Questions et réponses sur l'état actuel : Enquête sur la tuberculose bovine – Alberta et Saskatchewan

Ces questions et réponses reflètent l'état actuel de l'enquête et contiennent les plus récents renseignements.

Pourquoi l'Agence mettra-t-elle maintenant l'accent sur la traçabilité une seule exploitation agricole?

L'Agence a terminé l'abattage de tous les bovins matures des 18 exploitations agricoles ayant été déclarées infectées et a mené des tests de dépistage pour tous ces animaux.

Tous les bovins qui ont réagi au test de dépistage initial ont fait l'objet d'examens post mortem approfondis qui comprennent des analyses plus détaillées visant à détecter la présence de lésions liées à la tuberculose bovine.

À la lumière des données probantes que nous avons recueillies jusqu'à présent, l'Agence a déterminé que l'enquête serait dorénavant centrée sur l'exploitation agricole infectée. Toutefois, la voie à suivre n'est possible que dans la mesure où aucun nouveau cas de tuberculose n'est détecté.

Nous avons travaillé étroitement avec les gouvernements de l'Alberta et de Saskatchewan. Nous sommes tous d'accord que les données probantes soutiennent la concentration de l'enquête sur l'exploitation agricole infectée.

Les plus récents renseignements sur notre enquête et la voie à suivre ont été communiqués aux producteurs et à leurs associations.

Selon nos éléments probants, il y a un faible risque que la maladie ait été transmise par les bovins qui ont côtoyé le troupeau infecté dans le pâturage collectif. De plus, nous avons également éliminé le risque d'une nouvelle propagation de la tuberculose étant donné que tous les bovins matures ont été abattus.

Comment cette décision a-t-elle été prise?

Un groupe d'experts de l'Agence et des représentants des provinces de l'Alberta et de la Saskatchewan ont tenu une série de discussions techniques et de réunions. La décision concernant la voie à suivre dans le cadre de cette enquête a été prise après un examen complet des connaissances scientifiques disponibles et des données probantes recueillies lors de l'enquête, ainsi que pour établir un équilibre entre l'incidence des prochaines étapes sur les producteurs touchés et nos obligations envers nos partenaires commerciaux à l'échelle internationale.

La première réponse de l'Agence à la constatation que la tuberculose bovine était-elle trop agressive?

L'Agence suit des pratiques d'enquête reconnues sur une maladie animale. C'est seulement grâce aux renseignements qui ont été recueillis durant la première étape de l'enquête qu'il est maintenant possible de limiter les activités de traçabilité à une seule exploitation agricole. L'ACIA est engagée à mener une enquête et une intervention complètes et scientifiques afin de maintenir la confiance des partenaires commerciaux du Canada.

Que-ce que cela signifie pour les producteurs touchés?

L'enquête en cours mettra l'accent sur les exploitations liées à une des exploitations agricoles infectées.

L'indemnisation des producteurs sera-t-elle modifiée?

Aucune modification ne sera apportée à l'indemnisation offerte aux producteurs. L'Agence indemnisera les producteurs pour les animaux dont on a ordonné l'abattage en vertu des pouvoirs conférés par la Loi sur la santé des animaux.

De plus, les paiements versés aux producteurs de l'Alberta sont traités par l'intermédiaire de l'Initiative Canada-Alberta d'aide aux éleveurs d'animaux atteints de tuberculose bovine afin de rembourser les coûts extraordinaires auxquels ils sont confrontés en raison des mesures de quarantaine. Les producteurs de la Saskatchewan peuvent communiquer directement avec le gouvernement provincial pour obtenir un appui semblable. Il s'agit des coûts liés aux systèmes d'alimentation et d'abreuvement, à l'achat d'aliments du bétail, au transport ainsi qu'aux activités de nettoyage et de désinfection et des frais d'intérêts sur les prêts accordés dans ces circonstances.

Quelles exploitations agricoles devront suivre le protocole de nettoyage et de désinfection approuvé par l'ACIA?

Les installations où se trouvent le troupeau infecté et les troupeaux qui ont côtoyé celui-ci devront suivre le protocole de nettoyage et de désinfection approuvé par l'ACIA qui comprend une période d'attente de 45 jours de températures plus douces. Une fois ce protocole terminé et vérifié par l'ACIA, ces producteurs pourront procéder à un repeuplement. Des tests sur les animaux repeuplés devront être effectués 6 et 18 mois après leur entrée dans les installations afin de veiller à l'efficacité de nettoyage et de la désinfection.

De plus, un nettoyage et une désinfection des parties des pâturages collectifs où les animaux infectés ont passé du temps seront également requis.

Les installations où se trouvent le troupeau infecté et les troupeaux qui ont côtoyé celui-ci doivent-elles faire l'objet de tests après le repeuplement?

Une fois les installations repeuplées, l'Agence testera les nouveaux troupeaux après 6 et 18 mois. Les analyses menées après le repeuplement fournissent un niveau supplémentaire d'assurance de l'efficacité du nettoyage et de la désinfection, et permettent de détecter tout risque résiduel associé aux installations touchées.

Quelles sont les prochaines étapes?

L'Agence continuera de mener des enquêtes de retraçage en aval et en amont associées à l'exploitation agricole infectée. Des activités de traçabilité ne sont pas entreprises pour les troupeaux qui ont côtoyé le troupeau infecté, tant qu'il n'y a pas d'animaux infectés par la tuberculose dans ces troupeaux.

Les installations qui ont reçu des animaux provenant du troupeau infecté sont actuellement en quarantaine. L'ACIA effectue des tests de dépistage sur ces animaux. Les animaux qui réagissent aux tests seront abattus sans cruauté et un examen post mortem approfondi sera réalisé. D'autres tests, y comprise des cultures, sont effectués sur les tissus prélevés lors de l'examen post mortem.

Alors que nous nous sommes beaucoup concentrés sur le risque de propagation de la maladie à ce jour, nous tournons maintenant notre attention sur la détection de la source d'infection. Pour ce faire, nous déterminons le troupeau d'origine de tous les animaux introduits dans l'exploitation agricole infectée au cours des cinq dernières années.

Qu'arrive-t-il aux producteurs qui sont désignés à la suite des activités de traçabilité entreprises pour le troupeau infecté?

L'ACIA continue de recenser les exploitations agricoles par l'intermédiaire d'activités de traçabilité, telles que celles qui ont approvisionné en bovins le troupeau infecté au cours des cinq dernières années.

Les producteurs seront informés au fur et à mesure que de nouveaux troupeaux d'intérêt sont relevés. Puisque la saison du vêlage a commencé, les tests de dépistage de ces troupeaux seront amorcés à l'automne. Cela réduira au minimum le stress sur les vaches gestantes ou qui ont récemment donné naissance. Cela permettra également aux bovins provenant de ces troupeaux à faible risque de pâturer cet été. Ces tests causeront moins de perturbation aux opérations agricoles normales menées par ces producteurs.

Est-ce que le fait de ne pas tester les troupeaux exposés qui pourraient être la source des cas existants jusqu'à l'automne augmenter le risque de propagation de la maladie?

Le troupeau d'origine de l'animal confirmé n'étant pas né dans l'installation infectée a déjà été désigné et testé avant des animaux réagissant qui doivent être abattus et soumis à d'autres analyses. Le risque des troupeaux exposés restants est considéré comme étant faible.

Quand l'Agence finira-t-elle les analyses de culture des producteurs ayant des bovins vivants qui sont toujours en quarantaine?

L'Agence informera les producteurs individuels de l'état des résultats des analyses requises pour lever les quarantaines en vigueur dans leurs installations.

Quel type de nettoyage et de désinfection sera requis pour les installations où le troupeau infecté et celles où les troupeaux ont côtoyé celui-ci résidaient?

Le vétérinaire régional de l'ACIA aidera les producteurs à élaborer un plan de nettoyage et de désinfection efficace pour leur site. Les installations doivent être nettoyées et désinfectées en profondeur, et ce, conformément aux normes internationales. Ce processus comprend le nettoyage et la désinfection de l'ensemble des surfaces dures, des structures, des outils, de l'équipement et des véhicules. De plus, il est possible que de la terre doive être enlevée dans des zones très passantes. En ce qui concerne les zones extérieures, des températures douces d'une période d'attente de 45 jours sont requises pour tuer toute bactérie restante dans l'environnement.

Quels éléments supplémentaires particuliers sont-ils examinés pendant l'inspection post mortem approfondie?

L'examen post mortem approfondi comprend le prélèvement d'échantillons de tissus qui seront soumis à d'autres analyses dans un laboratoire de l'ACIA. Trois tests supplémentaires conçus pour détecter la bactérie de la tuberculose seront effectués sur ces tissus, à savoir :

  • Les échantillons de tissus seront examinés sous un microscope afin de tenter de détecter la présence de la bactérie tuberculeuse.
  • Les échantillons seront également soumis à un essai de réaction en chaîne de la polymérase qui permet de prélever l'ADN de la bactérie de la tuberculose.
  • Le dernier test est une analyse de culture de tissus au cours de laquelle le laboratoire tente de cultiver la bactérie. L'analyse de culture prend environ 8 à 12 semaines à réaliser.

Quelle est la source de ces cas de tuberculose bovine? Est-il possible qu'ils puissent provenir du wapiti sauvage dans la région?

L'enquête est en cours. Les analyses génétiques ont révélé que la souche de tuberculose bovine dans les vaches infectées n'est pas de la même souche que celles détectées dans le bétail national canadien, la faune ou les humains à ce jour. Les six vaches actuellement infectées sont toutes atteintes de la même souche de tuberculose. Cette souche de tuberculose identifiée dans ces cas confirmés positifs est étroitement liée à une souche décelée pour la première fois chez des bovins du centre du Mexique en 1997.

Selon ces renseignements, il est peu probable que la faune soit la source de cette épidémie.

La source d'une infection peut être difficile à déterminer, particulièrement avec les cas qui se produisent loin des endroits où l'on sait que la tuberculose bovine est présente chez les animaux sauvages.

Le secteur prioritaire pour l'enquête de l'ACIA est le bétail national, puisque la gestion des maladies dans la faune est de compétence provinciale.

L'Agence travaille avec les gouvernements provinciaux de l'Alberta et de la Saskatchewan afin de s'assurer que tout risque associé à la tuberculose dans la faune du secteur de l'exploitation agricole infectée est compris dans l'enquête.

L'Agence et les autorités provinciales uniront leurs efforts pour déterminer les activités de surveillance et de dépistage appropriées qui devront être entreprises afin d'éviter que la faune se retrouve à proximité des installations infectées.

Pouvez-vous confirmer que les six cas positifs de tuberculose sont reliés?

Les résultats de tests confirment que les six vaches infectées sont toutes atteintes de la même souche de tuberculose.

Date de modification :