IP 132.1.1 Programme des semences
Instructions particulières
Échantillonnage officiel des semences

7.0 Matériel et procédure d'echantillonnage

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

7.1 Techniques d'échantillonnage avec des instruments manuels

Pour le prélèvement d'échantillons officiels et d'échantillons aux fins d'exportation, il faut utiliser le matériel indiqué à l'annexe I et notamment des sondes dont le type et le calibre sont approuvés pour l'échantillonnage des différentes espèces. Seules les sondes désignées qui ont été approuvées pour l'échantillonnage conformément à l'annexe I peuvent être utilisées.

En faisant le choix de la sonde appropriée pour l'échantillonnage, l'échantillonneur doit considérer :

  1. la sonde ne doit pas sélectionner ou séparer les semences durant l'échantillonnage à cause de la taille des semences, de leur forme, de leur densité et du fait qu'elles sont vêtues ou non, ou de toute autre caractéristique de qualité; et
  2. la sonde ne doit pas endommager les semences qui sont échantillonnées.

L'échantillonneur doit prélever chaque échantillon primaire en passant le dispositif d'échantillonnage une seule fois dans le lot de semences. Chaque sonde (contenu) ou passage du dispositif d'échantillonnage, constitue un échantillon primaire.

7.2 Sondes

Lorsque l'échantillonneur choisit la sonde qui convient à l'échantillonnage, il doit prendre en compte l'espèce à échantillonner, la taille et le type d'emballage, le nombre d'échantillons primaires à prélever et la taille de l'échantillon composite requis. Lorsqu'il procède à l'échantillonnage d'emballages, il doit avoir accès à tous les points à l'intérieur de l'emballage.

On trouvera à l'annexe I des renseignements sur la dimension appropriée des sondes pour chaque espèce. L'échantillonneur doit choisir la taille de la sonde en se fondant sur le principe selon lequel l'ouverture de la sonde doit être égale à au moins deux fois le diamètre de la semence (par diamètre, on entend la partie la plus longue de la semence) à échantillonner. Il n'est jamais permis d'utiliser une sonde qui est plus petite que la sonde approuvée à l'annexe I pour l'espèce à échantillonner, à moins que l'échantillonneur ne fournisse au laboratoire des données montrant que la largeur de l'ouverture de la sonde est au moins deux fois plus grande que le diamètre de la semence.

Il existe des sondes à cellule unique ou à cellules multiples et des types combinés. Ces instruments peuvent comporter plus d'une ouverture (trou/fente). L'échantillonneur doit vérifier la propreté de la sonde et des autres instruments avant de les utiliser.

Sur le FSE (annexe V), l'échantillonneur doit indiquer le type et la taille de la sonde ou la méthode d'échantillonnage utilisée. De plus, lorsque la sonde utilisée est plus petite que celle approuvée à l'annexe I pour l'espèce à échantillonner, l'échantillonneur doit fournir des données montrant que la largeur de l'ouverture de la sonde est au moins deux fois plus grande que le diamètre de la semence, sur le FSE.

7.2.1 Sonde Nobbe

La sonde Nobbe est un tube pointu qui présente un orifice ovale au voisinage de sa pointe. Cette petite sonde assez compacte est facile à transporter. Le risque de contamination est faible car il est facile de la garder propre. Lorsque l'on prélève l'échantillon à l'extrémité de l'emballage, la sonde Nobbe doit être suffisamment longue pour que l'orifice (fente/trou) atteigne la partie centrale du sac. Si l'échantillonnage se fait par le côté du sac, la sonde doit pouvoir atteindre le côté opposé.

La sonde Nobbe convient bien à l'échantillonnage de semences coulantes (légumineuses, fléole, colza, moutarde) qui sont ensachées, mais non à celles qui sont en vrac. Elle ne peut être utilisée qu'à l'horizontale, et son utilisation est limitée aux emballages dans lesquels elle peut être plongée.

7.2.1.1 Mode d'emploi de la sonde Nobbe

L'échantillonneur doit suivre les méthodes suivantes pour la sonde Nobbe :

  1. introduire délicatement la sonde dans le centre du sac en maintenant l'orifice vers le bas;
  2. pointer la sonde vers le haut à un angle d'environ 30° par rapport à l'horizontale :
    1. lorsqu'on prélève l'échantillon à l'extrémité de l'emballage, l'ouverture de la sonde doit atteindre le centre de l'emballage. La sonde est introduite le plus près possible du fond de l'emballage (c'est-à-dire sous la couture qui scelle l'extrémité du sac afin d'obtenir un angle de 30 degrés);
    2. lorsqu'on prélève des échantillons par le côté de l'emballage, l'ouverture de la sonde doit atteindre le côté opposé. La sonde est introduite au fond de l'emballage en formant un angle de 30° avec l'horizontale;
  3. ensuite, faire pivoter la sonde de 180°, de manière à ce que l'orifice soit orienté vers le haut;
  4. retirer la sonde :
    1. si on prélève l'échantillon à l'extrémité de l'emballage - de plus en plus lentement de manière à ce que la quantité de semences obtenue en divers points successifs augmente progressivement depuis le milieu de l'emballage jusqu'aux côtés de l'emballage;
    2. si on prélève l'échantillon par le côté de l'emballe - à une vitesse constante;
    3. agiter doucement la sonde en la retirant afin de maintenir un écoulement uniforme. Ne pas agiter la sonde sans la retirer;
  5. chaque échantillon primaire doit être déposé dans un contenant propre approprié pour vérifier l'uniformité (bac ou seau) avant de combiner avec les autres échantillons primaires pour composer l'échantillon composite.

7.2.2 Sonde à double tube

Ce type de sonde convient bien à l'échantillonnage des semences dans des sacs ouverts, dans de gros contenants ou en vrac comme dans le cas d'emballages de 100 kg ou plus, comme des emballages mini-vrac ou des lots statiques en vrac de petites ou de grosses semences. Ce type de sonde convient peut-être mieux que la sonde Nobbe au prélèvement d'échantillons entreposés dans les rangées inférieures des contenants sur palettes au niveau du plancher. Elle consiste en un tube creux dans lequel s'emboîte étroitement un second tube, de telle sorte que les semences ne peuvent s'infiltrer entre les deux. Une poignée est fixée au deuxième tube de manière à ce qu'il puisse être tourné à l'intérieur du tube principal. Le dernier se termine par une pointe solide. Les tubes présentent tous deux dans leur paroi des ouvertures (fentes/trous). La sonde à double tube peut comprendre :

  1. des ouvertures multiples sans cloisons, ou
  2. des ouvertures multiples avec cloisons.

On peut ouvrir et refermer les fentes de la sonde en faisant tourner le tube interne jusqu'à ce que les fentes des deux tubes soient alignées. Le risque de contamination est plus élevé avec ce type de sonde. On doit veiller à ce que toutes les fentes des tubes soient propres.

La sonde à double tube avec cloisons peut être utilisée :

  1. horizontalement
  2. verticalement dans des emballages ouverts ou fermés qui peuvent être percés.

La totalité du contenu du tube interne représente un échantillon primaire. La sonde à double tube sans cloisons s'utilise uniquement à l'horizontale.

On doit fermer délicatement les fentes car on pourrait endommager les semences prises entre les bords des fentes. On peut réduire le risque d'endommager les semences en fermant lentement les fentes jusqu'à ce qu'on sente une résistance.

On ne peut pas faire varier la quantité de semences obtenue de la partie inférieure et supérieure de l'emballage en réglant la vitesse avec laquelle la sonde est retirée car la sonde prélève la même taille d'échantillon à chaque échantillonnage. La sonde doit toujours être suffisamment longue pour atteindre le côté opposé de l'emballage en diagonale. Lorsqu'on échantillonne un emballage verticalement, il faut utiliser une sonde avec cloisons, et elle doit atteindre le fond de l'emballage.

7.2.2.1 Mode d'emploi de la sonde à ouvertures multiples sans cloisons

Ce type de sonde s'utilise uniquement à l'horizontale. On doit utiliser la méthode suivante:

  1. introduire délicatement la sonde, en position fermée, les fentes vers le haut, en diagonale dans l'emballage jusqu'à ce qu'elle atteigne le coin opposé de l'emballage, sans le traverser. L'ouverture du tube externe doit être orientée vers le haut. Prendre soin de ne pas pousser la sonde à travers le coin opposé;
  2. ouvrir la sonde jusqu'à ce que les ouvertures interne et externe soient alignées, puis l'agiter doucement pour permettre aux semences d'entrer par les fentes;
  3. fermer la sonde doucement, jusqu'à ce qu'une résistance se fasse sentir, puis retirer la sonde; et
  4. déposer chaque échantillon primaire dans un récipient propre approprié (bac ou seau) pour pouvoir en vérifier l'uniformité avant de combiner avec les autres échantillons primaires dans l'échantillon composite.

7.2.2.2 Mode d'emploi de la sonde à ouvertures multiples avec cloisons

Ce type de sonde peut s'utiliser à l'horizontale ou à la verticale. Si l'échantillonnage se fait à l'horizontale, il faut utiliser la méthode pour les sondes sans cloisons. Si la sonde est utilisée à la verticale :

  1. introduire délicatement la sonde, en position fermée, en angle, par le dessus de l'emballage, jusqu'à ce qu'elle atteigne le fond de l'emballage;
  2. ouvrir la sonde et l'agiter doucement pour permettre aux semences d'entrer par les fentes;
  3. fermer la sonde doucement et la retirer; et
  4. déposer l'échantillon sur un long morceau de papier propre ou dans un récipient propre approprié de la même longueur que la sonde pour pouvoir en vérifier l'uniformité avec les autres échantillons primaires.

7.3 Échantillonnage du flux de semences

Si les semences sont conditionnées dans un système fermé et qu'elles sont placées dans des emballages marqués et scellés, on peut prélever les échantillons primaires à partir du flux de semences.

L'échantillonnage à partir du flux de semences peut être effectué manuellement ou par des appareils d'échantillonnage. Lorsque les appareils sont contrôlés automatiquement, ils sont appelés échantillonneurs automatiques. Lorsque le flux de semences passe à l'air libre, l'échantillonnage manuel à partir du flux à la fin du conditionnement est sans doute la technique la plus satisfaisante. L'avantage de cette technique est que l'on peut vérifier l'uniformité de chaque échantillon primaire.

Pour prélever des échantillons à partir du flux de semences, on doit respecter les conditions suivantes :

  1. prélever les échantillons primaires à la dernière étape du procédé avant que les semences entrent dans les emballages qui doivent être scellés;
  2. veiller à ce que l'équipement d'échantillonnage ne permette pas de sélectionner ou de séparer les semences durant l'échantillonnage à cause de la taille des semences, de leur densité ou du fait qu'elles sont vêtues ou non;
  3. prélever des échantillons uniformément dans toute la section transversale du flux de semences;
  4. veiller à ce que les semences qui entrent dans l'instrument n'en ressortent pas par rebondissement;
  5. prélever des échantillons à partir du flux de semences à intervalles constants, dans la mesure du possible.

7.3.1 Échantillonnage automatique

Il existe de nombreux types et modèles d'échantillonneurs automatiques. Un échantillonneur automatique doit être utilisé et entretenu conformément aux exigences du système qualité de l'établissement semencier. Lorsqu'un échantillonneur automatique est utilisé aux fins suivantes :

  1. délivrance de bulletins internationaux oranges de lot de semences ou pour l'échantillonnage sous le PEA, l'ACIA doit examiner et approuver le système de validation (pour de plus amples renseignements, l'inspecteur peut consulter l'annexe XX);
  2. prélèvement d'un « échantillon reconnu officiellement » par un établissement, l'échantillonneur agréé doit valider le système et tenir des registres.

7.3.2 Échantillonnage à la main à partir du flux de semences

Le contenant de prélèvement doit couvrir toute la section transversale du flux de semences, ce qui facilite le prélèvement des échantillons primaires uniformes. Le contenant doit être conçu de façon à empêcher les semences d'entrer et d'en ressortir par rebondissement. L'échantillonneur doit prélever des échantillons primaires à intervalles réguliers et en nombre suffisant pour vérifier l'obtention du nombre minimal d'échantillons primaires prescrit à l'annexe II.

Le contenant utilisé pour prélever des échantillons primaires à partir du flux de semences doit être conçu de la façon suivante :

  1. l'ouverture doit être égale à au moins deux fois le diamètre de la semence (partie la plus longue de la semence);
  2. les côtés du contenant doivent être suffisamment hauts pour empêcher les semences de rebondir à l'extérieur;
  3. il doit être suffisamment long pour permettre au contenant de recueillir toute l'épaisseur du flux de semences;
  4. il doit être suffisamment large pour empêcher le débordement lorsqu'on prélève un échantillon primaire;
  5. il doit pouvoir être nettoyé correctement entre les lots de semence.

7.4 Principes d'échantillonnage à la main

Cette méthode peut être utilisée pour toutes les espèces, mais est plus appropriée pour des espèces vêtues s'écoulant difficilement où les semences seraient endommagées par l'utilisation de la sonde, d'une semence spéciale (par exemple, des tapis de semences, de semences bandes), échantillons retenus conservés dans des récipients d'échantillonnage rendant l'utilisation d'une sonde ou d'un diviseur non praticable, où il pourrait y avoir une séparation et une sélection de la semence.

Au nombre des semences vêtues coulant difficilement, on peut mentionner celles des genres Agropyron et Elytrigia (agropyres), Agrostis (agrostides), Alopecurus (vulpins), Bromus (bromes), Dactylis (dactyles), Elymus et Psathyrostachys (élymes), Festuca (fétuques), Lolium (ray-grass) et Poa (pâturins) ainsi que des espèces indigènes, p.ex., des genres Anthoxanthum, Arrhenatherrum, Axonopus, Chloris, Cynodon, Cynosurus, Deschampsia, Digitaria, Holcus, Melinis, Panicum, Paspalum, Pseudoroegneria, Trisetum et Zoysia.

Tous les points à l'intérieur de l'emballage doivent être accessibles. Lorsqu'il est impossible de prélever des échantillons au fond des sacs ou des cellules, l'échantillonneur doit demander que les emballages soient vidés partiellement ou complètement pour faciliter l'accès à tous les points de l'emballage. L'échantillonneur doit pouvoir atteindre le fond de l'emballage.

Il faut respecter les procédures énoncées ci-dessous, selon le cas :

  1. emballages ouverts de plus de 40 cm de profondeur : les échantillons primaires sont prélevés directement sur le sac ouvert qui a été vidé suffisamment pour permettre le prélèvement d'échantillons dans toutes les parties du sac. Après le prélèvement, les semences sont replacées dans l'emballage approprié, et celui-ci est scellé. Cela doit être fait sous la supervision de l'échantillonneur lorsque le but de l'échantillonnage est la délivrance d'un bulletin international orange de lot de semences ou pour l'échantillonnage dans le cadre du PEA;
  2. emballages de moins de 40 cm de profondeur : ce type d'emballage permet l'accès à toutes les parties des emballages du lot de semences. Une fois les échantillons primaires prélevés, les semences sont remises dans un emballage approprié et scellé;
  3. les échantillons sont prélevés à partir du flux de semences pendant qu'on vide l'emballage dans un nouvel emballage. Utiliser la technique d'échantillonnage à la main à partir du flux de semences décrite au point 7.3.2

Dans le cas de semences en ruban ou en tapis, il faut ouvrir les emballages à échantillonner et prélever un nombre suffisant d'unités (rubans ou tapis) ou, dans le cas d'un long ruban, une portion suffisante.

7.4.1 Méthode d'échantillonnage à la main

Pour l'échantillonnage à la main, on doit utiliser la méthode suivante :

  1. si l'échantillonneur porte un chandail à manches longues, il/elle doit s'assurer que ses manches sont suffisamment remontées afin que les semences ne s'agrippent ou interférent avec le processus l'échantillonnage;
  2. insérer la main à plat, les doigts fermement collés les uns aux autres, sur le dessus du sac jusqu'à la profondeur voulue;
  3. refermer la main, sans écarter les doigts, la tenir serrée pour que le moins possible de semences ne s'échappent, et la retirer lentement;
  4. répéter ce processus plusieurs fois dans différentes parties du lot de semences et à différentes profondeurs jusqu'à l'obtention d'un échantillon de la taille requise.

7.5 Autre matériel requis

En plus de la sonde appropriée, le matériel suivant peut être requis :

  1. seaux;
  2. provision de rubans adhésifs appropriés pour obturer les ouvertures faites par la sonde dans les emballages en polyéthylène, en coton ou en papier;
  3. de 2 à 4 seaux pour recueillir les échantillons primaires ou longues feuilles de papier propres, cuillères en acier inoxydable non statique ou en métal sans joints, autres bacs ou seaux;
  4. formulaire de soumission d'échantillon;
  5. bloc-notes;
  6. lampe de poche;
  7. équipement de sécurité (au besoin);
  8. emballages pour les échantillons à soumettre au laboratoire : sacs en coton ou enveloppes en papier manille, sacs en plastique pour les semences traitées ou inoculées;
  9. des contenants étanches pour soumettre des échantillons pour la détermination de la teneur en eau (voir section 13.3.2.1).

7.6 Nettoyage et entretien du matériel d'échantillonnage

Tout le matériel servant à l'échantillonnage doit être nettoyé à fond avant chaque usage et il doit être exempt de toute matière étrangère, notamment de semences de plantes cultivées et de graines de mauvaises herbes; de particules pathogènes ou de spores; de toute partie de semence, de balle, de poussière et de corps étrangers inertes; de résidus de produits chimiques comme ceux utilisés pour le traitement des semences. Les sondes avec des semences résiduelles pourraient causer une contamination croisée des autres lots ou échantillons de semences.

Sonde Nobbe : Plus la surface intérieure de la sonde est polie, plus la semence s'écoule librement.

Sonde à double tube : Les arêtes et la pointe de la sonde doivent être occasionnellement apprêtées avec une lime, un papier émeri ou du papier sablé très fin. La sonde percera ainsi beaucoup plus facilement les sacs de jute et de polyéthylène. Les tubes de la sonde doivent s'aligner parfaitement. Toutes sondes doivent être non endommagés et avoir des trous et des points lisses.

La méthode de nettoyage dépend du type de matériel ainsi que du but et des analyses pour lesquels l'échantillon est prélevé, p. ex. : la semence traitée ou le dépistage des maladies.

Les méthodes de nettoyage recommandées sont les suivantes :

  1. chiffons à nettoyer;
  2. solutions de nettoyage comme du savon à main ou du savon à vaisselle, de l'acide citrique, de l'alcool à friction ou de l'eau;
  3. air comprimé;
  4. outils pour le nettoyage de bouteilles ou de fusils.
Date de modification :