Intervention en présence de signes neurologiques chez les oies et canards domestiques là où le virus du Nil occidental est endémique

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Cette note résume les connaissances actuelles sur l'épidémiologie et la pathogénie du VNO chez l'oie domestique et fournit des directives devant les cas d'oies domestiques présentant des signes neurologiques.

Épidémiologie et pathogénie du Virus du nil occidental

Oie domestique : D'après les quelques expériences décrites dans la littérature, il semble que les jeunes oies soient plus vulnérables aux infections par le VNO. La morbidité et la mortalité peuvent atteindre de 30 % à 40 % dans certains troupeaux. La période d'incubation du VNO chez l'oie est de deux ou trois jours, la plupart des décès se produisant 5 à 10 jours après l'infection. Une virémie transitoire se développe entre un et cinq jours après l'infection et culmine (104-6) deux jours après. Cette virémie est suffisante pour transmettre l'infection aux moustiques, ce qui signifie que ces oies peuvent servir de réservoir et d'hôte à la propagation du VNO. Le VNO a été isolé dans le cerveau, le coeur, les reins et l'intestin 5 à 10 jours après l'infection ainsi que dans les prélèvements oropharyngés des oiseaux cliniquement atteints. L'étape de la virémie chez l'oie coïncide avec l'apparition des signes cliniques suivants : dépression, perte de poids, torticolis, opisthotonos, dodelinement de la tête. Ces signes sont les mêmes que pour la maladie de Newcastle (MN)et de l'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP), deux maladies à déclaration obligatoire chez la volaille. Le titre de VNO chez les oies infectées diminue environ 10 jours après l'infection, et l'on n'isole plus de virus dans le plasma ou les tissus des jeunes oies à 21 jours, moment qui correspond aussi à la disparition des signes cliniques.

Les canards peuvent être infectés par le VNO, mais selon les rares données, le canard présente une virémie faible à moyenne de courte durée. La pathogénie de l'infection au VNO chez le canard est encore inconnue. Cependant, rien n'indique que le canard pourrait menacer d'infection des humains qui le manipulent dans les abattoirs.

Enquête sur les troupeaux

Les troupeaux d'oies présentant des signes neurologiques doivent être signalés à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) aux fins d'enquête. Un vétérinaire de l'ACIA examinera le troupeau afin d'éliminer la possibilité de MN ou d'IAHP conformément aux protocoles afférents de la Stratégie sur les maladies animales exotiques. Une fois ces deux maladies éliminées, la quarantaine sera levée; le propriétaire et son vétérinaire ou celui de la province pourront poursuivre les tests pour confirmer le diagnostic de VNO. Le vétérinaire de district avisera le propriétaire par écrit que ses oies ne doivent présenter aucun signe neurologique pendant les 30 jours précédant l'abattage prévu dans un établissement agréé au Canada, ou pendant 90 jours avant d'être admissibles pour l'exportation. Dans le cas des oies provenant de troupeaux où la présence du VNO a été confirmée ou soupçonnée, il faudra obtenir d'un vétérinaire en titre une attestation indiquant que ces volatiles ne présentaient pas de signes neurologiques pendant les 30 jours précédant leur envoi dans un abattoir agréé par le gouvernement fédéral. Le producteur doit joindre l'attestation à l'exemplaire de la fiche d'élevage qui doit être expédiée à l'abattoir avant l'envoi du troupeau touché.

La MN et l'influenza aviaire (IA) chez l'oie et le canard ainsi que le VNO chez l'oie peuvent être pathogènes chez l'homme, de sorte que tout soupçon de la présence de ces maladies doit être communiqué aux autorités sanitaires provinciales et au ministère de l'Agriculture de la province.

Nota : Le VNO est une maladie À notification immédiate en vertu du Règlement sur la santé des animaux. Tout les personnes impliqués dans la manipulation d'animaux et de volailles dans les abattoirs, devraient respecter les normes d'hygiène et de sécurité au travail, tel qu'il est recommandé dans le document intitulé Virus du Nil occidental - Protégez-vous! de l'Agence de santé publique du Canada.

Date de modification :