies sont surélevées par rapport au sol.
  • Les guêpes font l'objet d'une surveillance active, et leurs nids sont détruits.
  • Les ruches sont déployées dans des endroits où elles risquent peu d'être vandalisées ou pillées.
  • Des caméras de surveillance sont installées, si possible.

2.9 Formation et éducation

Un programme de formation ou d'éducation :

  • permet à l'apiculteur d'établir des liens avec les associations locales;
  • facilite l'accès aux ressources et la communication avec les professionnels du gouvernement;
  • permet d'élaborer des procédures normalisées d'exploitation pour les procédés opérationnels.

Un plan de formation doit permettre aux participants de parfaire leurs connaissances sur :

  • les principes et risques de biosécurité et l'importance de la biosécurité;
  • la santé des abeilles;
  • la surveillance;
  • la tenue de registres;
  • les pratiques de lutte recommandées;
  • les traitements;
  • les procédés d'assainissement;
  • les lois et lès règlements.

Un plan de formation doit inclure :

  • des calendriers de formation, des périodes de formation clés et de séances de mise à jour des connaissances;
  • des séances de formation sur place;
  • des séances de formation en cours d'emploi;
  • des périodes d'autoformation;
  • des programmes structurés d'acquisition de compétences;
  • un accès à de la documentation traduite au besoin.
Date de modification :