Guide du producteur à la norme nationale de biosécurité à la ferme pour les producteurs de pommes de terre - Guide pour l'élaboration de votre plan de biosécurité à la ferme
3. Comprendre les concepts : gestion de la protection des végétaux

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

La gestion de la protection des végétaux comprend toutes les activités à la ferme qui visent la prévention, la surveillance et la gestion des ravageurs et des maladies. En prenant connaissance de la présente section, vous constaterez peut-être qu'il existe des possibilités d'augmentation du degré actuel de protection des végétaux qui sont faciles à intégrer dans votre plan de biosécurité à la ferme.

Résultat visé :

Un plan de gestion de protection des végétaux est établi et mis en œuvre.

3.1 Pratiques de gestion préventive

Résultat visé :

L'approvisionnement en pommes de terre de semence et autres intrants de culture (engrais, fumier, etc.) est géré de façon à réduire au minimum l'introduction et la propagation des ravageurs et des maladies.

Maintenir un degré élevé de protection des végétaux à la ferme est plus facile à atteindre grâce à une approche préventive en matière de gestion des maladies et des ravageurs et est la base fondamentale de la biosécurité à la ferme.

Considérations des pratiques de gestion préventive

  • Adopter de bonnes mesures d'assainissement, comme la désinfection et le nettoyage réguliers de l'équipement agricole. Nettoyer et désinfecter l'équipement de manutention et de transformation des pommes de terre de semence (p. ex. trancheuses, convoyeurs, arracheuses et planteurs de pommes de terre de semence) avant de traiter un autre lot de semences.
  • Planter des semences certifiées ou de haute classe qui ont subi une analyse postrécolte et qui proviennent d'une source connue et fiable.Note de bas de page 2
  • Créer des liens avec vos fournisseurs de semences pour connaître leurs activités (p. ex. leurs pratiques de production et de gestion agricole). Demander à vos fournisseurs de semences quelles mesures de biosécurité ont été mises en œuvre dans leur ferme.
  • Effectuer régulièrement une rotation des pommes de terre avec des cultures qui n'abritent pas les mêmes ravageurs et maladies. Des rotations de longue durée contribuent à réduire la pression et le risque associés aux ravageurs et maladies.
  • Veiller à ce que les semences utilisées pour la production de cultures en rotation soient certifiées ou nettoyées et qu'elles soient libres de mauvaises herbes et de résidus de terre.
  • Utiliser si possible des variétés résistantes aux ravageurs et aux maladies.
  • Appliquer des fongicides de façon préventive et selon le risque de maladies. Appliquer le cas échéant des insecticides selon le risque phytosanitaire établi par dépistage sur le terrain et selon les seuils économiques d'intervention.
  • Établir des stratégies en matière de lutte contre les mauvaises herbes et les plants spontanés. Utiliser un couvert végétal pour lutter contre les mauvaises herbes et réduire l'érosion des sols.
  • Mettre en œuvre une stratégie de gestion en matière de résistance aux pesticides, notamment la rotation et/ou le mélange en cuve de pesticides appartenant à des groupes de produits chimiques aux modes d'action différents.
  • S'assurer que le personnel est formé et qu'il connaît les ravageurs et les maladies de la pomme de terre ainsi que les pratiques de production. La formation comprend la connaissance des lois et règlements fédéraux, provinciaux et municipaux qui concernent la production de pommes de terre.
  • Consulter au besoin un agronome ou un autre professionnel.
  • Instaurer des programmes de gestion du compost et du fumier à la ferme et se conformer aux règlements et aux directives en place. Approvisionner et gérer le fumier, le compost ou d'autres amendements du sol afin de réduire au minimum l'introduction et la propagation des ravageurs de cultures.

3.2 Surveillance

Résultat visé :

Un programme de surveillance est élaboré et mis en œuvre pour la détection précoce, l`identification et le contrôle des ravageurs et des maladies.

Le programme de surveillance doit désigner le personnel formé qui effectuera le dépistage sur le terrain et la surveillance à intervalles réguliers des ravageurs et des maladies. La détection précoce assure la meilleure possibilité pour gérer, contenir et réduire avec succès les dommages susceptibles d'être causés par les ravageurs et les maladies.

Considérations sur la surveillance

  • Désigner le personnel à la ferme pour mener le programme de surveillance qui aura reçu au préalable une formation le cas échéant sur les méthodes de dépistage, l'identification des ravageurs et des maladies, et l'application de seuils économiques d'intervention.
  • Commencer le dépistage au début de la saison et le continuer régulièrement. Il faudra peut-être ajuster la fréquence du dépistage, selon les pressions associées aux ravageurs et aux maladies.
  • Tenir des rapports de surveillance précis dans lesquels sont consignées les populations de ravageurs et les maladies présentes (et leur absence), ainsi que d'autres indicateurs phytosanitaires comme la fertilité et l'humidité.
  • Tenir compte des plus récentes informations des alertes concernant les ravageurs et les maladies dans la région, et modifier le programme de surveillance en conséquence.
  • Communiquer la détection de tout ravageur ou maladie inhabituels et non identifiés à un conseiller agricole, à un agronome ou à un laboratoire de diagnostic à des fins d'identification.

3.3 Plan d’intervention

Résultat visé :

Un plan d'intervention est élaboré et prêt à être mis en œuvre pour lutter efficacement contre l'infestation de ravageurs et de maladies.

La détection de l'infestation de ravageurs ou de maladies lors d'activités de surveillance régulières permet de mettre en œuvre rapidement le plan d'intervention et de réduire au minimum les répercussions à la ferme et dans les fermes avoisinantes. Le plan d'intervention doit définir les responsabilités du personnel à la ferme et établir les procédures pour restreindre et gérer l'infestation et lutter contre les ravageurs ou les maladies.

Considérations sur le plan d'intervention

  • Désigner le personnel à la ferme pour examiner les rapports de surveillance, le responsable pouvant mettre en œuvre le plan selon les informations fournies.
  • Veiller à ce que des mesures de gestion et de lutte efficaces, le cas échéant, soient rapidement accessibles pour une utilisation immédiate lorsqu'une infestation de ravageurs ou de maladies est détectée.
  • Mettre en œuvre immédiatement des mesures de confinement pour prévenir la propagation à la ferme et dans les fermes avoisinantes. Le confinement peut nécessiter l'isolement immédiat des champs infestés quant au déplacement d'équipement et de personnes pour prévenir la propagation du ravageur ou de la maladie.
  • Désigner toute zone infestée comme zone à accès restreint, et mettre en œuvre des mesures strictes de confinement.
  • S'assurer que les coordonnées des personnes-ressources à l'ACIA et/ou des représentants du ministère de l'Agriculture de la province soient rapidement accessibles lorsqu'un ravageur justificiable de quarantaine ou une maladie est identifié ou soupçonné. La loi fédérale (et parfois les lois provinciales) exige le signalement de ravageurs justificiables de quarantaine, de ravageurs réglementés non justificiables de quarantaine et de maladies.
Date de modification :