Chapitre 13 – Programme volontaire de certification des troupeaux pour la maladie débilitante chronique
13.6 Annexe 5 : Pratiques de biosécurité suggérées

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Les pratiques de biosécurité et les bonnes pratiques de gestion (BPG) qui suivent ne font pas actuellement partie des exigences du Programme volontaire de certification des troupeaux pour la maladie débilitante chronique (PVCT MDC). La MDC représente un grand défi pour le Canada étant donné qu'elle se trouve chez les animaux sauvages comme chez les animaux captifs dans certaines régions du pays, et qu'elle se transmet facilement par le contact direct et indirect.

Les éleveurs qui cherchent des suggestions en plus des exigences actuelles du PVCT (dont la tenue de registres détaillés sur les troupeaux, l'inventaire et le registre des entrées et sorties des animaux) pour réduire le risque de la MDC au sein de leur troupeau, pourraient trouver utile l'une ou plusieurs des options suivantes.

Les suggestions se basent sur les connaissances scientifiques actuellement disponibles en ce qui concerne la MDC et les BPG.

Tenue des registres et administration

  • Avoir un plan de la ferme qui comprend un schéma qui montre l'emplacement de chaque enclos, abri, clôture, zone d'entreposage de l'alimentation, les postes d'alimentation et d'abreuvement et aussi les sources d'eau naturel qui sont partagée avec les animaux sauvages.
  • Tenir un registre de visiteurs pour prendre note de toutes les personnes et les véhicules qui viennent sur les lieux et qui les quittent.
  • Fournir une formation pour le personnel (c.-à-d., un programme écrit et oral sur place pour instruire, former et reformer tout le personnel et les membres de la famille), pour s'assurer qu'ils connaissent et respectent les principes et les pratiques de biosécurité à la ferme.

Limiter la transmission directe (entre les animaux) de la MDC

  • Examiner les clôtures au moins quatre fois par an (ou dès que possible si on aperçoit un problème) pour s'assurer qu'ils restent intactes.
  • Mettre en place d'autres mécanismes pour décourager les cervidés sauvages d'entrer dans les lieux (p. ex., avoir des chiens pour protéger les animaux, éloigner les postes d'alimentation ou d'abreuvement des clôtures, ajouter un fil de clôture électrique à l'extérieur de la clôture principale ou installer d'autres options de double clôture).
  • Interdire les contacts physiques temporaires l'un a l'autre des animaux du troupeau avec des animaux externes, à moins que ces derniers ne disposent d'un état de certification égal ou supérieur (même dans les cas de reproduction ou de concours).

Limiter la transmission indirecte de la MDC

  • Utiliser tout matériel jetable une seule fois (p. ex., les aiguilles, les seringues, les gants).
  • Nettoyer et désinfecter tout matériel non jetable qui entre en contact avec des liquides organiques (p. ex., outils de dépouillement) conformément aux lignes directrices énoncées au Module 13.6, Annexe 2.
  • Éviter d'apporter des produits ou des sous-produits d'origine cervidé à la ferme (p. ex., des suppléments pour la croissance de velours, des attractifs, des appâts, des tissus ou des carcasses).
  • Avoir sur place du matériel personnel dont l'utilisation est consacrée à la ferme inscrite (p. ex., consacrer des bottes et des combinaisons propres à l'usage des visiteurs seulement, et garder des articles séparés pour l'usage des employés).
  • Protéger l'alimentation contre la contamination à l'aide d'un programme de lutte contre les rongeurs. (Les rongeurs peuvent ingérer et excréter des prions.)
  • Protéger l'alimentation contre la contamination en l'entreposant dans un endroit qui est physiquement protégé des cervidés sauvages et d'autres animaux.
  • Apporter de l'alimentation provenant uniquement des endroits non endémiques en matière de MDC et de sources fiables.
  • Apporter les bottes de foin à l'intérieur de votre clôture dès que possible pour limiter le temps où les cervidés sauvages qui ont faim pourraient saliver ou déféquer sur l'alimentation pour les animaux d'élevage. Cela est particulièrement important en automne.
Date de modification :