Modification de programme de lutte contre la rage

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Comme il a été annoncé précédemment, à compter du 1er avril 2014, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) modifiera certaines de ses activités liées à la rage.

Tout incident comportant un risque d'exposition des humains à la rage doit continuer d'être déclaré aux autorités locales de santé publique. Aucune modification ne sera apportée aux activités de lutte contre la rage et de gestion de la santé humaine, qui continueront d'être du ressort des autorités sanitaires des provinces et des territoires.

À compter du 1er avril 2014, l'ACIA continuera :

  • d'analyser tous les échantillons prélevés chez les humains et les animaux et soumis aux fins d'analyse de dépistage de la rage;
  • d'homologuer des vaccins contre la rage;
  • de fournir des statistiques relatives à la rage;
  • d'administrer la certification des importations et des exportations;
  • de signaler les cas confirmés de rage à l'Organisation mondiale de la santé animale.

Toutefois, à compter du 1er avril 2014, elle ne réalisera plus les activités suivantes :

  • prélever et soumettre des échantillons aux fins d'analyse de dépistage de la rage;
  • enquêter dans les exploitations dont les animaux sont soupçonnés d'être infectés par la rage ou mettre celles ci en quarantaine;
  • verser une indemnité pour les animaux d'élevage qui meurent de la rage.

L'ACIA demeure résolue à lutter contre la rage au Canada, et elle continuera à jouer un rôle dans la lutte contre cette maladie à l'échelle nationale et internationale. Depuis deux ans, l'ACIA discute de ces modifications avec ses collègues provinciaux et territoriaux dans le domaine de la santé et de l'agriculture.

La lutte globale contre la rage est une responsabilité que se partagent le public, les vétérinaires et tous les ordres de gouvernement. Les membres du public peuvent contribuer à réduire la propagation de la rage en faisant vacciner leurs animaux de compagnie et animaux d'élevage ainsi qu'en informant les autorités lorsqu'un animal est soupçonné d'être infecté par la maladie. Afin de prévenir la propagation de la rage, il est fortement recommandé de maîtriser les animaux de compagnie, d'enseigner aux enfants à ne pas jouer avec les animaux sauvages ou avec les animaux de compagnie qu'ils ne connaissent pas, d'éviter d'approcher les animaux sauvages et de ne pas essayer d'élever des animaux sauvages orphelins ou blessés.

Les vétérinaires peuvent informer les clients de l'importance de faire vacciner leurs animaux de compagnie et animaux d'élevage ainsi que des exigences relatives à la vaccination des animaux de compagnie qui voyagent dans d'autres pays.

Différents ministères responsables de la faune participent aux campagnes de vaccination de certaines espèces d'animaux sauvages, mènent des enquêtes sur l'étendue de la rage dans certaines zones géographiques et surveillent la propagation de la maladie chez certaines espèces.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la lutte contre la rage, veuillez communiquer avec votre autorité sanitaire locale, le gouvernement provincial ou territorial ou l'ACIA.

Date de modification :