Fiche de renseignements sur le virus de la sharka du prunier

Le virus de la sharka du prunier (PPV) est l'agent de la sharka, grave maladie touchant certains végétaux. Il infecte les espèces du genre Prunus produisant des fruits à noyau, notamment le pêcher, le nectarinier, le prunier, l'abricotier, le cerisier, l'amandier et certaines espèces ornementales. Généralement, le PPV ne cause pas la mort de son arbre hôte, mais il peut entraîner une diminution considérable du rendement et nuire à la qualité des fruits. Le virus est transmis depuis les arbres infectés par les pucerons ainsi que par greffage et écussonnage. Il n'est pas dangereux pour la santé des humains et des animauxNote de bas de page 1.

Carte de crédit de phytoravageur- Virus de la sharka du prunier PDF (1.2 mo)

Répartition de la maladie

Détecté pour la première fois en Bulgarie, le virus de la sharka est maintenant présent dans la plupart des pays d'Europe, dans certaines régions de l'Asie et du nord de l'Afrique, ainsi qu'en Amérique du Sud (Chili). En Amérique du Nord, la souche D (Dideron) du PPV a été détectée pour la première fois aux États-Unis en 1999, en Pennsylvanie, et au Canada en 2000, en Ontario et en Nouvelle-Écosse.

Plantes hôtes

Le PPV compte plusieurs souches qui infectent diverses espèces du genre Prunus, dont le pêcher, le prunier, l'abricotier, le nectarinier, le cerisier et l'amandier. Il peut également infecter certaines espèces ornementales, dont le prunier pourpre des sables et l'amandier de Chine. Le PPV peut infecter les cerisiers, mais la souche du virus signalée en Amérique du Nord n'infecte pas ceux-ci. En outre, il peut infecter certaines espèces sauvages du genre Prunus, dont le prunellier (Prunus spinosa), hôte naturel du virus dans certains paysNote de bas de page 1.

Symptômes

Le PPV peut causer l'apparition de taches chlorotiques en forme d'anneaux sur les feuilles et les fruits, la production de fruits difformes, la diminution du rendement fruitier ainsi que la chute prématurée des fruits. La détection des symptômes est la plus facile au printemps.

Il n'est pas toujours possible de détecter la maladie en se fiant seulement à la présence de symptômes visibles. En effet, les symptômes visibles de la maladie n'apparaissent parfois que plusieurs mois, voire des années, après que l'arbre a été infecté. Cependant, on peut aussi détecter le PPV en procédant à l'analyse en laboratoire d'échantillons de tissus ou en greffant du matériel d'essai à des plantes hôtes très vulnérables pour ensuite surveiller l'apparition de symptômes.

Biologie

Le PPV est principalement propagé par les pucerons qui se nourrissent et par la multiplication de plantes infectées. La multiplication se fait par greffage ou par écussonnage. Le PPV n'est pas transmis par l'entremise d'outils mécaniques comme ceux utilisés pour l'émondage.

Les pucerons recueillent le virus lorsqu'ils se nourrissent, puis le transmettent aux végétaux sains. Après avoir recueilli le virus, les pucerons peuvent le transmettre seulement pendant un court laps de temps.

Le virus peut survivre dans les racines des arbres infectés et se propager par fusion spontanée de racines. Les drageons produits par les racines des arbres infectés qui ont été coupés peuvent être porteurs du virus et doivent également être éliminés.

Lutte

Il n'existe aucun traitement contre le PPV; le seul moyen de détruire le virus et d'éviter sa propagation consiste à éliminer les arbres infectés, y compris leurs racines.

Il est essentiel de toujours utiliser du matériel de multiplication exempt du virus afin d'empêcher l'introduction de celui-ci dans de nouvelles régions.

Fruit présentant des taches chlorotiques en forme d'anneaux
A. Fruit présentant des taches chlorotiques en forme d'anneaux. Photo gracieusement fournie par Michael Celetti, du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario. © Imprimeur de la Reine pour l'Ontario, 2015. Photo reproduite avec autorisation.
Feuilles de pêcher présentant des lignes jaunes et un changement de couleur des nervures
B. Feuilles de pêcher présentant des lignes jaunes et un changement de couleur des nervures. Photo gracieusement fournie par Michael Celetti, du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario. © Imprimeur de la Reine pour l'Ontario, 2015. Photo reproduite avec autorisation.
Feuilles de pêcher présentant des taches chlorotiques en forme d'anneaux
C. Feuilles de pêcher présentant des taches chlorotiques en forme d'anneaux. Photo gracieusement fournie par Michael Celetti, du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario. © Imprimeur de la Reine pour l'Ontario, 2015. Photo reproduite avec autorisation.
Date de modification :