Chapitre 13 – Programme volontaire de certification des troupeaux pour la maladie débilitante chronique – juillet 2017
13.4 Procédures du programme – juillet 2017

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Activités préliminaires

  1. Planifier une réunion avec le vétérinaire du district de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) de la région afin d'obtenir la formation nécessaire pour établir une entente (un contrat) d'accréditation valable avec l'ACIA. Au cours de cette réunion, passer en revue les conditions de la certification des troupeaux et discuter des tâches et des procédures que le vétérinaire accrédité doit effectuer pour contribuer à l'exécution du Programme volontaire de certification des troupeaux pour la maladie débilitante chronique (PVCT MDC).
  2. Se procurer et lire les normes nationales du PVCT MDC (voir le Module 13.6, Annexe 3).
  3. Il est suggéré de profiter de l'occasion pour apprendre ou passer en revue la technique d'échantillonnage de tissus cérébraux et nœuds lymphatiques utilisés pour la détection des encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST) chez les cervidés. Le CD intitulé « Encéphalopathies spongiformes transmissibles : Surveillance et prélèvement d'échantillons » est une bonne ressource accessible par l'ACIA.
  4. Après avoir été accrédité pour cette fonction, se mettre d'accord avec un propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés intéressé à l'évaluation de ses installations, de la gestion de son troupeau et de ses pratiques sur la tenue des registres. Ces étapes doivent être effectuées afin de permettre au vétérinaire accrédité d'évaluer les chances de réussite du producteur et de déterminer si des changements doivent être apportés à la tenue des registres ou à la gestion du troupeau pour s'assurer de satisfaire plus facilement les exigences du PVCT MDC.

    Remarque : Un inventaire initial du troupeau doit être préparé dans les trois mois immédiatement avant l'acceptation de la demande d'inscription conformément aux inventaires et aux inspections ci-dessous. Cet inventaire doit être fait par un vétérinaire accrédité, un vétérinaire officiel ou un tiers approuvé.

  5. Aviser les propriétaires ou les exploitants de ferme de cervidés de communiquer avec l'administrateur régional (AR) de sa région (voir le Module 13.6, Annexe 4) pour se procurer un formulaire de demande et de connaître les exigences permettant de participer, d'avancer et de maintenir la certification.

    Remarque : Certaines régions du Canada peuvent détenir des normes équivalentes ou supérieures à celles énoncées dans les normes nationales et dans le présent manuel. Obtenir de l'AR une copie du PVCT régional et prendre note des différentes exigences qui vont au-delà des exigences qui sont décrites dans ce manuel, étant donné que le PVCT MDC régional est le programme à suivre. Périodiquement (au moins une fois l'an), parlez avec l'évaluateur de statut pour obtenir toutes nouvelles mises à jour du programme régional.

Demande d'inscription

  1. Le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés communiquera avec l'AR pour lui demander un formulaire de demande.
  2. Le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés remplit le formulaire de demande et le transmet à l'organisme responsable de l'évaluation du statut. Les documents suivants doivent accompagner le formulaire de demande :
    • un plan du site identifiant toutes les structures et les zones de pâturage auxquelles les cervidés d'élevage ont accès et qui servent à l'entreposage des aliments des cervidés, aussi bien que des sources d'eau, la proximité à d'autres troupeaux de cervidés d'élevage et l'emplacement des clôtures;
    • l'inventaire initial du troupeau préparé par le vétérinaire accrédité, un vétérinaire officiel ou un tiers approuvé dans les trois mois immédiatement avant l'acceptation de la demande d'inscription;
    • un système de tenue des registres (objectif : les registres doivent pouvoir être entièrement et efficacement examinés à chaque inspection annuelle).
  3. Le formulaire de demande doit être signé par le vétérinaire accrédité et le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés. L'inventaire initial doit être signé par le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés et le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel ou le tiers approuvé qui a effectué l'inventaire.

Date anniversaire annuelle et trimestre anniversaire

  1. L'évaluateur de statut (ES) examine la demande d'inscription et attribue une date d'anniversaire ainsi qu'un niveau de troupeau dès l'acceptation officielle dans le PVCT.

    Les troupeaux qui respectent toutes les exigences actuelles du PVCT depuis au moins un an précédant la demande peuvent être admis plus rapidement à un niveau du PVCT pouvant aller jusqu'au niveau C. Des documents démontrant que les exigences actuelles du PVCT ont été satisfaites pendant cette période doivent être fournis. Le passage plus rapide aux niveaux supérieurs se fera seulement en fonction du nombre d'années au cours desquelles toutes les exigences ont été respectées et documentées, et uniquement pour une période maximale de trois ans (niveau C).

  2. La catégorie du troupeau attribuée chaque année entrera en vigueur à compter de la date anniversaire annuelle.

    À la demande d'un propriétaire ou d'un exploitant de ferme de cervidés et à la discrétion de l'évaluateur du statut, une date anniversaire peut être changée s'il existe une raison légitime et que cela ne procure pas un avantage indu au propriétaire ou à l'exploitant de ferme de cervidés. Cela est possible en avançant la date à la fin du trimestre chaque année jusqu'à ce que le trimestre désiré soit atteint.

  3. Chaque inventaire annuel sera effectué dans les trois mois avant ou après la date anniversaire annuelle.
  4. Les normes nationales mentionnent un trimestre anniversaire. Le trimestre anniversaire, pour les années suivantes, est la période de trois mois suivant immédiatement la date anniversaire.

Inventaires/Inspections

  1. Les inspections annuelles doivent être menées chaque année par un vétérinaire accrédité ou un vétérinaire officiel. Ce rôle peut aussi être tenu par le personnel d'un ministère provincial ou territorial ayant reçu la formation et étant qualifié quant au PVCT (p. ex. inspecteurs de ferme à gibier, etc.). Les inventaires physiques seront menés par le vétérinaire accrédité ou le vétérinaire officiel ou un tiers approuvé.

    Tiers approuvé : Une personne qui n'est pas le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés, qui n'a pas de lien de dépendance avec le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés et qui est approuvée par l'administrateur régional à titre de fournisseur de programme admissible, et qui possède la formation et les qualifications nécessaires pour dispenser certains aspects du PVCT. Les tiers approuvés peuvent être le personnel d'un ministère ou d'un organisme provincial ou territorial, un propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés, un vétérinaire accrédité par l'ACIA, un technicien en santé animale ayant obtenu un permis d'exercice auprès de l'organisme d'attribution de permis provincial approprié et supervisé par le vétérinaire accrédité, ou un vétérinaire ou un inspecteur de l'ACIA.

  2. Avant d'atteindre l'âge de 12 mois, tous les cerfs doivent être identifiés au moyen de deux dispositifs uniques d'identification, dont l'un des deux doit être une étiquette officielle. Là où les exigences en matière d'identification existent tant au niveau national qu'au niveau provincial ou territorial, l'identification des cervidés doit satisfaire aux deux exigences. Tous les cervidés doivent être étiquetés de la même façon, advenant un déplacement à l'extérieur des lieux, ou un changement de propriétaire.
  3. Examiner les animaux afin de détecter tout signe clinique qui pourrait être associé à la maladie débilitante chronique (MDC).
  4. L'inventaire initial doit être réalisé dans la période de trois mois immédiatement avant l'acceptation de la demande d'inscription. Chaque inventaire suivant devra être exécuté et transmis dans les trois mois avant ou après de la date anniversaire annuelle (c.-à-d., au plus tard à la fin du trimestre anniversaire).
  5. Les inventaires (initiaux, physiques et annuels) seront menés par le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel ou un tiers approuvé (voir la section 1.4 des normes nationales). L'inventaire identifiera tous les cervidés des lieux. Durant l'inventaire physique, tous les cervidés vivants de 12 mois et plus dans le troupeau (et toutes les têtes ou parties de cervidés morts qui ont été entreposées) doivent être inspectés de manière individuelle et tous les dispositifs d'identification, y compris tous dispositifs officiels, doivent être consignés. Le vétérinaire accrédité ou le vétérinaire officiel doit vérifier la présence de symptômes cliniques de la MDC chez les cervidés désignés comme montrant des signes de mauvaise santé. Si l'identification ne peut se faire visuellement, le ou les cervidés doivent être retenus aux fins de vérification. Les cervidés de moins de 12 mois doivent être comptabilisés et consignés dans l'inventaire, mais ils ne nécessitent pas l'usage d'identificateurs uniques.

    Si un inspecteur vétérinaire de l'ACIA effectue l'inspection du troupeau dans le cadre du programme de dépistage de la brucellose ou de la tuberculose de l'ACIA, cet examen peut remplacer en totalité ou en partie l'inventaire.

    Un rapprochement des conclusions de l'inventaire est effectué par le producteur. Le rapprochement doit être validé par le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel ou un membre du personnel formé et qualifié d'un ministère provincial ou territorial du PVCT et inclus dans le rapport annuel. Le rapprochement est exprimé relativement au rapport d'inventaire de l'année précédente, qui est fourni par l'administrateur régional au moins un mois avant le début du trimestre anniversaire.

    L'inventaire initial et de la première année devront être des inventaires physiques. Par la suite, les inventaires physiques sont requis tous les deux ans au moins. Par exemple, si des analyses de dépistage de tuberculose et de brucellose par l'ACIA doivent avoir lieu pour le troupeau d'un propriétaire ou d'un exploitant de ferme de cervidés au cours d'une année pour laquelle un inventaire physique du PVCT n'est pas prévu, un tel inventaire physique peut être utilisé, et la durée maximale de deux années entre les inventaires physiques sera rajustée.

    Les inventaires annuels sont menés au cours des années où les inventaires physiques ne sont pas requis. Un inventaire annuel peut identifier les cervidés au moyen de dispositifs uniques d'identification (comme des étiquettes d'oreilles) qui sont visibles de loin. Si pour quelque raison que ce soit un cervidé ne peut être identifié en regardant à distance le dispositif d'identification, le cervidé doit être identifié avec précision au moyen d'un autre dispositif d'identification. L'inventaire annuel peut être mené par le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés, mais le rapprochement des rapports doit être vérifié par un vétérinaire accrédité, un vétérinaire officiel, ou un membre du personnel provincial ou territorial du PVCT. Un registre de cette vérification doit figurer dans le rapport annuel.

    Les inspections doivent être menées chaque année par un vétérinaire accrédité ou un vétérinaire officiel. Ce rôle peut aussi être tenu par le personnel d'un ministère provincial ou territorial ayant reçu la formation et étant qualifié quant au PVCT (p. ex. inspecteurs de ferme à gibier, etc.). Ce rôle comprend l'inspection visuelle des lieux, en observant l'état de santé général du troupeau, en vérifiant le respect de toutes les exigences régionales liées au PVCT, et en vérifiant le rapprochement de l'inventaire. L'inspection des lieux comprend l'assurance de l'intégrité des clôtures du périmètre. Cette assurance peut se faire par une inspection des clôtures périphériques par le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel ou un tiers approuvé, mais elle peut également se faire par une attestation du propriétaire ou de l'exploitant de ferme de cervidés (voir la section 4.4.2 des normes nationales). Les inventaires peuvent être menés par un tiers approuvé (inventaire physique) ou par le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés (inventaire annuel) (voir la section 4.1.1 des normes nationales).

    Les inventaires doivent être menés dans les trois mois avant ou après la date anniversaire.

  6. Indiquer au propriétaire ou à l'exploitant de ferme de cervidés d'enregistrer tous les ajouts au troupeau ou toutes les sorties de celui-ci. Chaque cervidé qui est né ou qui est introduit ou qui quitte sur l'exploitation doit être inscrit au registre.
  7. Indiquer au propriétaire ou à l'exploitant de ferme de cervidés que les acquisitions de cervidés vivants doivent comprendre la documentation accompagnée de preuve attestant que les cervidés proviennent d'une des sources de statut équivalent ou supérieure présentés ci-dessous dans la section Acquisitions et déplacement de cervidés vivants et du matériel génétique. Toute acquisition de cervidés vivants provenant de troupeaux de statut inférieur entraînera l'abaissement du niveau de certification à celui de la source des cervidés par l'ES au moment de l'avancement annuel.
  8. Expliquer au propriétaire ou à l'exploitant de ferme de cervidés qu'il doit conserver la documentation appropriée de chaque cervidé qui quitte le troupeau (p. ex., reçus de vente, notes sur les mortalités, les résultats d'analyse).
  9. Indiquer au propriétaire ou à l'exploitant de ferme de cervidés qu'il doit conserver les registres pendant cinq ans après que l'animal a quitté le troupeau ou est décédé.
  10. Quelle que soit le tiers approuvé qui effectue l'inventaire au cours d'une année donnée, le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel ou un membre du personnel formé et qualifié d'un ministère provincial ou territorial du PVCT est responsable de la vérification des dossiers d'inventaire relatifs à tous les cervidés, et doit signer le rapport annuel attestant de son exactitude et du fait que les lieux sont pleinement conformes à toutes les exigences du PVCT.

Acquisitions et déplacement de cervidés vivants et du matériel génétique

  1. Les acquisitions de cervidés vivants doivent provenir de troupeaux de niveau équivalent ou supérieur.

    Les sources de statut équivalent ou supérieur sont entre autres les suivantes :

    • les troupeaux canadiens inscrits au PVCT à un niveau de certification équivalent ou supérieur à celui du troupeau (on tiendra compte du trimestre anniversaire);
    • les troupeaux se trouvant dans des pays que l'ACIA a reconnus comme exempts de la MDC;
    • d'un troupeau inscrit (le jour de l'exportation) à un niveau de certification équivalent ou supérieur du programme de certification des troupeaux pour la MDC du pays, de la région ou de la zone d'origine, programme que l'ACIA juge équivalent au PVCT.
  2. Le niveau de certification des cervidés vivants acquis provenant de troupeaux de niveau inférieur sera abaissé à celui de la source de ces cervidés. Si l'on acquiert des cervidés qui proviennent d'un troupeau non­inscrit, le statut du troupeau d'accueil est réduit au niveau E.
  3. Les contacts physiques (même temporaire) avec des troupeaux de cervidés non­inscrits ou des troupeaux de statuts inférieurs au PVCT entraîneront une rétrogradation du niveau de certification au niveau du troupeau dont le statut est le plus bas (niveau E si les cervidés ont eu des contacts physiques avec un troupeau de cervidés non-inscrit).
  4. Il n'existe actuellement aucune preuve que les germoplasmes peuvent transmettre la MDC. Par conséquent, le sperme et les embryons peuvent venir de cervidés de troupeaux non­inscrits ou de troupeaux de n'importe quel niveau de certification, sans que le niveau de certification du troupeau d'accueil ne soit affecté, à la condition que, le jour de l'insémination ou de la transplantation embryonnaire, le cervidé donneur ne soit pas atteint de la MDC ou ne soit pas un animal sensible à la MDC qui a été exposé à la maladie.

Rapport annuel

  1. Le rapport annuel, signé conjointement par le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés et le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel ou un membre du personnel formé et qualifié d'un ministère provincial ou territorial du PVCT, est soumis à l'évaluateur du statut, et comprend le rapport d'inspection annuel (voir la section 4.1.2 des normes nationales), un rapprochement des inventaires (voir les sections 3.11 et 4.1.1 des normes nationales), la documentation justificative à l'égard des cervidés qui sont entrés ou sortis des lieux (voir la section 3.11 des normes nationales), les rapports nécessaires de laboratoire (voir la section 4.2.1 des normes nationales), le rapport ou l'attestation sur les clôtures délimitant le périmètre (voir la section 4.4.2 des normes nationales) et toute autre documentation à l'appui.

    Un rapprochement des inventaires contient les informations suivantes :

    • les données d'identification de chaque cervidé qui se trouve sur les lieux au moment de l'inventaire. Tous les cervidés de tout âge doivent figurer sur l'inventaire;
    • tous les dispositifs d'identification fixés sur chaque cervidé, notamment les jeunes, ceux nés durant l'année, et sur tout animal ayant perdu les dispositifs qu'on lui avait installés;
    • tous les cervidés qui ont été introduits sur les lieux ou qui les ont quittés pour quelque raison que ce soit depuis le dernier inventaire;
    • le statut du troupeau d'origine des cervidés qui ont été introduits sur les lieux;
    • tous les décès, y compris les numéros des étiquettes ou dispositifs d'identification;
    • la destination de chaque cervidé qui a quitté les lieux, attestée par des factures de vente ou, s'il n'a pas été vendu, un document signé indiquant sa destination;
    • résultats de laboratoire appropriés (dépistage de la MDC).

    Les documents officiels élaborés dans le cadre de programmes provinciaux ou territoriaux ou nationaux d'identification et de traçabilité seront acceptés comme documents justificatifs pour les cervidés qui sont entrés ou sortis des lieux.

    Lorsqu'on est convaincu que le rapport documente adéquatement toutes les exigences susmentionnées, on doit y inclure le nom et la signature du vétérinaire accrédité, du vétérinaire officiel ou du personnel provincial ou territorial qualifié du PVCT du ministère.

  2. Le rapport doit être envoyé à l'ES dans les trois mois avant ou après la date anniversaire.
  3. Dans tous les cas, il incombe en fin de compte au propriétaire ou à l'exploitant de ferme de cervidés de clarifier toute question ou préoccupation susceptible d'être soulevée sur l'inventaire ou l'inspection durant l'examen du rapport annuel par l'évaluateur de statut.

Exigence sur la tenue de registre

  1. Le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés doit tenir des registres détaillés de chaque cervidé du troupeau né ou introduit sur son exploitation quel qu'en soit le propriétaire ou le responsable. Ces registres doivent être conservés pendant cinq ans après le départ du cervidé du troupeau ou après son décès. Ils doivent être mis à la disposition de l'évaluateur du statut, du vétérinaire accrédité, du vétérinaire officiel, de la personne responsable de mettre le programme en œuvre ou de l'ACIA dans un délai raisonnable et doivent être présentés lors de chaque inventaire annuel.

    Pour tous les cervidés faisant partie du troupeau, les données de base qui doivent être contenues dans les registres et présentées comme partie des rapports annuels comprennent ce qui suit :

    • les espèces de cervidés;
    • le ou les numéros des étiquettes ou dispositifs d'identification du cervidé;
    • le sexe du cervidé;
    • la date d'introduction du cervidé dans le troupeau (jour, s'il est connu, mois et année);
    • la date de naissance (jour, mois, année);
    • la source du cervidé (né dans le troupeau, acheté ou prêté);
    • tout permis de déplacement du cervidé;
    • si le cervidé n'est pas né dans le troupeau, le nom et l'adresse de la personne dont il a été acquis; une copie de la preuve du statut du troupeau octroyé au troupeau d'origine; et le jour, mois, et année de délivrance;
    • la date où le cervidé a quitté le troupeau, le lieu duquel le cervidé a été déplacé; et le nom, l'adresse, et le numéro de téléphone de la personne à qui le cervidé a été vendu (les nouveaux propriétaires ou exploitants de ferme de cervidés sont tenus de conserver les actes de vente);
    • les raisons du départ de l'animal accompagnées de la documentation appropriée (facture de transport si l'animal a été déplacé, reçu s'il a été vendu, attestation de décès/résultats d'analyse);
    • les résultats de dépistage de la MDC pour tous les cervidés de 12 mois et plus décédés (inclut l'abattoir, comme il est mentionné à la section Analyses sur les animaux morts) ou détruits sans raison.

Analyses sur les animaux morts

  1. L'analyse de dépistage de la MDC est le pilier le plus important du programme afin d'évaluer le statut de la maladie au sein du troupeau.

    Les propriétaires ou exploitants de ferme de cervidés doivent soumettre des échantillons à des fins d'analyses de dépistage de la MDC pour tous les cervidés de 12 mois et plus qui meurent, sont euthanasiés sans cruauté, ou chassés à la ferme, pour avancer au prochain niveau ou pour maintenir le niveau certifié. En date du 1er janvier 2018, l'exigence de soumettre des échantillons pour les analyses de dépistage de la MDC engloberont également 50 % des cervidés du lieu abattus dans n'importe lequel abattoir (y compris ceux des É.-U.) ou à la ferme. L'obligation d'effectuer des analyses de dépistage de la MDC dans les abattoirs passera à 75 % le 1er janvier 2019 et à 100 % le 1er janvier 2020. La vente de cervidés à une ferme de chasse est comparable à toutes autres ventes de cervidés.

    Si un échantillon est manqué, un propriétaire ou un exploitant de ferme de cervidés de niveaux E–A peut décider de sacrifier deux autres cervidés adultes (âgés de 12 mois et plus) du troupeau pour chaque échantillon manqué afin de satisfaire aux exigences pour l'avancement. Un propriétaire ou un exploitant de ferme de cervidés de niveau certifié peut décider de sacrifier un autre cervidé adulte (âgés de 12 mois et plus) du troupeau pour chaque échantillon manqué afin de satisfaire aux exigences pour maintenir le niveau de certification. Les cervidés sacrifiés doivent provenir de la même cohorte que celle de l'échantillon manqué.

    Cohorte : Un groupe de cervidés présentant des expériences similaires ou des expériences impliquant un lien étroit. Les animaux de la même cohorte auront le même âge, auront vécu sur les lieux pendant la même période, gardés dans les mêmes enclos, nourris avec les mêmes aliments et auront eu accès au même approvisionnement en eau. Un animal sacrifié devrait provenir, autant que possible, de la même cohorte que celui dont l'échantillon est manqué.

  2. Les échantillons manqués qui ne sont ni exemptés (comme il est mentionné à la section 4.2.8) ni remplacés par l'option de sacrifice mentionnée ci-dessus peuvent être considérés comme des soumissions manquées, à la discrétion de l'évaluateur du statut.
  3. Le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés peut envoyer les têtes de cervidés directement à un laboratoire approuvé par l'ACIA; ou alors une personne agréée responsable du prélèvement des échantillons à l'égard de la MDC (voir définition plus bas) peut prélever des échantillons de tissus qu'elle enverra à un laboratoire approuvé par l'ACIA. Dans tous les cas, les têtes ou les échantillons de tissus devraient être réfrigérés ou congelés immédiatement dès qu'ils sont trouvés. Le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés ou la personne agréée responsable du prélèvement des échantillons devrait communiquer avec le laboratoire avant de soumettre la tête ou l'échantillon de tissu. La tête du cervidé doit porter une marque d'identification in situ. Tous les échantillons doivent être accompagnés d'un dispositif d'identification.

    Personne agréée responsable du prélèvement des échantillons à l'égard de la MDC : Une personne qui a suivi la formation appropriée et qui est reconnue par son administrateur régional apte à recueillir et à conserver les échantillons pour le dépistage de la MDC et la tenue adéquate de registres, et qui est autorisée par son administrateur régional à effectuer ce type d'activités sur les cervidés d'élevage dans le cadre du PVCT. Une personne reconnue responsable du prélèvement des échantillons peut être un tiers approuvé ou un exploitant de ferme de cervidés. Elle doit mener ses activités sans lien de dépendance avec le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés et ne peut pas prélever des échantillons de ses propres animaux. Une personne agréée responsable du prélèvement des échantillons est responsable de s'assurer que, pour tous les cervidés présentés pour un prélèvement d'échantillons, tous les dispositifs d'identification ont été vérifiés in situ.

    La MDC est une maladie à déclaration obligatoire. Par conséquent, si un animal présente des symptômes pour lesquels la MDC constitue un diagnostic différentiel, on peut contacter le bureau de district local de l'ACIA pour obtenir un échantillonnage.

    Remarque : Les échantillons requis prélevés de la tête par toute personne autre qu'un vétérinaire accrédité, le personnel provincial compétent, un préleveur certifié d'échantillons de dépistage de la MDC ou un laboratoire provincial (ou encore un vétérinaire ou un inspecteur de l'ACIA) ne seront pas considérés comme soumis.

    Si la tête du cervidé n'est pas trouvée immédiatement, ou la personne agréée responsable du prélèvement des échantillons ou le laboratoire n'est pas disponible dans les 36 heures suivant la mort, la tête du cervidé doit être congelée et soumise dans les meilleurs délais à titre de spécimen congelé. La congélation rend possible l'analyse de tissus qui, autrement, seraient inutilisables pour les tests de diagnostic de la MDC.

    Le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel ou un membre du personnel formé et qualifié d'un ministère provincial ou territorial du PVCT devrait examiner, avec le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés, la façon de couper la tête (module 13.6, annexes 1A et 1B), et indiquer comment il devrait préparer l'envoi.

  4. Les cervidés de 12 mois et plus qui sont décédés ou euthanasiés et qui sont envoyés à un laboratoire pour le diagnostic post-mortem routinier doivent faire l'objet d'un test de dépistage de la MDC.
  5. Le laboratoire d'essai de surveillance de la MDC approuvé par l'ACIA devrait être identifié par le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel ou un membre du personnel formé et qualifié d'un ministère provincial ou territorial du PVCT et le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés (voir le module 13.6, annexe 1C).
  6. Le retrait du cerveau ou des nœuds lymphatiques rétro-pharyngiens (NLRP) exécuté par toute personne autre qu'un vétérinaire accrédité, un vétérinaire officiel ou un membre du personnel formé et qualifié d'un ministère provincial ou territorial du PVCT ou un personne agréée responsable du prélèvement des échantillons à l'égard de la MDC ne sera pas compté comme soumis.
  7. L'obex et les NLRP doivent tous les deux être prélevés aux fins de dépistage de la MDC pour tous les cervidés d'élevage.

Exemptions

L'évaluateur du statut devrait considérer les situations décrites ci-après comme justifiant automatiquement l'exemption, à moins qu'il ne soupçonne que certaines des conditions énoncées ne sont pas remplies, ou qu'il estime qu'il y a un abus nuisant au PVCT.

  • La destruction de cervidé (y compris la tête ou les échantillons entreposés) par le feu : une attestation ou une lettre provenant d'un représentent compétent doit être jointe au rapport annuel.
  • L'enlèvement ou la destruction de la tête du cervidé par un prédateur : une attestation ou une lettre d'un agent de protection de la faune compétent ou de tout autre représentant du gouvernement chargé d'enquêter dans ce genre d'incidents doit être jointe au rapport annuel.
  • Vol : un rapport du policier chargé d'enquêter sur le vol doit être joint au rapport annuel.
  • La perte ou la destruction de la tête ou de l'échantillon lorsque celui-ci n'est plus en la possession du propriétaire ou de l'exploitant de ferme de cervidés (p. ex., après qu'il a été remis au vétérinaire accrédité, au service de messagerie ou au laboratoire approuvé par l'ACIA) : à la réception des spécimens, les laboratoires approuvés par l'ACIA doivent noter l'absence de l'obex, de NLRP ou autres échantillons de tissu appropriés et en expliquer les raisons. Une lettre donnant des précisions sur la perte de l'échantillon par la personne qui en avait la charge doit accompagner le rapport annuel.
  • Tout autre événement qui échappe de façon raisonnable au contrôle du propriétaire ou de l'exploitant de ferme de cervidés et qui entraîne la destruction ou la disparition de la tête ou autre échantillon de tissu (par exemple une inondation) : une lettre ou un rapport, rédigé par un tiers acceptable exposant en détail la raison de la non-soumission de l'échantillon, doit être joint au rapport annuel. L'évaluateur du statut peut accepter une photo (lorsque possible) de la tête du cervidé montrant clairement le ou les dispositifs d'identification, encore in situ de préférence.

Soumission des échantillons

  1. Les exigences et les exemptions pour les analyses sont décrites ci-dessus sous les rubriques « analyses sur les animaux morts » et « Exemptions ».
  2. Les spécimens doivent satisfaire aux exigences établies par le protocole de diagnostic approuvé par l'ACIA, qui garantit la fiabilité et l'exactitude des résultats. Si un échantillon inutilisable est reçu (voir ci-dessous), le laboratoire l'ayant reçu doit en aviser l'évaluateur du statut, le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés ainsi que le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel, ou un membre du personnel provincial ou territorial du PVCT qui est responsable du troupeau. L'évaluateur du statut assurera le suivi détaillé de chaque situation en question. Si la négligence du propriétaire ou de l'exploitant de ferme de cervidés est la cause ou si la situation est récurrente, on considère alors que les exigences du PVCT n'ont pas été remplies, et le statut du troupeau est suspendu.
  3. Des échantillons de bonne qualité et une récolte complète de l'obex et des nœuds lymphatiques rétropharyngiens (NLRP) des cervidés morts sont essentiels pour une surveillance couronnée de succès. Les propriétaires et exploitants de ferme de cervidés sont responsables d'assurer la bonne qualité des échantillons de tissus et doivent soumettre tous les échantillons requis et bien identifiés. Voici quelques exemples d'échantillons de piètre qualité, inutilisables aux fins d'analyse :
    • l'échantillon ou la tête est gravement autolysé (état de putréfaction);
    • la mauvaise partie du cerveau a été envoyée, ou une autre partie que le cerveau ou l'obex a été envoyée;
    • le crâne ou la tête a été présenté, mais le tissu était entièrement inutilisable aux fins d'analyse;
    • l'échantillon ne peut servir aux analyses pour d'autres raisons (c. à d. pas d'identification, etc.).
  4. L'obex et les NLRP doivent tous les deux être prélevés aux fins de dépistage de la MDC pour tous les cervidés d'élevage.

    L'obex de la médulla est le principal tissu visé pour tous les membres de la famille des cervidés (sauf pour les membres du genre Odocoileus), comme le wapiti, le cerf élaphe, le renne ou le caribou, le cerf Sika, le daim, l'orignal et toutes espèces hybrides.

    Le NLRP est le principal tissu visé pour les espèces Odocoileus, y compris le cerf de Virginie, le cerf à queue noire, les cerfs-mulets et toutes espèces hybrides.

    Les tissus supplémentaires qui sont envoyés seront congelés et conservés par le laboratoire jusqu'à ce que l'analyse initiale soit terminée.

  5. Si des cervidés moribonds doivent être détruits sans cruauté à la ferme par une balle à la tête, les propriétaires et les exploitants de fermes de cervidés devraient obtenir des directives précises de leur vétérinaire ou de leur association sur la façon d'abattre un cervidé sans détruire l'obex, étant donné que l'obex de la médulla est la partie du cerveau requise pour les épreuves. Le laboratoire destinataire doit prélever un échantillon et effectuer les tests de dépistage de la MDC, à la fois sur le cerveau et le nœud lymphatique de la tête (mandibulaire ou rétropharyngien) ou alors, si aucun nœud lymphatique n'est disponible, le cerveau et l'amygdale.
  6. Les spécimens doivent toujours être envoyés à un laboratoire approuvé par l'ACIA pour être soumis à l'épreuve immunoenzymatique Bio-Rad (ELISA) en suivant la méthodologie approuvée par l'ACIA au moment du test. Tous les résultats suspects seront confirmés par le laboratoire de référence national pour la MDC de l'ACIA. Celle-ci est responsable de communiquer les résultats au propriétaire ou à l'exploitant de la ferme de cervidé.
  7. Lorsqu'une tête est présentée à une personne agréée responsable du prélèvement des échantillons à l'égard de la MDC, mais que la tête ne contient aucun tissu cérébral à échantillonner et ne possède aucun identificateur, la personne agréée responsable du prélèvement des échantillons à l'égard de la MDC fournira au propriétaire ou à l'exploitant de la ferme de cervidés une lettre attestant que la tête a été soumise, mais que celle-ci ne contenait aucun échantillon pouvant faire l'objet d'analyse et une explication des raisons derrière l'absence d'un tel échantillon.

Rapport des résultats

Le test standardisé à l'égard du PVCT doit être un test de dépistage qui est actuellement reconnu par l'ACIA comme étant approprié. À l'heure actuelle, il s'agit du test ELISA de Bio-Rad, et le rapport doit refléter cela.

Les résultats d'analyse des échantillons soumis pour le dépistage de la MDC par l'épreuve ELISA de Bio-Rad doivent être communiqués comme suit :

  1. Analysé : MDC non détectée

    (Lorsque l'échantillon envoyé contenait le tissu cible approprié à l'espèce visée.)

    Le résultat doit être exprimé comme suit : « Le test ELISA Bio-Rad était négatif pour la PrP spécifique de la maladie (PrPMDC). D'après le tissu disponible analysé, il est peu probable que l'animal soit mort de la MDC. »

  2. Analysé : MDC non détectée dans le tissu cible secondaire

    (Lorsque l'échantillon envoyé ne contenait pas le tissu cible principal pour l'espèce visée.)

    Le résultat doit être exprimé comme suit : « Le test ELISA Bio-Rad était négatif pour la PrP spécifique de la maladie (PrPMDC). D'après le tissu disponible analysé, il est peu probable que l'animal soit mort de la MDC. »

    Ce qui peut signifier que :

    • les échantillons de cerf de Virginie, cerf à queue noire, cerf–mulet et toutes espèces hybrides à analyser comprennent l'obex ou le cerveau, mais pas de NLRP;
    • les échantillons de wapiti, cerf élaphe, daim, cerf Sika, renne ou caribou, orignal et toutes espèces hybrides à analyser comprennent des NLRP ou d'autres régions du cerveau, mais pas l'obex.
  3. Échantillon soumis : impropre à l'analyse

    (Lorsque l'échantillon envoyé ne contient pas de tissu cérébral identifiable ni de NLRP aux fins d'analyse.)

    L'échantillon doit être déclaré « impropre à l'analyse » et il faut expliquer pourquoi il ne peut être analysé.

    Ce qui peut signifier que :

    • l'échantillon ou la tête est gravement autolysé (état de putréfaction);
    • la mauvaise partie du cerveau a été envoyée, ou une autre partie que le cerveau ou l'obex a été envoyée;
    • le crâne ou la tête a été présenté, mais le tissu était entièrement inutilisable aux fins d'analyse;
    • l'échantillon ne peut servir aux analyses pour d'autres raisons (c. à d. pas d'identification, etc.).

    Aux fins de l'analyse dans le cadre du PVCT, tous les échantillons, dont les résultats sont « Analysé : MDC non détectée » seront considérés comme convenable lorsque le troupeau est évalué pour l'avancée du programme.

    Les échantillons, dont les résultats sont « Analysé : MDC non détectée dans le tissu cible secondaire », seront considérés comme convenables lorsqu'un troupeau est évalué pour l'avancée du PVCT si cela se produit de façon sporadique. Si le tissu principal manque fréquemment, l'évaluateur du statut entreprendra le suivi détaillé de la situation en question. Si la négligence du propriétaire ou de l'exploitant de ferme de cervidés est la cause ou si la situation est récurrente, on considère alors que les exigences du PVCT n'ont pas été remplies, et le statut du troupeau est suspendu.

  4. Les résultats du laboratoire sont généralement communiqués à la partie qui soumet l'échantillon, bien que cette pratique puisse varier selon le laboratoire.

Avancement ou changement du statut du troupeau

  1. Outre les critères relatifs à l'avancement décrits dans la section « Analyse sur les animaux morts » du présent document, se reporter à la section 2.2 « l'avancement ou changement du statut» et à la section 2.3 « Suspension/révocation/appels », décrit dans les normes nationales pour obtenir plus d'informations sur les critères que peuvent utiliser l'évaluateur du statut lors de la détermination du statut d'un troupeau inscrit au cours d'une année donnée.

    Remarque : Ces décisions administratives peuvent être prises pour un niveau équivalant ou supérieur dans divers programmes régionaux. Vérifier avec l'ES et l'AR quelles sont les procédures à l'égard de l'évaluation du statut dans votre région.

  2. Les normes nationales minimales relatives à la suspension et aux appels sont décrites dans les normes nationales. Vérifier auprès de l'ES et de l'AR quelles sont les procédures de suspension et/ou de révocation ou d'appels pour votre programme régional.

Animaux malades

  1. Aviser le propriétaire ou l'exploitant de ferme de cervidés du troupeau de signaler au vétérinaire accrédité, au vétérinaire officiel ou à un membre du personnel formé et qualifié d'un ministère provincial ou territorial du PVCT toute maladie (à l'exception de blessures corporelles) dans un cervidé âgé de plus de 12 mois, et dont la durée est plus que deux semaines.
  2. Le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel ou un membre du personnel formé et qualifié d'un ministère provincial ou territorial du PVCT sera responsable de surveiller l'évolution de la maladie chez l'animal et de déclarer le cas à l'ACIA si un diagnostic différentiel de la MDC est posé. Il faut apprendre au propriétaire ou à l'exploitant de ferme de cervidés comment reconnaître les signes cliniques de la MDC et lui fournir les renseignements sur l'épidémiologie de la maladie. La MDC est une maladie à déclaration obligatoire. Par conséquent, si un animal présente des symptômes pour lesquels la MDC constitue un diagnostic différentiel, on peut contacter le bureau de district local de l'ACIA pour obtenir un échantillonnage.

Précautions sanitaires

  1. Tout cervidé présentant des symptômes d'une maladie depuis plus de deux semaines ne doit pas être déplacé hors de l'exploitation ou entrer en contact avec d'autres cervidés avec lesquels il n'y a pas eu de contact antérieur, à moins que le vétérinaire accrédité, le vétérinaire officiel ou un membre du personnel formé et qualifié d'un ministère provincial ou territorial du PVCT approuve son déplacement pour qu'il soit traité et que ce déplacement n'expose pas d'autres cervidés à cette maladie.
  2. Les véhicules de transport peuvent être une source importante de transmission directe et indirecte de la MDC aux cervidés d'élevage puisque le prion infectieux se retrouve dans les excréments, l'urine et la salive des cervidés infectés. Le prion peut demeurer infectieux dans les remorques contaminées par les excréments, l'urine et la salive non nettoyés. Des chargements présentant un mélange de cervidés d'élevage ayant des statuts différents relativement au PVCT (ou aucun statut) peuvent avoir lieu seulement si tous les cervidés vont directement à l'abattoir.

Les véhicules de transport nécessitent un nettoyage en profondeur (nettoyer avec une laveuse à pression ou frotter avec de l'eau à l'aide d'un pulvérisateur à basse pression, de détergent et d'une brosse) de toutes les matières organiques visibles et une désinfection (voir définition à la section 5 des normes nationales et le Module 13.6, Annexe 2) dans les situations suivantes :

  • Lorsque les cervidés sont transportés hors des lieux (pour des expositions, etc.) et y retournent, le véhicule ayant servi au transport doit être nettoyé et désinfecté une fois de retour sur les lieux.
  • Lorsque le véhicule de transport a servi à transporter des cervidés de statut différents (statut plus faible ou aucun statut dans le cadre du PVCT) par exemple pour les transports directement à l'abattoir et les arrêts à divers lieux pour le chargement de cervidés. Une fois le transport terminé, le véhicule de transport doit être nettoyé et désinfecté avant sa prochaine visite au lieu inscrit au PVCT.

Chaque fois qu'un véhicule transportant des cervidés de statut inférieur ou inconnu entre dans un lieu, toute matière organique (particulièrement les excréments et l'urine) qui s'échappe du véhicule doit être ramassée et disposée de façon à prévenir l'exposition des cervidés d`élevage du lieu à ces matières.

Dans toutes autres situations, le véhicule de transport doit seulement être nettoyé et lavé de toute matière organique (la désinfection n'est pas requise). Les véhicules de transport doivent être désinfectés périodiquement à titre de mesure préventive de routine. Les photos peuvent être utilisées à titre de registre attestant que le véhicule de transport a été correctement nettoyé, et un compte rendu de la personne qui a désinfecté une remorque (au besoin tel que mentionné ci-dessus) servira de registre quant à la désinfection.

Date de modification :