DGR-13-04 : Document de gestion des risques phytosanitaires consolidé pour les plantes phytoravageurs règlementées au Canada
Annexe 2B : Considérations sur la gestion du risque pour Alopecurus myosuroides (Vulpin des champs)

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Valeurs menacées

Alopecurus myosuroides est considérée comme la mauvaise herbe la plus sérieuse des céréales d'hiver en Europe, car elle réduit le rendement des cultures (CAB International 2007). Alopecurus myosuroides aura le plus vraisemblablement les répercussions les plus grandes sur les cultures en Ontario, où l'on produit du blé d'hiver. En 2008, environ 650 000 tonnes (ou 24 millions de boisseaux) de blé d'hiver ont été produites dans les comtés du Sud-Ouest ontarien que sont Chatham-Kent, Essex et Lambton où Alopecurus myosuroides pourrait être présente. Ce chiffre représente presque un quart de la production de blé d'hiver en Ontario (Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales (OMAFRA) 2009). Entre 2000 et 2004, la valeur moyenne de la production de blé d'hiver en Ontario était de 250 millions de dollars par année (OMAFRA, 2009). Parmi les autres cultures qui pourraient être touchées (dans une moindre mesure) par Alopecurus myosuroides dans les comtés respectifs, on peut compter les cultures de l'avoine et de l'orge dont les chiffres de production équivalent à 5300 tonnes (85 000 boisseaux) et à 2400 tonnes (112 000 boisseaux) respectivement en 2008 (OMAFRA, 2009).

Mesures d'atténuation possibles applicables aux moyens naturels de dispersion

Le vent constitue la principale voie de dispersion pour Alopecurus myosuroides, mais seulement sur de courtes distances. Étant donné le parcours naturel actuel, la dispersion par le vent est une voie d'introduction improbable au Canada (Allison 2009). Par conséquent, aucune mesure d'atténuation pour les voies naturelles de dispersion n'est nécessaire pour l'instant

Mesures d'atténuation possibles applicables aux voies d'entrée intentionnelles

Aucune voie d'introduction intentionnelle n'a été déterminée (Allison 2009). Alopecurus myosuroides n'est pas offerte au Canada en tant que plante ornementale (ACPP, 2009). Même si aucune mesure d'atténuation n'est actuellement nécessaire, cette voie d'introduction sera quand même réglementée en vertu de la Loi sur la protection des végétaux si cette espèce est inscrite sur la Liste des parasites réglementés par le Canada et de la Loi sur les semences si elle est inscrite sur la l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes.

Mesures d'atténuation possibles applicables aux voies d'entrée non intentionnelles

Grandes cultures non destinées à la multiplication

Historique des importations

Mesures possibles d'atténuation des risques

Réglementer Alopecurus myosuroides en tant qu'organisme de quarantaine en vertu de la Loi sur la protection des végétaux et ajouter cette espèce à la Liste des parasites réglementés par le Canada(ACIA 2009) afin de:

Les actions réglementaires en vertu de la Loi sur la protection des végétaux pourraient inclure un ou plusieurs des points suivants :

Répercussions commerciales :

Rentabilité et faisabilité

Les Semences

Historique des importations

Mesures possibles d'atténuation des risques

Réglementer Alopecurus myosuroides en tant que mauvaise herbe nuisible interdite (Catégorie 1) en vertu de l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes de la Loi sur les semences Note de bas de page 2.

Cette espèce satisfait la définition d'une espèce de Catégorie 1 Note de bas de page 3 en vertu de l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes.

Toutes les semences canadiennes ou importées doivent être exemptes de graines de mauvaises herbes nuisibles interdites. Avant qu'ils ne soient importés, les lots de semence doivent être accompagnés d'un certificat d'analyse certifiant que l' Alopecurus myosuroides en est absent.

Réglementer Alopecurus myosuroides en tant qu'organisme de quarantaine en vertu de la Loi sur la protection des végétaux et ajouter cette espèce à la Liste des parasites réglementés par le Canada (ACIA 2009) afin de :

Les actions réglementaires pourraient inclure un ou plusieurs des points suivants :

Répercussions commerciales :

Rentabilité et faisabilité

Foin et paille

Historique des importations

La valeur totale des importations de foin et de paille tournait autour de 13 millions de dollars en 2008; 98% de cette valeur provenait des États-Unis (Industrie Canada, 2009).

Mesures possibles d'atténuation des risques

Réglementer Alopecurus myosuroides en vertu de la Loi sur la protection des plantes comme organisme nuisible justiciable de quarantaine en l'ajoutant à la Liste des parasites réglementés par le Canadade façon à :

Les actions réglementaires pourraient inclure un ou plusieurs des points suivants:

Répercussions commerciales :

Rentabilité et faisabilité

L'ACIA aura besoin de ressources pour la surveillance des marchés et l'échantillonnage, pour la formation des inspecteurs et pour l'élaboration de matériel de communication.

Véhicules et équipement agricoles usagés

Historique des importations

Mesures possibles d'atténuation des risques

Mise en application de la Directive 95-26 « Exigences phytosanitaires s'appliquant à la terre et aux matières connexes, prises isolément ou associées à des végétaux » (ACIA, 2008).

En 2003, l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a endossé la responsabilité d'effectuer l'inspection initiale des importations aux postes frontaliers canadiens applicables, suivant les lois et règlements administrés par l'ACIA. L'inspection des biens pouvant être contaminés par la terre est parmi les responsabilités qui ont été transférées à l'ASFC en 2003. L'Unité de programme sur les aliments, les plantes et les animaux de l'ASFC finalise présentement la procédure opérationnelle normalisée (PON) qui concerne l' « Inspection des produits importés potentiellement contaminés par la terre ». Les agents des services frontaliers y trouvent les procédures officielles à suivre lors de l'inspection et de la disposition des biens pouvant être contaminés par la terre, incluant les véhicules et la machinerie agricole usagés.

Date de modification :