Norme nationale de biosécurité à la ferme pour le secteur de l'élevage du vison
Section 2 : Gestion de la santé des animaux

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Introduction, déplacement et élimination des animaux

2.1 Animaux nouvellement introduits – acheter des animaux sains

De nombreuses maladies, notamment la dermatomycose, la maladie aléoutienne et même des maladies génétiques comme la tyrosinémie héréditaire peuvent être introduites dans la ferme. L'achat de visons malades ou infectés subcliniquement est l'une des principales manières d'introduire des maladies.

Il faut acheter de nouveaux reproducteurs ou un nouveau matériel génétique uniquement d'éleveurs de bonne réputation, qui révèlent tous les problèmes de santé éventuels, qui suivent des programmes de lutte contre la maladie aléoutienne fondés sur la science et qui tiennent des registres. Idéalement, ces programmes sont élaborés conjointement par l'industrie et des spécialistes de la médecine vétérinaire (praticiens privés et professeurs) et sont mis en oeuvre dans l'industrie.

2.1.1 Résultat visé

Obtenir de nouveaux reproducteurs qui ne proviennent que de fournisseurs de bonne réputation dont les troupeaux sont en bonne santé, vérifier la santé des troupeaux et, lorsque c'est justifié, traiter les nouveaux reproducteurs en leur administrant des vaccins de rappel ou en leur prodiguant des soins (blessures pendant le transport, parasites, etc.).

On devrait toujours avoir pour objectif d'obtenir des reproducteurs en santé de la part de fournisseurs ayant une bonne réputation pour limiter les risques d'introduire dans les fermes des agents de maladie provenant de sources extérieures.

2.2 Gestion des déplacements des animaux

Chaque fois que de nouveaux visons sont introduits ou que des visons résidents sont déplacés, il existe des risques d'introduire ou de transmettre des agents microbiens par l'intermédiaire de personnes, d'animaux, d'oiseaux, de l'équipement et de fournitures.

2.2.1 Résultat visé

Limiter la fréquence d'introduction de nouveaux visons et le déplacement de tous les visons pour atténuer les risques de transmission d'agents pathogènes microbiens.

Les visons nouvellement achetés posent des risques importants d'introduction de maladies, ce qui nuit à la santé du troupeau et modifie la charge en agents pathogènes microbiens dans l'établissement. Les visons infectés peuvent propager des agents pathogènes microbiens. Toutefois, tous les visons infectés n'ont pas nécessairement l'air malade sur le plan clinique et cela peut se produire :

  • tôt dans le développement d'une maladie avant que les signes cliniques apparaissent;
  • lorsqu'un agent pathogène microbien ne cause qu'une maladie légère; et/ou
  • lorsqu'un vison semble s'être cliniquement rétabli d'une maladie, mais peut toujours propager des agents pathogènes.

2.2.2 Résultat visé

Maximiser la durée des vides sanitaires entre les groupes de visons dans l'établissement et les hangars.

La charge en agents pathogènes peut être réduite en l'absence d'un hôte pour la maintenir. Les vides sanitaires, pendant lesquels les cages et les hangars sont vides, permettent de réduire naturellement le nombre d'agents pathogènes dans le troupeau/les hangars, d'éliminer adéquatement la matière organique ainsi que de procéder à un nettoyage et à une désinfection en profondeur.

Pour maximiser la réduction de la charge en agents pathogènes microbiens dans les cages/hangars, la zone qui a été vidée devrait être clairement distincte des autres endroits qui abritent des visons vivants pour éviter la contamination croisée et la recontamination. Bien que le renouvellement intégral des visons (système de tout-plein, tout-vide) dans un établissement soit peu probable, les hangars ou certaines zones de hangars devraient être nettoyés, désinfectés et laissés vides pendant deux à trois semaines lorsque les visons sont déplacés.

2.2.3 Résultat visé

Appliquer des mesures de biosécurité rigoureuses lorsqu'on manipule des visons.

Les hangars constituent un environnement sécuritaire qui peut limiter le contact des visons avec des animaux infectés ou avec des personnes, de l'équipement et du matériel contaminés. La manipulation expose les visons à des risques encore plus importants en raison du contact possible des personnes, de l'équipement, du matériel ou des autres animaux avec des agents pathogènes microbiens. Le procédé d'écorchage pose également des risques de transmission d'agents pathogènes microbiens et on doit faire attention à ce que les animaux reproducteurs n'y soient pas exposés.

2.3 Procédures d'isolement – rester propre

Il est essentiel de séparer les tâches dans le temps, de planifier avec soin les procédures, de disposer de l'équipement et des espaces appropriés, de même que d'appliquer des mesures de biosécurité pour s'assurer que les procédures d'isolement sont efficaces.

2.3.1 Résultat visé

Chaque établissement possède un nombre suffisant de cages pour isoler physiquement les visons nouvellement introduits du troupeau principal et applique des procédures d'isolement visant à limiter la transmission d'agents pathogènes microbiens.

De nombreuses maladies touchant les visons peuvent être introduites par l'arrivée de nouveaux visons. Les zones d'isolement sont essentielles pour assurer la santé du troupeau. La période d'isolement donne l'occasion de déterminer l'état de santé des animaux en observant les signes cliniques de maladie, en réalisant des tests et en administrant des traitements, s'il y a lieu. La surveillance du troupeau duquel proviennent les animaux durant la période d'isolement donne des renseignements supplémentaires sur les risques sanitaires auxquels les visons nouvellement introduits pourraient avoir été exposés. À la fin de la période d'isolement, les animaux nouvellement introduits peuvent entrer dans le troupeau principal lorsqu'ils répondent aux critères sanitaires du troupeau.

Éléments clés de la gestion de la santé des animaux Introduction, déplacement et élimination des animaux

Acheter sain et rester propre

  1. S'assurer que les visons nouvellement introduits sont en santé en les achetant auprès de fournisseurs de bonne réputation qui appliquent des pratiques médicales et de biosécurité saines dans leurs troupeaux et qui tiennent des registres.
  2. Limiter les risques d'introduction de maladies en réduisant la fréquence des introductions et des déplacements de visons.
  3. Maximiser la durée des vides sanitaires sur le site et entre les groupes de visons.
  4. Appliquer des mesures de biosécurité rigoureuses quand on manipule, attrape ou déplace des visons.
  5. S'assurer que tous les hangars disposent d'un nombre suffisant de cages pour isoler les nouveaux visons.
  6. Appliquer des procédures d'isolement pour toutes les entrées de nouveaux visons, qu'ils aient été achetés récemment ou qu'ils aient été déplacés entre les fermes d'un même éleveur.

Surveillance et maintien de la santé des animaux et des mesures d'intervention en cas de maladie

La connaissance de l'état de santé du troupeau est essentielle pour déceler la présence d'une maladie importante dans la ferme et mettre en oeuvre des mesures d'intervention rapides et efficaces. Le diagnostic précoce et la surveillance des maladies aident à confiner les agents pathogènes microbiens dans l'éventualité d'une maladie infectieuse ou à déclaration obligatoire touchant les animaux.

2.4 Surveillance et maintien de la santé des animaux

2.4.1 Résultat visé

Les personnes qui font le suivi de la santé des animaux connaissent bien la santé des visons, les signes cliniques des maladies et les protocoles d'intervention.

Pour que la surveillance des maladies et l'application des protocoles d'intervention soient efficaces, Il est essentiel de posséder des connaissances et de l'expérience dans l'identification des visons en mauvaise santé, notamment en ce qui concerne les changements sur le plan de l'apparence, du comportement et de l'activité. Les membres du personnel n'ont pas à poser de diagnostic; cette responsabilité incombe au médecin vétérinaire responsable du troupeau ainsi qu'aux laboratoires de diagnostic vétérinaire. Le personnel, toutefois, devrait savoir quand quelque chose ne va pas et quels protocoles d'intervention il faut suivre.

2.4.2 Résultat visé

Les procédures quotidiennes de surveillance de la santé des animaux sont suivies, et des registres des vaccins, des maladies, des traitements et des mortalités sont tenus.

De nombreux facteurs peuvent compromettre la santé des animaux. Ces facteurs sont, sans s'y limiter, les maladies infectieuses, les maladies génétiques, les pratiques de gestion et les conditions climatiques. Afin de protéger la santé et le bien-être des visons, la détection précoce des maladies infectieuses est essentielle pour empêcher la propagation des agents pathogènes microbiens. Elle permet d'intervenir de façon appropriée, atténue l'étendue et la gravité d'une éclosion de maladie et limite la contamination de l'établissement.

La surveillance quotidienne de la santé des animaux permet de cibler, d'enquêter et de résoudre rapidement les problèmes de santé et de gestion. Les registres sur la santé des animaux fournissent des données plus précises que lorsqu'on se fie uniquement à sa mémoire et améliorent la capacité à déterminer les tendances des maladies, à revoir les problèmes de santé connus dans le passé et à déterminer le succès ou l'échec des traitements et des programmes de santé visant le troupeau.

2.4.3 Résultat visé

La surveillance de la santé des animaux s'accroît après l'introduction de nouveaux visons, l'éclosion d'une maladie dans le troupeau ou des alertes de l'industrie relatives aux maladies.

La fréquence des activités de surveillance de la santé des animaux doit être accrue lorsque les risques de transmission de maladies sont plus grands.

2.4.4 Résultat visé

La détection de maladies dans le troupeau entraîne l'application de mesures d'intervention appropriées.

Les mesures d'intervention appropriées, lorsque la présence d'une maladie est prouvée, peuvent comprendre l'isolement des animaux jusqu'à ce que la maladie ou l'infectiosité soit éliminée, les traitements, la réforme, l'euthanasie ou autres interventions.

2.4.5 Résultat visé

Chaque ferme établit et met en oeuvre un programme de santé pour son troupeau, en consultation avec un médecin vétérinaire.

Le fait de déterminer la cause d'une maladie facilite la mise en oeuvre de plans de lutte et de traitement et augmente leur efficacité tout en réduisant les dépenses.

Les médecins vétérinaires reçoivent des formations exhaustives, sans s'y limiter, dans de nombreuses disciplines dont l'identification des maladies et les méthodes appropriées de prélèvement d'échantillons et de soumission à des laboratoires de diagnostic vétérinaire.

Il existe des vaccins pour protéger les visons de certaines maladies importantes, mais ces vaccins ne protègent pas entièrement le troupeau. Certains vaccins peuvent prévenir des maladies cliniques, alors que d'autres atténuent la gravité ou la durée d'une maladie. Cependant, aucun ne peut protéger entièrement le troupeau contre l'éclosion d'une maladie.

La vaccination des animaux qui sont malades ou dont la santé est compromise peut réduire l'efficacité de la réponse au vaccin.

Selon leur état de santé, les animaux vaccinés ont besoin d'au moins trois semaines pour développer une immunité protectrice. Il n'est pas efficace de vacciner les nouveaux visons juste avant de les intégrer au troupeau. Les éleveurs de visons devraient revoir avec soin leurs politiques de vaccination avec leur médecin vétérinaire pour optimiser la protection de leur troupeau.

2.4.6 Résultat visé

Les visons d'élevage échappés et relâchés ainsi que des visons sauvages capturés n'entrent pas sur les lieux de la ferme.

Les visons qui se sont échappés ou qui ont été relâchés hors de l'établissement peuvent être directement exposés à des agents pathogènes microbiens par le contact avec des visons sauvages, des visons d'autres fermes ou d'autres animaux sauvages; ils peuvent en outre être exposés indirectement à des maladies par contact avec un milieu contaminé. Ces visons, s'ils sont attrapés, ne doivent pas être ramenés à la ferme en raison des risques de transmission d'agents pathogènes microbiens au reste du troupeau.

Les visons sauvages qui sont attrapés par inadvertance et rapportés dans une ferme d'élevage de visons posent des risques similaires. Ils doivent être éliminés conformément aux règlements fédéraux, provinciaux et municipaux applicables.

Lorsqu'une quantité importante de visons s'échappent ou sont relâchés d'une ferme, on peut envisager de les capturer et de les ramener à l'intérieur de la ferme. L'état de santé du troupeau est compromis, et un plan doit être établi pour déterminer l'état de santé des visons et remettre la ferme dans des conditions assurant la biosécurité.

2.5 Interventions relatives à la santé des animaux

2.5.1 Résultat visé

L'observation de signes cliniques inhabituels, de signes cliniques associés à des maladies infectieuses graves et/ou de taux de mortalité élevés donne lieu à des interventions qui comprennent le confinement de la ferme et la recherche d'un diagnostic.

Pour atténuer les risques de transmission d'agents pathogènes d'un établissement potentiellement infecté à d'autres visonnières de la région, il faut immédiatement mettre en oeuvre des procédures de confinement de la ferme. Le confinement de la ferme consiste à :

  • empêcher le personnel non essentiel d'entrer sur le site de la ferme;
  • notifier les membres de l'industrie, les voisins, les organismes et les autorités au sujet du problème;
  • mettre en oeuvre des mesures améliorées de biosécurité sur les livraisons d'aliments et d'autres produits;
  • limiter les déplacements de personnes, d'animaux, d'équipement, de véhicules et de matériel hors de la ferme; et
  • établir un diagnostic.

Éléments clés de la gestion de la santé des animaux Surveillance de la santé des animaux et mesures d'intervention

  1. Connaître les signes cliniques indiquant un mauvais état de santé chez les visons et les mesures d'intervention appropriées.
  2. Surveiller l'état de santé des animaux et tenir au minimum des registres quotidiens.
  3. Tenir un registre quotidien des mortalités et inspecter régulièrement tous les visons.
  4. Accroître la surveillance de l'état de santé des animaux pendant les périodes où les risques de transmission de maladies sont élevés.
  5. Obtenir l'avis de médecins vétérinaires sur la façon de mettre en oeuvre un programme de santé du troupeau.
  6. Empêcher que des visons qui se sont échappés n'entrent de nouveau dans l'établissement.
  7. Mettre en oeuvre des mesures de biosécurité rehaussées pour empêcher la propagation d'une maladie lorsque des signes cliniques inhabituels ou des taux de mortalité élevés sont observés.
  8. Procéder au confinement de l'établissement en limitant les livraisons, les expéditions ainsi que les déplacements d'animaux, d'équipement, de véhicules et de personnes, et en notifiant l'industrie, les fournisseurs et les voisins.
Date de modification :