ARCHIVÉE - ÉBAUCHE
Modèle amélioré d’inspection des aliments :
Le bien-fondé du changement

Cette page Web a été archivée

L'information archivée sur le Web sert à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes du gouvernement du Canada relatives aux sites Web et n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis sa date d'archivage. Pour obtenir l'information dans un format autre que ceux offerts, communiquez avec nous.

PDF (1470 ko)

La consultation est terminée

Objet du présent document

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA ou Agence) joue un rôle clé dans le maintien du système de salubrité des aliments du Canada. Toutefois, le milieu au sein duquel l'ACIA mène ses activités se transforme et l'Agence doit s'y adapter. Le Canada a un des meilleurs systèmes d'inspection des aliments dans le monde. L'intention de la modernisation de l'inspection est de s'appuyer sur cette base solide, et être flexible et capable de s'adapter aux nouvelles tendances mondiales et scientifiques. Le présent document donne un aperçu de l'approche actuelle de l'ACIA à l'égard de l'inspection des aliments, du contexte pour une nouvelle approche d'inspection des aliments et des éléments proposés d'un modèle amélioré d'inspection des aliments.

Le modèle vise à normaliser l'approche d'inspection et à fournir une surveillance cohérente et appropriée pour toutes les denrées alimentaires réglementées. La surveillance devrait être fondée sur le risque et axée sur la prévention de la non-conformité, par l'utilisation de la science et de la technologie.

Le modèle amélioré d'inspection des aliments devrait s'appliquer à toutes les inspections des aliments menées par l'ACIA ou au nom de l'ACIA. Les éléments communs du modèle amélioré d'inspection des aliments devraient s'appliquer également aux programmes de l'ACIA relatifs à la protection des végétaux et à la santé des animaux, s'il y a lieu.

Voici les objectifs particuliers du document :

  • Fournir une introduction sur l'élaboration d'un modèle amélioré d'inspection des aliments et donner les raisons qui justifient sa création.
  • Solliciter les commentaires des intervenants, y compris des Canadiens concernés, sur les principaux éléments proposés du modèle amélioré d'inspection des aliments.

Inspection des aliments réalisée par l'ACIA

Au Canada, la salubrité des aliments et la protection des consommateurs commencent par la mise en œuvre d'un cadre législatif solide. L'ACIA a pour mandat d'administrer ou de faire respecter les normes relatives aux aliments et d'autres exigences, énumérées dans cinq lois distinctes du Parlement (et leurs règlements connexes), à savoir :

  • Loi sur les aliments et drogues;
  • Loi sur les produits agricoles au Canada;
  • Loi sur l'inspection du poisson;
  • Loi sur l'inspection des viandes;
  • Loi sur l'emballage et l'étiquetage des produits de consommation.

L'ACIA s'assure que l'industrie respecte ces lois (et leurs règlements connexes) en procédant à certaines activités, dont l'inspection des établissements (comme les abattoirs et les établissements de transformation des aliments) et l'analyse des produits. En outre, l'ACIA délivre les certificats, les agréments et les permis dont l'industrie a besoin pour exercer ses activités et accéder aux marchés.

L'ACIA encourage l'industrie à adopter des pratiques de gestion des risques fondées sur des principes scientifiques afin de réduire le plus possible les risques liés à la salubrité des aliments, et ce, que les aliments qu'elle est chargée de transformer, de fabriquer ou de distribuer, soient produits au pays ou importés. En cas de situation d'urgence relative à la salubrité des aliments, l'ACIA, en partenariat avec Santé Canada, l'Agence de la santé publique du Canada, les organismes provinciaux et le secteur alimentaire, gère un système d'intervention d'urgence pouvant inclure des enquêtes sur la salubrité des aliments et des rappels de produits.

Pourquoi changer?

Huit programmes alimentaires distincts

Lors de sa création en 1997, l'ACIA a réuni les programmes d'inspection des aliments exécutés dans différents ministères fédéraux et comportant diverses approches d'inspection. Depuis ce temps, des progrès ont été réalisés en vue de réunir ces programmes, mais ce processus est toujours en cours. À l'heure actuelle, l'ACIA exécute les huit programmes distincts d'inspection des aliments suivants :

  • aliments importés et manufacturés
  • fruits et légumes frais
  • œufs
  • poissons et produits de la mer
  • produits de l'érable
  • produits laitiers
  • produits transformés (y compris le miel)
  • viandes

L'exécution de huit programmes alimentaires a entraîné l'élaboration et l'utilisation de différents cadres de gestion des risques, méthodes d'inspection et activités de vérification de la conformité et d'application de la loi. Par conséquent, il est difficile pour l'ACIA de gérer uniformément les risques qui touchent différents types d'établissements et différents aliments. Il en résulte des situations où il peut arriver que des aliments présentant des risques similaires soient inspectés à des intervalles différents ou de différentes façons. L'exécution de ces huit programmes alimentaires peut aussi obliger l'industrie à satisfaire à de nombreuses et diverses exigences difficiles à respecter.

Contexte de fonctionnement actuel

Le paysage alimentaire évolue

La production et la distribution d'aliments ont subi de profonds changements au cours des dernières décennies. Le secteur de la salubrité des aliments est devenu plus complexe en raison de changements généralisés au chapitre des méthodes de production et de transformation des aliments et de l'accroissement rapide du commerce mondial des aliments. Ces changements sont attribuables à l'accroissement de la population et des revenus dans les économies émergentes et aux demandes des consommateurs pour des choix alimentaires plus diversifiés et novateurs (p. ex., repas prêts-à-manger). L'industrie de la transformation des aliments est aussi maintenant plus avancée technologiquement, ce qui se traduit par une augmentation considérable du rythme et du volume de production. Entre-temps, elle cherche à rester compétitive en mettant au point de nouveaux produits et en accédant à de nouveaux marchés.

En raison de la mondialisation et de l'innovation de l'industrie alimentaire, de nouveaux risques liés à la salubrité des aliments apparaissent et la capacité à détecter ces risques ne cesse de croître grâce aux progrès scientifiques et technologiques. En outre, les réseaux de distribution de masse signifient que les problèmes, lorsqu'ils surviennent, peuvent se généraliser rapidement. De récents incidents liés à des toxi-infections alimentaires à l'étranger ont montré que les éclosions ne sont pas forcément confinées à l'intérieur des frontières nationales. Les organismes de réglementation en matière de salubrité des aliments misent sur des technologies complexes (p. ex., « empreintes » génétiques) et des données de surveillance intégrée pour prévenir les incidents liés à la salubrité des aliments ou intervenir, le cas échéant.

De nos jours, les consommateurs veulent obtenir des informations plus explicites sur la salubrité et la qualité des aliments. Afin de répondre à cette demande, certaines entreprises transigent avec des sociétés d'audit tierces parties pour fournir une meilleure assurance que leurs produits répondent aux exigences de la qualité et de la salubrité des aliments. Par ailleurs, la population demande de plus en plus aux organismes de réglementation de démontrer que les systèmes de surveillance de la salubrité des aliments et les approches connexes sont efficaces. Au bout du compte, tous les partenaires concernés par la salubrité des aliments doivent rester vigilants et s'adapter à l'environnement en évolution afin de suivre la rapidité croissante du commerce et les défis qui s'y rattachent.

Évolution des systèmes de salubrité des aliments

C'est dans ce contexte que la science liée à la salubrité des aliments progresse et les activités de surveillance de la salubrité des aliments évoluent dans le monde. L'organisme de normalisation international en matière de salubrité des aliments, la Commission du Codex Alimentarius, favorise l'utilisation d'une approche axée sur les systèmes comme moyen efficace de contribuer à l'obtention de résultats dans le domaine de la salubrité des aliments. Dans le cadre d'une approche systémique, les principaux responsables de la salubrité des aliments qu'ils produisent ou vendent, c'est-à-dire les producteurs, les transformateurs et les importateurs d'aliments, doivent mettre en œuvre des programmes de prévention afin de cerner et de maîtriser les risques liés à la salubrité des aliments.

À titre d'exemple, mentionnons le système d'analyse des risques et de maîtrise des points critiques (HACCP). Actuellement, un système HACCP est obligatoire dans deux programmes alimentaires de l'ACIA et les principes HACCP peuvent être intégrés dans des mesures de contrôle préventif applicables à toutes les denrées.

De nombreux partenaires commerciaux du Canada sont en train d'adopter des approches plus préventives et davantage axées sur les systèmes pour gérer les risques. Par exemple, les États-Unis ont récemment présenté une nouvelle Food Safety Modernization Act (Loi sur la modernisation de la salubrité des aliments) qui porte essentiellement sur la mise en œuvre de mesures de contrôle préventif dans l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement alimentaire.

Les organismes de réglementation ont aussi changé leurs approches de manière à mettre davantage l'accent sur la responsabilité de l'industrie de mettre en place des programmes efficaces de maîtrise des dangers. Le gouvernement doit vérifier la mise en œuvre de ces programmes par l'industrie. En général, cette approche est plus rigoureuse et permet d'atteindre de meilleurs résultats en matière de salubrité des aliments, en mettant l'accent sur la prévention de situations problématiques.

Évolution du rôle de l'inspecteur

Le rôle premier d'un inspecteur des aliments a toujours été celui de vérifier que l'industrie respecte les exigences contenues dans les lois et les règlements. La façon de faire a beaucoup changé au cours des quinze dernières années. Les méthodes d'inspection traditionnelles axées sur l'environnement de transformation et le produit final ont été bonifiées par des méthodes plus sophistiquées, axées à la fois sur la science et sur le risque, et qui reposent sur des systèmes comme le système HACCP.

L'ACIA examine les habiletés et les compétences nécessaires pour se doter d'un effectif moderne spécialisé dans l'inspection des aliments. Pour accomplir leur travail, les inspecteurs des aliments d'aujourd'hui, et de demain, auront besoin de nouvelles compétences, de connaissances scientifiques et technologiques plus poussées, d'une formation continue et d'outils modernes de gestion de l'information. Leur travail reste essentiel à l'établissement d'un système de salubrité des aliments moderne et efficace.

Comment l'ACIA évolue-t-elle?

Conscient des défis et des possibilités susmentionnés, le gouvernement du Canada, dans son budget de 2011, a décidé de consacrer 100 millions de dollars sur cinq ans pour que l'ACIA puisse moderniser son système d'inspection des aliments. De nouvelles ressources visent notamment à améliorer les aspects suivants :

  • exécution des inspections;
  • formation et outils pour le personnel d'inspection;
  • capacité scientifique des laboratoires alimentaires;
  • gestion et technologie de l'information.

Dans le cadre de cette initiative de modernisation, l'Agence s'est engagée à produire un modèle amélioré d'inspection des aliments, dont le but principal est de parvenir à exécuter un seul programme d'inspection des aliments au lieu de huit programmes distincts. L'ACIA aimerait élaborer une approche unique pour l'inspection des aliments qui reposera sur des activités d'inspection communes, effectuées au moyen de processus et d'outils normalisés, ainsi que sur la science et le risque. De cette façon, l'Agence aurait la capacité d'évaluer et d'atténuer le risque de façon constante, d'utiliser les ressources existantes plus efficacement et d'uniformiser les règles du jeu entre les secteurs des aliments de manière à ce que les risques semblables soient traités avec la même rigueur.

Les activités courantes de l'ACIA pour renouveler et moderniser les lois, règlements et les activités d'inspection sont toutes liées les unes aux autres. Un cadre législatif rigoureux et un cadre de réglementation solide et flexible qui facilitent l'innovation renforceraient les activités d'inspection et rehausseraient la norme en matière de salubrité des aliments. Cependant, l'ACIA s'est engagée à améliorer le système d'inspection malgré le contexte actuel et elle reçoit des fonds du gouvernement pour atteindre cet objectif d'ici 2016.

L'ACIA mène de nombreuses initiatives complémentaires qui appuieront la conception et l'élaboration du modèle amélioré d'inspection des aliments. Voici ces initiatives :

  • Réforme législative et réglementaire : L'établissement de certaines lois canadiennes sur la salubrité des aliments remonte à une cinquantaine d'années. Des mesures visant à moderniser et à simplifier ce fondement législatif sont en cours depuis quelque temps, et se poursuivent encore aujourd'hui. Grâce à la modification et à la consolidation des autorisations législatives, l'Agence pourra s'attaquer à certains enjeux touchant la salubrité des aliments dont les lois actuelles ne font pas état, comme l'altération, la traçabilité et les contrôles à l'importation. Du point de vue de l'industrie, la consolidation des pouvoirs en matière d'inspection des aliments permettra d'alléger le fardeau réglementaire, d'améliorer les possibilités d'accès aux marchés et de favoriser l'innovation.

    À l'automne 2011, l'ACIA a également entrepris un examen systématique de ses cadres réglementaires régissant la salubrité des aliments, la protection des végétaux et la santé des animaux. Au moyen d'un examen structuré et approfondi, l'ACIA espère de renforcer ses cadres réglementaires en :

    • réduisant les chevauchements et les dédoublements;
    • corrigeant les lacunes, les faiblesses et les incohérences;
    • s'efforçant d'être claire et flexible afin d'aider les parties réglementées à s'acquitter de leurs obligations.

    La population canadienne et les parties réglementées continueront d'être appuyées par un système de réglementation efficace et responsable, fondé à la fois sur la science et le risque.

  • Sensibilisation des intervenants et promotion de la conformité : Afin de respecter les règlements sur la salubrité des aliments, les parties réglementées doivent d'abord comprendre leurs obligations et de déterminer la meilleure façon de les remplir. Pour ce faire, l'Agence doit sensibiliser les intervenants en leur communiquant les exigences réglementaires et les meilleures pratiques. Les organismes de réglementation et l'industrie ont un rôle à jouer pour atteindre cet objectif. Un document de travail sur la sensibilisation des intervenants et la promotion de la conformité sera créé et distribué aux intervenants à une étape ultérieure de l'élaboration du modèle. 
  • Améliorations de la prestation des services : L'ACIA apporte des changements en vue d'améliorer sa transparence, sa responsabilisation et la prestation de ses services. Ce projet comporte des initiatives visant à améliorer la formation des inspecteurs, à fournir aux inspecteurs de nouveaux outils pour les tenir informés et leur permettre de garder le contact, à moderniser les frais d'utilisation et les normes de service et à mettre en place un mécanisme de recours pour certaines décisions de l'ACIA.

    Ces changements viennent compléter l'Énoncé des droits et des services qui a été publié récemment pour fournir aux parties réglementées et à d'autres intervenants de l'information sur leurs droits et leurs obligations par rapport aux activités de l'ACIA.

    L'Agence a également lancé un nouveau processus concernant les plaintes et les appels qui constituera pour les intervenants une approche centralisée pour déposer des plaintes concernant la prestation de services, aux erreurs administratives et aux décisions réglementaires et de faire appel.

  • Modernisation des capacités scientifiques : La science est essentielle à la réalisation du mandat de l'ACIA en matière de salubrité des aliments. L'ACIA s'emploie à renforcer ses capacités scientifiques en prenant les moyens suivants :

    • élaboration d'une stratégie pour un réseau intégré de laboratoires des aliments de différentes instances ayant pour mandat d'assurer la salubrité des aliments;
    • augmentation de sa capacité d'analyse;
    • amélioration de son équipement et de ses installations scientifiques.

Modèle amélioré d'inspection des aliments

Le modèle amélioré d'inspection des aliments vise à créer un système d'inspection des aliments plus efficace et plus efficient qui définit clairement les responsabilités de l'industrie et celles du gouvernement. Le modèle devrait relever la barre et établir des attentes à l'égard des systèmes de contrôle des aliments mis au point et maintenus par l'industrie sur lesquels le gouvernement exerce une surveillance axée sur le risque. En outre, le modèle devrait permettre de normaliser les exigences et les procédures pour tous les aliments en fonction des principes scientifiques et des risques. La transparence fera partie intégrante de la réalisation des objectifs du modèle.

Le modèle amélioré d'inspection des aliments devrait mettre l'accent sur la prévention et intégrer des exigences fondées sur les résultats ainsi que des approches axées sur les systèmes en matière de vérification. Par conséquent, l'approche d'inspection passerait d'une approche sélective en matière de vérification de la conformité à une approche plus systématique privilégiant la vérification de l'efficacité des mesures de contrôle de l'industrie en vue de produire des aliments salubres et conformes en permanence.

Le modèle contribuerait à définir les compétences uniformes des inspecteurs sur lesquelles prendra appui l'élaboration d'un programme de formation de base. Le modèle doit s'appuyer sur des procédures et des outils uniformes et sera appuyé par un système normalisé de gestion de l'information. L'analyse précise et efficiente des données permettraient aux inspecteurs et aux gestionnaires d'obtenir des renseignements utiles qui renforceront le processus décisionnel et qui faciliteront l'établissement des nouvelles tendances susceptibles d'avoir une incidence sur la salubrité des aliments.

Enfin, le modèle amélioré d'inspection des aliments servirait de référence de base visant à maintenir la confiance des consommateurs et des partenaires commerciaux dans l'efficacité du système canadien d'inspection des aliments.

Ce que nous avons entendu

Depuis décembre 2011, l'ACIA a organisé une série de séances de sensibilisation auprès des syndicats, du personnel interne (incluant les employées de premières lignes) et des intervenants de l'industrie afin d'amorcer un dialogue et de mieux faire connaître la modernisation de l'inspection. Dans l'ensemble, les commentaires ont été positifs. Les employés de l'ACIA ont manifestement envie d'un changement et ont besoin d'activités d'inspection communes dont les processus sont normalisés. Pour ce qui est de l'industrie, le modèle devrait être flexible, préciser les rôles et établir des exigences axées sur les résultats. Les groupes de consommateurs ont aussi été sensibilisés à l'initiative de la modernisation de l'inspection.

À la suite de ces discussions, cinq éléments communs de l'inspection des aliments ont été relevés et des principes de conception ont été formulés comme point de départ à l'élaboration du modèle amélioré d'inspection des aliments.

Éléments du modèle amélioré d'inspection des aliments Signification des principes de conception du modèle amélioré d'inspection des aliments
Délivrance de permis/agrément L'organisme de réglementation devrait être capable d'identifier toutes les parties réglementées et comprendre la nature de leurs activités réglementées et les risques qu'elles comportent.
L'industrie est responsable de ses produits et de ses procédés, et elle prouverait qu'elle respecte les exigences en tout temps.
Surveillance par l'ACIA Le niveau de surveillance de l'ACIA devrait correspondre au niveau de risque résiduel qui prendrait en compte les facteurs associés au produit ou au procédé, ainsi qu'au degré de contrôle démontré et les antécédents en matière de conformité de la partie réglementée.
Inspection Le recours à des approches normalisées d'inspection et de vérification pour tous les aliments devrait favoriser l'application uniforme des exigences liées à la salubrité des aliments et d'autres exigences réglementaires, en fonction du risque.
Conformité et application de la loi Les mesures d'intervention de l'ACIA en cas d'écart à la conformité devraient être prévisibles, transparentes, progressives et fondées sur le risque.
Performance du système L'efficacité générale d'un système d'inspection devrait être validée de façon continuelle à l'aide de mesures objectives du rendement.

Éléments du modèle amélioré d'inspection des aliments

Délivrance de permis/agrément

Il est primordial de connaître les parties réglementées, ce qu'elles produisent et comment elles le font afin de déterminer le niveau de surveillance nécessaire et de prendre des décisions d'inspection fondées sur le risque.

Le modèle propose que l'industrie qui importe ou exporte des aliments ou qui agit en tant que fabricant ou transformateur de produits alimentaires à des fins de commerce interprovincial serait obligée d'obtenir un permis ou un agrément pour mener ses activités.

Tout au long du processus de délivrance de permis ou d'agrément de l'ACIA, les fabricants et les importateurs démontreraient leur engagement à fournir des aliments salubres et conformes. L'élaboration et la mise en œuvre d'un plan de contrôle préventif, adapté aux produits et aux activités de la partie réglementée, seraient une condition inhérente à l'obtention d'un permis ou d'un agrément. Les conditions dépendraient du profil de risque initial de la partie réglementée.

Surveillance par l'ACIA

Le modèle propose de laisser à l'industrie la responsabilité de concevoir et de mettre en œuvre des plans de contrôle préventif propres à ses activités uniques. L'ACIA vérifierait ensuite que ces plans préviennent et éliminent de façon appropriée les dangers ou qu'ils ramènent ces dangers à un niveau acceptable. Une fois que l'industrie a appliqué ces mesures de contrôle préventif efficaces et les antécédents en matière de conformité de la partie réglementée, le risque qui demeure est appelé « risque résiduel ». Ce dernier serait utilisé pour déterminer le niveau nécessaire de surveillance de l'inspection par l'ACIA (p. ex., normal, amélioré ou réduit).

Inspection

Dans le modèle proposé, les processus d'inspection et de vérification seraient normalisés à l'échelle des établissements de transformation alimentaire et des importateurs d'aliments. La fréquence et la portée des mesures d'inspection seraient fondées sur le niveau de risque et seraient adaptées, au besoin, à la taille et à la complexité des activités des parties réglementées.

La vérification par une tierce partie au nom du secteur de la vente au détail devient de plus en plus fréquente, car elle permet de s'assurer que les fournisseurs répondent aux attentes des acheteurs concernant la salubrité et la qualité des aliments. Lorsqu'elle cadre avec les exigences gouvernementales, une vérification effectuée par une tierce partie pourrait compléter l'inspection menée par l'Agence. Cependant, l'ACIA doit déterminer comment elle peut reconnaître les tiers vérificateurs et comment les activités de ces derniers peuvent compléter les activités d'inspection du gouvernement.

Conformité et application de la loi

Le modèle propose l'application d'une seule stratégie d'application de la loi et de conformité qui est fondée sur le principe que l'industrie est responsable de produire des aliments salubres et conformes aux exigences réglementaires.

En cas d'écart à la conformité, l'industrie doit prendre les mesures appropriées pour corriger la situation. Dans le modèle, les mesures d'application de la loi et de conformité seront transparentes, prévisibles et adaptées au niveau de la non-conformité. En cas d'écart à la conformité grave ou répété, l'ACIA pourrait suspendre ou révoquer le permis d'exploitation.

Performance du système

Il est important pour les décideurs de savoir si le système d'inspection atteint ses objectifs. Pour ce faire, un processus de validation permet de mesurer la qualité de la conception et de l'exécution du programme.

Dans le modèle proposé, un processus de validation exhaustif serait un élément indispensable pour promouvoir l'amélioration continue.

Les objectifs de la validation seraient :

  • évaluer l'efficacité générale du système d'inspection des aliments;
  • veiller à l'exécution uniforme et efficace du programme d'inspection;
  • cerner les lacunes.

En fin de compte, le fait de savoir dans quels secteurs se trouvent les enjeux permet à l'ACIA d'atténuer les risques et de prévenir les prochains défis liés à la salubrité des aliments.

Prochaines étapes

L'élaboration du modèle amélioré d'inspection des aliments s'appuie sur les suggestions et les principes énoncés dans le présent document. L'ACIA tient aussi compte des meilleures pratiques en matière d'inspection des aliments des organismes d'autres pays.

L'Agence travaille à l'élaboration d'un modèle qui met l'accent sur la prévention et qui s'harmonise avec les approches les plus récentes en matière de découvertes scientifiques et de gestion du risque. Un modèle amélioré d'inspection des aliments permettrait à l'ACIA de normaliser son approche d'inspection et de fournir la couverture appropriée pour différents aliments et différents risques.

Commentaires

Le succès d'un modèle amélioré d'inspection des aliments dépend de la participation et du support de tous ceux qui assument une responsabilité dans le secteur de la salubrité des aliments au Canada. À chaque étape du processus, l'ACIA continuera d'offrir des possibilités de participation aux parties concernées. Ce document de travail vise à stimuler la conversation avant le début de la consultation sur l'ébauche du modèle amélioré d'inspection des aliments. Il y aura d'autres communications et des possibilités continues aux fins d'examen et de commentaires.

L'ACIA consultera les intervenants sur l'ébauche du modèle amélioré d'inspection des aliments à partir de l'été 2012.

Nous vous invitons à envoyer par courriel vos suggestions et commentaires au sujet des principaux éléments du modèle amélioré d'inspection des aliments, au Bureau de modernisation de l'inspection.

Date de modification :