ARCHIVÉE - Modification du programme de lutte contre l'anaplasmose

Cette page Web a été archivée

L'information archivée sur le Web sert à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes du gouvernement du Canada relatives aux sites Web et n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis sa date d'archivage. Pour obtenir l'information dans un format autre que ceux offerts, communiquez avec nous.

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Le 25 février 2013 : Dans le cadre de ses efforts pour moderniser l'approche du Canada en matière de lutte contre les maladies animales, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) est en voie de modifier ses activités relatives à certaines maladies à déclaration obligatoire au Canada.

À compter du 1er avril 2014, l'anaplasmose sera retirée de la liste des maladies à déclaration obligatoire et sera placée sur la liste des maladies à notification immédiate.

L'anaplasmose ne pose pas de risque pour la santé humaine ou la salubrité des aliments. Une maladie humaine, l'ehrlichiose granulocytaire humaine, a été renommée anaplasmose humaine en 2003, mais cette maladie est causée par un micro-organisme différent.

La décision de retirer l'anaplasmose de la liste des maladies à déclaration obligatoire au Canada repose sur une évaluation scientifique et reflète le fait que l'anaplasmose est établie aux États Unis. Il y a une forte probabilité que l'anaplasmose se propage au Canada depuis les États-Unis, et, le cas échéant, la poursuite des mesures d'éradication de cette maladie du Canada ne sera pas possible.

Les modifications apportées au programme permettront à l'ACIA d'accorder davantage de ressources aux maladies émergentes et aux pandémies.

Cette décision sera sans incidence sur les obligations internationales de déclaration du Canada envers ses partenaires commerciaux et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et ne devrait pas avoir d'effet non plus sur les débouchés commerciaux des producteurs canadiens.

Cette modification signifie que :

  • seuls les laboratoires seront tenus de signaler à l'ACIA les cas soupçonnés ou confirmés;
  • l'ACIA n'interviendra plus dans les cas d'anaplasmose;
  • l'ACIA n'exercera de surveillance de l'anaplasmose pour vérifier le statut du Canada relativement à cette maladie.

En modernisant l'approche du Canada à l'égard de l'anaplasmose, l'ACIA sera en mesure de concentrer davantage de ressources à la lutte contre les maladies émergentes et les maladies animales exotiques.

L'ACIA continuera d'intervenir dans les cas d'anaplasmose jusqu'au 31 mars 2014. Cependant, une approche de transition prévoyant des activités d'intervention réduites a été mise en place en prévision de la fin du programme.

Plus précisément, l'ACIA continuera d'intervenir dans les cas d'anaplasmose en testant les troupeaux infectés et en menant un traçage en aval durant la période de transition; toutefois, en prévision de la suppression de l'anaplasmose de la liste des maladies à déclaration obligatoire au Canada, l'ACIA :

  • ne testera plus les animaux sensibles se trouvant dans les environs d'un troupeau infecté;
  • ne testera plus les animaux sensibles pouvant avoir été en contact avec le troupeau infecté.

Durant la période de transition, l'ACIA continuera d'informer les producteurs dont les animaux pourraient avoir été exposés à la maladie. Les producteurs devraient communiquer avec leur vétérinaire si leurs animaux se sont trouvés ou se trouvent à proximité immédiate d'un animal ou d'un troupeau infecté. L'ACIA travaille actuellement avec les laboratoires provinciaux à améliorer leur capacité de dépistage de l'anaplasmose. Une liste de laboratoires actuellement accrédités par l'ACIA pour le dépistage de l'anaplasmose est fournie sur demande.

L'anaplasmose est transmise par des tiques, des mouches piqueuses ou des instruments contaminés, comme les seringues hypodermiques et les instruments d'écornage. Les producteurs peuvent protéger leurs animaux et l'industrie en mettant en oeuvre des mesures de biosécurité à la ferme et en communiquant avec leur vétérinaire lorsqu'ils soupçonnent la présence de l'infection dans leurs troupeaux.

Information supplémentaire

Date de modification :