Biosécurité porcine

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Le Canada est l'un des plus grands exportateurs mondiaux de porcs et de produits du porc. La biosécurité prend de plus en plus d'importance dans le secteur canadien de la production porcine.

Maladies porcines

Ces dernières années, l'émergence et la réémergence de maladies porcines ont eu des répercussions importantes sur l'industrie du porc, tant au Canada qu'à l'étranger. Des éclosions de maladies contagieuses comme la peste porcine classique et la fièvre aphteuse chez le porc ont causé des pertes économiques importantes pour l'industrie et soulevé des préoccupations en matière de santé animale et d'environnement. Ce type d'incident fait ressortir la nécessité d'une approche globale et coordonnée en matière de biosécurité porcine.

Guidés par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA), les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux collaborent continuellement avec l'industrie et le grand public pour mettre en œuvre et accroître les programmes de biosécurité porcine afin de réduire la transmission de maladies et de protéger les intérêts des Canadiens.

Sources de maladies porcines

Les maladies porcines peuvent se propager de nombreuses façons, dont les suivantes :

  • par des porcins malades ou porteurs sains;
  • par des animaux autres que les porcs (animaux d'élevage, animaux de compagnie, oiseaux sauvages ou autres animaux sauvages, vermine et insectes);
  • par les vêtements et les chaussures de visiteurs et d'employés qui se déplacent d'une exploitation à l'autre;
  • par des aliments, de l'eau, de la litière ou de la terre contaminés;
  • par des carcasses d'animaux morts;
  • par de l'équipement ou des véhicules contaminés;
  • par des particules et des poussières contaminées en suspension dans l'air ou portées par le vent.

Principes de biosécurité porcine

Les principes de base de la biosécurité pour le secteur de la production porcine comprennent les éléments suivants :

  • Isolement
    • Ne recevoir que des animaux de sources fiables.
    • Isoler les animaux malades du reste du troupeau.
    • Limiter la fréquence d'introduction de nouveaux porcs dans le troupeau.
    • Loger séparément les nouveau-nés, les porcelets sevrés, les porcs à l'engraissement et les porcs reproducteurs.
    • Déplacer les porcs en groupes durant chaque étape de production selon le principe du renouvellement intégral.
  • Mesures sanitaires
    • Nettoyer et désinfecter régulièrement les bâtiments, les porcheries, l'équipement, les vêtements et les chaussures.
    • Réserver une zone pour le nettoyage des véhicules et de l'équipement.
    • Éliminer rapidement les animaux morts.
    • Mettre en œuvre un programme de gestion du fumier.
    • Éviter d'emprunter l'équipement et les véhicules d'autres exploitations.
  • Contrôle de la circulation
    • Limiter l'accès des visiteurs au troupeau.
    • Exiger que tous les visiteurs portent des gants, des bottes et des vêtements propres.
    • Prévenir les contacts entre les animaux du troupeau et les oiseaux, les rongeurs, les animaux de compagnie ou d'autres animaux.
    • Tenir des registres sur les déplacements des personnes, des animaux et de l'équipement qui arrivent sur les lieux ou les quittent.
    • Veiller à ce que tous les fournisseurs et autres visiteurs se conforment aux mesures de biosécurité.
  • Gestion de la santé du troupeau
    • Surveiller quotidiennement la santé du troupeau.
    • Identifier chaque animal à l'aide d'une étiquette unique destinée à la traçabilité.
    • Avoir recours aux services d'un vétérinaire pour la mise en œuvre des programmes sanitaires.
    • Vacciner les porcs contre certaines maladies.
    • Signaler immédiatement tout signe de maladie à votre vétérinaire ou au bureau de l'ACIA le plus près.
  • Mise à jour du programme
    • Former tout le personnel relativement à l'application du programme de biosécurité.
    • Vérifier régulièrement l'efficacité du programme.
    • Se tenir au courant des maladies qui touchent la région et adapter le programme de biosécurité selon les besoins.
Date de modification :