DGR-13-04 : Document de gestion des risques phytosanitaires consolidé pour les plantes phytoravageurs règlementées au Canada
Annexe 5B : Considérations sur la gestion des risques associés à Crupina vulgaris (crupine vulgaire)

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Valeurs menacées

Aucune valeur à risque n'a été relevée.

Mesures d'atténuation possibles applicables aux moyens naturels de dispersion

La dispersion naturelle des akènes resterait assez localisée étant donné que les semences tombent à proximité de la plante-mère et que la dispersion par la faune ne s'effectue que sur de courtes distances. Ces méthodes de dispersion sont difficiles à maîtriser. Aucune mesure d'atténuation précise n'est proposée pour les voies naturelles de dispersion de Crupina vulgaris.

Mesures d'atténuation possibles applicables aux voies d'entrée intentionnelles

Transport de parties de plante par les touristes et les usagers des équipements récréatifs

Une voie intentionnelle potentielle pour l'introduction de Crupina vulgaris découle de l'apparence de ses akènes. Ils sont fuselés et légèrement iridescents et, avec leurs soies raides situées à l'extrémité la plus grande, ils ressemblent assez aux mouches sèches utilisées pour la pêche.

Historique des importations

Il n'est pas possible d'évaluer la quantité d'akènes qui entrent au Canada pour la pêche à la mouche, mais elle est probablement faible.

Mesures d'atténuation des risques

Sensibiliser le public à la réglementation et aux risques que présente cette plante et distribuer le matériel de sensibilisation au public traversant les postes frontaliers. Cette mesure n'est pas considérée comme efficace en soi si le risque est élevé, mais constitue une mesure viable si le degré de risque est faible.

Répercussions commerciales 

Comme la plupart des importations du genre sont non commerciales, il n'y aurait pas de conséquences pour le commerce.

Rentabilité et faisabilité

Une campagne de sensibilisation du public constitue l'option la plus réalisable, alors que l'inspection serait très dérangeante, difficile à mettre en œuvre et coûteuse.

Mesures d'atténuation possibles applicables aux voies d'entrée non intentionnelles

Foin et paille

Historique des importations

Mesures possibles d'atténuation des risques

Réglementer Crupina vulgaris en tant qu'organisme de quarantaine en vertu de la Loi sur la protection des végétaux et ajouter cette espèce à la Liste des parasites réglementés par le Canada :

Parmi les exigences supplémentaires, on peut compter :

Répercussions commerciales :

Rentabilité et faisabilité

La réglementation en vertu de la Loi sur la protection des végétaux est déjà en place pour d'autres organismes nuisibles réglementés par le Canada. La formation des inspecteurs sur l'identification encourra des coûts mineurs. Des coûts pourraient être engagés pendant la négociation des exigences avec les États-Unis ou avec les autres partenaires commerciaux touchés.

Semences

Historique des importations

Entre 2004 et 2008, des semences pour une valeur moyenne de 42 millions de dollars ont été importées au Canada des quatre États américains où Crupina vulgaris est présente.

Mesures d'atténuation des risques

Les semences de Crupina vulgaris ne sont pas susceptibles de contaminer les semences des autres cultivars étant donné qu'elles ne tolèrent pas la culture et qu'elles ne seraient pas courantes dans les champs cultivés, même si elles pourraient s'établir en bordure des champs. Toutefois, elles arrivent à maturité plus rapidement que les semences des plantes cultivées et les akènes sont faciles à retirer par tamisage en raison de leur pappe aux soies raides. On pourrait nettoyer à nouveau les semences dont on soupçonne qu'elles sont contaminées avec Crupina vulgaris pour retirer les semences de contaminants.

Crupina vulgaris figure comme mauvaise herbe nuisible interdite de classe 1 dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. Par conséquent, en raison de la réglementation et des exigences actuelles de la Loi sur les semences, les semences importées sont peu susceptibles de constituer une voie d'introduction.

Parmi les autres options, on compte la réglementation de Crupina vulgaris comme organisme de quarantaine en vertu de la Loi sur la protection des végétaux. L'ajout de cette espèce à la Liste des parasites réglementés par le Canada (ACIA 2009) aurait pour effet :

Les actions réglementaires en vertu de la Loi sur la protection des végétaux peuvent inclure un ou plusieurs des points suivants :

Répercussions commerciales

Les ONPV des pays exportateurs et les organismes de certification des semences allouent présentement des ressources pour l'inspection des lots de semences et l'émission de certificats phytosanitaires. Les laboratoires des pays étrangers devront être en mesure d'identifier les semences de Crupina vulgaris au sein d'un échantillon de semences. Les exportateurs devront attester que les lots de semences sont exempts de Crupina vulgaris, en défaut de quoi l'ACIA peut refuser leur entrée au Canada.

Grandes cultures non destinées à la multiplication

Sont inclus dans la présente section les grains céréaliers, les oléagineux, les légumineuses à graines, le fourrage et les nouvelles cultures non abordés dans la section Semences ci-dessus.

Historique des importations

Entre 2004 et 2008, des produits de grande culture non destinés à la propagation pour une valeur moyenne de 1,7 million de dollars ont été importés au Canada à partir des quatre États américains où Crupina vulgaris est présente.

Mesures d'atténuation des risques

Les semences de Crupina vulgaris ne sont pas susceptibles de constituer un contaminant étant donné qu'elles ne tolèrent pas la culture et qu'elles ne seraient pas courantes dans les champs cultivés, même si Crupina vulgaris peut s'établir en bordure des champs. Toutefois, elles arrivent à maturité plus rapidement que les semences des plantes cultivées, et les akènes sont faciles à retirer par tamisage en raison de leur pappe aux soies raides. On pourrait nettoyer à nouveau les graines dont on soupçonne qu'elles pourraient être contaminées avec Crupina vulgaris pour retirer les semences de contaminants.

Bétail

Historique des importations

Mesures possibles d'atténuation des risques

Réglementer le Crupina vulgaris en tant qu'organisme de quarantaine en vertu de la Loi sur la protection des végétaux et ajouter cette espèce à la Liste des parasites réglementés par le Canada.

Ceci devrait :

Répercussions commerciales 

Rentabilité et faisabilité

Laine et peaux brutes

Historique des importations

Mesures possibles d'atténuation des risques

Des mesures ne sont pas requises :

Véhicules et équipement agricoles usagés

Historique des importations

Mesures possibles d'atténuation des risques

Mise en application de la directive 95-26 : Exigences phytosanitaires s'appliquant à la terre et aux matières connexes, et aux articles contaminés par la terre et les matières connexes (ACIA 2010).

En 2003, l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a endossé la responsabilité d'effectuer l'inspection initiale des importations aux postes frontaliers canadiens applicables, suivant les lois et règlements administrés par l'ACIA. L'inspection des biens pouvant être contaminés par la terre est parmi les responsabilités qui ont été transférées à l'ASFC en 2003. L'Unité de programme sur les aliments, les plantes et les animaux de l'ASFC a développé la procédure opérationnelle normalisée (PON) qui concerne l' « Inspection des produits importés potentiellement contaminés par la terre ». Les agents des services frontaliers y trouvent les procédures officielles à suivre lors de l'inspection et de la disposition des biens pouvant être contaminés par la terre, incluant les véhicules et la machinerie agricole usagés.

Répercussions commerciales

Rentabilité et faisabilité

Comme les véhicules usagés et la machinerie agricole sont déjà tenus d'être exempts de terre, on se trouverait à juguler l'une des sources probables de la contamination par Crupina vulgaris, ce qui n'entraînerait pas de coûts supplémentaires. Toutefois, le fait de s'assurer que les véhicules usagés et la machinerie agricole sont exempts d'akènes de Crupina vulgaris non associés à de la terre nécessiterait des ressources et de la formation supplémentaires de même que la renégociation d'un protocole d'entente entre l'ACIA et l'ASFC.

Équipement et vêtements récréatifs usagés.

Historique des importations

Il n'est pas possible d'évaluer la quantité d'équipement récréatif usagé et de vêtements qui entre au Canada, mais elle est probablement très importante.

Mesures d'atténuation des risques

Sensibiliser le public à la réglementation et aux risques que présente cette plante et distribuer le matériel de sensibilisation au public traversant les postes frontaliers. Cette mesure n'est pas considérée comme efficace en soi si le risque est élevé, mais constitue une mesure viable si le degré de risque est faible.

Répercussions commerciales 

Comme la plupart des importations du genre sont non commerciales, il n'y aurait pas de conséquences pour le commerce.

Rentabilité et faisabilité

Une campagne de sensibilisation du public constitue l'option la plus réalisable, alors que l'inspection serait très dérangeante, difficile à mettre en œuvre et coûteuse.

Date de modification :