Conseils destinés aux vétérinaires et aux producteurs de porcs - Virus H1N1

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Qu’est-ce que la grippe porcine?

La grippe porcine est une maladie respiratoire contagieuse qui s’attaque aux porcs. La maladie est habituellement détectée en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Asie et en Europe, et est causée par des virus de l’influenza de type A, qui touchent également d’autres types d’animaux, ainsi que les humains.

Les virus de l’influenza sont régulièrement détectés chez les porcs, qui peuvent être infectés par les humains, les oiseaux ou d’autres porcs. La transmission de l’influenza des porcs aux humains est rare et est normalement causée par un contact étroit avec des animaux malades. Toutefois, l’ACIA demande aux vétérinaires et aux éleveurs d’accroître leurs mesures de biosécurité afin de minimiser les risques pour la santé humaine ou animale.

L’ACIA collabore avec ses homologues provinciaux et territoriaux afin de surveiller les troupeaux de porcs et d’encourager les producteurs à prendre des mesures rigoureuses de prévention de la maladie.

Quels sont les symptômes chez les porcs?

Des recherches plus poussées devront être menées en vue de déterminer de quelle façon le virus H1N1 (grippe porcine chez l’être humain) touche les porcs. Nous savons toutefois que les virus d’influenza qui touchent généralement les porcs causent les symptômes suivants :

  • fièvre;
  • perte d’appétit;
  • perte de poids;
  • toux;
  • éternuement;
  • écoulement nasal;
  • difficultés respiratoires;
  • baisse de fertilité ou avortement.

Comment peut-on protéger les porcs?

Les mesures suivantes peuvent possiblement prévenir la grippe porcine :

  • vacciner les animaux;
  • veiller à ce que les travailleurs agricoles aient une bonne hygiène;
  • respecter des pratiques de biosécurité rigoureuses;
  • assurer une ventilation adéquate dans les porcheries;
  • identifier et isoler les animaux malades le plus tôt possible.

Quelles précautions les éleveurs devraient-ils prendre pour réduire le plus possible les risques d’introduction et de propagation de maladies?

Contrôle des déplacements :

  • Quiconque présente des signes de maladie respiratoire doit éviter le contact avec les animaux.
  • Tout travailleur dans une exploitation porcine qui a été exposé à l’influenza ou quiconque est infecté par l’influenza doit éviter le contact avec les animaux jusqu’à ce qu’il ait été examiné par un travailleur de la santé.
  • Éviter le contact avec les porcs à l’extérieur du lieu de travail régulier.
  • Contrôler et restreindre l’accès des visiteurs au troupeau.
  • Demander à tous les visiteurs de porter des bottes, des vêtements et des gants propres, ainsi que de bien se laver les mains en arrivant et en quittant les lieux.
  • Éviter les contacts entre les autres animaux et le troupeau.
  • Tenir un registre des déplacements des personnes, des animaux et de l’équipement qui entrent et sortent de l’exploitation.

Isolement :

  • Ne recevoir que des animaux de sources fiables et réduire la fréquence d’introduction de nouveaux porcs dans le troupeau.
  • Garder les nouveau-nés, les porcs sevrés, les porcs d’engraissement et les porcs de reproduction séparément.
  • Déplacer les porcs en groupes au cours de chaque étape de production selon le principe du renouvellement intégral.

Assainissement :

  • Nettoyer et désinfecter régulièrement les bâtiments, les porcheries, l'équipement, les vêtements et les chaussures.
  • Réserver une zone pour le nettoyage des véhicules et de l'équipement.
  • Éliminer les porcs morts promptement de façon à réduire le plus possible toute possibilité de propagation de maladie.
  • Mettre en place un programme de gestion du fumier.
  • Éviter d’emprunter de l’équipement ou des véhicules d’autres exploitations.

Gestion de la santé du troupeau :

  • Vérifier chaque jour la santé du troupeau et avoir recours aux services d'un vétérinaire.
  • Identifier tous les groupes d’animaux de manière unique aux fins de traçabilité (endroit d’où ils viennent et endroit où ils vont après avoir été vendus).
  • En consultation avec un vétérinaire, considérer la possibilité de faire vacciner les animaux.
  • Isoler les porcs malades et signaler immédiatement tout signe de maladie au vétérinaire ou au bureau de l'ACIA le plus près.

Maintien du programme :

  • Former le personnel relativement à l'application du programme de biosécurité et vérifier régulièrement son efficacité.
  • Se tenir au courant des maladies qui touchent la région et adapter le programme de biosécurité en conséquence.
  • Recommander aux travailleurs agricoles de discuter du vaccin annuel contre la grippe avec leur médecin. (La vaccination peut réduire l’excrétion du virus durant une éclosion de grippe humaine, ce qui réduit les risques d’infection des porcs par le virus de l’influenza humain. Pour l’instant, on ne connaît pas l’efficacité des vaccins humains existants à l’égard de cette nouvelle souche de la maladie.)

Quelles précautions les vétérinaires doivent-ils prendre quand ils enquêtent sur les cas de maladies respiratoires chez les porcs?

L’ACIA recommande aux vétérinaires de :

  • communiquer avec le producteur à l’avance afin de préparer et de planifier la visite;
  • stationner leur véhicule dans une zone désignée ou aussi loin des animaux que possible;
  • tenir un registre des exploitations visitées;
  • bien se laver les mains après avoir été en contact avec les animaux;
  • quitter l’exploitation par le même chemin qu’à l’arrivée, puis nettoyer et désinfecter les véhicules et l’équipement;
  • jeter l’équipement de protection de manière sécuritaire :
    • le laisser dans l’exploitation afin qu’on l’élimine de manière appropriée,
    • l’enlever et le placer dans un contenant prévu pour les « matières contaminées » et le rapporter au bureau;
  • effectuer les tâches qui comportent peu de risques avant d’examiner les animaux;
  • éviter ou réduire au maximum le contact avec les entrepôts de fumier, le stock d’aliments du bétail et les réserves d’eau.

Jusqu’à ce que nous obtenions plus d’information sur les effets de la maladie sur les porcs, évitez de visiter une autre exploitation porcine pendant 48 heures, si vous soupçonnez que le premier troupeau est infecté par la grippe porcine.

Pour obtenir des renseignements plus détaillés sur les mesures de biosécurité recommandées pour les visites à la ferme lors d’une enquête sur une maladie, veuillez communiquer avec votre bureau régional de l’ACIA.

Date de modification :