Anoplophora chinensis (Longicorne des agrumes) - Fiche de renseignements

Contexte

Le longicorne des agrumes est un coléoptère xylophage (qui se nourrit de bois) originaire d'Asie, dont les larves peuvent tuer les arbres :

  • de façon directe, en leur causant des dommages;
  • de façon indirecte, en permettant à d'autres organismes nuisibles ou maladies de les attaquer.

Le coléoptère tire son nom du fait qu'il cause des dommages aux vergers d'agrumes dans son pays d'origine, la Chine. Toutefois, il peut consommer et endommager une grande variété d'arbres feuillus, y compris de nombreuses essences importantes présentes au Canada.

Le genre Anoplophora, dont le longicorne des agrumes fait partie, se compose d'insectes nuisibles, et l'ensemble du genre figure sur la Liste des parasites réglementés par le Canada.

Le longicorne des agrumes a été intercepté une seule fois au Canada, au moment de son arrivée. Il n'a toutefois jamais été signalé au pays.

Le coléoptère a été introduit à plusieurs reprises en Europe. Il a été détecté aux États-Unis et par la suite éradiqué.

Si le longicorne des agrumes était détecté au Canada, des mesures réglementaires seraient immédiatement prises pour contenir les sources possibles de contamination. Ce coléoptère est un organisme de quarantaine réglementé au Canada, et toute infestation soupçonnée doit immédiatement être signalée à un bureau régional de l'ACIA.

Au moment de leur arrivée au Canada, tous les végétaux et produits végétaux doivent satisfaire aux procédures pour l'importation, conformément aux lignes directrices nationales établies en vertu de la Loi sur la protection des végétaux et le Règlement sur la protection des végétaux.

Comment le coléoptère se propage-t-il?

Le longicorne des agrumes se propage sur de longues distances principalement par l'entremise de plants de pépinière infestés. Ainsi, l'insecte s'est introduit en Europe par l'entremise d'érables. Il peut également être transporté dans les matériaux d'emballage en bois, le bois de chauffage, les billes ou tout autre produit du bois tiré d'arbres infestés. De plus, l'insecte est capable de parcourir jusqu'à 2 km au vol.

Biologie

Au Japon, la femelle adulte vit en moyenne 77 jours, période au cours de laquelle elle peut pondre jusqu'à 300 oeufs. Ces oeufs ont environ la forme et la taille d'un petit grain de riz. La femelle adulte gruge une encoche en forme de T dans le tronc, les branches ou les racines exposées des plantes avant d'y pondre ses oeufs. Les oeufs éclosent à l'intérieur de la plante après une ou deux semaines.

Après l'éclosion, les jeunes larves commencent à se nourrir des tissus de la plante, immédiatement sous l'écorce. En grandissant, les larves creusent des tunnels pour se nourrir et s'enfoncent plus profondément dans le bois. Elles atteignent la maturité dans les tunnels, puis sortent de l'arbre par de gros trous ronds, sous leur forme adulte. Ces trous mesurent 10 à 20 mm de diamètre et se trouvent généralement près du collet ou sur les racines exposées.

Selon le climat, le cycle de vie du longicorne des agrumes, de l'oeuf à l'adulte, s'échelonne sur environ trois ans. L'insecte peut donc demeurer caché à l'intérieur de la plante pendant des années avant d'en émerger.

Détection et identification

Le longicorne des agrumes ressemble beaucoup au longicorne étoilé, également appelé « longicorne » asiatique (A. glabripennis). Ce dernier est un gros coléoptère (environ 25 à 35 mm de long) dont le dos est noir, luisant et parsemé de 10 à 12 taches blanches.

En raison de leur taille relativement grande, les larves matures et les nymphes se rencontrent le plus souvent à l'intérieur de tiges ou de collets qui font plusieurs centimètres de diamètre. Toutefois, en Europe, des oeufs et de jeunes larves ont été détectés dans des branches de seulement 10 mm (0,4 po) de diamètre.

Hôtes

Les hôtes du longicorne des agrumes se répartissent entre plus de 85 genres et au-delà de 40 familles. Plusieurs espèces fruitières, forestières et ornementales d'importance économique au Canada comptent parmi ces hôtes.

Voici quelques-unes des plantes hôtes qui sont communes au Canada :

  • Aulnes (Alnus spp.)
  • Pommiers (Malus spp.)
  • Frênes (Fraxinus spp.)
  • Bouleaux (Betula spp.)
  • Aubépines (Crataegus spp.)
  • Marronniers (Aesculus spp.)
  • Peupliers (Populus spp.)
  • Hêtres (Fagus spp.)
  • Érables (Acer spp.)
  • Pins (Pinus spp.)
  • Rosiers (Rosa spp.)

Signes et symptômes

La présence des signes suivants chez un plant de pépinière peut être indicatrice d'une infestation par le longicorne des agrumes :

  • trous près du collet ou sur les racines exposées;
  • excréments ressemblant à de la sciure de bois à la surface du sol;
  • encoches en forme de T dans l'écorce du bas du tronc ou des racines exposées;
  • feuilles mâchées et écorce arrachée.

Les plantes infestées par le longicorne des agrumes peuvent demeurer exemptes de signes externes tant que l'insecte n'est pas arrivé au dernier stade de son cycle de vie.

Le longicorne des agrumes sur une feuille.
Figure 1 : Anoplophora chinensis adulte (ACIA)
Larve du longicorne des agrumes dans un collet.
Figure 2 : Larve dans le collet d'une plante (Photo : A. Vukadin, Croatie).
Dommages causés par le longicorne des agrumes à une plante en pot.
Figure 3 : Plante en pot endommagée (Photo : A. Vukadin, Croatie).
Dommages causés par le longicorne des agrumes à un érable en pot.
Figure 4 : Érable en pot endommagé (Photo : A. Vukadin, Croatie).
Feuilles mortes ou en train de mourir en raison des dommages causés par le longicorne des agrumes.
Figure 5 : Érables du Japon avec parties mortes, en train de mourir ou flétries, avec déjections sur le sol (Photo : A. Vukadin, Croatie).
Trou d'émergence du longicorne des agrumes au-dessus du collet.
Figure 6 : Trou d'émergence au-dessus du collet (Photo : Plant Protection Service, Pays-Bas).
Date de modification :