Conditions d'importation pour les chevaux provenant d'États membres de l'Union européenne pour séjour permanent au Canada : les chevaux destinés à la reproduction, la course, l'équitation et le plaisir, les chevaux pour le divertissement non compétitif et les chevaux andalous

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

TAHD-DSAT-IE-2011-5-3
Le 23 avril, 2015

Modifications :

  • Une remarque a été ajoutée, indiquant que le Canada ne considère plus l'Allemagne comme étant un pays exempt de morve.
  • Dans la section pour la morve, des conditions de certification spécifiques ont été ajoutées pour l'Allemagne.

Remarque : Le Canada ne considère plus l'Allemagne comme étant un pays exempt de morve. Veuillez vous reporter à la section pour la morve, ci-dessous.

Les conditions d'importation mentionnées dans ce documentNote de bas de page 1, Note de bas de page 2 s'appliquent aussi aux équidés domestiques suivants :

  • ânes
  • mulets; et
  • bardots

Instructions pour la documentation

  • Permis d'importation
  • Certificat d'exportation :
    • Le certificat d'exportation d'origine doit être émis par un agent officiel du pays exportateur.
    • Les documents d'exportation doivent contenir tous les énoncés et toutes les informations tels que requis dans le permis d'importation.

Conditions d'importation

Résidence

Le lieu de séjour des chevaux présentés à l'importation doit être certifié selon les critères suivants :

  • Les chevaux présentés à l'importation doivent avoir résidé de façon continue en UE soit pendant une période minimale de 60 jours précédant immédiatement leur exportation au Canada (toute période de quarantaine préalable à l'exportation s'ajoute à la période de résidence de 60 jours) ou y avoir résidé depuis leur naissance si le cheval est âgé de moins de 60 jours.

Statut relatif aux maladies

Le statut de pays ou de zone (tel qu'agréé préalablement par l'ACIA) exempt de maladies doit être confirmé comme suit :

  • Le pays ou la zone (tel qu'agréé préalablement par l'ACIA) demeure exempt des maladies suivantes : (énumérez toutes les maladies pour lesquelles le pays ou la zone a été désigné exempt, comme l'indique les exigences en matière d'importation).
  • Les chevaux doivent être certifiés comme provenant d'un pays ou d'une zone désigné exempt de peste équine et d'encéphalite japonaise. Ces maladies sont à déclaration obligatoire dans ce pays ou zone et aucune mesure restrictive n' y a été imposée par l'UE ou l'État membre pour la lutte contre ces maladies.
  • Les chevaux doivent être certifiés comme provenant d'un pays ou d'une zone désigné exempt de la dourine et de la morve depuis les six mois précédant immédiatement leur exportation au Canada. Ces maladies sont à déclaration obligatoire dans ce pays ou zone et aucune mesure restrictive n'y a été imposée par l'UE ou l'État membre pour la lutte contre ces maladies.

Peste Équine

Les chevaux doivent être certifiés à l'égard de la peste équine selon les critères suivants :

  • Au cours des 90 jours précédant leur exportation au Canada, les chevaux n'ont pas été en contact avec d'autres chevaux (dont des chevaux importés) qui ont visité une région où des mesures restrictives associées à la peste équine s'appliquent ou dans un pays ou une zone où la peste équine a été diagnostiquée au cours des deux derniers mois.
  • Ils n'ont pas été vaccinés contre la peste équine au cours des deux mois précédant leur exportation au Canada.

et

  • L'État membre se conforme rigoureusement à la législation de l'UE applicable à cette maladie.

Dourine

Les chevaux doivent être certifiés à l'égard de la dourine selon les critères suivants :

  • Au cours des 90 jours précédant leur exportation au Canada, les chevaux n'ont pas été en contact avec d'autres chevaux (dont des chevaux importés) qui ont visité une région où des mesures restrictives associées à la dourine sont ou étaient en vigueur dans les six derniers mois.

et

  • L'État membre se conforme rigoureusement à la législation de l'UE applicable à cette maladie.

Morve

Les chevaux doivent être certifiés à l'égard de la morve selon les critères suivants :

Pour tous les États Membres (sauf l'Allemagne)

  • Au cours des 90 jours précédant leur exportation au Canada, les chevaux n'ont pas été en contact avec d'autres chevaux (dont des chevaux importés) qui ont visité une région où des mesures restrictives associées à la morve sont ou étaient en vigueur dans les six derniers mois.

et

  • L'État membre se conforme rigoureusement à la législation de l'UE applicable à cette maladie.

Pour l'Allemagne les chevaux doivent être certifiés comme suit :

  • Tous les lieux où ont séjourné les animaux au cours des derniers 6 mois doivent avoir été exempts de signes cliniques et épidémiologiques de morve depuis 24 mois précédant immédiatement l'exportation.
  • Les chevaux doivent avoir subi une épreuve de fixation du complément ou, là où applicable, une autre épreuve approuvée par l'ACIA, pour la morve, avec résultats négatifs, effectuée à partir d'échantillons prélevés au cours des 30 jours précédant la date d'exportation au Canada.

Durant la quarantaine à l'entrée au Canada, les chevaux doivent subir de nouveau une épreuve de fixation du complément pour la morve à une dilution de 1:5 et y réagir négativement, ou, là où applicable, une autre épreuve approuvée par l'ACIA.

Encéphalomyélite équine vénézuelienne

Les chevaux doivent être certifiés à l'égard de l'encéphalomyélite équine vénézuelienne (EEV) selon les critères suivants :

  • Les chevaux n'ont pas visité, dans les derniers six mois, un pays ou une zone où l'EEV a été signalée au cours des deux dernières années.
  • Ils n'ont pas été vaccinés contre l'EEV au cours des deux derniers mois précédant leur expédition au Canada.

et

  • L'État membre se conforme rigoureusement à la législation de l'UE applicable à cette maladie.

Piroplasmose équine

Les chevaux doivent être certifiés à l'égard de la piroplasmose équine (PE) selon les critères suivants :

  • Au cours des 90 jours précédant leur exportation au Canada, les chevaux n'ont pas visité des lieux où la PE a été signalée.

    Ils doivent avoir été soumis et avoir réagi négativement à une épreuve d'Immunofluorescence indirecte (IFA) ou, le cas échéant, une autre épreuve approuvée par l'ACIA pour la PE, effectuée à partir d'échantillons prélevés au cours des 30 jours précédant la date d'exportation au Canada.

  • Pendant la quarantaine faisant suite à l'importation au Canada, ils doivent subir une épreuve IFA ou, le cas échéant, une autre épreuve approuvée par l'ACIA pour la PE et obtenir un résultat négatif.

et

  • Ils ont été maintenus exempts de tiques, par traitement préventif, au besoin, dans les 30 jours précédant l'expédition au Canada.

Anémie infectieuse équine

Les chevaux doivent être certifiés à l'égard de l'anémie infectieuse équine (AIE) selon les critères suivants :

  • Les chevaux doivent être certifiés comme provenant d'un pays ou d'une zone de l'UE où la maladie est à déclaration obligatoire.
  • Au cours des 90 jours précédant leur exportation au Canada, ils n'ont pas visité des lieux où l'AIE a été signalée et cette maladie n'a pas été détectée dans des lieux contigus, au cours de la même période.

et

  • Ils doivent avoir réagi négativement à une épreuve ELISA ou, là où applicable, une autre épreuve approuvée par l'ACIA pour l'AIE, effectuée à partir d'échantillons prélevés dans les 30 jours précédant l'exportation au Canada.

    Durant la quarantaine faisant suite à l'importation au Canada, ils doivent de nouveau subir l'épreuve ELISA ou, s'il y a lieu, une autre épreuve approuvée par l'ACIA pour l'AIE et y réagir négativement.

Métrite contagieuse équine

Voir l'annexe.

Conditions pour l'identification

Les chevaux doivent être identifiés à l'aide :

  • D'une micropuce dont le numéro doit être indiqué sur le certificat sanitaire d'exportation et sur le passeport officiel qui accompagnent l'envoi.
  • Si possible, le numéro de micropuce devrait aussi être indiqué sur les autres documents d'identification.

L'importateur est tenu de doter l'ACIA d'un lecteur de micropuce afin de lire les informations qui s'y rapportent, à moins que la micropuce utilisée ne soit une puce ISO.

et

  • D'un autre moyen d'identification reconnu (p. ex. enregistrement pour chevaux de race, passeport de la FÉI ou de Canada Hippique, etc.) qui permet d'identifier clairement et de façon unique l'animal et qui comprend des caractéristiques physiques visuelles vérifiables (p. ex. représentation graphique, photo, tatouage, etc.).
  • Si un numéro unique est associé au second moyen d'identification, ce numéro doit être indiqué sur le certificat zoosanitaire d'exportation accompagnant l'animal.

Isolement pré-exportation

L'isolement des animaux préalable à l'exportation est exigé comme suit :

  • Les chevaux doivent être certifiés comme ayant été isolés durant toute la durée nécessaire pour compléter les épreuves requises pour l’exportation, et ce, immédiatement avant leur exportation au Canada, dans un lieu approuvé par un inspecteur vétérinaire du service vétérinaire central de l’État membre d’origine ou un vétérinaire officiellement reconnu par les autorités compétentes de cet État membre.
  • Les chevaux étaient exempts de signes de maladies infectieuses et contagieuses pendant la période d'isolement.

L'isolement pré-exportation n'est pas une quarantaine. Les conditions minimales d'isolement pré-exportation sont comme suit :

  • Les chevaux en isolement pré-exportation doivent être gardés individuellement (à moins qu'ils ne partagent un box avec un cheval destiné à venir au Canada et qui rencontre lui aussi les conditions d'importation du Canada).
  • L'équipement doit être dédié au cheval en isolement.
  • Aucun contact nez à nez avec d'autres chevaux n'est permis durant la période d'isolement.
  • Tant que les conditions ci-dessus sont rencontrées et que le cheval demeure sur les lieux approuvés, celui-ci peut être manipulé hors du box et entraîné.
  • La période d'isolement peut se dérouler là où le cheval réside avant l'exportation, tant que ces lieux ont été approuvés pour l'isolement pré-exportation.

Certification supplémentaire

  • Les chevaux présentés pour importation n'ont pas été en contact avec des animaux, des produits ou de l'équipement ayant un statut zoosanitaire inférieur pendant toutes les périodes obligatoires de résidence, d'isolement, de transport jusqu'au point d'exportation et de chargement du transporteur international. Le transporteur a reçu comme directive de maintenir le statut zoosanitaire tout au long du transport jusqu'au point d'entrée au Canada.
  • Ils doivent être certifiés comme ayant été examinés par un vétérinaire.
  • Ils doivent être certifiés comme ayant été inspectés et être déclarés exempts d'ectoparasites.
  • Ils doivent être certifiés avoir été inspectés par un inspecteur désigné à cette fin par le service vétérinaire officiel du pays d'origine pendant les 72 heures précédant immédiatement leur exportation vers le Canada et avoir été trouvés en bonne santé et exempts de tout signe de maladie infectieuse et, pour autant qu'on puisse le déterminer, ne pas avoir été exposés à ce genre de maladies. La date de l'examen vétérinaire doit être précisée sur le certificat.

Conditions post-importation

  • Les véhicules transportant les chevaux importés doivent être scellés au point d'entrée par un inspecteur de l'ACIA si les animaux ne sont pas identifiés individuellement ou s'il existe un doute au sujet de la destination ou de l'itinéraire à prendre pour la destination en question.

    L'inspecteur de l'ACIA ayant scellé les véhicules doit aviser le bureau de district à destination avant que les chargements n'arrivent à destination. Les sceaux doivent être enlevés à destination par ou sous l'autorité d'un inspecteur de l'ACIA.

  • Ils doivent être mis en quarantaine le temps requis pour effectuer les épreuves exigées afin de remplir les conditions d'importation.
  • Ils doivent être importés au Canada par l'intermédiaire d'un poste de quarantaine à niveau de sécurité minimal, approuvé à cette fin par l'ACIA. Le poste de quarantaine d'importation doit avoir été approuvé préalablement comme poste de quarantaine à niveau de sécurité minimal par un inspecteur vétérinaire nommé en vertu de la Loi sur la santé des animaux.

    L'évaluation de l'établissement inclura :

    • emplacement
    • clôture
    • structure matérielle
    • éclairage
    • approvisionnement en eau
    • élimination des déchets
    • contrôle des vecteurs et des animaux nuisibles
    • déplacements des personnes
    • sécurité; et
    • protocoles de nettoyage et de désinfection

    L'ACIA doit avoir émis un rapport attestant que l'établissement est approuvé. Aucun animal ne peut être retiré de son poste respectif de quarantaine avant que la levée de quarantaine ne soit dûment autorisée par un inspecteur nommé en vertu de la Loi sur la santé des animaux. Au terme de la période de quarantaine, les animaux ayant réagi négativement à toutes les épreuves seront remis à l'importateur et/ou au propriétaire.

Annexe - Conditions relatives à la Métrite contagieuse équine

Étalons âgés de plus de deux ans

Les chevaux doivent être certifiés exempts de la métrite contagieuse équine (MCÉ) selon les critères suivants :

  • Au cours des 90 jours précédant leur exportation au Canada, ils n'ont pas été dans des lieux où la MCÉ a été signalée.

et

  • Dans le pays d'origine, durant les 30 jours précédant la date d'exportation au Canada, on doit avoir prélevé une série de trois échantillons (écouvillons) :

    1. du prépuce;
    2. de la fosse du gland (fosse urétrale), y compris le diverticule de cette dernière (sinus urétral); et
    3. de la portion terminale (distale) de l'urètre dans les 30 jours précédant la date d'exportation au Canada.

    Il faut avoir réfrigéré (non congelé) les échantillons durant le transport et les avoir mis en culture pour le dépistage de la MCÉ dans un laboratoire approuvé à cette fin par le service vétérinaire officiel du pays d'origine, dans un délai de 48 heures suivant le prélèvement. Les spécimens doivent avoir été mis en culture au moins sept jours, (à partir du moment où les échantillons sont mis en culture en milieux de laboratoire et non lorsque les échantillons sont prélevés) à la suite desquels des résultats négatifs doivent avoir été obtenus.

    Une copie officielle du rapport de laboratoire doit être attachée au certificat

Remarque : les étalons ne doivent pas avoir été accouplés ni avoir fait l'objet de prélèvements à des fins d'insémination artificielle durant les 30 jours précédant leur exportation au Canada et aucune manipulation/traitement du tractus reproducteur (mis à part le prélèvement des écouvillons) n'a été effectué durant la même période.

Remarque : si l'animal subit une forme quelconque de traitement antibiotique, il doit s'écouler au moins sept jours après le traitement avant que l'écouvillonnage en vue de la culture ne puisse être effectué.

Remarque : Pour un étalon ayant eu un résultat positif à une épreuve de MCÉ antérieure :

  • L'étalon doit être traité pour la MCÉ selon une méthode approuvée par les services vétérinaires officiels du pays exportateur. Une fois que le traitement a été complété, au moins 21 jours doivent s'écouler avant que l'étalon ne soit admissible à être re-testé selon les conditions pour l'épreuve MCÉ mentionnées plus haut. Les résultats doivent être négatifs à l'écouvillonnage.

et

  • Après l'obtention des résultats d'écouvillonnage, l'étalon doit être accouplé à deux juments d'essai. À compter d'un minimum de trois jours après l'accouplement, les deux juments d'essai doivent être soumises à une épreuve de culture pour la MCÉ selon les exigences de l'ACIA en matière d'écouvillonnage et de culture des juments dans le pays d'origine (voir conditions d'importation relatives à la MCÉ pour les juments - Section Juments âgées de plus de deux ans ci-dessous, à l'exception des conditions pour les juments gestantes). Les juments d'essai doivent aussi être soumises à une épreuve de fixation du complément (FC) au moins 21 jours et au plus 30 jours après l'accouplement. Des résultats négatifs doivent être obtenus pour les deux juments d'essai aussi bien à la culture qu'à l'épreuve FC avant que l'étalon ne puisse être exporté au Canada.

et

  • Tous les traitements ainsi que leurs dates doivent être mentionnés dans le certificat d'exportation.

Durant la quarantaine faisant suite à l'importation au Canada

  • On doit prendre une série de trois écouvillons :

    1. du prépuce;
    2. de la fosse du gland (fosse urétrale), y compris le diverticule de cette dernière (sinus urétral); et
    3. de la portion terminale (distale) de l'urètre.

    On doit réfrigérer (non congeler) les échantillons durant le transport et les mettre en culture pour le dépistage de la MCÉ, dans un délai de 48 heures suivant le prélèvement. Les spécimens doivent avoir été mis en culture au moins dix jours et les résultats doivent être négatifs.

Après réception de ces résultats négatifs, chaque étalon doit être accouplé avec deux juments d'essai qui ont préalablement subi une épreuve de culture et une épreuve FC comme suit :

  • Culture : prélever trois séries de trois échantillons (écouvillons) à la surface des muqueuses :

    1. de la fosse clitoridienne;
    2. des sinus clitoridiens latéraux et médians; et
    3. du col de l'utérus ou de l'endomètre (l'échantillon endométrial est seulement requis si les juments sont en période d'œstrus).

    Les trois séries d'écouvillons doivent être prélevées pendant trois journées différentes et il ne doit pas s'écouler moins de trois jours et plus de huit jours entre elles.

    Les échantillons doivent être mis en culture au moins dix jours et des résultats négatifs doivent avoir été obtenus.

  • Sérologie : au cours de la période où les écouvillons sont pris, il faut également prélever un échantillon sanguin pour procéder à une épreuve FC pour la MCÉ. Des résultats négatifs doivent avoir été obtenus.

Il est important de noter que les deux juments d'essai doivent être placées dans la quarantaine préalablement approuvée par l'ACIA, testées pour la MCÉ et avoir obtenu des résultats négatifs avant l'importation de l'étalon. L'importateur/propriétaire doit faire à l'avance les arrangements nécessaires.

Les deux juments d'essai doivent être placées en quarantaine avec chacun des étalons importés et être accouplées.

À compter d'un minimum de trois jours après l'accouplement, les deux juments d'essai doivent subir les épreuves FC et de culture comme suit :

  • Culture : prélever trois séries de trois échantillons (écouvillons) à la surface des muqueuses :

    1. de la fosse clitoridienne;
    2. des sinus clitoridiens latéraux et médians; et
    3. du col de l'utérus ou de l'endomètre (l'échantillon endométrial est seulement requis si les juments sont en période d'œstrus).

    Les trois séries d'échantillons doivent être prélevées pendant trois journées différentes et il ne doit pas s'écouler moins de trois jours et plus de huit) jours entre elles pour chacune des juments d'essai. Les échantillons doivent être mis en culture pendant au moins dix jours et des résultats négatifs doivent avoir été obtenus.

  • Sérologie : les juments d'essai doivent être soumises à un prélèvement sanguin au moins 21 jours et au plus 30 jours après l'accouplement et une épreuve FC doit être effectuée pour la MCÉ, avec résultats négatifs.

Toute jument utilisée à titre de jument détectrice doit subir les mêmes épreuves que les juments d'essai, avec résultats négatifs. Elles doivent être placées dans le lieu de quarantaine lorsqu'il est établi qu'elles réagissent négativement aux épreuves de dépistage de la MCÉ.

Après l'accouplement avec les juments d'essai, il faut, pendant cinq jours consécutifs, traiter les étalons de la façon suivante :

  • Pendant que le sujet est en pleine érection, nettoyer et laver à fond (avec de l'eau chaude et un détergent doux) le prépuce, le pénis, incluant la fosse du gland et le sinus urétral, afin d'éliminer le smegma et tout débris étranger, puis recouvrir entièrement le prépuce et le pénis de l'étalon, incluant la fosse du gland et le sinus urétral, d'un onguent contre l'organisme responsable de la MCÉ (0,2 % de nitrofurazone).

Juments âgées de plus de deux ans

Les chevaux doivent être certifiés exempts de la métrite contagieuse équine (MCÉ) selon les critères suivants :

  • Au cours des 90 jours précédant leur exportation au Canada, ils n'ont pas été dans des lieux où la MCÉ a été signalée.

et

  • Dans le pays d'origine, on doit avoir prélevé, durant les 30 jours précédant la date d'exportation au Canada, une série de trois échantillons (écouvillons) sur les muqueuses :

    1. des cavités clitoridiennes;
    2. des sinus clitoridiens latéraux et médians; et
    3. du col de l'utérus ou de l'endomètre (l'échantillon endométrial est seulement requis si les juments sont en période d'œstrus) dans les 30 jours précédant la date d'exportation au Canada.

    Pour les juments gestantes seulement a) et b) s'appliquent.

    Il faut avoir réfrigéré (non congelé) les échantillons durant le transport et les avoir mis en culture pour le dépistage de la MCÉ dans un laboratoire approuvé à cette fin par le service vétérinaire officiel du pays d'origine, dans un délai de 48 heures suivant le prélèvement. Les spécimens doivent avoir été mis en culture au moins sept jours, (à partir du moment où les échantillons sont mis en culture en milieux de laboratoire et non lorsque les échantillons sont prélevés) à la suite desquels des résultats négatifs doivent avoir été obtenus.

    Une copie officielle du rapport de laboratoire doit être attachée au certificat.

Remarque : Les juments ne doivent pas avoir été accouplées ni avoir été soumises à l'insémination artificielle durant les 30 jours précédant leur exportation au Canada et aucune manipulation/traitement du tractus reproducteur (mis à part le prélèvement des écouvillons) n'a été effectué durant la même période.

Remarque : Si l'animal subit une forme quelconque de traitement antibiotique, il doit s'écouler au moins sept jours après le traitement avant que l'écouvillonnage en vue de la culture ne puisse être effectué.

et

soit

  • Les juments n'ont pas été inséminées artificiellement au cours des 21 jours précédant la période pré-exportation de 30 jours durant laquelle aucun accouplement ou insémination artificielle ne sont permis;

ou

  • Les juments ont été inséminées artificiellement au cours des 21 jours précédant la période pré-exportation de 30 jours durant laquelle aucun accouplement ou insémination artificielle ne sont permis, et ont obtenu des résultats négatifs à l'épreuve FC; les échantillons de sang doivent avoir été prélevés entre 21 et 30 jours après l'insémination artificielle.

Remarque : Les analyses sérologiques susmentionnées doivent être réalisées en plus de l'écouvillonnage.

Remarque : Pour une jument ayant eu un résultat positif à une épreuve de MCÉ antérieure :

  • La jument doit être traitée pour la MCÉ selon une méthode approuvée par les services vétérinaires officiels du pays exportateur. Une fois que le traitement a été complété, au moins 21 jours doivent s'écouler avant que la jument ne soit admissible à être re-testée selon les conditions pour l'épreuve MCÉ mentionnées plus haut dans le document. Les résultats doivent être négatifs aussi bien par écouvillonnage que par épreuve sérologique.

et

  • Tous les traitements ainsi que leurs dates doivent être mentionnés dans le certificat d'exportation.

Durant la quarantaine faisant suite à l'importation au Canada

On doit prendre trois séries d'échantillons (écouvillons) tel que suit :

1ière série – L'écouvillonnage à la surface des muqueuses doit être fait en utilisant différents écouvillons pour chaqu'un :

  1. la fosse clitoridienne;
  2. du sinus clitoridien latéral;
  3. du sinus clitoridien médian;

2ièmesérie – L'écouvillonnage à la surface des muqueuses doit être fait en utilisant différents écouvillons pour chaqu'un :

  1. la fosse clitoridienne
  2. du sinus clitoridien latéral;
  3. du sinus clitoridien médian

3ième série – L'écouvillonnage à la surface des muqueuses doit être fait en utilisant différents écouvillons pour chaqu'un :

  1. la fosse clitoridienne
  2. du sinus clitoridien latéral;
  3. du sinus clitoridien médian; et
  4. un 4ième écouvillon du col de l'utérus ou de l'endomètre.

Pour les juments gestantes seulement a), b) et c) s'appliquent.

Site d'écouvillonnage d) de la 3ième série : L'échantillon endométrial est seulement requis si les juments sont en période d'œstrus. Dans ce cas précis, un écouvillon endométrial est idéal. Cependant, un écouvillon de l'extrémité distale du cervix seulement est acceptable si l'échantillonnage de l'endomètre pose des difficultés.

Les trois séries d'échantillons doivent être prélevées pendant trois journées différentes et il ne doit pas s'écouler moins de trois jours et plus de huit jours entre elles. Seuls du savon doux et de l'eau tiède doivent être utilisés, tel que nécessaire, afin d'enlever l'excès de débris organiques des organes génitaux externes, lors de la préparation de l'écouvillonnage pour la MCÉ suite à l'importation. Les échantillons doivent être réfrigérés (non congelés) durant le transport et ils doivent être mis en culture pour le dépistage de la MCÉ, dans un délai de 48 heures suivant le prélèvement. Les spécimens doivent avoir été mis en culture au moins dix jours, et des résultats négatifs doivent avoir été obtenus.

À la suite du prélèvement de tous les échantillons, tout débris organique doit être enlevé à la main des sinus clitoridiens de chaque jument. Les sinus doivent ensuite être lavés à l'aide d'un agent ceruminolytique afin d'assurer qu'ils ont été nettoyés de façon adéquate et qu'il ne reste aucun débris à l'intérieur.

Pendant cinq jours consécutifs, il faut procéder à un nettoyage et à un lavage à fond (avec de l'eau chaude et un détergent doux) des organes génitaux externes et du vestibule vaginal, y compris les cavités et sinus clitoridiens afin d'éliminer tout débris organique et étranger. Suivant la procédure susmentionnée, à chacun des cinq jours, il faut remplir les cavités et les sinus clitoridiens et enduire les organes génitaux externes et le vestibule vaginal d'un onguent antibiotique contre l'organisme responsable de la MCÉ (0,2 % de nitrofurazone).

Chevaux âgés de moins de deux ans

Les chevaux de moins de deux ans doivent être certifiés de la façon suivante :

  • Au cours des 90 jours précédant leur exportation au Canada, ils n'ont pas été dans des lieux où la MCÉ été signalée.
  • Ils n'ont jamais été utilisés pour la reproduction.
  • Leur utilisation à des fins de reproduction n'a jamais été tentée.

et

  • Ils n'ont jamais été gardés ou laissés sans surveillance en présence de chevaux adultes de sexe opposé (à l'exception des poulains qui sont gardés avec leur mère).

Chevaux hongres

Aucune condition d'importation relative à la MCÉ.

Chevaux Andalous en provenance d'Espagne (Étalons âgés de plus de deux ans)

Les chevaux doivent être certifiés exempts de la métrite contagieuse équine (MCÉ) selon les critères suivants :

  • Au cours des 90 jours précédant leur exportation au Canada, ils n'ont pas été dans des lieux où la MCÉ a été signalée.

et

  • Dans le pays d'origine, on doit avoir prélevé trois séries de trois échantillons (écouvillons) :

    1. du prépuce;
    2. de la fosse du gland (fosse urétrale), y compris le diverticule de cette dernière (sinus urétral); et
    3. de la portion terminale (distale) de l'urètre.

    Les trois séries d'échantillons doivent être prélevées pendant trois journées différentes et il ne doit pas s'écouler moins de trois jours et plus de huit jours entre elles, dans les 30 jours précédant la date d'exportation au Canada. Il faut avoir réfrigéré (non congelé) les échantillons durant le transport et les avoir mis en culture pour le dépistage de la MCÉ dans un laboratoire approuvé à cette fin par le service vétérinaire officiel du pays d'origine, dans un délai de 48 heures suivant le prélèvement. Les spécimens doivent avoir été mis en culture au moins sept jours (à partir du moment où les échantillons sont mis en culture en milieux de laboratoire et non lorsque les échantillons sont prélevés) à la suite desquels des résultats négatifs doivent avoir été obtenus.

    Une copie officielle du rapport de laboratoire doit être attachée au certificat.

Remarque : Les étalons ne doivent jamais avoir été accouplés ni avoir fait l'objet de prélèvements à des fins d'insémination artificielle.

Aucune manipulation/traitement du tractus reproducteur (mis à part le prélèvement des écouvillons) n'a été effectué durant les 30 jours précédant l'exportation des chevaux au Canada.

Remarque : Si l'animal subit une forme quelconque de traitement antibiotique, il doit s'écouler au moins sept jours après le traitement avant que l'écouvillonnage en vue de la culture puisse être effectué.

et

  • Depuis l'âge de deux ans (731 jours), ces chevaux de race pure destinés à l'exportation au Canada doivent avoir résidé de façon continuelle en Espagne et il peut être certifié que :

    • L'Asociación Nacional de Criadores de Caballos de Pura Raza Española (ANCCE) (Association nationale des chevaux pur sang espagnols) peut fournir les documents indiquant que ces chevaux n'ont pas été utilisés à des fins de reproduction.
    • Ces chevaux n'ont jamais été sur une ferme qui est exclusivement un lieu destiné à la reproduction.
    • Ces chevaux n'ont jamais été utilisés pour la reproduction.
    • L'utilisation de ces chevaux à des fins de reproduction n'a jamais été tentée.
    • Aucun de ces chevaux importés n'a jamais été gardé ou laissé sans surveillance en présence de chevaux adultes de sexe opposé.

Des épreuves post-importation pour la MCÉ ne sont pas requises.

Chevaux Andalous en provenance d'Espagne (Juments âgées de plus de deux ans)

Les chevaux doivent être certifiés exempts de la métrite contagieuse équine (MCÉ) selon les critères suivants :

  • Au cours des 90 jours précédant leur exportation au Canada, ils n'ont pas été dans des lieux où la MCÉ a été signalée.

et

  • Dans le pays d'origine, on doit avoir prélevé trois séries de trois échantillons (écouvillons) à la surface des muqueuses :

    1. de la fosse clitoridienne;
    2. des sinus clitoridiens latéraux et médians; et
    3. du col de l'utérus ou de l'endomètre (l'échantillon endométrial est seulement requis si les juments sont en période d'œstrus).

    Les trois séries d'échantillons doivent être prélevées pendant trois journées différentes et il ne doit pas s'écouler moins de trois jours et plus de huit jours entre elles, dans les 30 jours précédant la date d'exportation au Canada. Il faut avoir réfrigéré (non congelé) les échantillons durant le transport et les avoir mis en culture pour le dépistage de la MCÉ dans un laboratoire approuvé à cette fin par le service vétérinaire officiel du pays d'origine, dans un délai de 48 heures suivant le prélèvement. Les spécimens doivent avoir été mis en culture au moins sept jours (à partir du moment où les échantillons sont mis en culture en milieux de laboratoire et non lorsque les échantillons sont prélevés) à la suite desquels des résultats négatifs doivent avoir été obtenus.

    Une copie officielle du rapport de laboratoire doit être attachée au certificat.

Remarque : Les juments ne doivent jamais avoir été accouplées ni avoir été soumises à l'insémination artificielle.

Aucune manipulation/traitement du tractus reproducteur (mis à part le prélèvement des écouvillons) n'a été effectué durant les 30 jours précédant l'exportation au Canada.

Remarque : Si l'animal subit une forme quelconque de traitement antibiotique, il doit s'écouler au moins sept jours après le traitement avant que l'écouvillonnage en vue de la culture ne puisse être effectué.

et

  • Depuis l'âge de deux ans (731 jours), ces chevaux de race pure destinés à l'exportation au Canada doivent avoir résidé de façon continuelle en Espagne et il peut être certifié que :

    • L'Asociación Nacional de Criadores de Caballos de Pura Raza Española (ANCCE) (Association nationale des chevaux pur sang espagnols) peut fournir les documents indiquant que ces chevaux n'ont pas été utilisés à des fins de reproduction.
    • Ces chevaux n'ont jamais été sur une ferme qui est exclusivement un lieu destiné à la reproduction.
    • Ces chevaux n'ont jamais été utilisés pour la reproduction.
    • L'utilisation de ces chevaux à des fins de reproduction n'a jamais été tentée.
    • Aucun de ces chevaux importés n'a jamais été gardé ou laissé sans surveillance en présence de chevaux adultes de sexe opposé.

Des épreuves post-importation pour la MCÉ ne sont pas requises.

Date de modification :