Maladie vésiculeuse du porc - Fiche de renseignements

Qu'est-ce que la maladie vésiculeuse du porc?

La maladie vésiculeuse du porc est une virose contagieuse du porc caractérisée par de la fièvre et la présence de vésicules (ampoules remplies de liquide) dans la bouche, ainsi que sur le museau, les pattes et les mamelles.

Il est impossible de distinguer à l'œil nu ces lésions vésiculeuses de celles causées par la fièvre aphteuse. La maladie peut être bénigne ou grave, mais rarement mortelle.

La maladie vésiculeuse du porc présente-t-elle un risque pour la santé humaine?

Non. Cette maladie n'affecte pas les humains. Toutefois, on a signalé de rares cas d'infection accidentelle chez du personnel de laboratoire travaillant avec le virus.

Quels sont les signes cliniques de la maladie vésiculeuse du porc?

Les signes visibles de cette maladie peuvent facilement être confondus avec ceux de la fièvre aphteuse et comprennent les suivants :

  • fièvre et perte d'appétit;
  • apparition soudaine de boiterie chez plusieurs animaux en contact étroit;
  • claudication, inconfort visible ou refus de se déplacer sur des surfaces dures;
  • vésicules (ampoules remplies de liquide) sur le museau, les pattes, la gueule, la langue et les mamelles;
  • ruptures des vésicules laissant des lésions érosives;
  • fourchettes lâches ou perte de sabots.

Les jeunes porcs sont touchés plus durement. Le rétablissement survient habituellement au bout d'une à trois semaines, et le taux de mortalité est très faible, voire nul.

Dans quelles régions la maladie vésiculeuse du porc sévit-elle?

La maladie vésiculeuse du porc a été décrite pour la première fois en Italie en 1966, et elle demeure présente dans des endroits limités, causant à l'occasion des cas cliniques.

La maladie vésiculeuse du porc n'a jamais été observée au Canada.

Comment la maladie vésiculeuse du porc est-elle transmise et comment se propage-t-elle?

La maladie se propage principalement par contact avec des porcs infectés, ou dans un environnement contaminé, car le virus est extrêmement résistant dans l'environnement. Le virus peut également survivre dans le porc et les produits du porc transformés pendant de longues périodes. La distribution d'aliments destinés aux rebuts contaminés aux animaux peut donc entraîner la transmission du virus.

Comment la maladie vésiculeuse du porc est-elle diagnostiquée?

Il est nécessaire de procéder à des analyses en laboratoire pour confirmer un diagnostic et écarter la possibilité d'autres maladies vésiculeuses comme la fièvre aphteuse.

Quel est le traitement utilisé contre la maladie vésiculeuse du porc?

Il n'existe ni traitement, ni vaccin contre la maladie vésiculeuse du porc.

Que fait-on pour protéger le bétail canadien contre une éclosion de maladie vésiculeuse du porc?

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) impose des exigences réglementaires rigoureuses qui s'appliquent aux animaux et aux produits animaux importés de pays où la maladie vésiculeuse du porc a été signalée. C'est l'Agence des services frontaliers du Canada ou l'ACIA qui se charge de faire respecter ces exigences grâce aux inspections effectuées aux points d'entrée.

La maladie vésiculeuse du porc est une « maladie à déclaration obligatoire » en vertu de la Loi sur la santé des animaux. Cela signifie que tous les cas suspects doivent être déclarés à l'ACIA et font l'objet d'une enquête immédiate par des inspecteurs.

Quelles mesures prendrait l'ACIA en cas d'éclosion de maladie vésiculeuse du porc au Canada?

La stratégie d'intervention d'urgence du Canada en cas d'éclosion de maladie vésiculeuse du porc vise à :

  • éradiquer la maladie;
  • rétablir le plus rapidement possible le statut sanitaire du Canada comme pays exempt de maladie vésiculeuse du porc.

Pour tenter d'éradiquer la maladie vésiculeuse du porc, l'ACIA appliquerait sa politique d'abattage sanitaire qui comprend ce qui suit :

  • la destruction sans cruauté de tous les animaux infectés et exposés au virus;
  • la surveillance et le retraçage de tous les animaux potentiellement infectés ou exposés au virus;
  • des mises en quarantaine et des mesures de contrôle des déplacements des animaux rigoureuses pour empêcher la propagation du virus;
  • la décontamination complète des lieux contaminés;
  • le zonage pour circonscrire les régions contaminées et celles exemptes de la maladie.

Les propriétaires d'animaux dont on a ordonné la destruction pourraient être indemnisés.

Renseignements additionnels

Date de modification :