ARCHIVÉE - État des résultats prospectif de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (non vérifiés)

Cette page Web a été archivée

Exercices se terminant le 31 mars 2016 et 31 mars 2017

Déclaration de responsabilité de la direction (non vérifié)

La direction est responsable de la préparation de cet état des résultats prospectif, y compris du caractère approprié des hypothèses qui le soutient. Cet état des résultats est fondé sur les meilleures informations disponibles. Les hypothèses ont été adoptées en date du 31 décembre 2015 et cadrent avec les plans décrits dans le Rapport sur les plans et les priorités.

La direction possède un système de gestion financière et de contrôle interne conçu pour fournir une assurance raisonnable que l'information financière est fiable, que les actifs sont protégés, que les opérations sont conformes à la Loi sur la gestion des finances publiques et qu'elles sont exécutées en conformité avec les règlements, qu'elles respectent les crédits du Parlement et qu'elles sont comptabilisées de manière à rendre compte de l'utilisation des fonds du gouvernement. La direction veille également à l'objectivité et à l'intégrité des données de son état des résultats par la sélection appropriée, la formation et le perfectionnement d'employés qualifiés, par une organisation assurant une séparation appropriée des responsabilités et par des programmes de communication visant à assurer la compréhension des règlements, des politiques, des normes et des responsabilités de gestion dans toute l'Agence.

L'efficacité et le caractère adéquat du système de contrôle interne de l'Agence sont aussi revus par l'entremise du travail réalisé par le personnel de la vérification interne, qui mène des audits périodiques de divers secteurs des opérations de l'Agence, ainsi que par le comité ministériel de vérification, qui est responsable de fournir le président avec des conseils indépendants et objectifs relativement au maintien des systèmes de contrôles adéquats et la qualité des rapports financiers. Le Comité de vérification ministériel fournit ce support avec une surveillance des principaux secteurs de contrôle et de responsabilisation de l'Agence.

L'état des résultats prospectif de l'Agence n'a pas fait l'objet d'une vérification.

B.A. (Bruce) Archibald, PhD
Le président,

Ottawa, Canada
Le 22 janvier 2016

La vice-présidente, DGGI et dirigeante principale des finances par intérim

État des résultats prospectif (non vérifié)

Exercice terminé le 31 mars
(en milliers de dollars)
Résultats
projetés de
2015-2016
Résultats
prévus de
2016-2017
Charges
Programme de salubrité des aliments 412 177 $ 394 165 $
Programme de santé des animaux et de prévention des zoonoses 149 346 153 188
Programme de protection des végétaux 92 586 97 267
Programme sur la collaboration international et ententes techniques 44 573 44 276
Services internes 130 255 132 695
Total des charges 828 937 821 591
Revenus
Frais d'inspection 37 347 37 333
Enregistements, permis, certificats 8 033 8 031
Droits et services divers 4 601 4 599
Droits de permis d'établissement 1 790 1 790
Sanctions administratives pécuniaires 1 341 1 340
Classement 131 131
Intérêts 31 31
Revenus gagnés pour le compte du gouvernement (645) (645)
Total des revenus 52 629 52 610
Coût de fonctionnement net avant le financement et les transferts du gouvernement 776 308 $ 768 981 $

Information sectorielle (note 8)

L'information pour l'exercice terminé le 31 mars 2016 inclut les montants réels pour la période du 1er avril 2015 au 31 décembre 2015.

Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers prospectifs.

B.A. (Bruce) Archibald, PhD
Le président,

Ottawa, Canada
Le 22 janvier 2016

Dominique Osterrath, CPA, CA
La vice-présidente, DGGI et dirigeante principale des finances par intérim

Notes afférentes à l'état des résultats prospectif (non vérifié)

1. Pouvoirs et objectifs

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (« l'Agence ») a été créée le 1er avril 1997 en vertu de la Loi sur l'Agence canadienne d'inspection des aliments. La Loi regroupe sous une seule agence tous les services fédéraux d'inspection des aliments et du poisson et d'autres activités fédérales en matière de santé des animaux et de protection des végétaux.

L'Agence est un établissement public mentionné à l'annexe II de la Loi sur la gestion des finances publiques; elle rend des comptes au Parlement par l'intermédiaire du ministre de la santé.

Le mandat de l'Agence consiste à améliorer l'efficacité et l'efficience du système d'inspection fédéral et des services connexes aux aliments ainsi que la santé des animaux et la protection des végétaux. Les objectifs de l'Agence sont de contribuer à un approvisionnement sécuritaire en aliments et à une information exacte sur les produits, de contribuer au maintien de la santé des animaux et de la protection des végétaux et de faciliter le commerce des aliments, des animaux et des végétaux ainsi que de leurs produits.

Afin de réaliser son mandat, l'Agence effectue les 4 activités suivantes supportées par les services internes :

  1. Programme de salubrité des aliments : Le Programme de salubrité des aliments vise à atténuer les risques pour la santé publique associés aux maladies et aux autres dangers inhérents au système d'approvisionnement alimentaire, de même qu'à gérer les urgences et les incidents liés à la salubrité des aliments. Les objectifs du Programme sont atteints grâce à la promotion de la salubrité des aliments et à la participation du public à cet égard, ainsi qu'à la vérification de la conformité de l'industrie aux normes et aux règlements fondés sur des principes scientifiques. Le Programme comporte des initiatives pour veiller à ce que les consommateurs reçoivent de l'information sur la salubrité des aliments et la nutrition, et pour décourager les pratiques commerciales déloyales ciblant les consommateurs et l'industrie. En collaborant avec d'autres gouvernements et intervenants, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) peut mieux détecter, suivre et atténuer les dangers liés aux aliments et au système d'approvisionnement alimentaire, y compris les toxico-infections alimentaires. Le Programme contribue à la santé publique et inspire la confiance à l'égard du système alimentaire canadien.
  2. Programme de santé des animaux et de prévention des zoonoses : Le Programme de santé des animaux et de prévention des zoonoses vise à atténuer les risques inhérents aux ressources animales, aux aliments du bétail et aux produits animaux du Canada, lesquels font partie intégrante d'un système d'approvisionnement alimentaire sûr et accessible, et sont essentiels au maintien de la santé publique. Les objectifs du Programme sont atteints grâce à l'atténuation des risques que posent les maladies réglementées pour les animaux du Canada (incluant le bétail et les animaux aquatiques), à la gestion des urgences et des incidents liés aux maladies animales, à l'atténuation et à la gestion des risques associés aux aliments du bétail qui touchent le bétail et les produits alimentaires dérivés du bétail, à la promotion du bien-être des animaux et à la protection des ressources animales contre les menaces délibérées. Le Programme aide l'ACIA à atténuer les risques associés aux maladies animales transmissibles aux humains en lui permettant de contrôler ces maladies dans les populations animales. En outre, il est favorable à la santé des ressources animales du Canada et à l'instauration d'une certaine confiance à l'égard de l'état de santé des animaux, des produits d'origine animale, des sous-produits animaux et des systèmes de production.
  3. Programme de protection des végétaux : Le Programme de protection des végétaux vise à atténuer les risques inhérents aux ressources végétales du Canada, lesquelles font partie intégrante d'un système d'approvisionnement alimentaire sûr et accessible, et sont essentielles à la santé publique et à la durabilité environnementale. Les objectifs du Programme sont atteints grâce à la réglementation des produits agricoles et forestiers, à l'atténuation des risques que posent les maladies et les organismes nuisibles réglementés à l'égard des ressources végétales (y compris les cultures et les forêts), à la réglementation de l'innocuité et de l'intégrité des semences, des engrais et des produits végétaux, et à la gestion des urgences et des incidents liés à la protection des végétaux. En outre, le Programme permet de protéger les ressources végétales contre les menaces délibérées, d'intégrer plus facilement de nouvelles technologies et de protéger les droits d'obtentions végétales. L'atteinte de l'objectif du programme inspire une certaine confiance à l'égard de l'innocuité des végétaux, des systèmes de production de végétaux et des produits végétaux, tout en contribuant à la protection des végétaux du Canada.
  4. Programme sur la collaboration internationale et les ententes techniques : Le Programme sur la collaboration internationale et les ententes techniques de l'ACIA contribue à fournir un cadre de réglementation international cohérent, prévisible et fondé sur des principes scientifiques. Ce cadre de réglementation international permet de se conformer aux exigences réglementaires des pays importateurs relativement aux aliments, aux animaux, aux végétaux, et à leurs produits, facilitant ainsi pour le Canada un commerce de plusieurs milliards de dollars par an. Les objectifs du programme sont atteints grâce à la participation active de l'ACIA à des forums internationaux en vue d'établir des règlements, des normes, des lignes directrices et des politiques internationaux fondés sur des principes scientifiques, et à la gestion de comités sanitaires et phytosanitaires formés en vertu d'ententes internationales. L'ACIA contribue à l'accès aux marchés en faisant la promotion active du système de réglementation canadien fondé sur des principes scientifiques auprès des partenaires commerciaux étrangers et en menant des négociations en vue de régler des questions d'ordre scientifique et technique.
  5. Services internes : Les Services internes sont des groupes d'activités et de ressources connexes qui sont administrées de façon à répondre aux besoins des programmes et des autres obligations générales d'une organisation. Ces groupes sont : services de gestion et de surveillance, services de communication, services juridiques, services de gestion des ressources humaines, services de gestion des finances, services de gestion de l'information, services des technologies de l'information, services immobiliers, services de gestion du matériel, et services d'acquisition.

L'Agence est chargée d'assurer et de contrôler l'application des lois suivantes : Loi sur les sanctions administratives pécuniaires en matière d'agriculture et d'agroalimentaire, Loi sur l'Agence canadienne d'inspection des aliments, Loi relative aux aliments du bétail, Loi sur les engrais, Loi sur la santé des animaux, Loi sur la protection des obtentions végétales, Loi sur la protection des végétaux, Loi sur les semences, Loi sur les aliments et drogues en ce qui a trait aux aliments, ainsi que la Loi sur la salubrité des aliments au Canada, qui une fois promulgué remplacera la Loi sur les produits agricoles au Canada, Loi sur l'inspection du poisson, Loi sur l'inspection des viandes et la Loi sur l'emballage et l'étiquetage des produits de consommation en ce qui a trait aux aliments.

De plus, l'Agence est responsable de l'application de la Loi sur l'emballage et l'étiquetage des produits de consommation et de la Loi sur les aliments et drogues en ce qui a trait aux aliments, à l'exception des dispositions qui portent sur la santé du public, la sécurité ou la nutrition.

Les dépenses de fonctionnement et en capital sont financées par le gouvernement du Canada au moyen d'autorisations parlementaires. Les paiements d'indemnités en vertu de la Loi sur la santé des animaux et la Loi sur la protection des végétaux et les avantages sociaux sont autorisés au moyen d'autorisations législatives distinctes. Les revenus que génère la conduite des activités de l'Agence sont déposés au Trésor et l'Agence peut les utiliser.

2. Méthodologie et hypothèses importantes

L'état des résultats prospectif a été établi en fonction des priorités du gouvernement et des plans de l'Agence qui sont décrits dans le Rapport sur les plans et les priorités.

Les renseignements présentés dans les résultats projetés de l'exercice 2015-2016 sont fondés sur les résultats réels en date du 31 décembre 2015 et sur les prévisions pour le reste de l'exercice. Des prévisions ont été réalisées pour les résultats prévus de l'exercice 2016-2017.

Les principales hypothèses utilisées sont :

  1. Les activités de l'Agence resteront, pour l'essentiel, pareilles à celle de l'an dernier excepté pour les nouvelles initiatives financées par le vote en capital (Voir Note 3(a)) ou le renouvellement de certains programmes de salubrité des aliments énumérés à la Note 3(d).
  2. Les charges, y compris la détermination des montants de sources internes et externes au gouvernement, sont basées sur l'expérience acquise. L'évolution générale historique devrait se poursuivre.
  3. L'information estimative de fin d'exercice pour 2015-2016 représente la situation financière d'ouverture pour établir les résultats prévus de 2016-2017.
  4. L'autorité législative pour les paiements compensatoires (paiements de transfert) selon le Budget principal des dépenses de l'Agence est utilisée pour estimer le total des paiements compensatoires de l'exercice 2017. Pour ce qui est de l'exercice 2016, les montants réels payés en date du 31 décembre 2015 (principalement des paiements compensatoires pour l'influenza aviaire) sont considérés en addition de l'autorité de base dans le Budget principal des dépenses.
  5. Toutes les ententes collectives présentement expirées sont prévues être ratifiées dans l'année fiscale 2017 de manière à allouer suffisamment de temps pour procéder tous les paiements avant le 31 mars 2017. Les hypothèses sur le renouvellement des conventions collectives ne reflètent pas nécessairement les développements dans les négociations collectives.
  6. L'autorité législative pour les revenus à re-dépenser (paragraphe 30 de la loi sur l'ACIA) selon le Budget principal des dépenses de l'Agence est utilisée pour estimer le total des revenus durant la période. La portion disponible des années précédente est ajoutée pour former le montant disponible à re-dépenser.

Ces hypothèses sont adoptées en date du 31 décembre 2015.

3. Variation et évolution des prévisions financières

Même si tous les efforts ont été déployés pour prévoir avec exactitude les résultats définitifs pour le reste de l'exercice 2015-2016 et pour 2016-2017, les résultats réels des deux exercices risquent de varier par rapport aux prévisions financières présentées, et cet écart pourrait être important.

Lors de la préparation de cet état des résultats prospectif, l'Agence canadienne d'inspection des aliments a établi des estimations et des hypothèses à l'égard d'événements futurs. Ces estimations et hypothèses pourraient différer des résultats financiers réels subséquents. Les estimations et les hypothèses sont évaluées de façon continue et sont fondés sur l'expérience acquise et d'autres facteurs, notamment les prévisions relativement aux événements futurs qui sont considérées comme raisonnables compte tenu des circonstances.

Les facteurs qui pourraient donner lieu à des écarts importants entre l'état des résultats prospectif et l'état des résultats historique sont notamment :

  1. Le moment et le montant des acquisitions et des aliénations d'immobilisations peuvent influer sur les gains/pertes et les charges d'amortissement. L'Agence a reçu une somme importante de nouveaux fonds de dépenses en capital pour des améliorations d'infrastructures et pour la livraison de la Plateforme électronique de services durant l'exercice 2015-2016 et 2016-2017. Ces fonds sont présentés à la Note 5(a) sous le vote 5.
  2. La mise en œuvre de nouvelles conventions collectives.
  3. La conjoncture économique peut avoir effet sur le montant de revenue gagné.
  4. Des modifications supplémentaires au budget de fonctionnement, grâce à de nouvelles initiatives ou ajustements techniques mis en œuvre plus tard au courant de l'exercice. Le financement de certains programmes au sein du Programme de salubrité des aliments (Modernisation du programme de la Salubrité des aliments, Listeria, L'équipe de l'examen du système de l'inspection et présence journalière) n'a pas encore été confirmé pour l'année fiscale 2016-2017. Dans le cas où ces programmes continuent dans les années suivant 2015-2016, les dépenses pour l'année fiscale 2016-2017 pourraient être plus élevées que prévu.
  5. Selon les événements futurs, les paiements compensatoires de l'Agence pourraient être plus élevés que l'autorité législative déjà établie pour cet item (Voir note 2 (d)). Les écarts liés à ce facteur sont assez fréquents et souvent importante étant donné la nature imprévisible des événements conduisant à des paiements compensatoire (maladies végétales ou animales et les épidémies) et de l'importance des montants en jeu.
  6. Le montant estimé pour indemnité de départ (incluant les encaissements) pourrait mener à des différences matérielles entre l'état des résultats prospectif et les résultats réels.
  7. Selon les événements futurs, les revenus de l'Agence pourraient être différent que l'autorité législative déjà établie pour cet item (Voir note 2 (f)).

Une fois que le Rapport sur les plans et les priorités est présenté, l'Agence canadienne d'inspection des aliments ne mettra pas à jour les prévisions, quelles que soient les modifications apportées aux crédits ou aux prévisions financières dans les budgets supplémentaires. Les écarts seront expliqués dans le Rapport ministériel sur le rendement.

4. Sommaire des principales conventions comptables

Ces états financiers ont été préparés conformément aux conventions comptables du gouvernement énoncées ci-après, lesquelles s'appuient sur les normes comptables canadiennes pour le secteur public. La présentation et les résultats qui découlent de l'utilisation des conventions comptables énoncées ne donnent lieu à aucune différence importante par rapport aux normes comptables canadiennes pour le secteur public.

Les principales conventions comptables reliées à l'état des résultats prospectif sont les suivantes :

  1. Autorisations parlementaires

    L'Agence est principalement financée par le gouvernement du Canada au moyen d'autorisations parlementaires. La présentation des autorisations consenties à l'Agence ne correspondent pas à la présentation des rapports financiers selon les principes comptables généralement reconnus étant donné que les autorisations sont fondées, dans une large mesure, sur les besoins de trésorerie. La note 5 présente un rapprochement entre les deux méthodes de présentation de rapports financiers.

  2. Revenus

    Les revenus générés par les frais exigés, les permis et les certificats sont comptabilisés dans l'exercice au cours duquel les services sont rendus.

    Les autres revenus sont comptabilisés dans l'exercice pendant lequel les opérations ou les événements qui ont généré les revenus surviennent.

    Les revenus détenus pour le compte du gouvernement qui ne sont pas disponibles à être dépensés à nouveau ne peuvent servir à acquitter les passifs de l'Agence. Ces revenus sont présentés par une réduction aux revenus de l'Agence. Bien que l'on s'attend à ce que le président maintienne le contrôle comptable, il n'a pas l'autorité sur la disposition des revenus non disponibles à dépenser à nouveau.

    Par conséquent, les revenus non disponibles à dépenser à nouveau sont considérés comme étant gagnés pour le compte du gouvernement du Canada et sont donc présentés en réduction du montant brut des revenus de l'entité.

  3. Charges

    Les charges sont comptabilisées selon la méthode de la comptabilité d'exercice :

    Les paiements de transfert sont comptabilisés dans l'exercice au cours duquel le bénéficiaire a satisfait aux critères d'admissibilité ou a rempli les conditions de l'accord de transfert.

    Les indemnités de vacances et de congés compensatoires sont passées en charge au fur et à mesure que les employés en acquièrent le droit en vertu de leurs conditions d'emploi respectives.

    Les services fournis gratuitement par d'autres ministères pour les locaux, les cotisations de l'employeur aux régimes de soins de santé et de soins dentaires et les services juridiques sont comptabilisés à titre de charges de fonctionnement à leur coût estimatif.

  4. Avantages sociaux futurs
    1. Prestations de retraite :

      Les employés admissibles participent au Régime de retraite de la fonction publique (« Régime »), un régime multi employeurs administré par le gouvernement du Canada. Les employés et l'Agence cotisent tous deux à l'égard du Régime. Les cotisations versées par l'Agence sont passées en charges dans l'exercice au cours duquel les services sont rendus et représentent la totalité de son obligation en matière de prestations de retraite. En vertu des dispositions législatives actuelles, l'Agence n'est pas tenue de verser des cotisations pour combler le déficit actuariel du Régime.

    2. Indemnités de départ :

      Dans le cadre des négociations des conventions collectives avec les employés et les changements dans les conditions d'emploi, l'accumulation des indemnités de départ dans le cadre du programme d'indemnités de départ des employés a cessé à compter de 2012. Au 31 mars 2015, tous les employés avaient l'option d'être immédiatement payé la valeur totale ou partielle des prestations accumulées à ce jour ou de percevoir la valeur totale ou restante des prestations à leur départ de la fonction publique. L'obligation au titre des avantages sociaux gagnés à payer à la cessation est calculée en utilisant l'information provenant des résultats du passif actuariel déterminé pour les indemnités de départ des employés pour le gouvernement dans son ensemble.

    3. Autres régimes d'avantages sociaux futurs :

      Le gouvernement du Canada parraine une variété d'autres régimes d'avantages sociaux futurs pour lesquels les employés et anciens employés peuvent bénéficier pendant ou après leur emploi ou encore suite à leur retraite. Le Régime de soins de santé de la fonction publique et le Régime de services dentaires pour les pensionnés sont les deux principaux régimes disponibles aux employés de l'Agence.

      L'Agence ne finance pas ces régimes puisqu'ils sont sous la responsabilité financière du gouvernement du Canada, mais elle comptabilise néanmoins sa quote-part des indemnités versées à titre de services fournis gratuitement par d'autres ministères. L'Agence ne comptabilise aucune somme dans son état des résultats prospectif pour le passif actuariel de ces programmes ni pour l'augmentation annuelle de ce passif.

  5. Immobilisations corporelles

    Toutes les immobilisations corporelles et les améliorations locatives dont le coût initial est d'au moins 10 000 $ sont comptabilisées à leur coût d'achat. Les immobilisations corporelles sont amorties selon la méthode linéaire sur la durée de vie utile estimative de l'immobilisation.

  6. Incertitude relative à la mesure

    La préparation de cet état des résultats prospectif exige que la direction fasse des estimations et formule des hypothèses qui influent sur les montants déclarés des actifs, des passifs, des revenus et des charges présentés dans l'état des résultats prospectif. Au moment de la préparation de l'état des résultats prospectif, la direction considère que les estimations et les hypothèses sont raisonnables.

    Les principaux éléments pour lesquels des estimations sont faites sont le passif éventuel, le passif pour Ies indemnités de départ, les paiements compensatoires et la durée de vie utile des immobilisations corporelles. Les résultats réels pourraient différer des estimations de manière significative.

5. Autorisations parlementaires

L'Agence reçoit la plus grande partie de son financement au moyen d'autorisations parlementaires annuelles. Les éléments comptabilisés dans l'état des résultats prospectif d'un exercice peuvent être financés au moyen d'autorisations parlementaires qui ont été approuvées dans un exercice précédent, pendant l'exercice en cours ou qui le seront dans un exercice futur. Par conséquence, les résultats des activités de fonctionnement nets de l'Agence pour l'exercice diffèrent selon qu'ils sont présentés selon le financement octroyé par le gouvernement ou selon la méthode de la comptabilité d'exercice. Les différences sont rapprochées dans les tableaux suivants :

(a) Autorisations demandées :
(en milliers de dollars)
Résultats
projetés de
2016-2017
Résultats
prévus de
2016-2017
Vote 1 – Dépenses de fonctionnement 585 370 $ 545 943 $
Vote 5 – Dépenses en capital 62 009 102 069
Cotisations législatives aux régimes d'avantages 78 825 77 961
Autorités législatives pour paiements compensatoires (Voir note 2d) 13 344 3 500
Autorités législatives pour revenus à re-dépenser selon le paragraphe 30 de la loi sur l'ACIANote de tableau 1 66 172 61 261
Moins :
Autorisations disponibles pour emploi dans les exercices ultérieurs (8 100) -
Autorisations annulées – fonctionnement (inclus 2,9 millions de dollars en fonds réservés) (14 873) -
Autorisations annulées – capital (inclus 17,9 millions de dollars en fonds réservés) (25 269) -
Autorisations disponible prévues 757 478 $ 790 734 $

Les autorisations présentées représentent les résultats prévus en ce qui concerne les postes législatifs, les initiatives approuvées qui sont incluses et qui devraient être incluses dans les documents de budget des dépenses et, lorsque des estimations raisonnables peuvent être effectuées, les montants estimatifs des affectations des crédits centraux du Conseil du Trésor.

Notes de tableau

Note de tableau 1

Les autorités législatives pour revenus à re-dépenser incluent la portion disponible non-utilisée des années précédentes (montants de 13 011 000 $ et 8 100 000 $ pour les exercices 2016 et 2017 respectivement). Ces montants sont en plus de la somme pour ces autorités dans le Budget principal des dépenses (53 161 000 $).

Retour à la référence de la note de tableau 1

(b) Rapprochement entre le coût de fonctionnement net et des autorisations demandées :
(en milliers de dollars)
Résultats
projetés de
2015-16
Résultats
prévus de
2016-17
Coût de fonctionnement net avant le financement et les transferts du gouvernement 776 308 $ 768 981 $
Ajustements pour les éléments ayant une incidence sur le coût de fonctionnement net, mais qui n'ont pas d'incidence sur les autorisations :
Ajouter (déduire) :
Services reçus gratuitement par d'autres ministères (84 109) (83 522)
Amortissement des immobilisations corporelles (43 553) (47 909)
Revenus disponibles pour dépenser non crédité au vote 52 629 52 610
Variation nette dans la provision pour les indemnités de départ 21 981 (3 655)
Variation nette dans la provision pour les ententes collectives expirées (2 924) 3 717
Autre variation nette dans les besoins futurs de financement 909 (994)
Post-capitalisation d'immobilisations corporelles 59 75
  (55 008) (79 678)
Ajustements pour les éléments sans incidence sur le coût de fonctionnement net, mais ayant une incidence sur les autorisations :
Ajouter (déduire) :
   
Acquisition d'immobilisations corporelles 36 740 102 069
Produit provenant de l'aliénation d'immobilisations corporelles (562) (638)
  36 178 101 431
Autorisations de l'exercice en cours utilisées 757 478 $ 790 734 $

6. Avantages sociaux futurs

Indemnités de départ

L'Agence verse des indemnités de départ à ses employés en fonction de l'admissibilité, des années de service et du salaire final. Comme ces indemnités ne sont pas capitalisées d'avance, le régime ne détient aucun actif, ce qui en résulte en un déficit égal à l'obligation au titre des indemnités constituées. Les indemnités seront prélevées sur les autorisations futures. Dans le cadre des négociations des conventions collectives avec les employés, les changements dans les conditions d'emploi, l'accumulation des indemnités de départ dans le cadre du programme d'indemnités de départ des employés a cessé à compter de 2012. Les employés ont eu la possibilité d'être immédiatement payé la valeur totale ou partielle des prestations accumulées à ce jour ou de percevoir la valeur totale ou restante des prestations à leur départ de la fonction publique.

Voici quelles étaient les indemnités de départ au 31 mars :
(en milliers de dollars):
Résultats
projetés de
2015-16
Résultats
prévus de
2016-17
Obligation au titre des indemnités constituées au début de l'exercice 57 166 $ 35 184 $
Charge (recovery) pour l'exercice (5 382) 5 655
Indemnités versées au cours de l'exercice (16 600) (2 000)
Obligation au titre des indemnités constituées à la fin de l'exercice 35 184 $ 38 839 $

7. Opérations entre apparentés

L'Agence est liée par propriété commune à tous les ministères, organismes et sociétés d'État du gouvernement du Canada. L'Agence effectue des opérations avec ces entités dans le cours normal de ses activités, selon les conditions commerciales normales.

Services fournis gratuitement par d'autres ministères :

Au cours de l'exercice, l'Agence a reçu gratuitement des services de d'autres ministères tels que : locaux, cotisations de l'employeur aux régimes de soins de santé et de soins dentaires, Services Partagées Canada et services juridiques. Ces services gratuits ont été constatés comme suit dans l'état des résultats et de la situation financière nette prospectif de l'Agence :
(en milliers de dollars)
Résultats
projetés de
2015-16
Résultats
prévus de
2016-17
Cotisations de l'employeur aux régimes de soins de santé et de soins dentaires 40 813 $ 40 528 $
Locaux 30 711 30 497
Services juridiques 971 964
Services Partagés Canada 11 614 11 533
Total 84 109 $ 83 522 $

8. Information sectorielle

La présentation de l'information est fondée sur l'architecture des résultats stratégiques de l'Agence. La présentation par secteur est fondée sur les mêmes conventions comptables décrites à la note 4, Sommaire des principales conventions comptables.

Le tableau qui suit présente les charges engagées et les revenus générés par les principaux programmes d'activités, par principaux articles de dépenses et types de revenus. Voici les résultats de chaque segment pour la période :
(en milliers de dollars)
2016 2017
Total Salubrité des aliments Santé des animaux et prévention des zoonoses Protection des végétaux Collaboration internationale et ententes techniques Services internes Total
Revenus
Frais d'inspection 37 347 $ 21 292 $ 2 330 $ 5 233 $ 8 478 $ - $ 37 333 $
Enregistrements, permis, certificats 8 033 4 580 501 1 126 1 824 - 8 031
Droits et services divers 4 601 1 792 287 645 1 044 831 4 599
Droits de permis d'établissement 1 790 1 021 112 251 406 - 1 790
Sanctions administratives pécuniaires 1 341 713 84 188 304 51 1 340
Classement 131 75 8 18 30 - 131
Intérêts 31 18 2 4 7 - 31
Revenus gagnés pour le compte du gouvernement (645) - - - - (645) (645)
Total revenus 52 629 29 491 3 324 7 465 12 093 237 52 610
Charges de fonctionnement
Salaires et avantages sociaux 600 444 302 732 110 980 74 864 35 324 82 547 606 447
Services professionnels et spéciaux 70 338 22 381 12 277 4 950 576 26 901 67 085
Locaux 37 849 17 908 6 789 4 396 1 977 6 029 37 099
Amortissement 43 553 23 126 8 767 5 677 2 554 7 785 47 909
Déplacements et réinstallations 17 309 7 969 3 021 1 956 880 2 683 16 509
Services publics, matériaux et fournitures 18 218 8 387 3 180 2 059 926 2 824 17 376
Communication 11 386 5 000 1 896 1 228 552 1 683 10 359
Réparations 5 625 2 589 982 636 286 872 5 365
Mobilier et matériel 5 495 2 288 868 562 253 770 4 741
Location de matériel 2 386 1 098 417 270 121 370 2 276
Information 1 009 464 176 114 51 156 961
Divers 484 223 85 55 25 75 463
Total charges de fonctionnement 814 096 394 165 149 438 96 767 43 525 132 695 816 590
Paiements de transfert
Paiements d'indemnités 13 344 - 3 000 500 - - 3 500
Autres 1 497 - 750 751 - 1 501
Total des paiements de transfert 14 841 - 3 750 500 751 - 5 001
Total des charges 828 937 394 165 153 188 97 267 44 276 132 695 821 591
Coût net des activités 776 308 $ 364 674 $ 149 864 $ 89 802 $ 32 183 $ 132 458 $ 768 981 $
Date de modification :