Fièvre aphteuse - Ce à quoi vous attendre lorsque vos animaux sont potentiellement infectés

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Introduction

Cette brochure vise à informer les éleveurs de bétail canadiens sur ce qui arrive lorsqu'on soupçonne la présence de la fièvre aphteuse ou que celle-ci est détectée au sein de leur exploitation.

Fièvre aphteuse

La fièvre aphteuse est une maladie virale grave hautement transmissible, qui s'attaque aux bovins et aux porcs. Le virus peut aussi s'attaquer aux moutons, aux chèvres, aux cerfs et à d'autres ruminants artiodactyles. La fièvre aphteuse ne pose aucun risque pour la santé publique ou la salubrité des aliments. Par contre, l'éclosion de la maladie aurait des répercussions désastreuses sur l'ensemble de l'économie canadienne. La fièvre aphteuse entraîne des pertes de productivité dans le domaine de l'élevage et réduit la qualité marchande du bétail canadien ainsi que des produits connexes, vu l'ampleur des restrictions commerciales internationales.

La fièvre aphteuse est une maladie à déclaration obligatoire au Canada. Cela signifie que les éleveurs ou les vétérinaires doivent signaler à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) tous les cas suspects de la maladie.

La maladie se caractérise par de la fièvre et la présence de lésions semblables à des cloques sur la langue et les lèvres, dans la bouche, sur les mamelles et entre les sabots. Même si bon nombre des animaux atteints se rétablissent, ils demeurent faibles et asthéniques.

Lutte contre la fièvre aphteuse

L'ACIA prend des mesures de lutte contre la fièvre aphteuse dès qu'on signale un cas ou qu'on soupçonne sa présence. Bien que les mesures d'intervention en cas de maladie soient différentes, la démarche suivie en cas de fièvre aphteuse comprend généralement les étapes suivantes :

  • mise en quarantaine;
  • enquête;
  • destruction et élimination;
  • nettoyage et désinfection;
  • indemnisation.

Mise en quarantaine

Cas suspect de fièvre aphteuse

Si vous soupçonnez que des animaux de votre exploitation ont contracté la fièvre aphteuse, un employé de l'ACIA (habituellement le vétérinaire de district) se rendra à l'exploitation pour vous rencontrer. À ce moment, l'exploitation sera désignée comme étant un « lieu infecté », et des restrictions des déplacements seront mises en place à titre préventif. L'employé de l'ACIA vous remettra de la documentation décrivant les règles de la déclaration et des restrictions des déplacements et vous expliquera vos responsabilités. Il répondra également à vos questions.

Les restrictions des déplacements sont nécessaires pour contrôler l'éventuelle propagation de la maladie. La fièvre aphteuse est très contagieuse et peut se propager rapidement chez les animaux qui vivent en proximité. Elle peut également être transmise par de l'équipement, des vêtements et des chaussures contaminés, par des matières contaminées, comme le foin ou les aliments pour animaux, ou par de la viande crue contaminée qui sert de nourriture aux animaux vulnérables. De plus, la fièvre aphteuse peut se propager par l'entremise de l'air (c'est-à-dire que le virus est excrété par un animal infecté, voyage dans l'air et contamine les autres animaux).

Pendant la période de restriction des déplacements, il est interdit de déplacer tous les animaux, leurs produits et sous-produits, les aliments pour animaux, le fumier, le foin, la paille, les véhicules et l'équipement à l'intérieur ou à l'extérieur de l'exploitation, à moins d'avoir obtenu l'autorisation de l'ACIA.

Lorsque votre exploitation fait l'objet d'une déclaration, vous devez vous acquitter de certaines responsabilités :

  • clôturer l'exploitation pour contrôler les déplacements des animaux et des produits d'origine animale;
  • informer toutes les personnes qui entrent dans l'exploitation que celle-ci fait l'objet d'une déclaration;
  • contrôler les déplacements des personnes, de l'équipement et des véhicules afin d'empêcher la propagation de la fièvre aphteuse à l'extérieur de l'exploitation;
  • signaler tous les animaux malades et mourants et tous ceux qui s'échappent de l'exploitation;
  • mettre en place des mesures de lutte contre les insectes et les animaux nuisibles et signaler l'entrée de tout animal sauvage dans l'exploitation;
  • nettoyer et désinfecter tous les outils et tout l'équipement qui pourraient avoir été exposés à des animaux infectés de l'exploitation.

Lorsqu'on soupçonne un cas de fièvre aphteuse, une déclaration préventive de lieu infecté est immédiatement mise en place dans toutes les exploitations qui comptent des animaux vulnérables dans un rayon de cinq kilomètres afin de restreindre les déplacements.

Cas confirmé de fièvre aphteuse

Si un cas de fièvre aphteuse est confirmé, les mesures de lutte contre la maladie sont renforcées au sein de l'exploitation infectée et dans les environs. Des panneaux de signalisation indiquant que la propriété se trouve dans une zone contrôlée seront fournis par l'ACIA. De plus, des mesures rigoureuses de lutte contre la maladie viseront tous les animaux, les individus, les véhicules et l'équipement. Voici quelques-unes des mesures qui seront prises :

  • toute personne doit mettre des vêtements et des chaussures propres en quittant l'exploitation;
  • les travailleurs en contact avec des animaux ou des matières contaminées doivent prendre une douche avant de quitter l'exploitation;
  • les personnes dans les exploitations infectées ne doivent pas se rendre dans une autre exploitation qui compte des animaux vulnérables;
  • les animaux vulnérables ne doivent pas entrer et sortir de l'exploitation;
  • les chiens, les chats et les autres animaux de compagnie doivent être confinés;
  • les véhicules et l'équipement doivent être nettoyés et désinfectés adéquatement avant de quitter l'exploitation;
  • les volailles et les chevaux (animaux invulnérables) ne peuvent être déplacés qu'en vertu d'un permis pour se rendre dans un abattoir inspecté par le gouvernement fédéral ou un autre établissement où on ne trouve pas d'animaux vulnérables.

Enquête

Dès l'entrée en vigueur de la déclaration, le personnel de l'ACIA entreprendra d'évaluer l'état de santé de tous les animaux de l'exploitation. Cela comprend le prélèvement d'échantillons sur les animaux aux fins de tests en laboratoire et d'analyses. L'Agence examinera également les registres de l'exploitation pour connaître les récents déplacements d'animaux, qu'il s'agisse d'arrivées ou de départs. Afin d'aider l'ACIA dans son enquête, on pourrait vous demander de fournir les documents suivants :

  • registres des animaux du troupeau;
  • dossiers du vétérinaire et rapports de laboratoire;
  • description détaillée des pratiques de gestion à l'exploitation, y compris un plan de biosécurité;
  • registres des achats et des ventes d'animaux, y compris ceux envoyés à l'abattoir;
  • renseignements sur tous les déplacements d'équipement, de véhicules, de camion de transport, etc.;
  • registre des déplacements aller-retour des animaux dans les expositions, les foires, etc.;
  • une liste des visiteurs (registre des visites, si possible);
  • un plan de l'exploitation;
  • coordonnées du vétérinaire de votre région.

À l'aide des registres, dossiers et autres renseignements fournis, le personnel de l'ACIA peut retracer les déplacements du bétail vulnérable, des véhicules, de l'équipement et des visiteurs qui pourraient être entrés en contact avec le ou les animaux infectés. Ces activités permettent au personnel de déterminer s'ils doivent mener une enquête dans d'autres exploitations.

Votre coopération et celle de toutes les autres parties concernées sont essentielles au succès de l'enquête et à la lutte contre la maladie.

Destruction et élimination

Si un cas de fièvre aphteuse est confirmé, le vétérinaire de district de l'ACIA délivre un « ordre de destruction ».

Tous les animaux de l'exploitation qui sont vulnérables à la fièvre aphteuse sont détruits sans cruauté. Étant donné la nature hautement transmissible de la maladie, il est impératif que la destruction des animaux vulnérables se fasse le plus rapidement possible, de manière à réduire au maximum la propagation par l'entremise de l'air ou par des matières contaminées même si les animaux sont confinés. De plus, tous les produits d'origine animale, le fumier, les aliments du bétail et l'équipement contaminé qu'il est impossible de nettoyer et de désinfecter adéquatement seront visés par l'ordre de destruction.

Les carcasses d'animaux, les produits animaux, le fumier, les aliments du bétail et l'équipement visés par l'ordre de destruction seront éliminés dans l'exploitation, ou selon le cas, dans un autre site sûr.

La méthode d'élimination peut varier d'un site à l'autre, selon les conditions de l'endroit. La méthode la plus courante est l'enfouissement.* La méthode choisie réduira à la fois le potentiel de propagation de la maladie et les répercussions sur l'environnement. Les coûts de destruction, d'élimination et de transport des animaux et des objets visés par l'ordre de destruction pourraient être payés par l'ACIA.

*L'enfouissement doit être conforme aux exigences provinciales et municipales relatives à la gestion des déchets.

Nettoyage et désinfection

Lorsque toutes les activités de destruction et d'élimination sont terminées, l'exploitation doit être nettoyée et désinfectée en profondeur, conformément aux normes internationales. Ces opérations consistent notamment à nettoyer et désinfecter toutes les surfaces dures, les structures, les outils, l'équipement et les véhicules. Les zones de l'exploitation où se trouvaient les animaux infectés, y compris les pâturages, resteront vides pendant une période de temps donnée afin de veiller à l'élimination du virus avant le repeuplement.

Le vétérinaire de district de l'ACIA vous aidera à mettre sur pied un plan de nettoyage et de désinfection efficace. Vous devrez toutefois acquitter les frais de nettoyage et de désinfection.

Indemnisation

En vertu de la Loi sur la santé des animaux, l'ACIA peut indemniser les propriétaires des exploitations d'élevage pour les animaux dont on a ordonné la destruction dans le cadre d'une intervention en cas de maladie. Les indemnités sont déterminées en fonction de la valeur marchande des animaux, jusqu'à concurrence d'un montant maximal prévu par la réglementation.

Pour en savoir davantage sur le processus d'indemnisation, consultez la brochure intitulée « Indemnisation en santé animale : à quoi s'attendre lorsqu'un animal fait l'objet d'un ordre de destruction ».

Levée de la quarantaine

Une fois le nettoyage et la désinfection terminés, l'ACIA évaluera l'exploitation pour déterminer s'il est possible de lever les restrictions des déplacements qui ont été mises en place dans votre exploitation.

Lorsque les restrictions des déplacements dans votre exploitation seront levées, vous pourrez introduire de nouveaux animaux, pourvu que vous respectiez les exigences relatives aux contrôles des déplacements qui pourraient être toujours en vigueur dans la région.

Confidentialité

Conformément aux dispositions de la Loi sur la protection des renseignements personnels et d'autres lois fédérales, l'ACIA doit protéger les renseignements de nature personnelle qu'elle recueille. Toute l'information que vous fournissez au cours d'une intervention de lutte contre la maladie sera traitée comme étant confidentielle, à moins qu'il ne soit indiqué qu'il en est autrement.

Pour de plus amples renseignements sur la fièvre aphteuse

Pour en savoir davantage sur l'approche du Canada en matière de lutte contre la fièvre aphteuse et d'éradication, visitez le site suivant : www.inspection.gc.ca.

Date de modification :