Questions et réponses : Des guêpes comme agents de lutte biologique pour l'agrile du frêne

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a approuvé l'introduction de deux espèces de guêpes de la Chine; il s'agit des premiers agents de lutte biologique introduits au Canada pour tenter de limiter la propagation de l'agrile du frêne (AF), un ravageur qui détruit les frênes canadiens. L'AF n'est pas indigène au Canada et compte peu d'ennemis naturels ici.

Les deux espèces de guêpes sont Tetrastichus planipennisi (T. planipennisi), un membre de la famille Eulophidae, et Spathius agrili (S. agrili), un membre de la famille Braconidae. L'introduction de ces guêpes s'inscrit dans une stratégie à long terme visant à réduire la population d'AF et à atténuer la destruction des frênes canadiens. Seule l'espèce T. planipennisi sera disséminée au Canada pour le moment. La dissémination des guêpes sera surveillée de près au moyen d'études scientifiques régulières.

À quoi ressemblent les guêpes et est-ce qu'elles piquent?

T. planipennisi et S. agrili sont de très petites espèces de guêpes, mesurant environ 4 mm. Elles ne piquent pas les humains.

Comment les guêpes ciblent-elles l'AF?

Les guêpes T. planipennisi déposent leurs œufs dans les larves d'insectes hôtes, tandis que les guêpes S. agrili déposent leurs œufs sur la surface des larves de l'hôte.

T. planipennisi cible l'AF de façon très précise, tandis que S. agrili peut parfois s'attaquer aux larves d'insectes d'espèces semblables à l'AF.

Seule l'espèce T. planipennisi sera disséminée au Canada pour le moment. Lorsque les œufs écloront, les jeunes guêpes se nourriront des larves de l'hôte, ce qui les tuera. Les guêpes n'élimineront pas complètement les populations d'AF, mais on espère qu'elles réduiront la population au point où l'AF sera gérable dans l'environnement canadien.

Comment les guêpes seront-elles introduites dans les forêts canadiennes?

Des guêpes T. planipennisi ont été libérées dans le sud-ouest de l'Ontario par le Service canadien des forêts de Ressources naturelles Canada. Elles ont été introduites le 4 juin 2013 dans des blocs de bois de frêne qui contenaient déjà des prépupes de guêpes. Les blocs ont été suspendus à partir de troncs de frênes infestés par l'AF dans des sites d'essai. Les guêpes sortiront des larves et s'envoleront à la recherche d'autres AF.

Deux autres disséminations auront lieu après la première, suivies de trois autres disséminations plus tard cet été, toutes aux mêmes endroits. Les sites d'essai sont situés dans le comté de Huron dans le sud- ouest de l'Ontario.

Bien qu'on ait approuvé la dissémination de deux espèces de guêpes, une évaluation ultérieure des données relatives à la dissémination aux États-Unis a permis de déterminer que S. agrili n'est pas efficace au nord du 40e parallèle nord. Par conséquent, cette guêpe ne serait pas efficace au Canada.

Ces guêpes s'attaqueront-elles à d'autres ravageurs?

T. planipennisi cible des espèces très précises. On s'attend à ce que cette guêpe ne s'attaque qu'aux larves de l'AF, et non aux espèces indigènes. Les risques pour les espèces indigènes ont été évalués avant la dissémination selon les résultats de l'examen des risques potentiels par l'ACIA, ainsi que les normes établies par l'Organisation nord-américaine pour la protection des plantes.

Que signifie « lutte biologique »?

La stratégie classique de lutte biologique consiste à introduire une espèce prédatrice dans une région pour gérer un ravageur grâce à l'établissement d'un rapport hôte-proie équilibré qui empêchera le ravageur de se multiplier suffisamment pour causer des dommages importants. Les agents de lutte biologique qui ont été approuvés par l'ACIA pour gérer l'AF sont T. planipennisi et S. agrili. Les deux espèces de guêpes sont originaires du nord de la Chine. On croit que l'AF a été introduit au Canada à partir de la même région en Chine. Les deux espèces de guêpes sont des prédateurs naturels de l'AF dans leur pays d'origine.

Comment les agents de lutte biologique sont-ils approuvés?

Si un résident canadien souhaite importer un agent de lutte biologique au Canada, il doit d'abord présenter une demande à l'ACIA, selon des lignes directrices précises.

La demande est examinée par un Comité d'examen de la lutte biologique. Ce comité peut comprendre des taxinomistes, des écologistes, des scientifiques et des spécialistes des gouvernements fédéral et provinciaux ainsi que des universités canadiennes.

La demande est aussi examinée par des représentants du département de l'Agriculture des État-Unis et du département de la protection des végétaux du Mexique. Le comité examine tous les commentaires avant de recommander à l'ACIA d'approuver ou de rejeter la demande.

Une fois la demande examinée, le comité présente sa recommandation à l'ACIA. Le dirigeant principal de la protection des végétaux de l'ACIA prend la décision finale.

Une lettre est envoyée au demandeur pour l'informer de la décision.

Qui a fait la demande dans ce cas?

Ressources naturelles Canada a fait la demande, que l'ACIA a approuvée.

Information supplémentaire

Date de modification :