Règlement sur la santé des animaux partie XII : modification au règlement sur le transport des animaux – Guide d'interprétation à l'intention des parties réglementées
12.0 Protection contre les intempéries et ventilation

12.1 Fondement réglementaire

Règlement sur la santé des animaux, article 146

12.2 Résultats requis

Tous les animaux sont transportés de sorte à ne pas être exposés à des conditions météorologiques ou environnementales défavorables qui pourraient leur entraîner des souffrances, des blessures ou la mort et chaque animal est exposé à une ventilation adéquate au cours du transport.

12.3 Consignes aux parties réglementées

Les personnes qui participent directement ou indirectement au transport d'animaux et qui en ont la responsabilité doivent veiller en tout temps à la protection de ces animaux contre les effets des intempéries au cours de l'embarquement, du transport et du débarquement. La partie réglementée doit assurer que les animaux soient exposés à une ventilation adéquate permettant de maintenir en tout temps leur température corporelle normale au cours du transport.

Conditions météorologiques : Dans les cas où se présentent des conditions météorologiques défavorables (ex., trop pluvieux, trop froid, trop chaud ou trop humide,) la partie réglementée doit mettre en place un plan d'intervention afin de gérer ce genre de situations conformément à l'article 139.

Même dans son environnement normal (ex., une étable, une écurie ou un pré), un animal peut être exposé à une multitude de conditions météorologiques (ex., des températures élevées ou glaciales) qui peuvent provoquer un inconfort et du stress. S'il est certain que cela peut générer beaucoup de stress, l'animal est en mesure de composer progressivement avec la situation et de s'acclimater si on lui donne suffisamment de temps. Cependant, lorsqu'un animal est placé dans un véhicule de transport où se superposent les stress de l'environnement, de la manipulation, le bruit, les animaux et les préposés non familiers, l'animal est à risque de souffrir.

La combinaison de la distance et de la durée du transport et de l'exposition continue ou intermittente aux intempéries et/ou la présence de différentes zones climatiques (comme des cols en haute montagne, des vallées intérieures chaudes et des zones côtières humides) peuvent également être la cause de souffrances, de blessures ou entraîner la mort et doivent être vus comme étant des risques avant un transport (voir l'article 140).

Un animal qui est exposé aux effets des conditions climatiques peut souffrir pour plusieurs motifs, dont les suivants, sans toutefois s'y limiter : l'épuisement dû à la chaleur, des engelures, une hypothermie grave et la mort. Il faut protéger les animaux des écarts extrêmes de température tant au cours des canicules de l'été que durant les rigueurs de l'hiver, ou des dangereuses combinaisons de chaleur et d'humidité, ou de températures glaciales, d'averses et/ou d'indices élevés de refroidissement éolien.

Ventilation : Un animal qui ne peut compter sur une ventilation adéquate peut en souffrir et mourir par asphyxie même par temps froid. La surchauffe et l'asphyxie représentent un risque significatif au cours des chaleurs estivales. C'est notamment le cas lorsque l'humidité dans l'environnement est élevée et que la température semble beaucoup plus élevée en raison de l'effet combiné de la chaleur et de l'humidité, créant une lecture de l'humidex qui est beaucoup plus élevée que la température réelle. Lorsque l'indice humidex est élevé, il faut absolument assurer une ventilation adéquate.

Un juste équilibre entre protection et ventilation doit être déterminé avant le départ. Le matériel de protection doit être réglé en conséquence tout au long du trajet, car les conditions climatiques varient, afin de s'assurer que les animaux peuvent maintenir leur température corporelle en étant exposés à une ventilation adéquate pour éviter les difficultés respiratoires et l'asphyxie.

Circulation de l'air : En général, l'air circule de l'arrière de la remorque vers l'avant de celle-ci et sort par le côté de la remorque à mesure que le véhicule de transport roule. En raison de ce schéma de circulation de l'air, la zone où l'air circule le moins et où, par conséquent, la température est la plus élevée dans une remorque en mouvement se trouve au niveau de la section avant, tout juste derrière le tracteur du camion, au-dessus des roues de l'essieu avant de la remorque. Par temps froid, les endroits d'une remorque en mouvement qui sont les plus exposés au refroidissement éolien, aux averses, à la pluie verglaçante, etc., sont entre autres l'arrière et les côtés de la remorque. En raison du refroidissement éolien sur un camion en mouvement, les animaux sont à risque d'hypothermie et d'engelures, et ce, même quand les températures sont supérieures au point de congélation.

Au cours de l'hiver, les animaux près des côtés des remorques mal équipées peuvent congeler, alors que les animaux au centre peuvent mourir d'une exposition à la chaleur. Ce phénomène se produit plus souvent encore dans le transport de volailles.

C'est à la partie réglementée qu'il incombe de connaître et de bien comprendre les zones thermoneutres de chacune des espèces (plage de températures à l'intérieur de laquelle l'animal est en mesure de régulariser sa température corporelle) et de prendre des mesures pertinentes lorsqu'elle observe des déviations aux comportements habituels de certains animaux transportés ou des signes indiquant qu'ils souffrent.

Dans une remorque qui est arrêtée, l'air ne circule pas suffisamment l'intérieur. La partie réglementée doit tenir compte de cet état de fait lorsque le véhicule fait un arrêt ou ralentit, notamment les jours de fortes chaleurs en raison de la congestion urbaine ou d'autres motifs. Le stationnement de véhicules de transport d'animaux, particulièrement par temps chaud, peut donner lieu à une chaleur excessive et à des accumulations de CO2 à l'intérieur du véhicule, ce qui peut provoquer des souffrances chez les animaux et les faire mourir par hyperthermie (élévation anormale de la température corporelle) ou par asphyxie. Une ventilation insuffisante dans l'enceinte peut y générer de la condensation lorsque les écarts de température à l'intérieur et à l'extérieur sont importants et faire en sorte que les animaux soient trempés. Lorsque le transport reprend ou lorsque les animaux sont autrement exposés au froid, les animaux qui sont trempés peuvent souffrir d'hypothermie, éprouver des troubles physiques et même mourir.

Quand doit-on remettre à plus tard le déplacement d'animaux en raison de conditions météorologiques inadéquates : La partie réglementée a la responsabilité de vérifier les conditions météorologiques inadéquates avant même d'embarquer les animaux et d'entreprendre le trajet prévu en tenant compte de la durée de ce trajet et, pendant le trajet, de faire un suivi de la météo et de régler en conséquence la circulation de l'air de sorte que les animaux ne soient pas exposés aux effets négatifs des intempéries ou d'une ventilation inadéquate. Lors de conditions météorologiques exceptionnelles, la partie réglementée devra peut-être étudier la possibilité de reporter le transport des animaux jusqu'à ce que ces conditions s'améliorent.

Date de modification :