ARCHIVÉE - Avis à l'industrie - Présence décelée du longicorne brun de l'épinette au Nouveau-Brunswick

Cette page Web a été archivée

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

17 juillet 2014 : L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a confirmé la présence d'un longicorne brun de l'épinette à Memramcook dans le comté de Westmorland (N.-B.).

Par mesure de précaution, l'ACIA interdit le déplacement de produits d'épinette (comme les billes et le bois de chauffage) depuis la propriété où le longicorne a été détecté. De plus, l'Agence collabore avec ses partenaires afin de recueillir des renseignements supplémentaires sur cette détection et de surveiller tout signe d'infestation dans la région.

Bien que le LBE soit établi au centre de la Nouvelle-Écosse, il n'y a pas de preuve que l'insecte est répandu largement à l'extérieur de cette province. Ce n'est que la deuxième fois que la présence du LBE est confirmée à l'extérieur de la Nouvelle-Écosse. En 2011, un longicorne a été découvert dans le Parc national Kouchibouguac du Nouveau-Brunswick.

Le LBE ne présente aucun risque pour la santé humaine, mais il peut endommager les épinettes ou accélérer la mort d'épinettes déjà affaiblies en raison d'autres facteurs.

Depuis sa découverte dans le parc de Point Pleasant à Halifax en 1999, le LBE a touché des milliers d'épinettes en Nouvelle-Écosse et constitue une menace économique et environnementale pour les régions urbaines et forestières de l'Amérique du Nord.

La plus importante façon de limiter la propagation de cet insecte envahissant est d'éviter de transporter des produits de l'épinette comme des billes et du bois de chauffage d'épinette. Le bois de chauffage devrait être acheté localement et brûlé sur place, et il ne devrait jamais être déplacé.

Le public et l'industrie peuvent aussi éviter la propagation du LBE en ne déplaçant pas de matériel potentiellement infesté, comme les billes d'épinette ou le bois de chauffage, des zones réglementées sans l'autorisation écrite d'un inspecteur de l'ACIA.

Pour de plus amples renseignements, consultez le site Web de l'ACIA à l'adresse www.inspection.gc.ca.

Questions des médias

Agence canadienne d'inspection des aliments
Relations avec les médias : 613-773-6600

Date de modification :