Fiche de renseignements – Influenza aviaire

Qu'est-ce que l'influenza aviaire?

L'influenza aviaire, communément appelée « grippe aviaire », est causée par le virus de l'influenza de type « A ». Ce virus peut toucher plusieurs espèces d'oiseaux destinés à l'alimentation (poulets, dindes, cailles, pintades, etc.), ainsi que les oiseaux de compagnie et les oiseaux sauvages.

Les virus de l'influenza aviaire sont classés en deux grandes catégories selon la gravité de la maladie qu'ils causent chez les oiseaux:

  • influenza aviaire faiblement pathogène (IAFP)
  • influenza aviaire hautement pathogène (IAHP)

La plupart des virus de l'influenza aviaire sont faiblement pathogènes. Les oiseaux infectés ne présentent habituellement que peu ou pas de signes cliniques.

Cependant, les virus hautement pathogènes peuvent entraîner une maladie grave et causer la mort des oiseaux.

Certaines souches de l'influenza aviaire sont-elles plus susceptibles d'être hautement pathogènes?

Les virus de l'influenza aviaire sont classés par sous-types en fonction de deux protéines contenues dans le virus : l'hémagglutinine ou la protéine « H » et la neuraminidase ou la protéine « N ». Il existe 16 types H et 9 types N et, donc, 144 combinaisons possibles.

Les sous-types H5 et H7 du virus sont particulièrement préoccupants, étant donné la capacité de ces deux formes à muter pour devenir hautement pathogènes une fois qu'ils ont infecté des oiseaux domestiques, alors qu'ils étaient faiblement pathogènes au départ. Ces deux types H sont responsables des cas de maladie grave ou de mortalité enregistrés chez la volaille; en revanche, les virus H5 et H7 faiblement pathogènes sont très répandus chez la sauvagine.

Il peut exister différentes souches d'un même type de virus, particulièrement dans des régions du monde distinctes. La structure ainsi que les caractéristiques de telles souches peuvent être très différentes. Par exemple, on a récemment signalé la présence de la souche H5N1 faiblement pathogène dans divers endroits en Europe qui se distinguait tout à fait de la souche asiatique, celle-ci étant hautement pathogène.

L'influenza aviaire pose-t-elle un risque pour la santé humaine?

Les virus de l'influenza aviaire, comme la souche H5N1 hautement pathogène présente en Asie, peuvent, en de rares occasions, causer des maladies chez les humains.

La transmission des oiseaux aux humains s'est produite à la suite du contact étroit avec des oiseaux infectés ou des environnements fortement contaminés.

En raison de la possibilité d'infection humaine par des virus de l'influenza aviaire, il est recommandé aux personnes qui travaillent ou qui sont en contact avec des volailles soupçonnées d'être infectées de porter des vêtements protecteurs, y compris un masque facial, des lunettes protectrices, des gants et des bottes.

Information supplémentaire :

Où trouve-t-on l'influenza aviaire?

Les virus de l'influenza aviaire sont répandus au Canada et partout dans le monde.

L'ACIA publie des rapports sur les cas antérieurs de la maladie au Canada.

Des renseignements détaillés sur la répartition mondiale du sous-type H5N1 et de l'influenza aviaire hautement pathogène sont disponibles sur le site Web de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

Quels sont les signes cliniques d'influenza aviaire chez les oiseaux infectés?

Certains ou la totalité des signes cliniques suivants sont observés chez les oiseaux infectés :

  • chute soudaine de la production d'oeufs et ponte de nombreux oeufs à coquille molle ou sans coquille;
  • diarrhée;
  • hémorragie au niveau des tarses;
  • augmentation subite du taux de mortalité;
  • silence et apathie extrême;
  • gonflement de la peau sous les yeux; et
  • caroncules et crêtes enflées et congestionnées.

La période d'incubation de l'influenza aviaire varie de 2 à 14 jours.

Les symptômes de l'influenza aviaire sont très semblables à ceux de la maladie à virus vélogène de Newcastle et d'autres maladies aviaires.

Comment diagnostique-t-on l'influenza aviaire?

On peut soupçonner l'influenza aviaire d'après les signes cliniques.

Il faut néanmoins procéder à des analyses en laboratoire pour confirmer la présence du virus de l'influenza aviaire. Pour obtenir de l'aide, veuillez communiquer avec le vétérinaire de votre localité ou un laboratoire vétérinaire provincial.

Comment traite-t-on l'influenza aviaire?

Il n'existe aucun traitement pour les oiseaux contre la maladie.

La vaccination peut contribuer à réduire la propagation de la maladie, mais elle n'élimine pas le virus chez les oiseaux infectés.

Comment l'influenza aviaire se transmet-elle et se propage-t-elle?

Les oiseaux sauvages, en particulier la sauvagine, sont des hôtes naturels des virus de l'influenza. Bien qu'ils ne présentent généralement pas de signes cliniques de la maladie, ils peuvent tout de même transmettre le virus aux oiseaux d'élevage.

Le virus peut également être transmis aux oiseaux à la suite d'un contact avec des volailles ou des produits avicoles infectés. Il peut aussi se propager par l'entremise de vecteurs contaminés, dont le fumier, la litière, les vêtements ou les chaussures, les véhicules, l'équipement, les aliments pour animaux et l'eau.

Il est essentiel que les producteurs de volaille commerciale adoptent des mesures rigoureuses de biosécurité afin de prévenir l'introduction du virus au sein de leur troupeau. On recommande aux éleveurs de prendre les mesures suivantes.

  • Tenir le troupeau loin des aires fréquentées par les oiseaux sauvages.
  • Contrôler rigoureusement l'accès aux poulaillers.
  • Nettoyer et désinfecter l'équipement avant de l'introduire dans le poulailler.
  • Éviter d'installer des mangeoires d'oiseaux ou d'aménager des étangs pour les canards à proximité des poulaillers, car ces installations attirent les oiseaux sauvages.
  • Maintenir des normes d'hygiène rigoureuses.

Les animaux de compagnie peuvent-ils être infectés par l'influenza aviaire?

Les oiseaux de compagnie peuvent être infectés par l'influenza aviaire et la transmettre aux humains. Pour empêcher la propagation de la maladie, le Canada applique des exigences d'importation rigoureuses pour les oiseaux de compagnie venant des pays affectés par l'influenza aviaire.

La souche asiatique H5N1 hautement pathogène de l'influenza aviaire a aussi été détectée chez des mammifères, dont les rats, les souris, les belettes et les furets, les porcs, les chats et les chiens.

Cependant, un très petit nombre de cas d'influenza aviaire H5N1 ont été documentés chez des espèces non aviaires en dépit des éclosions d'envergure de ce virus dans le monde entier au cours des dernières années.

Selon les plus récentes données scientifiques, le risque de transmission de l'influenza aviaire d'un mammifère domestique à un humain est très faible. Cependant, on encourage les propriétaires à prendre des mesures de précaution afin de se protéger et de protéger leurs animaux de compagnie.

Quelles mesures sont prises au Canada pour protéger la volaille d'élevage contre l'influenza aviaire?

L'ACIA impose des exigences réglementaires rigoureuses sur l'importation d'animaux et de produits d'animaux provenant de pays où l'influenza aviaire a été détectée. Ses inspecteurs et ceux de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) appliquent ces exigences réglementaires aux points d'entrée au pays.

L'ACIA a resserré les mesures de surveillance de l'influenza aviaire dans les troupeaux de volaille commerciale au Canada en créant le Système canadien de surveillance de l'influenza aviaire à déclaration obligatoire (SCSIADO).

Ce programme de surveillance a été élaboré en collaboration avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, les éleveurs de volaille et d'autres représentants de l'industrie.

Le gouvernement du Canada, les gouvernements provinciaux et territoriaux, ainsi que les experts en santé animale exécutent un programme annuel de surveillance de l'influenza aviaire chez les oiseaux sauvages. Dans le cadre de ce programme, on prélève des échantillons sur des oiseaux vivants et des cadavres, puis on les analyse afin de détecter la présence des virus de l'influenza aviaire.

L'influenza aviaire hautement pathogène est une maladie déclarable en vertu de la Loi sur la santé des animaux et de son règlement d'application. Cela signifie que tous les cas suspects de la maladie doivent être signalés à l'ACIA pour que les inspecteurs puissent lancer immédiatement une enquête.

Dans le cadre du Plan relatif à un risque spécifique d'influenza aviaire à déclaration obligatoire, l'ACIA prend les mesures suivantes à l'égard des éclosions de virus H5 et H7 hautement pathogènes et faiblement pathogènes : déclarer les éclosions de maladie à l'OIE, établir des quarantaines, ordonner l'abattage sans cruauté des volailles, mener des activités de retraçage; superviser le nettoyage et la désinfection des lieux; vérifier si les exploitations agricoles affectées demeurent exemptes d'influenza aviaire selon les normes de l'OIE.

Quelles interventions l'ACIA lancerait-elle en cas d'éclosion d'influenza aviaire au Canada?

La stratégie d'intervention d'urgence du Canada en cas d'éclosion d'influenza aviaire consiste à enrayer la maladie et à rétablir le plus rapidement possible la reconnaissance du Canada comme pays indemne.

La stratégie d'intervention d'urgence de l'ACIA comprend les mesures suivantes :

  • la destruction sans cruauté de tous les animaux infectés et exposés au virus;
  • la surveillance et le retraçage des animaux potentiellement infectés ou exposés à la maladie;
  • des mesures zoosanitaires et des mesures de contrôle des déplacements des animaux rigoureuses pour empêcher la propagation du virus;
  • la décontamination en bonne et due forme des lieux infectés;
  • un zonage qui délimite les zones infectées et les zones exemptes de la maladie.

Les propriétaires d'animaux dont l'ACIA ordonne la destruction peuvent être admissibles à une indemnisation.

Que peuvent faire les voyageurs pour protéger le secteur canadien de la volaille contre une éclosion d'influenza aviaire?

Lorsque vous êtes à l'extérieur du pays, évitez les endroits où vous pourriez entrer en contact avec des volailles vivantes, par exemple :

  • les fermes d'élevage de volaille;
  • les marchés d'oiseaux vivants;
  • tout autre endroit où les oiseaux peuvent se rassembler.

Ces mesures sont d'autant plus importantes dans les pays touchés par une éclosion d'influenza aviaire hautement pathogène. Vous trouverez une liste à jour des pays touchés par l'influenza aviaire sur le site Web de l'Organisation mondiale de la santé animale.

Si vous entrez en contact avec des oiseaux vivants infectés par l'influenza aviaire, le virus peut survivre sur vos vêtements, vos chaussures et dans vos cheveux. Veuillez prendre les mesures d'hygiène personnelle qui s'imposent, notamment :

  • Vous laver les mains.
  • Prendre une douche.
  • Nettoyer tous les vêtements que vous aviez avec vous à l'étranger.
  • Nettoyer et désinfecter vos chaussures.

Lorsque vous rentrez au pays, vous devez :

  • éviter d'entrer en contact avec des animaux d'élevage (y compris la volaille), des animaux dans un zoo ou des animaux sauvages pendant les cinq jours suivant votre retour si vous avez eu un contact avec ces catégories d'animaux pendant votre séjour à l'étranger;
  • éviter de visiter une exploitation avicole au Canada dans les quatorze jours suivant votre retour si vous avez visité une exploitation avicole ou si vous avez été en contact avec des oiseaux sauvages à l'étranger;
  • vous assurer de bien désinfecter les chaussures que vous avez portées durant votre visite à l'exploitation ou lorsque vous être entré en contact avec des oiseaux sauvages, ainsi que de bien nettoyer vos vêtements et de les faire sécher à haute température;
  • remplir les sections relatives aux visites d'exploitations agricoles de votre carte de déclaration douanière - PDF (46 ko);
  • vous assurer que tous les oiseaux et produits avicoles que vous rapportez au Canada sont admissibles, et déclarer tous les produits d'animaux.

Renseignements additionnels

Date de modification :