Questions et réponses sur la phase initiale : Enquête sur la tuberculose bovine – Alberta et Saskatchewan

Les renseignements fournis dans les pages suivantes reflètent l'état actuel de l'enquête :

L'enquête

Quel est le mandat de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) dans cette situation de maladie animale?

L'ACIA a le mandat de contrôler certaines maladies chez les animaux, particulièrement les maladies qui peuvent être transmises aux humains. Cela peut comprendre des enquêtes, des restrictions sur les déplacements, des quarantaines et l'abattage sans cruauté des animaux à risque d'être infectés. Ces activités maintiennent la santé de la population bovine du Canada ainsi que l'intégrité du statut zoosanitaire international du Canada et de son accès au marché.

L'ACIA peut verser des indemnisations pour tles animaux dont la destruction a été ordonnée, d'autres articles dont la destruction a été ordonnée, comme les aliments pour animaux et les produits d'origine animale, et les coûts engagés pour l'élimination des animaux dont la destruction a été ordonnée.

Dans tous les cas où des maladies réglementées au niveau fédéral sont soupçonnées ou confirmées, l'objectif est de réduire au minimum les perturbations pour les producteurs tout en adoptant les mesures de contrôle appropriées. Ces mesures sont essentielles à la protection de la santé des animaux canadiens et au maintien de l'accès au marché pour les producteurs canadiens.

Pourquoi est-il important d'éradiquer la tuberculose bovine?

Le programme de tuberculose bovine du Canada a été lancé en 1923. Le programme a fait des progrès pour réduire l'incidence de la tuberculose bovine, similaires au programme de brucellose bovine, lequel a entraîné l'éradication complète de cette maladie en 1985. La tuberculose bovine dans les bovins canadiens est extrêmement rare, avec des cas occasionnels survenant avec des écarts de plusieurs années (le dernier cas a été vu en 2011 et le précédent en 2008).

La maladie a virtuellement été éradiquée de la faune au Manitoba et, dans le nord de l'Alberta, on considère qu'elle pose un risque extrêmement bas de transmission aux bovins.

En comparaison, les États-Unis continuent à avoir plusieurs cas de tuberculose bovine dans plusieurs États chaque année. Le Canada est très près de l'éradication complète de la tuberculose bovine et continuera à poursuivre cet objectif, lequel a pris de nombreuses années et biens des ressources à atteindre.

Pour en savoir plus sur l'histoire de la tuberculose bovine au Canada, consultez le site Web de l'ACIA.

Quel est l'objectif de l'enquête?

L'objectif est de mettre fin à la propagation de la maladie et de l'éradiquer en faisant ce qui suit :

  • effectuer l'abattage sans cruauté, mener d'autres examens et analyser tous les animaux qui ont un risque élevé d'être infectés par la maladie;
  • déterminer et analyser tous les animaux qui ont pu être exposés à la maladie (troupeaux exposés et retracés).

À quel moment l'ACIA estime-t-elle que les quarantaines seront levées?

Une quarantaine est levée lorsque l'on détermine qu'un lieu n'a aucune trace de tuberculose bovine. Cette détermination se fait en fonction d'une évaluation scientifique du risque.

Vu la nature de la maladie et du besoin de retracer les déplacements animaux sur une période de cinq ans, on prévoit que l'enquête découvrira d'autres animaux qui ont été exposés au troupeau infecté et nécessitera d'autres quarantaines pendant un certain temps.

À quel moment l'ACIA estime-t-elle que l'analyse des animaux en quarantaine s'achèvera?

Le processus d'analyse peut durer jusqu'à 14 semaines.

Les animaux sont d'abord analysés sur les lieux. Deux analyses sont menées, une analyse sanguine et une analyse du pli sous-caudal, au cours desquels une petite quantité de tuberculine est injectée sous la peau de l'animal. Une réaction indique la présence de la maladie, mais n'est pas une garantie. Dans une population de bétail en santé, entre 1 % et 3 % des animaux peuvent réagir en raison de l'exposition aux autres types de tuberculose (comme la tuberculose aviaire) ou même sans aucune exposition à la tuberculose.

Les animaux qui réagissent à la tuberculine ou à l'analyse sanguine sont abattus sans cruauté et font l'objet d'un examen postmortem. Un examen postmortem détaillé est alors mené sur l'animal afin de trouver des signes visibles d'infection de tuberculose, comme des lésions dans les poumons et les ganglions lymphatiques. Toutefois, il est également possible que les animaux soient infectés sans lésions visibles.

Des échantillons de tissus sont pris des lésions et des tissus normaux pour mener des analyses supplémentaires au laboratoire de l'ACIA. Les échantillons de tissus sont incubés et cultivés afin de permettre la croissance des bactéries de la tuberculose bovine. L'analyse est positive si l'on conforme la croissance de bactéries.

L'analyse de culture prend de 8 à 12 semaines à réaliser.

Un animal peut être déclaré positif en fonction des résultats suivants :

  • l'examen postmortem;
  • l'histopathologie (un examen de sections des tissus qui détecte la présence de la bactérie de la tuberculose);
  • l'analyse de la réaction en chaîne de la polymérase (RCP) (laquelle analyse l'ADN des bactéries afin de déterminer l'espèce et la souche de la mycobactérie);
  • l'analyse de la culture.

Un animal sera considéré comme négatif pour la tuberculose bovine lorsque l'analyse de la culture est négative.

D'autres renseignements présentant le processus de dépistage et la séquence sont disponibles sur le site Web de l'ACIA.

Quels sont les critères pour qu'une quarantaine soit levée?

Le temps requis sera influencé par des facteurs tels que le nombre d'animaux dont les tissus doivent être incubés et la disponibilité de la capacité d'abattage pour la destruction et l'élimination.

Chaque lieu supplémentaire déclaré infecté prolongera les quarantaines à un nouvel ensemble d'animaux exposés et retracés.

Un troupeau peut être libéré de la quarantaine sous la directive de l'ACIA lorsque tous les réagissants d'un troupeau ont eu un résultat négatif pour la tuberculose bovine et qu'une évaluation épidémiologique a été effectuée. Un lieu infecté nécessiterait également des activités de nettoyage et de désinfection.

Quelles sont les mesures prises pour nettoyer et désinfecter une ferme?

Le propriétaire est responsable du nettoyage et de la désinfection des lieux infectés. Le nettoyage et la désinfection peuvent être effectués seulement une fois que tous les animaux dont la destruction a été ordonnée ont quitté les lieux. Une fois le protocole de nettoyage et de désinfection terminé et vérifié par l'ACIA, incluant une période d'attente de 45 jours de températures plus douces, ces producteurs pourront procéder à un repeuplement. Les bovins repeuplés devront subir des tests 6 et 18 mois après leur entrée dans les installations. Cela aide à veiller à l'efficacité du nettoyage et de la désinfection.

Si aucune activité de nettoyage et de désinfection n'est menée, alors une période d'inoccupation de deux ans est requise avant que les lieux ne soient plus considérés comme infectés et puissent être repeuplés.

Pourquoi tant de fermes et de bovins sont-ils mis sous quarantaine si la maladie a seulement été constatée chez six animaux?

Conformément à notre politique actuelle en matière de tuberculose, nous prolongeons les quarantaines en fonction des constatations provenant des activités de traçage. Lorsque l'on constate que des animaux ont été exposés au troupeau infecté au cours des cinq dernières années, ces animaux devront également être mis en quarantaine et analysés pour la tuberculose bovine.

Comment un troupeau peut-il être déclaré infecté sans résultat d'analyse confirmé?

En vertu de l'article 22 de la Loi sur la santé des animaux, lorsque l'ACIA soupçonne ou constate la présence d'une maladie qu'elle estime susceptible soit de se propager, soit de contaminer les animaux qui s'y rendent ou les choses qui y sont apportées, elle peut déclarer ce lieu contaminé.

Une déclaration de lieu contaminé s'applique à tous les animaux susceptibles dans les lieux contaminés. En fonction de l'évaluation du risque de maladie mis à jour, l'ACIA a déterminé que le degré d'exposition entre les animaux des 18 lieux fait qu'ils posent le même risque d'exposition aux six cas confirmés et forment le troupeau infecté.

L'ACIA ne prend pas ces décisions à la légère et est entièrement consciente des difficultés que cela présente aux producteurs touchés.

Pourquoi l'ACIA est-elle si tenace dans ses enquêtes sur la tuberculose bovine au Canada?

La tuberculose bovine est une maladie infectieuse chronique qui touche le bétail, les animaux sauvages et les humains. Il s'agit d'une maladie à déclaration obligatoire au Canada qui fait l'objet d'un programme d'éradication national depuis 1923. Le Canada utilise des mesures fondées sur des données scientifiques et reconnues à l'échelle internationale pour détecter les infections du bétail et prévenir les transmissions. Même si ces méthodes ont presque entièrement éliminé la maladie, il arrive que des cas isolés surviennent de temps à autre. L'élimination presque complète de la tuberculose bovine au Canada a engendré d'importants avantages pour la santé publique et la santé animale, et permet aux producteurs de bœuf canadiens de continuer à exporter leurs produits.

Pour de plus amples renseignements au sujet de l'historique de la tuberculose bovine au Canada, veuillez consulter le site Web de l'ACIA.

Quelles seraient les incidences si un plus grand nombre d'animaux obtenaient un résultat positif dans le cadre de cette enquête?

Les incidences des nouveaux cas positifs pourraient varier en fonction de l'emplacement de l'animal.

Si un animal positif est trouvé dans une installation déjà infectée, il n'y aura aucune incidence supplémentaire sur l'enquête ou le commerce.

Si un animal positif est trouvé dans une installation n'ayant pas été déclarée infectée, cette installation sera ajoutée au troupeau infecté et de nouvelles activités de retraçage seront lancées. Ce retraçage mènerait à d'autres mises en quarantaine et à d'autres mises à l'essai. Aucune autre incidence sur le commerce n'est prévue.

La maladie

La tuberculose bovine pose-t-elle un risque aux autres animaux ou aux humains?

En général, la découverte de tuberculose bovine chez les animaux ne pose aucune menace à la santé du public dans le contexte canadien. Cela est en raison de la prévalence extrêmement faible de la maladie au Canada. Les personnes qui ont une exposition rapprochée prolongée avec un animal infecté alors qu'il est vivant sont à risque d'être contaminées par la maladie.

Il n'y a aucune information qui suggère qu'il y a des risques accrus pour la santé humaine à ce stade-ci par rapport à cette souche unique.

Pour en savoir plus au sujet des risques pour la santé humaine, veuillez communiquer avec les autorités de santé publique provinciales.

Alors qu'elle est en dormance, la tuberculose est-elle contagieuse?

La bactérie associée à la maladie peut être en dormance dans un animal pendant des années sans montrer de signes cliniques ou de symptômes progressifs de la maladie. L'exposition prolongée à de tels animaux peut entraîner la transmission de la maladie.

Définitions

Quelle est la définition de « lieu »?

Un lieu est un seul emplacement géographique où un groupe d'animaux, réglementé en vertu de la Loi sur la santé des animaux, se trouve.

Quelle est la définition de « troupeau »?

Un troupeau est considéré comme étant tous les animaux qui se sont mélangés au cours d'une quantité importante de temps à tout emplacement. Certains bovins pourraient avoir demeuré à plus d'un lieu.

Quelle est la définition de « troupeau infecté »?

Un troupeau infecté est considéré comme étant un troupeau dans lequel un animal infecté ou plus a été constaté.

Quelle est la définition de « troupeau exposé »?

Un troupeau exposé est formé d'animaux qui ont eu une certaine exposition avec des animaux du troupeau infecté.

Quelle est la définition de « animal retracé »?

Un animal retracé est un animal qui provient d'un troupeau infecté ou de lieux infectés.

Quelle est la définition de « troupeau retracé »?

Un troupeau retracé est formé d'un troupeau dans lequel un animal retracé est demeuré.

Dépistage et processus

Quelle est la source de ces cas de tuberculose bovine? Est-il possible qu'ils puissent provenir du wapiti sauvage dans la région?

L'enquête est en cours. L'analyse génétique a démontré que l'organisme de tuberculose bovine de la vache infectée n'est pas de la même souche que celles détectées dans le bétail national canadien, la faune ou les humains à ce jour. La souche de tuberculose dans le cas confirmé est fortement associée à une souche retrouvée chez des bovins dans le centre du Mexique en 1997.

Selon ces renseignements, il est peu probable que la faune soit la source de cette épidémie.

La source d'une infection peut être difficile à déterminer, particulièrement avec les cas qui se produisent loin des endroits où l'on sait que la tuberculose bovine est présente chez les animaux sauvages.

Le secteur prioritaire pour l'enquête de l'ACIA est le bétail national, puisque la gestion des maladies dans la faune est de compétence provinciale.

L'Agence travaille avec les gouvernements provinciaux de l'Alberta et de la Saskatchewan afin de s'assurer que tout risque associé à la tuberculose dans la faune est compris dans l'enquête.

Devrions-nous nous attendre à plus de mises en quarantaine?

Oui. L'Agence travaille avec les producteurs afin de retracer les déplacements de tous les animaux susceptibles d'avoir été exposés à la tuberculose bovine ou d'être la source des cas de tuberculose bovine.

Cela pourrait comprendre les troupeaux qui ont fourni des animaux au troupeau infecté, ou qui ont reçu des animaux de celui-ci, au cours des cinq dernières années. La réalisation de ces activités de traçage exige énormément de temps et l'ACIA poursuivra ses activités visant à identifier d'autres installations devant être assujetties à la quarantaine. Compte tenu de la portée et de la complexité de l'enquête, on s'attend à ce que le nombre de quarantaines requis augmente de façon importante.

Qui participe à ces activités de traçage?

Au moment de faire enquête sur une maladie animale, l'ACIA retrace les mouvements des animaux qui sont entrés dans des installations de mise en quarantaine ou qui ont quitté de telles installations au cours des cinq dernières années.

Les activités de traçage en aval permettent d'identifier les animaux qui ont été introduits dans un troupeau et qui pourraient être la source d'une infection de tuberculose bovine.

Les activités de traçage en amont permettent d'identifier les animaux susceptibles d'avoir été exposés à la tuberculose bovine dans une exploitation agricole infectée et qui pourraient, par la suite, avoir été sortis de l'exploitation agricole.

L'absence de lésions pendant l'examen post mortem signifie-t-elle qu'un animal était exempt de tuberculose?

Non. Il est possible que les animaux soient infectés sans présenter de lésions visibles. Bien qu'il soit possible de confirmer la présence de la tuberculose bovine à différentes étapes des tests, seuls les résultats d'une analyse de culture peuvent confirmer les résultats négatifs du dépistage de la maladie.

Un animal peut être déclaré positif en fonction des résultats suivants :

  • l'examen post mortem;
  • l'histopathologie (un examen de sections des tissus qui détecte la présence de la bactérie de la tuberculose);
  • l'analyse de la réaction en chaîne de la polymérase (RCP) (laquelle analyse l'ADN des bactéries afin de déterminer l'espèce et la souche de la mycobactérie);
  • l'analyse de la culture.

Un animal sera uniquement considéré comme négatif pour la tuberculose bovine si l'analyse de la culture est négative. Le processus d'analyse peut durer jusqu'à 14 semaines.

Abattage

Quel est le processus d'inspection pour les animaux qui sont abattus?

Pour les animaux abattus, il y a des inspections avant l'abattage et après l'abattage afin de s'assurer que tout animal entrant dans la chaîne alimentaire est inspecté pour la présence de maladies telles que la tuberculose bovine. L'examen postmortem a toujours lieu aux établissements fédéraux et provinciaux, même lorsqu'il n'y a aucune enquête sur la tuberculose bovine en cours.

Les animaux qui montrent une réaction à l'analyse initiale de tuberculose subissent un examen postmortem approfondi, comme l'exige le processus de dépistage. L'ACIA s'assure que la viande qui entre dans la chaîne d'approvisionnement est propre à la consommation humaine.

La salubrité des aliments est une importante priorité pour l'ACIA. Nous travaillons chaque jour, en collaboration avec l'industrie alimentaire, pour maintenir notre nourriture propre à la consommation. Notre système est fondé sur des normes internationales et est appuyé par la science.

La salubrité des aliments est également la responsabilité de tous. Par conséquent, si vous dépecez ou chassez localement vos propres animaux, assurez-vous que les produits de viande sont cuits de manière appropriée avant de les consommer.

Lorsque l'abattage est considéré comme nécessaire, est-ce que tous les animaux à sang chaud (chevaux, chiens, chats, etc.) sur la propriété sont également abattus?

La première étape est de déterminer quels animaux sont à risque d'être infectés ou d'être atteints de la tuberculose. Certains animaux—comme les chats de maison ou les chiens de salon—ne possèdent qu'un faible risque et, donc, pourraient ne pas avoir à être éradiqués. Par contre, d'autres animaux —comme les chevaux, les porcs, les chèvres et les alpagas —possèdent des risques plus élevés.

Les décisions concernant les animaux infectés seront prises au cas par cas selon la détermination du risque.

Une évaluation des risques dans les installations infectées est effectuée en toutes circonstances.

L'ACIA a terminé l'évaluation des risques sur les animaux domestiques actuellement en quarantaine. On considère que ces animaux posent qu'un faible risque et ne seront pas abattus.

Date de modification :