Cysticercose bovine - Fiche de renseignements

Qu'est ce que la cysticercose?

La cysticercose est une maladie qui s'attaque aux muscles des animaux infectés. Les animaux d'élevage qui sont les plus souvent touchés par cette maladie sont les bovins et les porcs. Cette maladie est causée par les larves du ténia de l'humain.

La cysticercose porcine n'a jamais été détectée au Canada. Elle est causée par la larve du ver solitaire humain Taenia solium. De plus amples renseignements concernant la cysticercose porcine sont disponibles sur le site Web de l'Agence de la santé publique du Canada.

Des cas de cysticercose bovine (p. ex. bœuf, bison) ont été détectés au Canada, mais ils sont rares. Le dernier cas détecté remonte à 2013. La cysticercose bovine est causée par la larve du ver solitaire humain Taenia saginata.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a des programmes en place pour aider à prévenir la propagation de la maladie au Canada.

La cysticercose pose-t-elle un risque pour la santé humaine?

Si une personne consomme de la viande insuffisamment cuite contaminée par le parasite, elle peut contracter l'infection par le ténia. Toute personne qui croit avoir été exposée au parasite devrait communiquer immédiatement avec les autorités locales de la santé.

La cuisson appropriée de la viande à une température interne sécuritaire inactive les larves qui pourraient être présentes.

Quels sont les signes cliniques de la cysticercose?

Il est peu probable que les infections de cysticercose contractées chez les bovins et les porcs se manifestent par des signes cliniques.

Chez l'humain, les symptômes associés au ténia sont souvent imperceptibles, mais peuvent comprendre les suivants :

  • douleur abdominale
  • prurit anal
  • nausées

Parmi les symptômes plus rares, mentionnons :

  • diarrhée ou constipation
  • étourdissements
  • maux de tête
  • augmentation de l'appétit
  • vomissements
  • faiblesse
  • perte de poids

Où trouve-t-on des cas de cysticercose?

La cysticercose sévit partout dans le monde. La maladie est plus présente dans les pays où les pratiques sanitaires laissent à désirer dans les exploitations d'élevage et dans les pays où les habitants ont l'habitude de manger de la viande insuffisamment cuite.

On trouve occasionnellement des cas de cysticercose bovine au Canada. Aucun cas de cysticercose porcine n'a encore été détecté au Canada.

Quels sont les modes de transmission et de propagation de la cysticercose?

Les animaux contractent la maladie en consommant des matières contaminées par des oeufs de ténia provenant de selles humaines.

La cysticercose ne se transmet pas directement d'un animal à un autre pas plus qu'elle ne se transmet directement d'une personne à une autre.

Dans une étable classique, les oeufs de ténias peuvent survivre pendant environ 18 mois. Ces derniers sont également résistants à un certain nombre de désinfectants courants. Ils peuvent toutefois être détruits par la sécheresse étant donné qu'ils ne peuvent survivre dans un environnement très sec.

Comment diagnostique-t-on la cysticercose?

Le diagnostic de la cysticercose se fonde sur la détection des kystes dans les tissus musculaires des animaux pendant l'inspection de la carcasse. Les lésions suspectes doivent être envoyées à un laboratoire pour confirmer le diagnostic.

Comment traite-t-on la cysticercose?

Il n'existe aucun traitement pour cette maladie chez les animaux vivants.

Quels sont les rôles et les responsabilités établis pour prévenir la cysticercose?

De la ferme à l'assiette, chacun a un rôle à jouer pour prévenir la cysticercose. Au niveau de l'exploitation agricole, il est important d'éviter la contamination par des matières fécales humaines dans les aires où il y a des aliments pour les animaux et les aires d'alimentation des animaux.

La cysticercose est une maladie à déclaration obligatoire aux termes de la Loi sur la santé des animaux. Cela signifie que tous les cas suspects doivent être signalés à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) pour que des inspecteurs commencent immédiatement une enquête.

Le programme national de lutte contre la cysticercose de l'ACIA est en place pour protéger la santé humaine par la détection des bovins et des porcs infectés au moment de l'abattage. Conformément au programme d'hygiène des viandes de l'ACIA , l'inspection des carcasses doit être faite dans les abattoirs agréés par le gouvernement fédéral. Tous les abattoirs non agréés par le gouvernement fédéral doivent signaler les cas suspects de cysticercose à l'ACIA aux fins d'enquête.

Si un animal infecté est détecté au moment de l'abattage, l'ACIA , par l'entremise de son programme de lutte contre la cysticercose, mène une enquête au niveau de l'exploitation agricole.

Les carcasses infectées sont éliminées ou peuvent entrer dans la chaîne alimentaire après leur traitement.

Comme toujours, à la maison, la viande doit être cuite à une température interne sécuritaire pour aider à éliminer les risques de maladie d'origine alimentaire. La cuisson appropriée de la viande inactive les larves qui pourraient être présentes.

Comment l'ACIA interviendrait-elle en cas d'éclosion de cysticercose?

L'ACIA analyse tous les cas positifs et prend les mesures suivantes :

  • Enquête auprès des exploitations agricoles pouvant être à l'origine de la maladie et de tous les endroits où les animaux ont pu séjourner.
  • Les endroits où la source d'infection a été détectée seraient placés immédiatement sous le contrôle de l'ACIA .
  • Sous la surveillance de l'ACIA , les exploitants doivent prendre certaines mesures (p. ex. nettoyage et désinfection, enlèvement des aliments contaminés, etc.) pour éliminer la source d'infection.
  • Les bovins et les porcs des exploitations infectées sont déplacés conformément à un permis de déplacement à un abattoir inspecté par le gouvernement fédéral pour y être abattus lorsqu'ils atteignent leur poids de marché.
  • Les carcasses gravement infectées sont condamnées et éliminées de façon appropriée, tandis que les carcasses qui ne sont pas gravement infectées sont traitées à basse température (-10 °C, pendant 10 jours) ou à haute température (au moins 60 °C), pour tuer le parasite. Les carcasses traitées peuvent entrer dans la chaîne d'alimentation humaine une fois le traitement (chaleur ou froid) terminé.
  • L'ACIA garde le contrôle des lieux infectés jusqu'à ce que la source de l'infection soit éliminée et que l'on confirme l'absence du parasite au sein du troupeau (vérification à l'abattoir).

Renseignements additionnels

Date de modification :