PI-005 : Chapitre 7 – Inspection à la récolte ou des cellules d'entreposage

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Table des matières

7.0 Inspection à la récolte ou des cellules d'entreposage

7.1 Objectif

Les inspections au champ et en entrepôt visent essentiellement l'évaluation de la qualité générale des pommes de terre de semence. Les inspections servent à maintenir l'identité des lots et à déterminer l'ampleur de problèmes éventuels qui peuvent se manifester au moment de l'expédition ou au champ.

Les inspections de la récolte ou des cellules d'entreposage peuvent avoir pour objet d'évaluer la production totale de pommes de terre de semence aux fins des rapports statistiques, de conseiller les producteurs sur les bonnes méthodes de manutention des tubercules et d'évaluer d'éventuels problèmes d'entreposage causés par des agents pathogènes (comme Phytophthora infestans, responsable du mildiou, et Pythium spp., responsable de la pourriture aqueuse), ou des causes abiotiques (comme le gel ou le froid). L'inspecteur doit prêter une attention particulière aux lots ou aux champs qui ont été soumis à des conditions extrêmes, soit durant la saison de croissance, soit en cours d'entreposage.

Le présent chapitre indique ce que l'inspecteur doit vérifier dans le produit durant la récolte et l'entreposage, ainsi que l'information sur les différents types de tests post-récolte et les protocoles d'échantillonnage qui s'y appliquent.

7.2 Définitions

Anneau vasculaire :
Tissu constitué de faisceaux vasculaires disposés en cercle dans la tige ou le tubercule vus en coupe transversale ;
Champ :
Étendue de sol définie où des pommes de terre de semence d'une variété et d'une classe données sont plantées ou ont été produites ;
Classe :
Classe de pommes de terre de semence visée à l'article 47 de la partie II du Règlement sur les semences ;
Culture :
Pommes de terre de semence Choix du sélectionneur ou d'une variété et d'une classe données cultivées dans un milieu aseptique ou un milieu protégé ou dans un ou plusieurs champs d'une unité de production ;
Échantillon :
Quantité prélevée de manière aléatoire et non biaisée sur un chargement, qu'il soit constitué d'emballages (p. ex., sacs, poches, caisses, boîtes, barils) ou de contenants en vrac ;
Échantillon composite :
Nombre de segments de tiges ou de carottes de tubercules qui peuvent être regroupés en une seule unité aux fins d'analyse selon le protocole de laboratoire ;
Échantillon d'un champ :
Nombre de plants ou de tubercules qui sont choisis au hasard dans un champ ou un lot identifié au moyen d'un numéro de certificat et dont on prélève des tissus aux fins d'essais ;
Essais en laboratoire :
Essais effectués dans un laboratoire accrédité aux termes du Programme d'accréditation des laboratoires de l'ACIA ou d'un programme équivalent ;
Flétrissement bactérien :
Maladie causée par la bactérie Clavibacter michiganensis subsp. sepedonicus ;
Lot :
Quantité récoltée de pommes de terre de semence d'une variété et d'une classe données, y compris les pommes de terre de semence Choix du sélectionneur, qui peut être identifiée par un numéro de certificat ;
NACSPHC – North American Certified Seed Potato Health Certificate :
Document requis par d'autres organismes de certification pour attester qu'un lot de pommes de terre de semence est certifié et sain ;
Nécrose réticulée :
Destruction des tissus du phloème des tubercules, qui cause une altération de la couleur ayant l'aspect d'un réseau de lignes ;
PLRV :
Virus de l'enroulement de la pomme de terre ;
Pomme de terre de rebut:
Toute pomme de terre éliminée ou rejetée parce que considérée comme étant sans valeur en raison du calibre, de la forme, de blessures, de maladies, etc. ;
Pomme de terre de semence :
Tout tubercule ou fragment de tubercule qui est certifié conformément à la partie II du Règlement sur les semences à des fins de reproduction ;
Producteur :
Personne physique ou morale, coopérative ou société de personnes qui cultive des pommes de terre de semence ;
Protocoles officiels :
Protocoles que doivent suivre les laboratoires accrédités par l'ACIA pour mener des essais de diagnostic particuliers ;
PSTVd :
Viroïde de la filosité des tubercules de la pomme de terre ;
PVX :
Virus X de la pomme de terre ;
PVY :
Virus Y de la pomme de terre ;
SIESAL :
Système informatisé pour l'enregistrement et le suivi des échantillons de laboratoire ;
Stolon :
Chez la pomme de terre, tige souterraine dont l'extrémité peut former un tubercule ;
Tache brune interne :
Trouble physiologique qui peut être associé à une carence en minéraux ;
Taille de l'échantillon :
1 % des pommes de terre expédiées ;
Test post-récolte :
Évaluation visuelle ou diagnostique d'un échantillon prélevé sur un lot durant la campagne agricole en cours une fois la culture récoltée et stockée et qui permet de déterminer le pourcentage de maladie associé au lot ;
TRV :
Virus du bruissement du tabac, agent de la nécrose annulaire de la pomme de terre ;
Tubercule individualisé :
Fragments d'un même tubercule plantés dans deux ou plusieurs buttes consécutives d'un rang ;
Unité de production :
Parcelle de terre unique ou nombre déterminé de parcelles de terre distinctes exploitées comme une entité unique selon un même mode de faire-valoir ou des modes de faire-valoir différents et sur lesquelles sont utilisés de l'équipement, des installations et des entrepôts communs pour la production et la commercialisation de pommes de terre de semence sous l'autorité d'un même producteur.

7.3 Inspection à la récolte

L'inspection à la récolte est effectuée au champ. Elle a lieu au moment où les tubercules de semence sont déterrés et mis en entrepôt. L'inspecteur peut varier le type d'inspection et observer tout aspect de la récolte, depuis l'arrachage des pommes de terre jusqu'au remplissage des cellules d'entreposage. Il est recommandé d'effectuer à tout le moins une inspection à la récolte portant sur au moins un lot de semence par unité de production, mais idéalement sur plusieurs lots. Dans certains cas, la présence de maladies et de problèmes physiologiques peut nécessiter des inspections supplémentaires.

Tâches de l'inspecteur pendant l'inspection à la récolte :

  • Déterminer l'état général de la culture au moment de la récolte par une observation directe au champ, sur l'arracheuse ou au moment du déchargement des boîtes de vrac en entrepôt. Ce travail a pour but d'évaluer d'éventuels problèmes pouvant nuire à la qualité de la récolte.
  • Observer et évaluer les activités de récolte du producteur.
  • Évaluer un grand nombre de tubercules au moment du passage du produit sur le matériel de récolte, augmentant ainsi les probabilités d'identifier d'éventuels tubercules atteints par des maladies comme le flétrissement bactérien, la gale commune et la rhizoctonie. Consigner les observations dans un rapport écrit pour chacun des lots examinés.
  • Superviser le prélèvement des échantillons destinés au dépistage du flétrissement bactérien, ou à tout autre test post-récolte pour répondre aux exigences de certains marchés précis. Bien qu'il ne soit pas tenu de le faire, l'inspecteur est néanmoins invité à enseigner aux producteurs les bonnes techniques d'échantillonnage à utiliser, de manière à ce que les échantillons aléatoires prélevés de chaque lot transféré en entrepôt soient convenables. Cette procédure n'est pas exigée pour tous les échantillons soumis, mais elle permet au producteur de semence d'avoir la certitude qu'il s'y prend de la bonne façon.

7.3.1 Matériel nécessaire à l'inspection à la récolte ou des cellules d'entreposage

Pour mener à bien l'inspection à la récolte ou des cellules d'entreposage, l'inspecteur doit disposer du matériel suivant :

  • Le formulaire Demande d'inspection sur pied pour pommes de terre de semence – Déclaration du producteur (CFIA/ACIA 1317) - PDF (135 ko) ;
  • Le formulaire Inspection des tubercules de pommes de terre de semence (CFIA/ACIA 3076) - PDF (74 ko) ;
  • Des étiquettes Étiquette d'identification de lots de pommes de terre de semence (CFIA/ACIA 0092) ;
  • Méthodes d'inspection à la récolte et des cellules d'entreposage ;
  • Partie II du Règlement sur les semences ;
  • Carte d'identification de l'inspecteur ;
  • Anneau-calibreur métrique ;
  • Thermomètre ;
  • Stylo ou crayon ;
  • Désinfectant approuvé (mélangé selon les doses indiquées sur l'étiquette), vaporisateur et brosse ;
  • Sacs pour échantillons ;
  • Couteau ;
  • Calculatrice ;
  • Loupe ;
  • Chaussures appropriées, écran solaire, vêtements de protection (imperméable, chapeau de pluie, masque anti­-poussières, gants jetables, par exemple) ;
  • Lampe de poche.

7.3.2 Méthode d'inspection à la récolte

Voici la méthode que doit suivre l'inspecteur au moment de l'inspection à la récolte :

  • Désinfecter à fond le matériel servant à l'inspection (couteau, bottes, par exemple), afin d'éliminer les risques de transmission de maladies virales ou bactériennes à l'unité de production.
  • Inspecter les tubercules au champ, sur l'arracheuse et/ou au moment du déchargement et du remplissage des cellules d'entreposage.
  • Observer le fonctionnement de la machinerie. Vérifier la vitesse de passage des tubercules sur les convoyeurs et la hauteur de chute des tubercules pendant les activités de récolte. Recommander des changements ou des améliorations à apporter relativement au passage des tubercules sur les convoyeurs de manière à réduire les dommages.
  • Observer l'état général des tubercules en notant :
    • L'état de maturité du tubercule - desquamation de la peau ;
    • Les dommages sur les tubercules - insolations, dommages dus au froid, meurtrissures ;
    • La forme des tubercules- tubercules difformes ;
    • Le calibre des tubercules - s'ils sont trop gros ou trop petits.
  • Observer les symptômes de maladies se manifestant à l'extérieur du tubercule (gale, rhizoctonie, mildiou, pourriture causée par Pythium, rosissement des yeux et gale argentée).
  • Sectionner des tubercules afin de déceler d'éventuels problèmes physiologiques ou des maladies affectant la chair. Sectionner aussi souvent que nécessaire des tubercules suspects. Sectionner au hasard des tubercules n'affichant aucun symptôme afin de vérifier les niveaux d'infection. Lorsqu'un lot ne présente aucun défaut interne ni aucune maladie, limiter le sectionnement aux échantillons prélevés au hasard. Il appartient à l'inspecteur de juger de l'ampleur de l'échantillonnage nécessaire pour lui donner confiance dans les résultats.
    Les défauts internes comprennent :
    • Altération de la couleur et dégradation des tissus vasculaires et suintement bactérien (exsudat) causé par le flétrissement bactérien ;
    • Nécrose réticulée ;
    • Altération de la couleur du talon causée par le défanage, le gel, la chaleur, la sécheresse et la verticilliose.
      S'il décèle l'un ou l'autre des défauts mentionnés ci­-dessus, l'inspecteur doit en aviser le producteur. Pour plus d'information sur les défauts internes, consulter les sources de référence indiquées au chapitre 4.
      Recueillir les tubercules soupçonnés d'être infectés par le flétrissement bactérien et faire confirmer le diagnostic en les expédiant au Centre d'expertise des maladies de la pomme de terre, à Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard). Remplir le formulaire (Rapport de spécimens - flétrissement bactérien CFIA/ACIA 1319) et informer le producteur du prélèvement des échantillons. Pour obtenir la confirmation de diagnostics posés relativement à d'autres tubercules suspects, communiquer avec le Centre d'expertise des maladies de la pomme de terre, à Charlottetown (Î.-P.-É.) pour connaître les modalités de soumission des échantillons.
  • Évaluer grossièrement la proportion de pommes de terre de rebut parmi les lots destinés à être vendus. Il n'est pas nécessaire de calculer cette proportion pour les lots de semences qui seront mis en culture à nouveau sur la ferme. Prélever occasionnellement des échantillons du convoyeur et compter les tubercules. Des échantillons de 100 tubercules permettent de calculer assez facilement la quantité de pommes de terre de rebut et avec un degré de précision satisfaisant.
  • S'assurer que la séparation des classes et des variétés de pommes de terre en entrepôt assure bien le maintien de l'identité des lots de semence.
  • Consigner les évaluations relatives à la récolte sur le rapport (Inspection des tubercules de pommes de terre de semence CFIA/ACIA 3076) - PDF (74 ko).

7.4 Inspection des cellules d'entreposage

L'inspection des cellules d'entreposage se déroule à l'intérieur de l'entrepôt. L'inspecteur doit observer l'aménagement de l'entrepôt et les conditions qui y règnent (températures maximale et minimale et humidité, par exemple). Ces observations donnent l'occasion à l'inspecteur de découvrir des problèmes éventuels avant qu'ils ne deviennent une menace pour le lot. L'inspection des cellules d'entreposage fournit à l'inspecteur et au producteur de l'information leur permettant d'identifier les lots qui peuvent nécessiter un suivi en entrepôt.

Le producteur doit entreposer chaque lot de façon à empêcher le mélange des variétés ainsi que le mélange avec des pommes de terre non certifiées. Lorsque des lots de classes différentes mais de la même variété sont entreposés dans une même cellule sans aucune cloison pour en empêcher le mélange, il faut attribuer aux pommes de terre de semence le numéro de certificat du lot de la classe la plus basse. Lorsque deux ou plusieurs lots de la même classe et de la même variété sont entreposés dans une même cellule sans aucune cloison pour en empêcher le mélange, il faut attribuer aux pommes de terre de semence le numéro de certificat du lot ayant le pourcentage de maladie le plus élevé. Avant que le Certificat de récolte sur pied (CFIA/ACIA 1318) ne soit délivré, l'inspecteur et le producteur doivent aborder la question de la combinaison des champs et des numéros de certificat. Si les champs ont été combinés après la délivrance du certificat, le Certificat de récolte sur pied (CFIA/ACIA 1318) doit être modifié et remplacé par un nouveau certificat. Le producteur doit identifier chaque lot entreposé par le nom de la classe applicable visée à l'article 47 ou 61.1 de la partie II du Règlement sur les semences.

Tâches de l'inspecteur au cours de l'inspection des cellules d'entreposage :

  • Évaluer les conditions d'entreposage des tubercules de semence ;
  • Vérifier l'identification des lots, confirmer leur emplacement et la séparation des différentes classes et variétés à l'intérieur de l'entrepôt ; et
  • Voir avec le producteur les possibilités d'optimiser les conditions d'entreposage des pommes de terre, afin d'accroître la facilité de mise en marché des pommes de terre et de minimiser la détérioration de la récolte.

Le matériel de base nécessaire est le même que pour l'inspection à la récolte (voir la section 7.3.1 de ce chapitre).

7.4.1 Méthode d'inspection des cellules d'entreposage

Voici la méthode que doit suivre l'inspecteur au moment de l'inspection des cellules d'entreposage :

  • Désinfecter à fond le matériel servant à l'inspection (couteau, bottes, par exemple)
  • Observer les conditions générales qui règnent dans l'entrepôt :
    • Température ;
    • Circulation d'air ;
    • Humidité ;
    • Présence d'humidité ou de givre sur les murs ou le plafond ;
    • État sanitaire général.
      Pour recueillir ces observations, l'inspecteur doit s'avancer jusque devant le tas et prendre la température de la chair des tubercules en plusieurs points. Il doit, si possible, se rendre jusqu'au haut du tas et comparer les températures au haut du tas et sur le devant du tas. Des différences marquées sont le signe d'une mauvaise circulation d'air ou de problèmes de maladies dans l'entrepôt.
  • Repérer les différentes classes et variétés de pommes de terre entreposées afin de déterminer si les lots sont bien séparés. Une séparation convenable peut être définie comme une barrière physique qui empêche deux lots de se mélanger. Une marque sur la paroi de la cellule d'entreposage n'est pas considérée comme répondant à la définition de barrière physique. Un filet, des cellules d'entreposage en vrac empilées et/ou des cloisons sont considérés comme acceptables.
  • S'assurer que les cellules d'entreposage sont identifiées correctement à l'aide d'une étiquette (Étiquette d'identification de lots de pommes de terre de semence CFIA/ACIA 0092) ou d'une autre étiquette et que cette étiquette est attachée à la bonne cellule d'entreposage ou à la bonne caisse-palette. L'inspecteur doit avoir un plan de l'entrepôt qui indique l'emplacement de tous les lots de pommes de terre de semence qui y sont entreposés.
  • Observer l'aspect des pommes de terre sur le devant de la cellule d'entreposage et chercher des indices de maladies actives, notamment :
    • Dépression dans le tas ;
    • Liquide s'écoulant du tas ;
    • Odeurs fortes se dégageant du tas ; et
    • Croissance excessive de mycélium à la surface du tas.
  • Évaluer la qualité des tubercules afin d'être en mesure de calculer la proportion relative de pommes de terre de rebut à laquelle on peut s'attendre pour chaque lot.
  • Sectionner un certain nombre de tubercules au hasard afin de déceler d'éventuels symptômes du flétrissement bactérien, d'une infection par le virus de l'enroulement de la pomme de terre et d'autres maladies.
  • Calculer la production totale du producteur à partir du volume de pommes de terre de semence en entrepôt et consulter les rapports sur les cultures afin d'établir un parallèle entre la production et la dimension des champs. Les rendements doivent être raisonnables compte tenu de la productivité de la variété en cause sous les conditions de croissance auxquelles elle a été soumise.
  • Discuter avec le producteur des problèmes d'entreposage et de classement révélés par l'inspection et des dispositions réglementaires touchant le classement des pommes de terre de semence, etc.
  • Remplir le formulaire (Inspection des tubercules de pommes de terre de semence CFIA/ACIA 3076) - PDF (74 ko).

7.5 Échantillonnage

Au moment de la récolte et de l'entreposage des pommes de terre, il est extrêmement important de constituer des échantillons représentatifs qui permettent de juger de l'intégrité globale du lot dans le cadre du programme de certification. Compte tenu du transfert des responsabilités d'analyse à des laboratoires privés accrédités par l'ACIA et compte tenu du rôle accru du producteur dans l'échantillonnage, la rigueur avec laquelle on échantillonne revêt une importance capitale. Un échantillon peut être défini comme une quantité prélevée de manière aléatoire et non biaisée sur un chargement ou un lot, qu'il soit constitué d'emballages  (p. ex., sacs, poches, caisses, boîtes, barils) ou de contenants en vrac.

Le producteur doit prélever les échantillons conformément aux instructions de l'inspecteur de l'ACIA. Les plants ou les tubercules à échantillonner doivent être choisis au hasard afin de fournir un échantillon représentatif et non biaisé de tout le champ ou de tout le lot. Le meilleur moment pour prélever les tubercules, c'est une fois qu'ils ont été récoltés ou entreposés et qu'ils sont tous également accessibles. Le meilleur moyen d'obtenir un échantillon représentatif est de prélever des tubercules de chacune des charges de camion au fur et à mesure qu'elles sont déchargées dans l'entrepôt. L'incidence des virus peut être plus ou moins grande dans différentes parties du champ, mais l'échantillonnage de chaque charge permettra de constituer un échantillon au hasard.

Si un échantillon n'est pas prélevé de chaque charge de camion au fur et à mesure que les camions pénètrent dans l'entrepôt, il est important de rappeler aux producteurs qu'ils ne doivent pas prélever les échantillons sur le devant du tas. Ils doivent constituer l'échantillon à partir de spécimens prélevés en différents points allant jusqu'au sommet du tas et de l'avant à l'arrière de la cellule.

Veiller à ce que l'échantillon soit entreposé dans un endroit frais (c.-à-d. 6-10°C) jusqu'à ce qu'il soit expédié. Le refroidissement de l'échantillon contribue à mettre un terme à la période de dormance afin de faciliter la germination et la levée des semences soumises aux essais.

Les sections qui suivent renferment des directives relatives aux épreuves que doivent subir les pommes de terre de semence cultivées en plein champ, notamment en ce qui a trait au moment où les échantillons doivent êtres prélevés et aux exigences de calibre. Différentes méthodes, y compris des protocoles d'échantillonnage particuliers, y sont décrits.

7.5.1 Prélèvement et soumission des échantillons par l'inspecteur

L'inspecteur peut prélever des échantillons de tubercules malades lors de l'inspection à la récolte ou des cellules d'entreposage afin de les soumettre au laboratoire pour une confirmation de son diagnostic. Il doit expédier les échantillons qu'il soupçonne d'être infectés par le flétrissement bactérien, des virus et le PSTVd au Centre d'expertise des maladies de la pomme de terre, à Charlottetown (Î.-P.-É.). Pour obtenir des confirmations de diagnostic touchant d'autres maladies, il doit communiquer avec le Centre d'expertise des maladies de la pomme de terre, à Charlottetown (Î.-P.-É.) qui lui indiquera la marche à suivre. L'inspecteur peut aussi prélever des échantillons pour vérifier s'ils respectent les critères de différents marchés d'exportation de même que pour évaluer l'incidence des virus dans le produit récolté. Tous les échantillons doivent maintenir leur intégrité jusqu'à la fin des essais et être convenablement identifiés par le nom du producteur, le numéro du certificat, la classe, la variété, la date de prélèvement et la signature de la personne ayant prélevé l'échantillon. Les échantillons qui ne sont pas destinés au dépistage du flétrissement bactérien peuvent être soumis accompagnés du formulaire Soumission pour les végétaux (CFIA/ACIA 5161 Î.-P.-É.) du SIESAL. Les échantillons destinés au dépistage du flétrissement bactérien peuvent être soumis accompagnés du formulaire (CFIA/ACIA 1319).

7.5.1.1 Procédure pour la soumission des échantillons soupçonnés d'être infectés par le flétrissement bactérien ou par des virus

Voici la méthode à suivre pour soumettre des échantillons prélevés lors de l'inspection d'une récolte ou de cellules d'entreposage dans le but de faire confirmer des infections bactériennes ou virales (un tubercule soumis pour la confirmation du flétrissement bactérien, par exemple) :

  • L'inspecteur prélève lui-même l'échantillon au champ ou dans la cellule d'entreposage et veille à assécher le plus possible le ou les tubercules avant de les emballer.
  • L'inspecteur insère l'échantillon dans un sac (pas de sac de plastique) et inscrit le nom du producteur, le numéro du certificat, la date, la variété et la classe sur le sac et sur une étiquette qu'il glisse dans le sac avec l'échantillon.
  • L'inspecteur signe le sac et avise le producteur qu'il soumet un échantillon afin d'obtenir une confirmation de diagnostic du laboratoire.
  • L'inspecteur remplit le formulaire (Rapport de spécimens - flétrissement bactérien CFIA/ACIA 1319) qu'il joint à l'échantillon. Les échantillons qui ne sont pas destinés au dépistage du flétrissement bactérien peuvent être soumis accompagnés du formulaire (Soumission pour les végétaux CFIA/ACIA 5161 Î.-P.-É.) du SIESAL.
  • Le personnel du laboratoire réalise les épreuves et communique les résultats à l'agent de programmes, à l'inspecteur et au superviseur.

L’inspecteur doit prendre toutes les précautions voulues pour éviter que les échantillons ne gèlent. Les laboratoires refusent les échantillons qui présentent des signes de gel. Les emballages doivent être convenablement scellés de manière à ce que personne ne puisse les ouvrir ou en altérer le contenu en cours de transport sans que le personnel du laboratoire s’en aperçoive au moment de la réception.

7.5.2 Flétrissement bactérien

Tous les lots certifiés de pommes de terre de semences (à l'exception de ceux de classe Pré-Élite, Élite I et Certifiée qui sont vendus ou expédiés d'une unité de production) doivent subir l'épreuve de dépistage de Clavibacter michiganensis subsp. sepedonicus. Il faut aussi soumettre à cette épreuve au moins deux lots de tubercules de semence par unité de production. Les épreuves peuvent être réalisées sur les tiges échantillonnées avant la récolte ou sur les tubercules prélevés après celle-ci.

Au moins deux lots par unité de production doivent absolument être testés. Toutefois, quand l'unité de production ne produit aucun lot (ou seulement un) et/ou n'en vend aucun comme semences, l'inspecteur et le producteur peuvent discuter du choix des lots à soumettre aux épreuves, étant entendu que la décision finale revient à l'inspecteur.

Pour plus d'information, voir la directive D-97-12 : Programme de certification des pommes de terre de semence - Programme provisoire de dépistage du flétrissement bactérien dans les pommes de terre cultivées au champ.

7.5.2.1 Taille de l'échantillon

Le tableau 7.1, Taille des échantillons destinés au dépistage du flétrissement bactérien, indique la taille que doivent avoir les échantillons de tiges prélevés au champ ou de tubercules prélevés en entrepôt.

Tableau 7.1 : Taille des échantillons destinés au dépistage du flétrissement bactérien

Le tableau suivant donne des superficies de champs et la taille correspondante des échantillons aux fins du dépistage du flétrissement bactérien.

Superficie du champ Taille de l'échantillon
1 ha ou plus 400 tiges ou tubercules
de 0,5 ha à moins de 1 ha 200 tiges ou tubercules
de 0,25 ha à moins de 0,5 ha 100 tiges ou tubercules
de 0,025 ha à moins de 0,25 ha 50 tiges ou tubercules
moins de 0,025 ha 1,0 % des plants ou tubercules (min. 5; max. 50)
7.5.2.2 Échantillons de tiges

Les échantillons de tiges doivent être prélevés seulement après que la culture se soit développée au champ pendant au moins 75 % du nombre prévu de jours de croissance, jusqu'à un maximum de 90 jours. Il ne faut prélever qu'une seule tige par plant (c.-à-d. que chaque segment doit provenir d'un plant différent). Les tiges doivent être choisies au hasard à la grandeur du champ.

Les tissus soumis aux fins d'analyse doivent mesurer près de 1 cm de longueur et être prélevés au niveau du sol. Chaque segment de tige doit peser de 0,5 à 1,0 g

Pour plus d'information, voir la directive D-97-12 : Programme de certification des pommes de terre de semence - Programme provisoire de dépistage du flétrissement bactérien dans les pommes de terre cultivées au champ.

7.5.2.3 Échantillons de tubercules

Le meilleur moment pour prélever les tubercules, c'est une fois qu'ils ont été récoltés ou entreposés et qu'ils sont tous également accessibles. On peut soumettre directement au laboratoire des tubercules entiers ou des carottes de tubercules. Si l'on expédie des carottes au laboratoire, les tubercules d'origine doivent être conservés et identifiés grâce au numéro du certificat du lot et au nom du producteur, et être emballés dans des contenants scellés jusqu'à ce que les résultats des essais soient connus.

Les carottes, de forme conique ou semi-sphérique, doivent être prélevées au point d'attache du stolon et mesurer environ 1 cm de diamètre au sommet et 1 cm de profondeur. Chaque carotte doit peser de 0,5 à 1,0 g et inclure le plus possible de l'anneau vasculaire rayonnant à partir du point d'attache du stolon.

Nota : Étant donné que les mesures de suivi visant un échantillon positif sont prises pour un champ ou pour un lot, les échantillons de chaque champ ou de chaque lot doivent être soumis au laboratoire séparément dans un sac fermé et être étiquetés individuellement. Chaque échantillon est inscrit séparément par le laboratoire au moyen du numéro de certificat. Cependant, selon les protocoles officiels suivis par les laboratoires, les échantillons peuvent être regroupés aux fins d'analyse. Les échantillons provenant de différentes unités de production ne peuvent être regroupés en un seul échantillon.

Pour plus d'information sur le dépistage du flétrissement bactérien et les protocoles d'échantillonnage, d'emballage et d'expédition des échantillons, les inspecteurs devraient consulter la directive D-97-12 : Programme de certification des pommes de terre de semence - Programme provisoire de dépistage du flétrissement bactérien dans les pommes de terre cultivées au champ.

7.5.2.4 Identification des échantillons

Les échantillons de chaque champ ou lot doivent être soumis au laboratoire dans un sac fermé distinct et être étiquetés individuellement. Les renseignements suivants sont requis sur chaque étiquette :

  • Nom du producteur ;
  • Nom de la variété ;
  • Degré de maturité ou nombre prévu de jours de croissance (requis pour les échantillons de tiges seulement) ;
  • Numéro du certificat ;
  • Classe (à assigner / déjà assignée) ;
  • Nombre d’échantillons par champ soumis (c.-à-d. nombre de tiges ou de tubercules) ;
  • Date de plantation (pour les échantillons de tiges seulement) ;
  • Date de prélèvement ;
  • Signature du producteur ou de son représentant ;
  • Signature de l’inspecteur, au besoin, lorsque les échantillons sont prélevés par lui ou sous sa supervision ;
  • Nom de l’épreuve pour lequel l’échantillon est soumis (c.-à-d. flétrissement bactérien).
7.5.2.5 Laboratoires accrédités

Les épreuves régulières de dépistage du flétrissement bactérien réalisées au Canada le sont maintenant par des laboratoires privés dans le cadre d'un programme d'accréditation et d'assurance de la qualité. Ce programme est administré et audité par le Centre d'expertise sur les maladies de la pomme de terre de l'Agence canadienne d'inspection des aliments à Charlottetown (Î.-P.-É). Tous les laboratoires accrédités suivent les mêmes protocoles officiels, et leur capacité à le faire est régulièrement évaluée. Tous les échantillons ayant obtenu des résultats positifs doivent subir des épreuves de confirmation au Centre d'expertise sur les maladies de la pomme de terre à Charlottetown (Î.-P.-É).

Il est possible d'obtenir une liste des laboratoires non fédéraux accrédités pour les épreuves de dépistage du flétrissement bactérien en en faisant la demande auprès de :

Agence canadienne d'inspection des aliments
Direction de la protection des végétaux et biosécurité
Division de l'horticulture, Section des pommes de terre
Ottawa (Ontario)

OU :

Liste des laboratoires approuvés

7.5.3 Tests post-récolte

Les épreuves de dépistage des virus fournissent de l'information précieuse pour la commercialisation et l'évaluation de la récolte. De nos jours, bien des acheteurs comprennent la pertinence d'effectuer des tests post-récolte. Les essais de croissance pendant la période hivernale et les épreuves effectuées en laboratoire pour le dépistage du virus de l'enroulement de la pomme de terre et celui du virus Y de la pomme de terre, sont deux formes courantes de tests post-récolte. La transmission des virus en fin de saison par les pucerons une fois les inspections au champ terminées peuvent donner lieu à une incidence accrue des virus dans une culture de pommes de terre de semence. L'évaluation de la progéniture d'un lot dans une région située au sud, l'analyse en laboratoire des échantillons de feuilles provenant de cet emplacement ou l'analyse des tubercules (des germes ou des plants cultivés en serre) par un laboratoire accrédité fournit de l'information supplémentaire aux producteurs, aux acheteurs et aux inspecteurs quant à la présence de maladies dans le lot.

Certains pays, transformateurs et acheteurs de pommes de terre de semence demandent à ce que les pommes de terre de semence soient soumises au dépistage des virus aux fins de leur certification. L'ACIA délivre un certificat, le North American Seed Potato Health Certificate (NASPHC), qui est maintenant exigé pour la recertification aux États-Unis. Au moment de remplir ce formulaire, il faut inclure les résultats des tests post-récolte.

Nota: Le dépistage des virus après la récolte n'est pas réglementé en vertu du Programme de certification des pommes de terre de semence.

7.5.3.1 Échantillonnage pour le dépistage des virus

Des échantillons de lots de pommes de terre sont prélevés au moment de la récolte (échantillonnage aléatoire des tubercules à la grandeur du champ) et soumis à des essais durant l'hiver. Ces épreuves peuvent prendre la forme d'un épreuve en laboratoire ou d'un essai au champ et servent à déterminer l'acceptabilité d'un lot de semence aux fins de l'expédition ou de la plantation. En ce qui a trait aux épreuves, les marchés d'exportation peuvent avoir des exigences particulières prescrites par les permis d'importation ou des protocoles bilatéraux.

Il incombe au producteur de prélever les échantillons destinés aux essais hivernaux au moment de la récolte. Il doit choisir quelques tubercules de chaque chargement au moment où les pommes de terre sont récoltées ou effectuer un échantillonnage aléatoire des tubercules en tas au moment où ceux-ci sont transférés dans la cellule. Les tubercules choisis doivent être dans la fourchette de (1½-3 oz) ou de 20-40 mm (3/4-1½ po) dans leur plus grande dimension s'il s'agit d'une variété ronde. La taille de l'échantillon est de 400 tubercules (+10 %). L'échantillon doit être placé dans des sacs de jute ou des sacs en filet (sacs d'oignons) neufs. Si le calibre des pommes de terre est respecté, l'échantillon doit pouvoir entrer dans une poche de 22,7 kg (50 lb). Il est recommandé d'utiliser des sacs d'oignons, car il s'agit du contenant qui permet d'arrêter le plus efficacement la période de dormance. Deux étiquettes qui identifient de manière appropriée l'échantillon doivent être placées à l'extérieur et à l'intérieur du sac au cas où l'étiquette extérieure se perde pendant le transport ou pendant la levée de dormance. Ces étiquettes (Tyvek) doivent être résistantes à la déchirure et à l'épreuve de l'eau et elles ne doivent pas tacher de façon à ce que leur intégrité soit toujours maintenue. L'inspecteur doit faire un audit des échantillons prélevés par le producteur afin de veiller à ce que leur intégrité soit maintenue.

Annexe 7-1 Formulaires employés pour l'inspection à la récolte ou des cellules d'entreposage

7-1.1 Étiquette d'identification de lots de pommes de terre de semence (CFIA/ACIA 0092)
Étiquette employée par le producteur et l'inspecteur pour indiquer la variété et la catégorie de pommes de terre de semence entreposées dans des cellules d'entreposage ou des caisses de vrac; document rempli au moment de la récolte durant l'inspection des cellules d'entreposage.

7-1.2 Certificat de récolte sur pied (CFIA/ACIA 1318)
Formulaire spécifiant la variété, la classe, la superficie et le numéro du certificat de chaque lot certifié de pommes de terre de semence d'une unité de production. Ce seul document sert à certifier que toutes les cultures inscrites par le demandeur satisfont aux normes de la classe indiquée.

7-1.3 Rapport de spécimens - flétrissement bactérien (CFIA/ACIA 1319)
Formulaire accompagnant tout échantillon envoyé au laboratoire pour fins de dépistage du flétrissement bactérien. L'inspecteur remplit la partie supérieure et la partie inférieure du formulaire.

7-1.4 Inspection des tubercules de pommes de terre de semence (CFIA/ACIA 3076) - PDF (74 ko)
Formulaire employé par l'inspecteur au moment de la récolte pour évaluer l'état des tubercules d'une culture de pommes de terre; comprend un estimé de la récolte et un estimé des écarts de triage.

7-1.5 Soumission pour les végétaux (CFIA/ACIA 5161 Î.-P.-É.)
Formulaire accompagnant les échantillons envoyés au laboratoire pour fins de dépistage des maladies. Le Système informatisé pour l'enregistrement et le suivi des analyses de laboratoire (SIESAL) fait présentement l'objet d'une révision et devrait être modifié ou mis à jour.

Annexe 7-1.1 Étiquette d'identification de lots de pommes de terre de semence (CFIA/ACIA 0092) – Exemple

L'image suivante est celle d'une étiquette d'identification de lots de pommes de terre de semence (CFIA/ACIA 0092).

Image - Étiquette d'identification de lots de pommes de terre de semence (CFIA/ACIA 0092) – Exemple. Description ci-dessous.
Description de l'appendix 7-1.1

Cette image est un exemple d'une étiquette d'identification de lots de pommes de terre de semence. L'on doit y indiquer des renseignements tels que l'année de la récolte, le nom du producteur, la variété, la classe et le numéro de certification du lot de pommes de terre de semence.

Annexe 7-1.2 Certificat de récolte sur pied (CFIA/ACIA 1318) – Exemple

L'image ci-dessous est un exemple d'un certificat de récolte sur pied (CFIA/ACIA 1318).

Image - Certificat de récolte sur pied (CFIA/ACIA 1318) – Exemple. Description ci-dessous.
Description de l'appendix 7-1.2

Cette image est un exemple d'un certificat de récolte sur pied; il déclare que la récolte sur pied indiquée par le numéro de certificat est conforme aux exigences de la classe indiquée. L'on doit y indiquer des renseignements tels que la variété, le nombre d'hectares, le numéro de certificat et la classe de chaque lot de pommes de terre de semence, ainsi que la signature de l'agent de programme et la date de la signature.

Annexe 7-1.3 Rapport de spécimens - Flétrissement bactérien (CFIA/ACIA 1319)

L'image suivante est un exemple d'un rapport de spécimens - flétrissement bactérien (CFIA/ACIA 1319).

Image - Rapport de spécimens - Flétrissement bactérien (CFIA/ACIA 1319). Description ci-dessous.
Description de l'appendix 7-1.3

Cette image est un exemple d'un rapport de spécimens - flétrissement bactérien. Dans le haut du formulaire, il y a des cases dans lesquelles il faut indiquer des renseignements sur le numéro du spécimen, la variété, le type de lieu où il a été prélevé, la superficie du champ, le numéro du certificat, la personne qui l'a prélevé, le producteur qui l'a cultivé, et la province de laquelle le spécimen provient. Une autre partie du formulaire est intitulée « Détails RE: Culture où le spécimen a été prélevé »; elle contient des renseignements quant au numéro du certificat des semences plantées, si les semences ont été vendues avec des étiquettes, la classe, l'origine, si la semence est inscrite à la certification, si une maladie a déjà été découverte à la ferme, l'année, si les locaux et machineries ont été désinfectés et enfin, la source suspecte de l'infection. La section suivante du formulaire est intitulée « Autre champs de pommes de terre cultivés sur la même ferme pendant l'année en cours »; cette section doit être remplie à l'aide des renseignements suivants : variété, superficie, numéro de certification, et toutes autres remarques. Il y a des endroits au bas du formulaire réservés aux signatures de l'inspecteur et du pathologiste et pour l'adresse et la date.

Annexe 7-1.4 Inspection des tubercules de pommes de terre de semence (CFIA/ACIA 3076) - PDF (74 ko) – Exemple

L'image suivante est un exemple du rapport d'Inspection des tubercules de pommes de terre de semence (CFIA/ACIA 3076) - PDF (74 ko).

Image - Inspection des tubercules de pommes de terre de semence (CFIA/ACIA 3076) – Exemple. Description ci-dessous.
Description de l'appendix 7-1.4

Cette image présente un exemple d'un Rapport d'inspection des tubercules de pommes de terre de semence. Ce rapport est rempli par les inspecteurs de l'ACIA ou par les individus autorisés par l'ACIA à se servir du formulaire pendant l'inspection des tubercules de pommes de terre de semence. Dans le haut du formulaire, il y a une partie où l'on peut inscrire le nom de l'expéditeur, le numéro de certification, le lieu d'inspection, la variété, la classe, le calibre, l'identification du véhicule, l'estimé de la récolte pour le lot en entier et l'acheteur-destination. Il y a aussi des cases à cocher pour indiquer si, oui ou non, le véhicule a été désinfecté ou si le produit a été expédié dans des sacs, des cageots ou en vrac; le nombre et le poids des paquets ou la quantité totale peuvent être précisés selon le cas. Puis il y a des cases où l'on peut inscrire le numéro de Dossier de transport en vrac, la raison de l'inspection (cellule, récolte, expédition, au quai et réinspection) et la température du lieu d'entreposage et des tubercules. La partie principale du formulaire comprend plusieurs petites cases qui permettent d'ajouter de l'information concernant le nombre de tubercules (comptes) et la présence de gale et de rhizoctonie (légère, modérée ou sévère), de pourriture molle ou de blettissement humide, de pourriture sèche, de difformités, de dommages et de nécrose interne. On y indique également le nombre total de maladies et de défauts et s'il y a des germes externes d'une longueur de plus de 20 mm, des meurtrissures de pression, une décoloration du talon d'entre 6 et 13 mm de profondeur, si les tubercules sont fermes ou non et s'il y a des variétés étrangères ou des tubercules trop gros ou trop petits (d'après leur poids). La partie droite du formulaire comporte des cases où l'on inscrit le nombre de tubercules coupés pendant l'inspection et le nombre de tubercules comptés. Enfin, dans la partie au bas du formulaire, il y a un endroit pour des observations, la signature de l'inspecteur (ou du producteur), son numéro, son nom et la date de l'inspection.

Annexe 7-1.5 Soumission pour les végétaux (CFIA/ACIA 5161 Î.-P.-É.) – Exemple

Ce qui suit est un exemple d'un formulaire de soumission pour les végétaux (CFIA/ACIA 5161 Î.-P.-É).

Image - Soumission pour les végétaux (CFIA/ACIA 5161 Î.-P.-É.) – Exemple. Description ci-dessous.
Description de l'appendix 7-1.5

Cette image est un exemple de la première page d'un formulaire de soumission pour les végétaux. Le formulaire au complet est conçu pour les échantillons qui doivent être soumis au Centre de la santé des animaux et de la protection des végétaux à Charlottetown à l'Î.-P.-É. Dans le haut du formulaire, les renseignements demandés sont le numéro de système, le numéro de laboratoire, la date que l'échantillon a été reçu, et le nom de la personne qui l'a reçu. Dans la première partie principale du formulaire, il faut donner de l'information à propos de l'échantillon. Dans la deuxième partie, il faut fournir des renseignements sur la source/le producteur et, dans la troisième partie, des renseignements sur l'importateur. La quatrième partie sert à indiquer des renseignements sur l'exportateur. La dernière section est réservée à l'usage du laboratoire.

Annexe 7-1.5 Soumission pour les végétaux (CFIA/ACIA 5161 Î.-P.-É.) – Exemple de la deuxième page

Ce qui suit est un exemple est un exemple de la deuxième page d’un formulaire de soumission pour les végétaux (CFIA/ACIA 5161 Î.-P.-É).

Image - Soumission pour les végétaux (CFIA/ACIA 5161 Î.-P.-É.) – Exemple. Description ci-dessous.
Description de l'appendix 7-1.5, deuxième page

Cette image est un exemple de la deuxième page d'un formulaire de soumission pour les végétaux. Dans le haut du formulaire, les renseignements demandés sont le numéro de système, le numéro de laboratoire, la date de réception de l'échantillon et le nom de la personne qui l'a reçu. Cette page du formulaire a une première partie principale pour l'information concernant le Centre d'information sur les échantillons de pommes de terre. La deuxième partie permet d'indiquer l'information à propos de l'hôte ou de la commodité. La troisième partie permet d'indiquer la raison de la demande d'analyse ou pourquoi une épreuve est requise. La quatrième partie sert à indiquer des renseignements quant à l'échantillonnage d'enquête (l'endroit du prélèvement). La dernière section est réservée à l'usage du laboratoire.

Date de modification :