Élaboration de votre plan de biosécurité : Norme nationale volontaire de biosécurité à la ferme pour l'industrie de la culture de fruits et de noix
1.0 Introduction

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Les producteurs canadiens de fruits et de noix appliquent déjà plusieurs mesures de biosécurité afin de prévenir et de gérer les ravageurs. L'objectif de la Norme nationale volontaire de biosécurité à la ferme pour l'industrie de la culture de fruits et de noix est de fournir aux producteurs une approche nationale proactive et uniforme pour combattre l'introduction et la propagation des ravageurs en mettant en œuvre de mesures de biosécurité. Une approche nationale uniforme visant à prévenir et à gérer les ravageurs est d'importance aux producteurs canadiens pour qu'ils puissent maintenir les marchés au Canada et à l'étranger.

La biosécurité désigne un ensemble de pratiques de gestion visant à prévenir, atténuer, et gérer l'introduction et la propagation de ravageurs. Cela comprend les ravageurs qui ne sont pas présents au Canada, les ravageurs établis dans des régions limitées du Canada, et les ravageurs qui sont communément présents et qui peuvent se propager d'une ferme à l'autre.

Les pratiques de biosécurité exemplaires diminuent le risque de ravageurs sur votre ferme en identifiant les vecteurs d'introduction possibles, y compris le matériel de pépinière, la terre, le paillis, l'air, l'eau, et les vecteurs biologiques et mécaniques.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) collabore avec les intervenants pour élaborer des normes nationales volontaires de biosécurité à la ferme et des documents d'orientation à l'intention des producteurs pour plusieurs secteurs de culture et d'animaux d'élevage. Le processus d'élaboration est appuyé par Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) en vertu du cadre stratégique pour l'agriculture Cultivons l'avenir 2. Afin d'assurer que ce qui est élaboré est pertinent et correspond aux besoins des producteurs et du secteur pris dans son ensemble, des Conseils consultatifs sur la biosécurité (CCB) ont été mis sur pied et rassemble l'expertise des organisations de l'industrie et des organisations de producteurs, des producteurs eux mêmes, du milieu universitaire et des spécialistes des gouvernements fédéral et provinciaux. Voir l'Annexe 2, Remerciements pour la liste des partenaires.

La Norme nationale volontaire de biosécurité à la ferme pour l'industrie de la culture de fruits et de noix (ci-après, la « Norme ») est un document de référence national qui encadre les producteurs dans l'élaboration de leur plan de biosécurité. Une approche nationale uniforme sur la prévention et des activités entourant la biosécurité nécessite le partenariat et l'engagement continus du gouvernement fédéral, des gouvernements provinciaux et de l'industrie. Cette norme nationale dresse un cadre de biosécurité de base que les provinces, les associations de l'industrie et de produits agricoles peuvent utiliser pour élaborer des programmes de prévention et de mise en œuvre particuliers qui viennent en aide aux producteurs.

La norme est accompagnée d'un guide du producteur. Le guide du producteur présente en détail les pratiques exemplaires à adopter propres au produit et les alternatives à considérer pour atteindre les objectifs d'atténuation des risques énoncés dans la norme. Ces documents de référence doivent être utilisés de concert avec les autres références propres aux produits disponibles auprès de vos associations provinciales et commerciales.

1.1 Biosécurité et gestion intégrée des ravageurs

La biosécurité à la ferme et la gestion intégrée des ravageurs (GIR) ont comme objectif commun de protéger la santé des cultures. Plusieurs stratégies d'atténuation du risque en lien avec la biosécurité vont de pair avec les stratégies préventives de GIR. Ce qui distingue ces deux approches est que la biosécurité à la ferme se concentre surtout sur les pratiques visant à exclure les ravageurs de la ferme ou à limiter leur propagation ou leur établissement. La GIR, quant à elle, porte surtout sur l'application stratégique de différentes pratiques pour contrôler un ravageur qui se trouve déjà dans le système de production ou qui représente une menace imminenteNote de bas de page 1. Par exemple, les activités de prévention de GIR sont davantage axées sur les pratiques de gestion exemplaires de l'industrie comme la surveillance, la gestion de l'environnement (comme la fertilité de la terre ou son pH) et le choix de plantes appropriées aux conditions de croissance.

1.2 Pourquoi la biosécurité est-elle importante pour les producteurs?

La mise en œuvre de pratiques de biosécurité visant à prévenir, à atténuer et à contrôler l'introduction de ravageurs est importante pour la durabilité de l'industrie de la culture de fruits et de noix au Canada. La mise en œuvre de mesures de biosécurité au Canada protège notre environnement et notre secteur agricole et soutient notre réputation de pays commerçant sécuritaire et fiable. Ces efforts présentent de nombreux avantages économiques, environnementaux et communautaires pour tous les Canadiens. L'élaboration d'un plan de biosécurité à la ferme servira à définir et à officialiser plusieurs pratiques de réduction des risques qui sont déjà intégrées dans vos activités quotidiennes, et vous aidera à combler les lacunes de biosécurité qui peuvent avoir lieu dans vos activités actuelles.

La mise en œuvre de pratiques de biosécurité exemplaires est une façon d'appuyer les objectifs du plan d'activités de votre ferme.

L'adoption de mesures de prévention efficaces contre les maladies et les ravageurs favorisent la productivité, stabilisent les coûts de production et protègent la valeur de votre ferme. Votre plan de biosécurité à la ferme contribuera aussi à protéger vos investissements d'exploitation à long terme.

Votre plan de biosécurité à la ferme peut vous aider à fidéliser vos clients et à accéder à de nouveaux marchés. L'amélioration des pratiques de biosécurité au niveau de la ferme vous aidera à satisfaire les attentes des clients, que ce soit à l'échelle locale, nationale ou internationale.

La mise en œuvre de mesures de biosécurité et de planification sur la ferme comporte d'autres avantages :

  • Maintient l'accès aux marchés;
  • Satisfait la demande du client par rapport aux pratiques et aux protocoles de biosécurité;
  • Diminue les pertes de production;
  • Évite l'introduction de nouveaux ravageurs;
  • Cerne et réduit les risques actuels liés à la biosécurité;
  • Prévoit la responsabilisation envers les voisins et l'industrie afin d'assurer que les risques actuels liés à la biosécurité ne se propagent pas chez quelqu'un d'autre.

1.3 Qui est responsable de la biosécurité?

La biosécurité est une responsabilité partagée. Quiconque est responsable de la santé des plantes doit connaître le risque et accepter la responsabilité des répercussions potentielles sur l'agriculture canadienne. La mise en œuvre de mesures de biosécurité par chacun contribuera à réduire le risque potentiel d'introduire et de propager des ravageurs pour protéger l'environnement, les ressources végétales et l'économie du Canada des menaces de biosécurité.

1.4 À qui s'adresse ce document?

La norme de biosécurité concerne tout le monde. Quiconque est responsable de la santé des végétaux, que ce soit sur une petite ou une grande exploitation agricole, doit envisager à rédiger un plan de biosécurité. Cet outil de référence de biosécurité n'est pas conçu pour vous orienter au sujet des risques associés à la production de plantes de pépinières. Pour une orientation sur ces activités, veuillez consulter la norme nationale non obligatoire de biosécurité des serres, pépinières et floriculture.

Date de modification :