Exportation d'animaux à fourrure, lapins, chiens et chats dans l'union douanière (Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie)

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Veuillez noter que l'union douanière (Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie) a changé ses exigences d'importation le 1er mai 2015. Le certificat sanitaire canadien international n'est plus accepté et a été remplacé par un certificat zoosanitaire pour les animaux à fourrure, lapins, chiens et chats exportés du Canada dans le territoire de l'union douanière – PDF (612 ko) - (anglais et russe seulement)

Notes sur la façon de remplir le certificat sanitaire vétérinaire

Article 1.4

  • Lorsqu'on importe au plus deux chiens et chats à des fins personnelles et à titre d'animal de compagnie, un permis d'importation et une période de quarantaine ne sont pas exigés.
  • Lorsqu'on importe plus de deux animaux à des fins personnelles, une expédition commerciale ou un autre animal à fourrure tel qu'un lapin, une quarantaine de 21 jours est exigée, en plus d'un examen clinique effectué par un vétérinaire d'un cabinet privé dans les cinq jours précédant la date de départ.

Article 2.2

  • Les tests pour la dermatophytose (teigne) doivent être menés à l'aide des méthodes recommandées par l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE). En l'absence de normes de l'OIE sur les tests de dermatophytose (et le virus causant la maladie aléoutienne du vison), l'union douanière (Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie) acceptera les méthodes de test (cultures fongiques) utilisées au Canada. Ce ne sont pas toutes les souches de l'espèce Microsporum canis (l'espèce la plus commune de causant la teigne chez les chiens et les chats) qui réagissent au test par lampe de Wood. À moins que le client obtienne une dérogation ou une exemption des autorités russes, les cultures fongiques ou les tests moléculaires (p. ex., réaction en chaîne de la polymérase (PCR)) sont exigés aux fins d'exportation. Les analyses doivent être effectuées soit dans un laboratoire universitaire, soit dans un laboratoire privé. Les analyses effectuées dans une clinique vétérinaire privée ne sont pas acceptables aux fins d'exportations. Les chiens doivent être vaccinés contre le coronavirus (entérite virale).

Article 2.3

  • Les traitements (vermifugation, antibiotiques, etc.) ne sont pas obligatoires; toutefois, tout traitement administré avant l'exportation doit être consigné.

Article 2.4

  • L'identification n'est pas définie par l'union douanière. Il est recommandé d'utiliser une micropuce ou un tatouage conforme à la norme ISO, et qu'un vétérinaire en cabinet le consigne et y fait un renvoi.

Le certificat sanitaire vétérinaire à l'intention de l'union douanière ne comprend qu'un bloc-signature pour le vétérinaire officiel (ACIA). Le vétérinaire en cabinet privé doit :

  • délivrer 2 certificats;
  • apposer ses initiales sur les sections biffées (c.-à-d. sur les énoncés non pertinents) d'un des deux certificats avant de le signer; et
  • laisser le deuxième certificat en blanc.

Les deux certificats doivent être apportés au bureau régional de l'ACIA afin de les faire attester. Le vétérinaire régional de l'ACIA remplira le deuxième certificat en fonction du document signé par le vétérinaire du cabinet privé. Si un seul certificat a été préparé, des frais pourraient s'appliquer afin de délivrer et de signer un certificat d'exportation officiel.

Date de modification :