Révision de l'arrêté sur les graines de mauvaises herbes – Deuxième Document de consultation
7.0 Classement des espèces

Cette page Web a été archivée

L'information dont il est indiqué qu'elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Catégorie 1 : Graines de mauvaises herbes nuisibles interdites

Classification actuelle : Interdite
(Arrêté de 2005 sur les graines de mauvaises herbes)
Classification proposée : Interdite
(Consultation d'octobre 2009)
Nom scientifique : Aegilops cylindrica
 (Source : GRIN)
Nom commun : Égilope cylindrique
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites
(Mai 2011)

La présence d'A. cylindrica dans les semences ou les graines en provenance du Canada pourrait nuire au commerce avec le Mexique, avec certains États des États-Unis, avec l'Australie, avec la Chine et peut-être avec d'autres pays. Comme cette plante est en voie d'éradication en Ontario, elle correspond toujours à la définition d'une mauvaise herbe nuisible interdite.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Alopecurus myosuroides
Nom commun : Vulpin des champs
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

S'il s'y établit, il est probable qu'A. myosuroides envahisse certaines parties du sud du Canada, plus particulièrement les cultures de céréales d'hiver du sud-ouest de l'Ontario. Le vulpin des champs affecte sérieusement les céréales d'hiver en Europe et dans les États de l'Oregon et de Washington. On fait état de l'existence de populations de vulpin des champs résistant aux herbicides en Europe.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1 – graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Bothriochloa ischaemum
Nom commun : Chiendent à balai
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

On n'a pas relevé la présence de cette espèce au Canada, et aucune preuve de sa culture n'a été trouvée.

Des mesures ont été prises aux États-Unis pour restreindre sa plantation en faveur de graminées indigènes et pour contrôler la présence de cette espèce gênante parmi les plantes indigènes.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1 – graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Centaurea diffusa
Nom commun : Centaurée diffuse
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Il n'y a pas eu de consensus sur le retrait de cette espèce de la catégorie des graines de mauvaises herbes nuisibles interdites. Les répondants ont exprimé des inquiétudes quant à la gravité de cette mauvaise herbe et à son impact économique considérable.

La présence de l'espèce Centaurea diffusa a été signalée en C.-B., en Alberta, en Saskatchewan, en Ontario et au Québec.

Contrôle officiel : En Colombie-Britannique, l'espèce Centaurea diffusa fait l'objet d'une réglementation à l'échelle de la province (C.-B. 2010) et est désignée comme plante envahissante en vertu de la Forest and Range Practices Act (C.-B. 2004). En Alberta, l'espèce est réglementée en tant que mauvaise herbe nuisible interdite en vertu de la Weed Control Act provinciale (Alberta 2010). Au Manitoba, elle est inscrite à la liste des mauvaises herbes nuisibles (Manitoba 1996).

À la suite de la surveillance effectuée entre 2001 et 2007, le Centaurea diffusa n'a été détecté dans aucun échantillon de semences produites au Canada ou importées.
L'Herbier national des semences (HNS) a confirmé que l'espèce C. diffusa (Centaurée diffuse) et l'espèce C. stoebe (Centaurée maculée) sont possibles à distinguer lorsqu'on a suivi la formation nécessaire.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 1.

Une rétroaction supplémentaire des intervenants au sujet de la répartition de cette espèce et des mesures de contrôle est nécessaire.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Centaurea iberica
Nom commun : Centaurea iberica
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

C. iberica chasse les espèces nécessaires de fourrage des pâturages et des parcours naturels, et ses épines pointues éloignent les animaux de pâturage, ce qui restreint l'accès des animaux d'élevage et réduit la valeur du foin. La présence de C. iberica au Canada pourrait affecter le commerce des semences fourragères avec les États de l'Arizona, de la Californie, du Nevada et de l'Oregon, où elle est réglementée.

On considère la contamination des lots de semences comme la principale voie potentielle d'introduction de C. iberica au Canada

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'HNS a confirmé que l'espèce C. iberica et l'espèce C. melitensis (Maltese iberian thistle) partagent plusieurs caractéristiques et sont difficiles à distinguer.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Centaurea solstitialis
Nom commun : Centaurée du solstice
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

La présence de cette plantea été relevée au Canada, mais on n'a rencontré aucune population tenace ni preuve de sa culture. Par conséquent, on considère cette espèce absente du pays.

En fonction des résultats de l'évaluation des risques phytosanitaires, on croit probable que la centaurée du solstice s'établisse dans certaines parties du Canada (comme le sud de la Colombie-Britannique) si elle y est introduite et qu'elle y devienne envahissante.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Centaurea stoebe
Nom commun : Centaurée maculée
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Il n'y a pas eu de consensus sur le retrait de cette espèce de la catégorie des mauvaises herbes nuisibles interdites. Les répondants ont exprimé des inquiétudes quant à la gravité de cette mauvaise herbe et à son impact économique considérable.

La présence de l'espèce Centaurea stoebe a été signalée en C.-B., en Alberta, en Saskatchewan, au N.-B., en N.-É., en Ontario, au Québec, en Saskatchewan et au Yukon.

Contrôle officiel : En Colombie-Britannique, l'espèce Centaurea stoebe fait l'objet d'une réglementation (sous le nom de Centaurea maculosa) à l'échelle de la province (C.-B. 2010) et est désignée comme plante envahissante en vertu de la Forest and Range Practices Act (C.-B. 2004). En Alberta, l'espèce est réglementée (sous le nom de Centaurea stoebe subsp. micranthos) en tant que mauvaise herbe nuisible interdite en vertu de la Weed Control Act provinciale (Alberta 2010). Au Manitoba, elle est inscrite (sous le nom de Centaurea maculosa) à la liste des mauvaises herbes nuisibles (Manitoba 1996).

À la suite de la surveillance effectuée entre 2001 et 2007, le Centaurea stoebe n'a été détecté dans aucun échantillon de semences produites au Canada ou importées.

L'HNS a confirmé que l'espèce C. diffusa (Centaurée diffuse) et l'espèce C. stoebe (Centaurée maculée) sont possibles à distinguer lorsqu'on a suivi la formation nécessaire.

Une rétroaction supplémentaire des intervenants au sujet de la répartition de cette espèce et des mesures de contrôle est nécessaire.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 1.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Centaurea virgata subsp. squarrosa (=Centaurea virgata var. squarrosa)
Nom commun :
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Les répondants ont exprimé des inquiétudes quant à la gravité de cette mauvaise herbe et à son impact économique potentiel.

L'espèce Centaurea virgata n'a pas de présence connue au Canada. Cette espèce a une répartition limitée dans l'Utah, dans l'Oregon, en Californie, au Wyoming et au Michigan. Elle préfère les grands pâturages libres secs au sol mince. Compte tenu de l'étendue de son habitat en Europe de l'Est et en Asie, il semble qu'elle pourrait être résistante jusqu'à la zone 5 de la norme NAPPFAST.

Contrôle officiel :  En Alberta, l'espèce Centaurea virgata var. squarrosa est réglementée en tant que mauvaise herbe nuisible interdite en vertu de la Weed Control Act provinciale (Alberta 2010).

L'espèce Centaurea virgata var. squarrosa n'est pas encore présente au Canada. On ne sait pas exactement quelles sont ses tolérances en matière de température, mais il semble probable qu'elle pourrait pousser dans la plus grande partie du Sud de la Colombie-Britannique, à tout le moins. Comme elle prospère dans les climats secs, il est possible que, dans l'Est du Canada, elle soit limitée par des facteurs climatiques autres que la température minimale.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Crupina vulgaris
Nom commun : Crupine
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Étant donné son étendue et son intensité potentielles, une infestation de C. vulgaris aurait probablement de sérieuses conséquences économiques négatives pour au moins deux industries importantes au Canada, soit la production de fourrage et l'élevage d'animaux. La mise en marché des produits de semence pourrait aussi être affectée, puisque la crupine a été classée « mauvaise herbe nuisible » par le gouvernement des États-Unis.

Comme cette plante n'a pas encore été introduite au Canada et qu'une évaluation des risques phytosanitaires a démontré qu'Il s'agit d'une menace potentielle, on propose que C. vulgaris reste classée « mauvaise herbe nuisible interdite ».

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Cuscuta spp.
Nom commun : Cuscute
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Il est très répandu dans le monde, et on trouve la plupart de ses espèces exotiques au Canada, quoique de façon très sporadique. On peut considérer que ces espèces ne sont « pas largement répandues et sous le contrôle des autorités », ce qui les classe parmi les parasites justifiables de quarantaine au Canada.

L'HNS a confirmé que l'espèce C. monogyna (Eastern dodder) et l'espèce C. epithymum (Clover dodder) sont possibles à distinguer. L'espèce C. epilinum (Flax dodder) et l'espèce C. europaea (European dodder) sont difficiles à distinguer.

L'ACIA recommande que ce genre reste dans la catégorie 1.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Echium plantagineum
Nom commun : Vipérine faux-plantain
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Les principaux problèmes que représente la vipérine faux-plantain comprennent sa capacité à dominer les pâturages dans son habitat exotique, sa toxicité pour les animaux d'élevage et les difficultés potentielles de contrôle, dont la résistance aux herbicides. Cette résistance a d'ailleurs été constatée en Australie.

L'ACIA a procédé à des consultations publiques sur E. plantagineum en s'appuyant sur un document qui comprenait l'ERP pour cette mauvaise herbe et les options de contrôle, et qui ont finalement abouti à la décision d'en interdire formellement l'importation au Canada et à la recommandation de la classer « mauvaise herbe nuisible interdite ».

Aucun répondant ne s'est opposé à classer cette espèce dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'HNS a confirmé que l'espèce E. plantagineum est possible à distinguer de l'espèce E. vulgare (Viper's Bugloss).

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Eriochloa villosa
Nom commun : Ériochloé velue
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Les populations au Québec font l'objet d'un contrôle officiel. L'espèce Eriochloa villosa réduit le rendement des cultures de maïs, de soya et de céréales. L'étendue de l'habitat potentiel de cette espèce comprend les régions de culture du maïs et du soya du Canada.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 1.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Halogeton glomeratus
Nom commun : Halogeton
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

L'halogeton est toxique pour les animaux d'élevage à cause de sa teneur élevée en oxalates. L'halogeton aurait divers effets négatifs sur les processus pédologiques, et sa présence détériore encore plus les habitats perturbés et les pâturages surfréquentés, empêchant leur rétablissement.  Cette espèce n'est pas présente au Canada et on propose que H. glomeratus reste classée « mauvaise herbe nuisible interdite ».

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Inula britannica
Nom commun : Inule des fleuves
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

L'espèce Inula britannica réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et qui n'est pas encore répandue largement. La capacité de l'espèce Inula britannica d'avoir un impact économique au Canada est très incertaine. Cette espèce n'a montré aucune propension à se répandre à des endroits éloignés des deux populations introduites connues dans ce pays. Elle a manifesté des capacités de persistance locale sur des périodes prolongées. La facilité d'identification des graines n'est pas connue.

L'espèce Inula brittanica est une plante herbacée vivace dont la tige a une hauteur de 10 à 60 cm. La présence de cette espèce a été signalée en Ontario et au Québec. Sa répartition actuelle en Amérique du Nord indique qu'elle peut survive jusqu'à la zone 4 de la norme NAPPFAST.

Cette espèce a été ajoutée à la liste des mauvaises herbes nuisibles du département de l'Agriculture des États-Unis. Fondé sur l'Évaluation des risques phytosanitaires, l'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Milium vernale
Nom commun : Millet de printemps
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Il est probable que M. vernale devienne envahissante dans les régions du sud du pays où on cultive le blé d'automne.  Étant donné sa présence en Idaho, il est possible que cette plante s'introduise au Canada dans des lots de semences ou de graines contaminées.

Aucun répondant ne s'est opposé de classer cette espèce dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'HNS a confirmé que l'espèce Milium vernale est possible à distinguer des autres Panicum et Milium spp.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Nassella trichotoma
Nom commun : Stipe à feuilles dentées
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Le stipe à feuilles dentées constitue une menace pour les pâturages indigènes de ces régions, puisqu'il a la capacité de s'y établir.  La principale voie d'introduction au Canada de N. trichotoma serait en tant que contaminant de lots de semences.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Paspalum dilatatum
Nom commun : Paspale dilaté
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Cette espèce est considérée comme une mauvaise herbe de 14 cultures dans 28 pays.

La voie la plus probable d'introduction au Canada est la contamination des semences de gazon.

Aucun répondant ne s'est opposé à ce que cette espèce soit classée dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'HNS a confirmé que l'espèce P. laeve (Field paspalum) est possible à distinguer de l'espèce P. dilatatum.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique: Peganum harmala
Nom commun : Rue de Syrie
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

On ne croit pas qu'elle soit présente dans la nature ou cultivée au Canada.

La rue de Syrie est toxique pour les êtres humains et les animaux de pâturage; ces derniers n'aiment cependant pas son goût. Deux substances contenues dans cette plante, l'harmaline et l'harmalol, sont réglementées en vertu de l'annexe III de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances (LRCDAS), administrée par Santé Canada.

Aucun répondant ne s'est opposé à la classification de cette espèce dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Persicaria perfoliata
Nom commun : Renouée du Turkestan
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

Cette espèce se reproduit uniquement par graines. Bien qu'on ne la considère pas comme nuisible en milieu agricole, elle a entraîné des pertes économiques et des dommages à des arbres et arbustes de vergers, de pépinières, de sites de régénération et de plantations de sapins de Noël, et elle pourrait affecter d'autres sites forestiers commerciaux.

Aucun répondant ne s'est opposé à la classification de cette espèce dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Pueraria montana
Nom commun : Kudzu
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

La contamination d'autres semences par le kudzu n'est pas fréquente.  Il y a un emplacement connu d'infestation dans Ontario pour cette espèce.  Cette espèce fait l'objet d'un contrôle officiel par le groupe de travail de l'ACIA et le ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario.

L'HNS a confirmé que l'espèce Pueraria montana est possible à distinguer des Desmodium spp.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Senecio inaequidens
Nom commun : Séneçon du Cap
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

On ne croit pas qu'il soit présent dans la nature ni cultivé au Canada.

Le séneçon du Cap contient des alcaloïdes de type pyrrolizidine qui sont toxiques autant pour les personnes que pour les animaux d'élevage.

Aucun répondant ne s'est opposé à la classification de cette espèce dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique: Solanum elaeagnifolium
Nom commun : Morelle jaune
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

On n'a pas relevé l'existence de morelle jaune au Canada et on n'a rencontré aucune preuve de sa culture au Canada.

Toutes les parties de la plante sont toxiques pour les animaux d'élevage, mais en particulier ses baies.

La morelle jaune pourrait devenir envahissante dans certaines régions de Colombie-Britannique, dans le sud de l'Ontario et dans les provinces atlantiques.

Aucun répondant ne s'est opposé à la classification de cette espèce dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'HNS a confirmé que l'espèce S. elaeagnifolium est possible à distinguer de l'espèce S. carolinense (Morelle de la Caroline).

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Zygophyllum fabago
Nom commun : Fabagelle
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Interdites

On n'en rapporte pas la présence au Canada.  Le contrôle de cette plante par herbicides est difficile à cause de la surface cirée de ses feuilles et de son réseau étendu de racines. Les plantes de cette espèce ne sont pas agréables au goût pour les animaux d'élevage.

Aucun répondant ne s'est opposé à la classification de cette espèce dans la catégorie 1, graines de mauvaises herbes nuisibles interdites.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Catégorie 2 : Graines de mauvaises herbes nuisibles principales

Classification actuelle : Principale
(Arrêté de 2005 sur les graines de mauvaises herbes)
Classification proposée : Principale
(Consultation d'octobre 2009)
Nom scientifique : Abutilon theophrasti
 (Source : GRIN)
Nom commun : Abutilon
Nouvelle proposition : Catégorie 2 - Graines de mauvaises herbes nuisibles principales
(février 2011)

Abutilon theophrasti est une plante herbacée annuelle de la famille des Malvaceae et est originaire de la région qui s'étend de la Méditerranée à l'Asie centrale.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principale.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Acroptilon repens (=Rhaponticum repens)
Nom commun : Centaurée de Russie
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Il n'y a pas eu de consensus en ce qui concerne le retrait de cette espèce des graines de mauvaises herbes nuisibles interdites. Les répondants ont exprimé des inquiétudes quant à la gravité de cette mauvaise herbe et à son impact économique considérable.

Cette espèce est présente en C.-B., en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario. Elle est décrite comme répandue dans les parties sud des quatre provinces de l'Ouest et dans le Sud de l'Ontario, bien qu'elle n'ait probablement pas atteint ses limites écologiques extrêmes.

Contrôle officiel : En Colombie-Britannique, l'espèce Rhaponticum repens est réglementée (sous le nom d'Acroptilon repens) dans la région de North Okanagan (C.-B. 2010) et est désignée comme plante envahissante en vertu de la Forest and Range Practices Act (C.-B. 2004). En Alberta, cette espèce est réglementée à titre de mauvaise herbe nuisible interdite en vertu de la Weed Control Act provinciale (Alberta 2010). Au Manitoba, elle est désignée (sous le nom de Centaurea repens) comme mauvaise herbe nuisible (Manitoba 1996).

L'espèce Acroptilon repens est une plante herbacée vivace de la famille des asters, indigène de l'Eurasie et qui se répand principalement grâce aux plantules qui naissent de ses rhizomes, mais elle produit aussi de petites quantités de graines viables. Cette espèce est présente partout dans l'ouest et le centre des États-Unis, et est justiciable de quarantaine en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Russie.

À la suite de la surveillance effectuée entre 2001 et 2007, le A. repens n'a été détecté dans aucun échantillon de semences produites au Canada ou importées.

L'espèce A. repens est inscrite à la liste des mauvaises herbes nuisibles interdites dans l'AGMH depuis 1960.

L'espèce A. repens est réputée difficile à contrôler dans les systèmes de production biologique.

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2 - graine de mauvaises herbes nuisible principale.

Une rétroaction supplémentaire des intervenants au sujet de la répartition de cette espèce et des mesures de contrôle est demandée.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Amaranthus tuberculatus
Nom commun : Acnide tuberculé
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Amaranthus tuberculatus est une herbacée annuelle qui donne des plants mâles et femelles. Elle se multiplie par graines et pousse dans des milieux humides comme les bords des rivières, des étangs, des marais, de lacs et des criques, ainsi que dans les habitats perturbés comme les terrains agricoles, le long des routes et les chemins de fer. Sa distribution actuelle se limite au sud-ouest de l'Ontario. La résistance aux herbicidesd'A. tuberculatus a été constatée en Ontario.

L'HNS a confirmé que l'espèce A. tuberculatus est possible à distinguer des autres Amaranthus spp.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Ambrosia trifida
Nom commun : Grande herbe à poux
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Ambrosia trifida est une herbe annuelle indigène de l'Amérique du Nord de la famille des asters.  La grande herbe à poux est réglementée au Canada à titre de mauvaise herbe depuis 1905.  Il peut être difficile de contrôler la propagation de cette plante.  La présence d'A. trifida tolérante au glyphosate a été constatée en Ontario.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Carduus nutans
Nom commun : Chardon penché
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Le Carduus nutans est fortement répandu et qu'il ne fait l'objet d'aucune mesure de contrôle officielle.  Cette espèce se reproduit seulement par ses graines, dispersées par le vent, l'eau, la faune et le bétail. Le Carduus nutans est une mauvaise herbe réglementée en Alberta et en quarantaine en Australie et en Nouvelle-Zélande. Cette espèce est considérée comme étant répandue au Canada; cependant, on souhaite toujours contrôler sa propagation, puisque sa présence peut avoir des répercussions importantes.

L'HNS a confirmé que l'espèce C. acanthoides (Chardon épineux) est possible à distinguer l'espèce C. nutans (Chardon penché).

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Cirsium arvense
Nom commun : Chardon des champs
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Cirsium arvense a été réglementé pour la première fois au Canada en 1667 au Québec et est réglementé à l'échelon fédéral depuis 1905. Le Cirsium arvense est considéré comme l'une des espèces les plus difficiles à contrôler dans la plupart des cultures et des systèmes de gestion. Le Cirsium arvense est réglementé à l'échelon fédéral aux États-Unis et par plusieurs autres partenaires commerciaux. C. arvense est réglementé à l'échélon d'état dans cinquante états.

La surveillance effectuée entre 2001 et 2007 a permis de détecter le Cirsium arvense dans 83 échantillons de semences produites au Canada et 5 échantillons de semences importées.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure la catégorie 2.

Une rétroaction supplémentaire des intervenants au sujet de la répartition de cette espèce et des mesures de contrôle est demandée.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Conium maculatum
Nom commun : Ciguë maculée
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Toutes les parties de cette plante sont vénéneuses. Il se reproduit strictement que par ses graines.

À la suite de la surveillance effectuée entre 2001 et 2007, le Conium maculatum n'a été détecté dans aucun échantillon de semences produites au Canada ou importées. On a retrouvé des semences de Conium maculatum dans deux échantillons d'importations de grains depuis février 2008.

Aucun répondant ne s'est opposé à la reclassification de cette espèce dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'HNS a confirmé que l'espèce Conium maculatum est distincte des Cicuta spp. (Water hemlock) et des Sium spp. (Water parsnip).

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Convolvulus arvensis
Nom commun : Liseron des champs
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Le Convolvulus arvensis est réglementé comme une mauvaise herbe au Canada depuis 1905.

Le Convolvulus arvensis est considéré comme l'une des espèces les plus difficiles à contrôler dans les systèmes classiques, biologiques et sans labour.

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de la reclassification de cette espèce.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Datura stramonium
Nom commun : Stramoine commune
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Cette espèce est toxique pour l'être humain et le bétail et se reproduit seulement par ses graines.

Le Datura stramonium n'est plus admissible à titre d'espèce de mauvaises herbes nuisibles interdites puisqu'il est présent en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard et ne fait l'objet d'aucune mesure de contrôle officielle.

Aucun répondant ne s'est opposé à la reclassification de cette espèce dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'HNS a confirmé que l'espèce D. stramonium est possible à distinguer de l'espèce D. ferox (Long Spined Thorn Apple).

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale, Nuisible
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Elytrigia repens (=Elymus repens)
Nom commun : Chiendent
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

L'Elytrigia repens est considéré comme l'une des espèces les plus difficiles à contrôler dans les systèmes de production biologique. L'Elytrigia repens est réglementé comme une mauvaise herbe au Canada depuis 1960.  La surveillance effectuée entre 2001 et 2007 a permis de détecter l'Elytrigia repens dans 95 échantillons de semences produites au Canada, et 7 échantillons de semences importées.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.  Une rétroaction supplémentaire des intervenants est demandée.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Euphorbia esula
Nom commun : Euphorbe ésule
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Six répondants ont présenté des commentaires sur cette espèce, dont trois ont proposé qu'elle reste dans la catégorie des graines de mauvaises herbes nuisibles interdites et trois étaient d'accord pour la reclasser dans la catégorie des graines de mauvaises herbes nuisibles principales. Étant donné que cette espèce est présente au Canada et ne fait pas l'objet d'un contrôle officiel, elle ne répond pas à la définition de mauvaise herbe nuisible interdite.

L'HNS a confirmé que l'espèce E. esula est possible à distinguer de l'espèce E. cyparissias (Cypress Spurge).

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2.  Une rétroaction supplémentaire des intervenants est demandée.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Galega officinalis
Nom commun : Galéga officinal
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

G. officinalis est réglementé à l'échelon fédéral aux Etats-Unis par l'USDA et à l'échélon d'état dans douze états.

L'HNS a confirmé que les graines typiques de l'espèce G. officinalis sont possibles à distinguer de celles de l'espèce G. orientalis (Oriental goat's-rue), lorsqu'on a suivi la formation nécessaire.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Galium aparine
Nom commun : Gaillet gratteron
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Dans les cultures de céréales et de lin, le Galium aparine réduit le rendement des cultures, entraîne des verses et nuit aux activités de récolte. Le Galium aparine ne se propage que par ses graines et est présent en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à Terre-Neuve et aux Territoires du Nord-Ouest.  La surveillance effectuée entre 2001 et 2007 a permis de détecter le Galium aparine dans 89 échantillons de semences produites au Canada et 7 échantillons de semences importées.

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de la reclassification de cette espèce de la catégorie 2.

L'HNS a confirmé que les graines typiques de l'espèce G. aparine sont possibles à distinguer de celles de l'espèce G. spurium (Gaillet bâtard).

Les règlements de certification des cultures de l'Association canadienne des producteurs de semences (la circulaire 6, 2010) indiquent que la présence de Cleavers donne lieu à un refus de la classe généalogique pour ce qui est du canola, de la moutarde, des radis cultivés, du colza et du canola hybride certifiés, et du colza, ainsi que du canola, de la moutarde, des radis cultivés, du colza, du carthame et du tournesol de fondation et de probation.

Les semences auxquelles s'applique le tableau VII de l'annexe I de la Loi sur les semences doivent être exemptes de graines de gaillet gratteron.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Galium spurium
Nom commun : Gaillet bâtard
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

L'HNS a confirmé que les graines typiques de l'espèce G. aparine (Gaillet gratteron) sont possibles à distinguer de celles de l'espèce G. spurium.

Les semences auxquelles s'applique le tableau VII de l'annexe I de la Loi sur les semences doivent être exemptes de graines de Gaillet bâtard.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Galium verrucosum
Nom commun : Gaillet à verrues
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Les intervenants ont indiqué que cette espèce pose un grave problème dans le canola. La base de données sur les végétaux du département de l'Agriculture des États-Unis indique que cette espèce est présente dans l'état du Michigan.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Heracleum mantegazzianum
Nom commun : Berse du Caucase
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

L'Heracleum mantegazzianum est un végétal phytotoxique dont la sève peut causer une inflammation et des brûlures importantes de la peau lorsque celle-ci est exposée au soleil ou aux rayons UV. Cette espèce se propage par ses graines et par multiplication asexuée à partir de son collet. L'Heracleum mantegazzianum est actuellement présent en Colombie-Britannique, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.

Aucun répondant ne s'est opposé à la classification de cette espèce dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'HNS a confirmé que les espèces Heracleum mantegazzianum (Berse du Caucase), Heracleum spondylium (Cow parsnip) et Heracleum persicum (Persian hogweed) sont possibles à distinguer.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Lepidium appelianum
Nom commun : Cranson velu
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Il est répandu en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba, ne fait l'objet d'aucune mesure de contrôle officielle et est considéré comme étant difficile à contrôler.

Le Lepidium appelianum est aujourd'hui réparti à trop vaste échelle pour répondre aux critères d'une espèce de mauvaise herbe nuisible interdite de catégorie 1 et devrait être reclassifié à titre d'espèce de « mauvaise herbe nuisible principale de catégorie 2 ».

Aucun répondant ne s'est opposé à la reclassification de cette espèce dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'HNS a confirmé que l'espèce Lepidum appelianum (Cranson velu), l'espèce Lepidium draba subsp. chalapense (Cranson rampant) et l'espèce Lepidium draba subsp. draba (Cranson dravier) sont difficiles à distinguer sans la gousse.

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Lepidium draba subsp. chalapense (=Lepidium chalepense)
Nom commun : Cranson rampant
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Cette espèce est répandue en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario et ne fait l'objet d'aucune mesure de contrôle officielle; par conséquent, le Lepidium draba subsp. chalapense ne répond plus à la définition d'une espèce de mauvaises herbes nuisible interdite.

Aucun répondant ne s'est opposé à la reclassification de cette espèce dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'HNS a confirmé que l'espèce Lepidum appelianum (Cranson velu), l'espèce Lepidium draba subsp. chalapense (Cranson rampant) et l'espèce Lepidium draba subsp. draba (Cranson dravier) sont difficiles à distinguer sans la gousse.

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Lepidium draba subsp. draba (=Lepidium draba)
Nom commun : Cranson dravier
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Le Lepidium draba subsp. draba est désigné comme une mauvaise herbe nuisible en Alberta et comme une mauvaise herbe en quarantaine en Afrique du Sud. Il est répandu en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan au Manitoba, en Ontario, au Québec, et en Nouvelle-Écosse et ne fait l'objet d'aucune mesure de contrôle officielle; par conséquent, le Lepidium draba subsp. draba ne répond plus à la définition d'une espèce de mauvaise herbe nuisible interdite.

Aucun répondant ne s'est opposé à la reclassification de cette espèce dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'HNS a confirmé que l'espèce Lepidum appelianum (Cranson velu), l'espèce Lepidium draba subsp. chalapense (Cranson rampant) et l'espèce Lepidium draba subsp. draba (Cranson dravier) sont difficiles à distinguer sans la gousse.

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Linaria spp.
Nom commun : Linaire
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de la reclassification de cette espèce de la catégorie 2 à la catégorie 3.

Ces espèces sont présentes en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. Les espèces de Linaria spp. ont été ajoutées à l'AGMH en 1960 comme une mauvaise herbe nuisible principale.

Les Linaria spp. sont considérés comme étant difficiles à contrôler dans les systèmes de production biologique.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Lythrum salicaria
Nom commun : Salicaire commune
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Le Lythrum salicaria se propage par ses graines et par multiplication asexuée à partir des racines.

Des racines isolées ou des fragments de tige peuvent également prendre racine et se développer en hampes florales.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Nicandra physalodes
Nom commun : Nicandre faux-coqueret
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

N. physalodes est un nuisible en milieu agricole dans certaines régions du monde. Il envahit plusieurs cultures, y inclus Glycine max (soya), Hordeum vulgare (orge), Phaseolus vulgaris (haricot commune), Sorghum bicolor (sorgho), Triticum aestivum (blé), Zea mays (maïs), et plusieurs d'autres.  Au Canada, on a retrouvé des graines de Nicandra physalodes dans les échantillons d'alimentation d'oiseau  et de blé.  N. physalodes répond aux critères d'une espèce de mauvaise herbe nuisible principale.

Aucun répondant ne s'est opposé à la classification de cette espèce dans la catégorie 2,  graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Odontites vernus subsp. serotinus
Nom commun : Odontite rouge
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Cette espèce est présente au Canada et ne fait l'objet d'aucune mesure de contrôle officielle.

L'Odontites vernus subsp. serotinus ne persiste pas dans les sols cultivés. Pour cette raison, il représente rarement un problème dans les cultures de céréales ou les cultures particulières. La mauvaise herbe représente toutefois une sérieuse préoccupation dans les fourragères et dans les pâturages.

Aucun répondant ne s'est opposé à la reclassification de cette espèce dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Raphanus raphanistrum
Nom commun : Radis sauvage
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Au cours des consultations, les intervenants ont indiqué que cette espèce est difficile à contrôler.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Senecio jacobaea (=Jacobaea vulgaris)
Nom commun : Sénéçon jacobée
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Le Senecio jacobaea se propage par ses graines, principalement en raison de la dispersion de celles-ci causée par le vent, l'eau et les animaux. Cette espèce est présente en Colombie-Britannique, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Setaria faberi
Nom commun : Sétaire géante
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Le Setaria faberi est présent en Ontario et au Québec.  Le Setaria faberi est reconnu pour sa résistance aux herbicides en Ontario.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Silene latifolia subsp. alba
Nom commun : Lychnide blanche
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Il se propage surtout par ses graines, mais des fragments de racine et de tige peuvent s'établir.

La surveillance effectuée entre 2001 et 2007 a permis de détecter le Silene latifolia subsp. alba dans 56 échantillons de semences importées et produites au Canada.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Silene vulgaris
Nom commun : Silène enflé
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Le Silene vulgaris est réglementé comme une mauvaise herbe au Canada depuis 1923. Durant les consultations, les intervenants ont indiqué qu'ils considéraient cette espèce comme étant difficile à contrôler.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Solanum carolinense
Nom commun : Morelle de la Caroline
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Le Solanum carolinense est une mauvaise herbe nuisible au Manitoba et une mauvaise herbe en quarantaine en Australie, en Inde et en Russie. À la suite de la surveillance effectuée entre 2001 et 2007, le Solanum carolinense n'a été détecté dans aucun échantillon de semences produites au Canada ou importées. Cette espèce a possiblement atteint la limite de son étendue possible dans l'Est du Canada. Étant donné qu'il ne fait l'objet d'aucune mesure de contrôle officielle, le Solanum carolinense ne répond pas à la définition d'espèce de mauvaise herbe nuisible interdite.

Aucun répondant ne s'est opposé à la reclassification de cette espèce dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'HNS a confirmé que l'espèce S. elaeagnifolium (Morelle jaune) est possible à distinguer de l'espèce S. carolinense.

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Principale, Nuisible
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Sonchus arvensis
Nom commun : Laiteron des champs
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Le Sonchus arvensis est réglementé au Canada comme une mauvaise herbe depuis 1905. Le Sonchus arvensis est considéré comme l'une des espèces les plus difficiles à contrôler dans les systèmes biologiques et sans travail du sol.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 2.

Classification actuelle : Interdite
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Sorghum halepense
Nom commun : Sorgho d'Alep
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de Mauvaises Herbes Nuisibles Principales

Le Sorghum halepense est présent en Ontario et a possiblement atteint les limites de son étendue possible au Canada. Étant donné que le Sorghum halepense est présent en Ontario et qu'il ne fait l'objet d'aucune mesure de contrôle officielle, on propose la reclassification de cette espèce à titre d'espèce de « mauvaise herbe nuisible principale ».

Aucun répondant ne s'est opposé à la reclassification de cette espèce dans la catégorie 2, graines de mauvaises herbes nuisibles principales.

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 2.

Catégorie 3 : Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaire

Classification actuelle : Secondaire
(Arrêté de 2005 sur les graines de mauvaises herbes)
Classification proposée : Secondaire
(Consultation d'octobre 2009)
Nom scientifique : Ambrosia artemisiifolia
(Source : GRIN)
Nom courant : Petite herbe à poux
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires
(février 2011)

La surveillance effectuée entre 2001 et 2007 a permis de détecter l'Ambrosia artemisiifolia dans 2 échantillons de semences produites au Canada, 17 échantillons de semences importées et 5 échantillons de semences d'origine non spécifiée. L'Ambrosia artemisiifolia est reconnu comme étant résistant aux herbicides et est réglementé comme une mauvaise herbe au Canada depuis 1905.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 3, graines de mauvaises herbes nuisibles secondaire.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Anthemis cotula
Nom courant : Camomille des chiens
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

L'espèce Anthemis cotula a été détectée dans 41 échantillons de semences produites au Canada, 9 échantillons de semences importées et 10 échantillons d'origine non spécifiée. L'espèce Anthemis cotula est réglementée comme une mauvaise herbe au Canada depuis 1986, lorsqu'elle a été ajoutée à l'AGMH à titre de mauvaise herbe nuisible secondaire (de catégorie 3). C'est sa classification actuelle.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 3, graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Avena fatua
Nom courant : Folle avoine
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

L'espèce Avena fatua a montré une résistance aux herbicides en Alberta, au Manitoba et en Saskatchewan. L'espèce Avena fatua est réglementée à titre de mauvaise herbe au Canada depuis 1905. La surveillance effectuée entre 2001 et 2007 a permis de détecter l'espèce Avena fatua dans 133 échantillons de semences produites au Canada, 5 échantillons de semences importées et 41 échantillons de semences d'origine non spécifiée.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 3, graines de mauvaises herbes nuisibles.

Les semences auxquelles s'appliquent les tableaux I, II, II.1 et III de l'annexe I  de la Loi sur les semences doivent être exemptes de folle avoine au Québec, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et sur l'Île-du-Prince-Édouard.

L'HNS a confirmé que l'espèce Avena sterilis (Avoine stérile) et l'espèce A. fatua étaient possibles à distinguer.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Avena sterilis
Nom courant : Avoine stérile
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

L'Avena sterilis est une graminée annuelle originaire d'Eurasie. L'Avena sterilis est devenu naturalisé en Californie et en Oregon, on peut le retrouver dans les champs, les vignes, les vergers et sur les flancs de coteau. L'Avena sterilis est présent en Ontario et au Québec.

Les intervenants ont appuyé la classification de cette espèce dans la catégorie 3.

L'HNS a confirmé que l'espèce Avena sterilis et l'espèce A. fatua (folle avoine) étaient possibles à distinguer.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Barbarea spp.
Nom courant : Barbarée vulgaire
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Les Barbarea spp. sont des plantes herbacées bisannuelles de la famille des moutardes originaires d'Eurasie et largement établies en Amérique du Nord. Les Barbarea spp. se propagent par leurs graines. Ces espèces sont présentes en Colombie-Britannique, en Alberta, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest.

Ces derniers ont été ajoutés à l'AGMH en 1960 à titre de mauvaises herbes nuisibles principales.

Les intervenants ont indiqué que cette espèce était répandue et courante.

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 3.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Bromus japonicus
Nom courant : Renouée japonaise
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Des huit répondants, quatre étaient d'accord avec la classification de cette espèce dans la catégorie 2, mais préféraient que brome des toits et renouée japonaise soient classés dans la même catégorie; un répondant a proposé la catégorie 3 et trois se sont opposés à l'ajout de cette espèce à l'AGMH.

Le Bromus japonicus se propage uniquement par ses graines et est présent en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec et au Yukon.

Des intervenants ont indiqué que brome des toits et renouée japonaise devraient être classés dans la même catégorie.

L'HNS a confirmé que les espèces Bromus secalinus, B. japonicus (renouée japonaise) et B. commutatus (Smooth brome) sont possibles à distinguer.

Il n'y a pas de consensus sur la classification de cette espèce dans la catégorie 3. Il faut poursuivre les discussions entre les intervenants.   Une rétroaction supplémentaire des intervenants est demandée.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Bromus secalinus
Nom courant : Brome faux-seigle
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Des quatre répondants, deux sont d'accord avec la classification de cette espèce dans la catégorie 2 et deux s'y opposent. Des intervenants ont soutenu que tous les bromes devraient se trouver dans la même catégorie.

L'HNS a confirmé que les espèces Bromus secalinus, B. japonicus (renouée japonaise) et B. commutatus (Smooth brome) sont possibles à distinguer.

Il n'y a pas de consensus sur la classification de cette espèce dans la catégorie 3. Il faut poursuivre les discussions entre les intervenants.  Une rétroaction supplémentaire des intervenants est demandée.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Bromus tectorum
Nom courant : Brome des toits
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Le Bromus tectorum est présent en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest et est considéré comme une mauvaise herbe représentant une sérieuse préoccupation dans les parcours naturels et les champs de blé d'hiver, de luzerne et de semences de gazon.

Des dix répondants, cinq (5) répondants se sont opposés, deux proposent la catégorie 2 et trois appuient la catégorie 3.  Des intervenants ont indiqué que brome des toits et renouée japonaise devraient être classés dans la même catégorie.

L'ACIA recommande que cette espèce soit classée dans la catégorie 3.

Il n'y a pas de consensus sur la classification de cette espèce dans la catégorie 3. Il faut poursuivre les discussions entre les intervenants.  Une rétroaction supplémentaire des intervenants est demandée.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Daucus carota subsp. carota
Nom courant : Carotte sauvage
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Le Daucus carota subsp. carota se propage uniquement par ses graines et est présent en Colombie-Britannique, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve. Le Daucus carota subsp. carota est réglementé comme une mauvaise herbe au Canada depuis 1923.

Cette espèce a montré une résistance aux herbicides en Ontario. Il est difficile à contrôler dans les systèmes sans travail du sol.

Les répondants ont appuyé le maintien de la classification dans la catégorie 3.

L'HNS a confirmé que les graines typiques de D. carota cultivé (type de culture à l'annexe I) sont possibles à distinguer de celles de D. carota sauvage.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Erucastrum gallicum
Nom courant : Moutarde des chiens
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

L'Eruscastrum gallicum se propage par ses graines et est présent en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve et dans les Territoires du Nord-Ouest. La surveillance effectuée entre 2001 et 2007 a permis de détecter l'Eruscastrum gallicum dans 5 échantillons de semences produites au Canada et 3 échantillons de semences d'origine non spécifiée.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 3, graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Lepidium campestre
Nom courant : Lépidie des champs
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Le Lepidium campestre se propage uniquement par ses graines et est présent en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve. La surveillance effectuée entre 2001 et 2007 a permis de détecter le Lepidium campestre dans 27 échantillons de semences produites au Canada et 3 échantillons de semences d'origine non spécifiée.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 3, graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Principale, nuisible
Classification proposée : Secondaire, nuisible
Nom scientifique : Leucanthemum vulgare
Nom courant : Marguerite blanche
Nouvelle proposition : Catégories 3 et 5

Cette espèce se propage par ses graines et par multiplication asexuée à partir des racines. Le Leucanthemum vulgare est présent en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve, au Yukon, au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest.

Le Leucanthemum vulgare est réglementé comme une mauvaise herbe au Canada depuis 1905.

Aucun répondant ne s'est opposé de classer cette espèce dans la catégorie 3, graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires et la catégorie 5, graines de mauvaises herbes nuisibles.

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans les catégories 3 et 5.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Lolium persicum
Nom courant : Ivraie de Perse
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Le Lolium persicum est présent en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec. et au Nunavut. À la suite de la surveillance effectuée entre 2001 et 2007, le Lolium persicum n'a été détecté dans aucun échantillon de semences produites au Canada et importées. Le Lolium persicum est reconnu comme montrant de la résistance aux herbicides en Saskatchewan.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 3, graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Pastinaca sativa
Nom courant : Panais sauvage
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

La culture du panais a diminué au Canada à un tel point qu'il ne s'agit maintenant plus que d'une culture mineure, mais la forme sauvage s'est répandue pour devenir une mauvaise herbe incommodante, particulièrement dans les régions de l'Est. Cette plante bisannuelle monocarpique munie d'une grande racine pivotante se reproduit entièrement par ses graines. Elle tolère une large gamme d'habitats et de types de sols. Elle est considérée comme une mauvaise herbe nuisible en raison de ses propriétés toxiques (principalement la dermatite photoactivée) pour les êtres humains et le bétail. Elle envahit les sites perturbés, les emprises, les pâturages, les cultures vivaces et les champs sans travail du sol, où elle domine les plantes moins hautes. Dans l'agriculture canadienne, elle pose problème dans les pâturages, où elle est pâturée de manière inégale, fait concurrence aux espèces fourragères et peut occasionner des blessures au bétail. Elle pose de plus en plus problème également dans les systèmes de culture sans travail du sol où les mauvaises herbes vivaces peuvent survivre. Comme mauvaise herbe dans les emprises, elle présente un risque grave pour la santé des gestionnaires de la végétation, particulièrement au cours des opérations de tonte et de coupe. En Ontario, dans les Comtés unis de Leeds et Grenville, elle est réglementée par des règlements locaux de contrôle des mauvaises herbes. Aux États-Unis, dans l'état de l'Ohio, cette espèce a été désignée comme une mauvaise herbe nuisible interdite.Note de bas de page 2

Une rétroaction supplémentaire des intervenants au sujet de la répartition de cette espèce et des mesures de contrôle est demandée.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Plantago lanceolata
Nom courant : Plantain lancéolé
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Le Plantago lanceolata se propage uniquement par ses graines et est présent en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve. La surveillance effectuée entre 2001 et 2007 a permis de détecter le Plantago lanceolata dans 125 échantillons de semences produites au Canada, 11 échantillons de semences importées et 19 échantillons de semences d'origine non spécifiée.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 3, graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Toutes les espèces Rumex, sauf R. maritimus & R. acetosella
Nom courant : Patience
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Les répondants étaient d'accord avec cette classification.

L'oseille est réglementée comme une mauvaise herbe au Canada depuis 1905. Le Rumex crispus et le Rumex obtusifolius ont été répertoriés comme des mauvaises herbes nuisibles secondaires sur l'AGMH en 1960. Les autres espèces ont été ajoutées en 1986.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Silene noctiflora
Nom courant : Silène noctiflore
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Le Silene noctiflora est réglementé comme une mauvaise herbe au Canada depuis 1905. Il a été répertorié comme une mauvaise herbe nuisible secondaire (de catégorie 3) sur l'AGMH en 1960.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Principale
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Sinapis arvensis
Nom courant : Moutarde des champs
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

La majorité des répondants ont appuyé la reclassification dans la catégorie 3.

Les règlements de certification des cultures de l'Association canadienne des producteurs de semences (la circulaire 6, 2010) indiquent que la présence de Wild mustard donne lieu à un refus de la classe généalogique pour ce qui est du canola, de la moutarde, des radis cultivés, du colza et du canola hybride certifiés, et du colza, ainsi que du canola, de la moutarde, des radis cultivés, du colza, du carthame et du tournesol de fondation et de probation.

L'ACIA recommande de reclasser cette espèce dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Sisymbrium loeselii
Nom courant : Sisymbre élevé de Loesel
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Le Sisymbrium loeselii est répertorié comme une mauvaise herbe nuisible secondaire (de catégorie 3) depuis 1960. La surveillance effectuée entre 2001 et 2007 a permis de détecter le Sisymbrium loeselii dans un échantillon de semences produites au Canada.

Aucun répondant ne s'est opposé au fait que cette espèce reste dans la catégorie 3, graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Retrait
Nom scientifique : Thlaspi arvense
Nom courant : Tabouret des champs
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Le Thlaspi arvense se propage uniquement par ses graines et est présent en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l'Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest. Le Thlaspi arvense est réglementé comme une mauvaise herbe au Canada depuis 1905.  Cette espèce est cultivée comme type de culture au Canada.

Les règlements de certification des cultures de l'Association canadienne des producteurs de semences (la circulaire 6, 2010) indiquent qu'une quantité excessive de Stinkweed donne lieu au refus de la classe généalogique pour ce qui est de la caméline.

Il n'y a pas eu de consensus au sujet du retrait de cette espèce de l'AGMH.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Classification actuelle : Secondaire, nuisible
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Tripleurospermum maritimum subsp. inodorum
Nom courant : Matricaire inodore
Nouvelle proposition : Catégories 3 et 5 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires et nuisibles

L'HNS a confirmé que l'espèce T. mar. subsp. inodorum est possible à distinguer de l'espèce T. maritimum subsp. maritimumis (Seashore chamomile).  Les différences sont mineures et les graines doivent être typiques.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans les catégories 3 et 5.

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Retrait
Nom scientifique : Vaccaria hispanica
Nom courant : Saponaire de vaches
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

Il n'y a pas eu de consensus au sujet du retrait de cette espèce.

Le Vaccaria hispanica a été réglementé au Canada comme une mauvaise herbe de 1905 à 1960. Le Vaccaria hispanica a été répertorié comme une mauvaise herbe nuisible secondaire (de catégorie 3) sur l'AGMH en 1986.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans la catégorie 3.

Catégorie 4 : Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires et catégorie 5 : Graines de mauvaises herbes nuisibles

Classification actuelle : Secondaire, nuisible
(Arrêté de 2005 sur les graines de mauvaises herbes)
Classification proposée : Secondaire, nuisible
(Consultation d'octobre 2009)
Nom scientifique : Cerastium spp.
(Source : GRIN)
Nom courant : Céraiste
Nouvelle proposition : Catégories 4 et 5 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaire et nuisible
(juin 2011)

Les Cerastium spp. ont été répertoriés comme des mauvaises herbes nuisibles secondaires (de catégorie 4) et comme des mauvaises herbes nuisibles (de catégorie 5) sur l'AGMH en 1960.

L'ACIA recommande que ces espèces demeurent dans les catégories 4 et 5.

Classification actuelle : Secondaire, nuisible
Classification proposée : Secondaire, nuisible
Nom scientifique : Digitaria spp.
Nom courant : Digitaire
Nouvelle proposition : Catégories 4 et 5 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaire et nuisible

Digitaria spp. est réglementée comme une mauvaise herbe nuisible secondaire (de catégorie 4) et comme une mauvaise herbe nuisible (de catégorie 5) sur l'AGMH depuis 1960.

L'ACIA recommande que ces espèces demeurent dans les catégories 4 et 5.

Classification actuelle : Secondaire, nuisible
Classification proposée : Secondaire, nuisible
Nom scientifique : Panicum spp.
Nom courant : Panic
Nouvelle proposition : Catégories 4 et 5 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaire et nuisible

Les Panicum spp. ont été répertoriées comme des mauvaises herbes nuisibles secondaires (de catégorie 4) et comme des mauvaises herbes nuisibles (de catégorie 5) sur l'AGMH en 1960.

Quatre espèces posant problème (P. miliaceum, P. capillaire, P. dichotomiflorum, Dichanthelium acuminatum).

L'ACIA recommande que ces espèces demeurent dans les catégories 4 et 5.

Classification actuelle : Secondaire, nuisible
Classification proposée : Secondaire, nuisible
Nom scientifique : Prunella vulgaris
Nom courant : Prunelle vulgaire
Nouvelle proposition : Catégories 4 et 5 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaire et nuisible

Le Prunella vulgaris a été répertorié comme une mauvaise herbe nuisible secondaire (de catégorie 4) et comme une mauvaise herbe nuisible (de catégorie 5) sur l'AGMH en 1960.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans les catégories 4 et 5.

Classification actuelle : Secondaire, nuisible
Classification proposée : Secondaire, nuisible
Nom scientifique : Stellaria media
Nom courant : Mouron des oiseaux
Nouvelle proposition : Catégories 4 et 5 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaire et nuisible

Le Stellaria media est répertorié comme une mauvaise herbe nuisible secondaire (de catégorie 4) et comme une mauvaise herbe nuisible (de catégorie 5) sur l'AGMH depuis 1960.

Le Stellaria media a montré de la résistance aux herbicides en Alberta et en Saskatchewan. Cette espèce est difficile à contrôler dans les systèmes de production à travail du sol réduit.

L'ACIA recommande que cette espèce demeure dans les catégories 4 et 5.

Espèces ne figurant pas dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes (c.-à-d. la catégorie 6)

Classification actuelle : S.O.
(Arrêté de 2005 sur les graines de mauvaises herbes)
Classification proposée : Principale
(Consultation d'octobre 2009)
Nom scientifique : Bassia scoparia
(Source : GRIN)
Nom courant : Bassie à balais
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)
(juin 2011)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à l'AGMH.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Ammi majus
Nom courant : Ammi élevé
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de la classification de cette espèce dans l'AGMH. Il y a des enjeux en ce qui concerne son commerce comme plante d'ornement et son identification.

L'HNS a confirmé que l'espèce Ammi majus semble être possible à distinguer de l'espèce Ammi visnaga (Khella).

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Retrait
Nom scientifique : Cichorium intybus
Nom courant : Chicorée sauvage
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Cichorium intybus est également une culture produite au Canada et inscrite au tableau XX de l'annexe I du Règlement sur les semences.

L'HNS a confirmé que les espèces C. intybus et C. endivia (Endive) sont possibles à distinguer.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Echinochloa colonum
Nom courant : Échinochloé cultivé
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Selon les réponses reçues des intervenants, il n'y a pas eu de consensus.

L'HNS a confirmé que l'espèce E. colonum est possible à distinguer de l'espèce E. crus-galli (échinochloa pied-de-coq).

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Alliaria petiolata
Nom courant : Alliaire officinale
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus entre les répondants, étant donné que les semences ne constituent pas une voie de propagation majeure de cette espèce.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Alternanthera sessilis
Nom courant : Magloire
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Amaranthus hybridus
Nom courant : Amarante hybride
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'HNS a confirmé que les espèces Amaranthus (autre que l'espèce A. tuberculatus (Acnide tuberculé)) sont difficiles à identifier de manière exacte.

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de l'Amaranthus spp. à l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Amaranthus powellii
Nom courant : Amarante de Powell
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'HNS a confirmé que les espèces Amaranthus (autre que l'espèce A. tuberculatus (Acnide tuberculé)) sont difficiles à identifier de manière exacte.

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de l'Amaranthus spp. à l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Amaranthus retroflexus
Nom courant : Amarante à racine rouge
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce A. retroflexus est reconnue pour résister à plusieurs herbicides au Manitoba, en Ontario et au Québec.

L'HNS a confirmé que les espèces Amaranthus (autre que l'espèce A. tuberculatus (Acnide tuberculé)) sont difficiles à identifier de manière exacte.

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de l'Amaranthus spp. à l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Bidens pilosa
Nom courant : Herbe à aiguilles
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à l'AGMH

L'HNS a confirmé que cette espèce est difficile à distinguer des espèces B. alba (Common Beggarticks), B. bipinnata (Spanish needles) et B. subalternans (Greater Beggar's Ticks).

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Retrait
Nom scientifique : Camelina microcarpa
Nom courant : Caméline à petits fruits
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Les répondants étaient d'accord pour dire que l'espèce Camelina spp. devrait être retirée de la catégorie 3 de l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. L'espèce Camelina est maintenant cultivée comme type de culture dans l'Ouest du Canada. Elle n'est pas considérée comme une espèce de mauvaises herbes agressive ou posant problème.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : Secondaire
Classification proposée : Retrait
Nom scientifique : Camelina sativa
Nom courant : Caméline
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Les répondants étaient d'accord pour dire que l'espèce Camelina spp. devrait être retirée de la catégorie 3 de l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. L'espèce Camelina est maintenant cultivée comme type de culture dans l'Ouest du Canada. Elle n'est pas considérée comme une espèce de mauvaises herbes agressives ou posant problème.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Chenopodium album
Nom courant : Chénopode blanc
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Les répondants se sont opposés à l'ajout de cette espèce à la catégorie 3.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Dioscorea polystachya
Nom courant :
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Hordeum jubatum
Nom courant : Orge agréable
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Les répondants se sont opposés à l'ajout de cette espèce à la catégorie 3.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Impatiens glandulifera
Nom courant : Impatiens de l'Himalaya
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à l'AGMH.

L'HNS a confirmé que l'espèce I. glandulifera est possible à distinguer de l'espèce I. capensis (Common Jewelweed).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Knautia arvensis
Nom courant : Knautia arvensis
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à l'AGMH.

L'HNS a confirmé que l'espèce K. dipsacifoliais (Wood scabious) est possible à distinguer de l'espèce K. arvensis.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Phragmites australis
Nom courant : Phragmite
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à l'AGMH.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Polygonum cuspidatum (=Fallopia japonica)
Nom courant : Liseron japonaise
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à l'AGMH

L'HNS a confirmé que les espèces Polygonum cuspidatum et Polygonum sachalinense (Renouée de Sakhaline) sont difficiles à distinguer.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Ricinus communis
Nom courant : Graine de ricin
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à l'AGMH.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Silybum marianum
Nom courant : Chardon-Marie
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à l'AGMH.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Solanum ptychanthum Dunal
Nom courant : Morelle noire de l'Est
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'HNS a confirmé que la petite taille de l'espèce S. ptychanthum (Morelle noire de l'Est), le centre presque lisse et en relief de l'espèce S. nigrum (Morelle noire) et le grand motif de surface des cellules de l'espèce S. maurritianum (Wild tobacco tree) permettent de les distinguer.  Afin de les distinguer, il faut de l'équipement de grossissement, et une formation pertinente peut être utile.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique : Solanum sarrachoides
Nom courant : Morelle poilue
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Les espèces S. sarrachoides (Morelle poilue) et S. triflorum (Cutleaf nightshade) sont très semblables : l'espèce S. sarrachoides se distingue par sa plus petite taille et le léger noircissement du hile. Afin de les distinguer, il faut de l'équipement de grossissement, et une formation pertinente peut être utile.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Soliva sessilis
Nom courant : Soliva sessile
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à l'AGMH

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Secondaire
Nom scientifique:Vicia cracca
Nom courant : Vesque craque
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à la catégorie 3.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Vincetoxicum louiseae (=Vincetoxicum nigrum)
Nom courant : Cynanque
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à la catégorie 2.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Principale
Nom scientifique : Vincetoxicum rossicum
Nom courant : Vigne étrangle-chien
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Il n'y a pas eu de consensus au sujet de l'ajout de cette espèce à la catégorie 2.

L'HNS a confirmé que les graines typiques de l'espèce Vincetoxicum rossicum sont possibles à distinguer grâce à la grande aile de l'espèce V. fuscatum (Black Highbush Blueberry).

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : Interdite
Nom scientifique : Xanthium sibiricum
Nom courant : Lampourde
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Les répondants se sont opposés à la classification de cette espèce dans la catégorie des graines de mauvaises herbes nuisibles interdites en raison de difficultés graves en matière de classification taxonomique et d'identification.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6) en raison des difficultés de classification taxonomique.

Espèces proposées par les intervenants

Espèces proposées par les intervenants (consultation d'octobre 2009 à février 2010)

Classification actuelle : S.O.
(Arrêté de 2005 sur les graines de mauvaises herbes)
Classification proposée : S.O.
(Consultation d'octobre 2009)
Nom scientifique : Allium vineale
 (Source : GRIN)
Nom courant : Ail des vignes
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)
(juin 2011)

L'espèce Allium vineale réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et qui n'est pas encore répandue largement. On rencontrera des difficultés dans l'identification précise des graines ou des bulbilles au niveau de l'espèce.

L'espèce A. vineale est un onion sauvage dont les plantes ont de 5 à 20 petits bulbes en grappes à leur base. Ses graines, lorsqu'elles sont produites, sont noires et revêtues d'une enveloppe luisante. L'espèce A. vineale est présente en C.-B., en Ontario et au Québec. Elle est classée comme mauvaise herbe nuisible en Californie, dans le district de Columbia, en Hawaï, dans l'Illinois, dans le Maryland, dans le Maine, dans le Michigan, dans le Missouri, au New Jersey, dans l'état de New York, en Ohio, dans l'Oregon, en Pennsylvanie, au Rhode Island et en Virginie-Occidentale. Selon sa répartition actuelle, l'espèce A. vineale peut survivre jusqu'à la zone 5 de la norme NAPPFAST. Dans le passé, ses petites bulbilles, qui sont de taille et de forme semblables aux grains de blé, contaminaient fréquemment les grains de blé cultivés dans les zones infestées. Le pain fait à partir de blé contaminé a une saveur d'ail, et les vaches qui broutent dans les pâturages infestés produisent du lait à saveur d'ail.

Étant donné que les semences ne représentent pas la principale voie de propagation, l'identification présenterait des difficultés et la répartition serait limitée au Canada.
L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Anagallis arvensis
Nom courant : Mouron rouge
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Anagallis arvensis ne réunit pas les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui n'est pas encore répandue largement, mais elle est peu susceptible d'avoir un impact économique au Canada. L'identification des graines est relativement facile pour les spécialistes qualifiés en analyse des graines. Dans le cadre des activités de surveillance réalisées entre 2001 et 2007, l'espèce Anagallis arvensis a été détectée dans 13 échantillons de semences produites au Canada et dans 1 échantillon de semences importées.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Anthriscus sylvestris
Nom courant : Anthrisque des bois
Nouvelle proposition : Catégorie 2

L'espèce Anthriscus sylvestris réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et qui n'a pas encore atteint ses limites écologiques au Canada. L'identification des graines est relativement facile pour les spécialistes qualifiés en analyse des graines.

L'espèce Anthriscus sylvestris est une plante herbacée monocarpique (généralement bisannuelle). Elle est classée comme mauvaise herbe de catégorie 1 en Nouvelle-Écosse, comme mauvaise herbe régionale dans le Sud-Ouest de la C.-B. et dans le comté de Grey en Ontario et comme mauvaise herbe nuisible au Massachusetts et dans l'état de Washington. Selon sa répartition actuelle en Amérique du Nord, l'espèce Anthriscus sylvestris peut survivre jusqu'à la zone 4 de la norme NAPPFAST.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Berteroa incana
Nom courant : Bertéroa blanc
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de mauvaises herbes nuisibles principale

L'espèce Berteroa incana réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et qui n'a pas encore atteint ses limites écologiques au Canada. L'identification des graines est relativement facile pour les spécialistes qualifiés en analyse des graines.

Selon sa répartition actuelle en Amérique du Nord, l'espèce Berteroa incana peut survivre jusqu'à la zone 3 de la norme NAPPFAST. Elle est classée comme mauvaise herbe nuisible au Michigan, au Minnesota, au Montana, dans l'état de Washington et au Wisconsin. Cette mauvaise herbe présente maintenant un problème grave dans le foin dans le centre nord des États-Unis, dans les grands pâturages libres et dans les autres pâturages. Elle peut profiter des perturbations causées par les sécheresses, les destructions par l'hiver, le surpâturage et une pauvre fertilité du sol. Elle est également devenue un organisme nuisible dans les plantations d'arbres de Noël du Michigan. Elle est toxique pour les chevaux, s'ils la consomment en grandes quantités, et le foin contaminé peut rester toxique pour les chevaux pendant jusqu'à 9 mois. On croit que des semences contaminées de luzerne et de trèfle lui ont servi de voie d'entrée en Amérique du Nord.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Bothriochloa laguroides
Nom courant : Barbon faux-saccharumis
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de mauvaises herbes nuisibles interdites

L'espèce Bothriochloa laguroides répond à la plupart des critères de la définition proposée pour les graines de mauvaises herbes de la catégorie 1 (les graines de mauvaises herbes nuisibles interdites) dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. Elle n'est pas encore présente au Canada et elle se reproduit par graines. Il s'agit d'une mauvaise herbe dont la présence dans les semences pourrait avoir une incidence sur la valeur et/ou l'utilisation prévue des lots de semences, et les efforts de contrôle déployés aux États-Unis indiquent qu'elle pourrait avoir un impact potentiel sur l'économie, si elle s'établissait au Canada.

L'espèce Bothriochloa laguroides est une graminée cespiteuse vivace d'une hauteur de 35 à 115 (130) cm. Sa présence n'a pas été signalée dans la flore canadienne. Selon sa répartition actuelle en Amérique du Nord, elle est résistante jusqu'à la zone 5 de la norme NAPPFAST, ce qui signifie qu'elle a une étendue d'habitat potentielle dans le Sud du Canada. L'espèce Bothriochloa laguroides [sous le nom d'Andropogon saccharoides] est signalée comme mauvaise herbe en Amérique du Sud (Argentine, Chili, Pérou) et aux États-Unis.

Les espèces Bothriochloa ischaemum (Chiendent à balai) et B. laguroides (parfois confondue avec l'espèce B. saccharoides, qui est plus tropicale) sont considérées comme aussi envahissantes l'une que l'autre et ont la même répartition.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Bromus arvensis
Nom courant : Brome des champs
Nouvelle proposition : Catégorie 3 – Graines de mauvaises herbes nuisibles secondaires

L'espèce Bromus arvensis ne répond pas à la définition proposée des graines de mauvaises herbes de la catégorie 1 (les graines de mauvaises herbes nuisibles interdites) dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. Elle est présente au Canada, mais n'a pas encore atteint sa pleine étendue écologique. Actuellement, elle ne fait pas l'objet d'un contrôle officiel, mais pourrait être une candidate potentielle pour le contrôle officiel dans l'avenir. Il s'agit d'une mauvaise herbe dont la présence dans les semences pourrait avoir une incidence sur la valeur et/ou l'utilisation prévue des lots de semences, et elle pourrait avoir un impact potentiel sur l'économie, si elle parvenait à s'établir plus largement. L'espèce Bromus arvensis est signalée comme mauvaise herbe de sol arable dans diverses régions d'Europe. Les responsables du Laboratoire des semences de l'ACIA ont indiqué qu'ils ont des spécimens disponibles pour cette espèce et que les graines peuvent être distinguées visuellement de celles des autres espèces.

Une rétroaction supplémentaire des intervenants au sujet de cette espèce est nécessaire.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Calystegia sepium
Nom courant : Liseron des haies
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Calystegia sepium ne réunit pas les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une espèce indigène qui approche de ses limites écologiques au Canada, et l'on n'a pas montré qu'elle avait un impact économique au Canada. L'identification des graines est difficile, mais possible pour les spécialistes qualifiés d'analyse des graines.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Carduus acanthoides
Nom courant : Chardon épineux
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de mauvaises herbes nuisibles principales

L'espèce Carduus acanthoides réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et qui n'a pas encore atteint ses limites écologiques au Canada. L'identification des graines des espèces Carduus présente de graves difficultés. Elle est semblable aux espèces Carduus nutans et Carduus crispus. Les graines des espèces Carduus sont difficiles à identifier et nécessitent un bon microscope binoculaire en plus d'une formation et de compétences de haut niveau chez les spécialistes d'analyse des graines. Moyennant un niveau approprié d'attention, de formation et d'expérience, il est possible de séparer les graines de l'espèce Carduus acanthoides de celles des autres espèces Carduus, comme Carduus nutans. Ces deux espèces s'hybrident facilement (Desrochers et coll., 1988), et il est peu probable que les hybrident puissent être identifiés de manière exacte. Le Laboratoire des semences de l'ACIA recommande que cette espèce reste classée dans les graines de mauvaises herbes nuisibles proposées jusqu'à ce que des spécialistes qualifiés en analyse des graines et les documents de références pertinents soient fournis.

L'espèce Carduus acanthoides est une plante herbacée biannuelle, annuelle hivernale ou annuelle. Le premier spécimen canadien a été prélevé dans le comté de Peel, en Ontario, en 1907. On trouve maintenant des populations en C.-B., en Ontario, au Québec, au N.-B. et en N.-É. Selon sa répartition actuelle en Amérique du Nord, l'espèce Carduus acanthoides peut survivre jusqu'à la zone 4 de la norme NAPPFAST.

Elle est classée comme mauvaise herbe nuisible en Arizona, en Californie, au Colorado, au Michigan, au Missouri, en Caroline du Nord, dans le Nebraska, en Oregon, en Dakota du Sud, dans l'état de Washington et dans le Wyoming. Les infestations de Carduus acanthoides réduisent la productivité des grands pâturages libres et des autres pâturages, en supprimant les plantes fourragères plus désirables et en interférant physiquement avec le bétail qui tente d'accéder aux plantes fourragères parmi les chardons épineux.

L'HNS a confirmé que l'espèce C. acanthoides est possible à distinguer de l'espèce C. nutans.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Cenchrus longispinus
Nom courant : Cenchrus à épines longues
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de mauvaises herbes nuisibles principales

L'espèce Cenchrus longispinus ne répond pas à la définition proposée pour les graines de mauvaises herbes de la catégorie 1 (les graines de mauvaises herbes nuisibles interdites) dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. Elle est présente au Canada, mais n'a pas encore atteint sa pleine étendue écologique. Actuellement, elle ne fait pas l'objet d'un contrôle officiel, mais pourrait être une candidate potentielle à un contrôle officiel dans l'avenir. Il s'agit d'une mauvaise herbe dont la présence dans les semences pourrait avoir une incidence sur la valeur et/ou l'utilisation prévue des lots de semences, et elle pourrait avoir un impact potentiel sur l'économie et la santé des animaux, si elle s'établissait plus largement. Les responsables du Laboratoire des semences de l'ACIA ont indiqué qu'ils ont des spécimens disponibles pour cette espèce et que les graines peuvent être distinguées visuellement de celles des autres espèces, quoiqu'avec une certaine difficulté.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Une rétroaction supplémentaire des intervenants sur les efforts de contrôle et les populations en C.-B. et en Ontario est nécessaire.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Chondrilla juncea
Nom courant : Chondrille
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de mauvaises herbes nuisibles principales

L'espèce Chondrilla juncea réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et qui n'a pas encore atteint ses limites écologiques au Canada et qui n'est pas encore répandue largement. L'identification des graines est relativement facile pour les spécialistes qualifiés en analyse des graines.

Au Canada, la présence de cette espèce a été signalée en Colombie-Britannique et en Ontario. Elle est classée comme mauvaise herbe nuisible en Arizona, en Californie, au Colorado, dans l'Idaho, au Montana, dans le Nevada, en Oregon, dans le Dakota du Sud, dans l'état de Washington et au Wyoming. Selon sa répartition actuelle en Amérique du Nord, l'espèce Chondrilla juncea peut survivre jusqu'à la zone 5 de la norme NAPPFAST. La dispersion se fait principalement par dissémination des graines dans le vent et le long des couloirs de transport, ainsi que dans le foin contaminé. L'espèce Chondrilla juncea présente les caractéristiques de l'apomixie obligatoire, produisant des graines sans aucune pollinisation, de sorte qu'une seule plante peut établir une population. Le système radiculaire longévif et prolongé permet aux plantes de faire concurrence aux cultures pour l'eau et les nutriments, particulièrement l'azote, ce qui entraîne une réduction du rendement des cultures pouvant aller jusqu'à 70 p. 100. La contamination des lots de semences et des grains peut avoir lieu si cette mauvaise herbe a le temps de maturer avant la récolte. Le contrôle chimique est difficile parce que seulement le haut et la partie supérieure des racines sont tués, ce qui laisse au reste du système radiculaire l'occasion de se régénérer.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Cirsium palustre
Nom courant : Chardon des marais
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Cirsium palustre réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et qui n'a pas encore atteint ses limites écologiques au Canada. L'identification des graines des espèces Cirsium présente des difficultés graves.

L'espèce Cirsium palustre est une plante herbacée vivace monocarpique ou biannuelle. L'espèce Cirsium palustre pousse dans les marais et les forêts humides. Elle se répand de façon envahissante dans les communautés des milieux humides, en formant des peuplements épineux et impénétrables à mesure qu'il déloge les espèces indigènes. La présence de cette espèce a été signalée en C.-B., en Ontario, au Québec, en N.-É. et à T.-N.-L. Selon sa répartition actuelle, l'espèce Cirsium palustre peut survivre jusqu'à la zone 3 de la norme NAPPFAST.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6), étant donné que son identification présente de graves difficultés.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Crepis capillaries
Nom courant : Crépis capillaire
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Crepis capillaris ne réunit pas les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère, mais elle ne s'est pas montrée susceptible d'avoir un impact économique au Canada et est déjà répandue très largement, bien qu'elle n'ait sans doute pas atteint ses limites écologiques. L'identification des graines est relativement facile pour les spécialistes qualifiés en analyse des graines.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Crepis tectorum
Nom courant : Crépis des troits
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Crepis tectorum réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui a un impact économique dans certaines régions du Canada et qui n'a probablement pas encore atteint ses limites écologiques au Canada. L'identification des graines est difficile.

L'espèce Crepis tectorum est une plante herbacée annuelle ou annuelle hivernale qui se reproduit entièrement par graines. Selon certains, elle se répandrait à partir des décharges de ballast. Elle est particulièrement répandue dans le Sud du Manitoba et dans les sections nordiques des régions cultivées de la Saskatchewan et de l'Alberta. Selon sa répartition en Amérique du Nord, le Crepis tectorum peut survivre jusqu'à la zone 2 de la norme NAPPFAST. L'espèce Crepis tectorum est considérée comme une mauvaise herbe posant un problème grave dans les cultures fourragères vivaces dans l'Ouest du Canada. Elle peut devenir dominante dans les faibles peuplements de graminées fourragères, où la compétition est réduite. On la retrouve également dans les cultures oléagineuses et céréalières dans l'Ouest. Les graines sont difficiles à éliminer dans les semences de luzerne (Najda et coll., 1982). Dans le cadre des activités de surveillance réalisées entre 2001 et 2007, l'espèce Crepis tectorum a été détectée dans 35 échantillons de semences produites au Canada.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Cyperus rotundus
Nom courant :
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Cyperus rotundus ne répond pas à la définition proposée pour les graines de mauvaises herbes de la catégorie 1 (les graines de mauvaises herbes nuisibles interdites) dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes.

Les semences ne sont pas considérées comme une voie de propagation pour cette espèce.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Dactylis glomerata
Nom courant : Dactyle pelotonné
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Dactylis glomerata ne répond pas à la définition proposée pour les graines de mauvaises herbes de la catégorie 1 (les graines de mauvaises herbes nuisibles interdites) dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. Elle est répandue dans l'ensemble du Canada. Elle est désignée comme culture dans le tableau XI de l'annexe 1 du Règlement sur les semences.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Dipsacus spp.
Nom courant : Cardère sauvage
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Les espèces Dipsacus fullonum et Dipsacus laciniatus ne réunissent pas les conditions de graines de mauvaises herbes nuisibles principales potentielles. Il s'agit de mauvaises herbes étrangères, mais elles ne se sont pas montrées susceptibles d'avoir un impact économique au Canada. Elles ne sont pas encore répandues largement. De plus, l'identification des graines des espèces Dipsacus présente de graves problèmes.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Echinochloa crus-galli
Nom courant : Echinochloa pied-de-coq
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Echinochloa crus-galli répond à la définition d'une mauvaise herbe nuisible secondaire au Canada. C'est une mauvaise herbe répandue et courante au Canada, et sa présence dans les champs cultivés réduit le rendement des cultures. Toutefois, en raison de sa large répartition à l'échelle mondiale, de sa présence fréquente dans les lots de semences importés et de l'absence de réglementation par les autres pays, la réglementation de cette espèce pourrait être difficile.

L'espèce Echinochloa crus-galli est une graminée annuelle robuste et en touffe qui peut atteindre une hauteur de 1,5 m. L'espèce Echinochloa crus-galli est naturalisée dans toutes les provinces canadiennes, à l'exception de Terre-Neuve-et-Labrador, où son statut est inconnu. Sa présence n'a pas été signalée dans les territoires. L'espèce Echinochloa crus-galli est signalée comme mauvaise herbe dans 36 cultures par 61 pays. L'espèce Echinochloa crus-galli est une mauvaise herbe répandue et courante en agriculture au Canada. En 2009, le Laboratoire des semences de l'ACIA a signalé que des lots de semences de cette espèce avaient été importés au Canada à titre de marchandise des États-Unis et de l'Australie. Cette espèce a été identifiée comme contaminant dans des lots de semences de divers produits importés. Cette espèce a été identifiée également dans les graines pour oiseau canadiennes. Dans le cadre des activités de surveillance réalisées entre 2001 et 2007, l'espèce Echinochloa crus-galli a été détectée dans 106 échantillons de semences produites au Canada et 8 échantillons de semences importées.

Selon l'HNS, l'E. colona est possible à distinguer de l'E. crus-galli.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Galeopsis tetrahit
Nom courant : Ortie royale
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Galeopsis tetrahit ne réunit pas les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada, mais elle a probablement déjà atteint ses limites écologiques au Canada. On la retrouve jusqu'aux limites des aires de culture dans chaque province, à l'exception, peut-être, de la Colombie-Britannique. L'identification des graines est relativement facile pour les spécialistes qualifiés en analyse des graines. Dans le cadre des activités de surveillance réalisées entre 2001 et 2007, l'espèce Galeopsis tetrahit a été détectée dans 20 échantillons de semences produites au Canada.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Galium mollugo
Nom courant : Gaillet mollugine
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de mauvaises herbes nuisibles principales

L'espèce Galium mollugo réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada, et elle n'a pas encore atteint ses limites écologiques, bien qu'elle soit passablement répandue. L'identification des graines nécessite une attention particulière, étant donné qu'il existe un certain nombre d'espèces Galium dont les graines se retrouvent comme contaminants dans les lots de semences.

Toutefois, cette espèce est identifiable pour les spécialistes qualifiés en analyse des graines munis de bons documents de référence.

L'espèce Galium mollugo est une plante herbacée vivace longévive. Elle est présente en C.-B., en Alberta, en Ontario, au Québec, au N.-B., en N.-É., sur l'Î.-P.-É. et à T.-N.-L., y compris le Labrador. Selon sa répartition actuelle en Amérique du Nord, l'espèce Galium mollugo peut survivre jusqu'à la zone 3 de la norme NAPPFAST. L'espèce Galium mollugo contient des composés chimiques qui sont toxiques pour les mammifères. En général, l'espèce Galium mollugo n'est pas considérée comme une mauvaise herbe dans les cultures en rangs, mais elle pose problème dans les pâturages et les prés. De plus, elle peut s'établir dans les cultures fourragères vivaces, comme lotier corniculé, trèfles, fléole et dactyle pelotonné. Elle pose problème dans les plantations d'épinettes, les projets de reforestation, les vergers et les vignobles également. Le bétail évite les plantes de Galium mollugo, ce qui leur donne un avantage compétitif dans les systèmes de pâturage.

Bien qu'aucun hybride n'ait encore été signalé en Amérique du Nord, l'espèce Galium mollugo peut se croiser facilement avec l'espèce Galium verum (yellow bedstraw) pour produire des plantes agressivement envahissantes.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Une rétroaction supplémentaire des intervenants au sujet de la répartition de cette espèce et des mesures de contrôle sont nécessaires.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Heracleum sosnowskyi
Nom courant : Berce de Sosnowskyi
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de mauvaises herbes nuisibles principales

L'espèce Heracleum sosnowskyi répond à la plupart des critères pour la définition proposée des graines de mauvaises herbes de la catégorie 1 (les graines de mauvaises herbes nuisibles interdites) dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. Elle n'est pas encore présente au Canada, elle se reproduit par graines et les espèces apparentées ont été signalées comme contaminants de semences. C'est une mauvaise herbe dont la présence pourrait avoir un impact sur la valeur et/ou l'utilisation prévue des lots de semences, et, selon les rapports sur les impacts et les efforts de contrôle en Europe et en Asie, elle pourrait avoir un impact potentiel sur l'économie, la santé des êtres humains et/ou la santé des animaux, si elle s'établissait au Canada.

L'espèce Heracleum sosnowskyi est une plante vivace monocarpique herbacée de la famille des carottes qui peut atteindre une hauteur de 3 m. Selon sa répartition actuelle en Eurasie, elle est résistante au moins jusqu'à la zone 6 de la norme NAPPFAST, et probablement jusqu'à la zone 5. En Europe, l'introduction de l'espèce Heracleum sosnowskyi a entraîné des changements considérables dans la végétation, l'obstruction de l'accès à des rives et l'érosion du sol. Comme l'espèce Heracleum mantegazzianum, l'espèce Heracleum sosnowskyi contient des furanocoumarines photosensibilisantes dans sa sève, qui provoque la phytophotodermatose (une photosensibilité extrême) lorsqu'elle entre en contact avec la peau. La peau peut rester sensible à l'exposition à la lumière du soleil même après sa guérison, qui prend souvent des mois, voire des années.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Hieracium spp.
Nom courant :
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Hieracium pilosella (Épervière piloselle) réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et elle n'a pas atteint ses limites écologiques au Canada. L'identification des graines des espèces Hieracium présente de graves difficultés.

La propagation se fait par stolons et par graines, qui sont produites en grands nombres et dispersées dans le vent. À l'intérieur des populations existantes, la multiplication végétative est plus importante à la propagation que les graines, mais les graines sont importantes pour la dispersion sur de longues distances. Elle est classée comme mauvaise herbe nuisible au Colorado, dans l'Idaho, au Montana, en Oregon, dans l'état de Washington et au Wyoming. L'espèce Hieracium aurantiacum a été signalée dans toutes les provinces canadiennes. Selon sa répartition actuelle en Amérique du Nord, l'espèce Hieracium aurantiacum peut survivre jusqu'à la zone 3 de la norme NAPPFAST (voir la figure 30). Cela comprend les parties sud de toutes les provinces de la C.-B. au Québec et la plus grande partie des Provinces maritimes. L'espèce approche probablement des limites de son potentiel écologique.

L'espèce Hieracium aurantiacum (Épervière orangée)+G45 réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et il est possible qu'elle n'est pas atteint ses limites écologiques au Canada. L'identification des graines des espèces Hieracium présente de graves difficultés.

Elle est classée comme mauvaise herbe nuisible en Oregon et dans l'état de Washington. L'Hieracium pilosella a été signalé en C.-B., en Ontario, au Québec, au N.-B., en N.-É., sur l'Î.-P.-É. et à T.-N.-L. Selon sa répartition actuelle en Amérique du Nord, l'espèce Hieracium pilosella peut survivre jusqu'à la zone 4 de la norme NAPPFAST (voir la figure 32). Cela comprend le Sud et la région côtière de la C.-B., de petites régions de l'Alberta et de la Saskatchewan, le Sud de l'Ontario et du Québec, et la plus grande partie des Provinces maritimes. Il est possible que cette espèce approche des limites de son potentiel écologique au Canada, bien qu'à l'échelle locale, elle se propage toujours dans l'Est de l'Ontario, particulièrement dans les pelouses. Les espèces Hieracium se montrent résistantes à la plupart des herbicides.

Une rétroaction supplémentaire des intervenants au sujet de la répartition de cette espèce et des mesures de contrôle sont nécessaires.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Lepidium latifoliium
Nom courant :
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Lepidium latifolium ne répond pas à la définition proposée pour les graines de mauvaises herbes de la catégorie 1 (les graines de mauvaises herbes nuisibles interdites) dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. Elle est présente au Canada, mais n'a pas encore atteint sa pleine étendue écologique. Actuellement, elle ne fait pas l'objet d'un contrôle officiel, mais pourrait être une candidate potentielle à un contrôle officiel dans l'avenir. C'est une mauvaise herbe dont la présence pourrait avoir un impact sur la valeur et/ou l'utilisation prévue des lots de semences, et elle pourrait avoir un impact potentiel sur l'économie si elle s'établissait plus largement. Elle est réglementée comme mauvaise herbe nuisible dans les districts régionaux d'East Kootenay et de Thompson-Nicola par la province de la Colombie-Britannique. Elle est classée comme mauvaise herbe nuisible dans les états suivants : Alaska, Californie, Colorado, Connecticut, Hawaï, Idaho, Indiana, Massachusetts, Montana, Nevada, Nouveau-Mexique, Oregon, Dakota du Sud, Utah, Washington et Wyoming. Dans les États-Unis, l'invasion par cette plante entraîne des pertes économiques, lorsqu'elle persiste dans les prés, les pâturages ou les terres cultivées, réduisant la production des cultures fourragères et la qualité du foin. Au Canada,l'espèce Lepidium latifoliium a envahi récemment des cultures agricoles comme les grains céréaliers et la luzerne, et elle peut contaminer les chargements de foin. Les responsables du Laboratoire des semences de l'ACIA ont indiqué qu'ils ont des spécimens disponibles pour cette espèce et que les graines peuvent être distinguées visuellement de celles des autres espèces, quoiqu'avec une certaine difficulté.

Une rétroaction supplémentaire des intervenants au sujet de la répartition de cette espèce et des mesures de contrôle est nécessaire.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Orobanche spp.
Nom courant : Orobanche
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Cette espèce est difficile à identifier dans les semences.

Les règlements de certification des cultures de l'Association canadienne des producteurs de semences (la circulaire 6, 2010) indiquent que la présence de Orobanche spp. donne lieu à un refus de la classe généalogique pour ce qui est du chanvre industriel de fondation, de probation, certifié et enregistré.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Panicum miliaceum
Nom courant :
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Panicum miliaceum subsp. ruderale réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et qui n'est pas encore répandue largement. L'identification des graines est relativement facile pour les spécialistes qualifiés en analyse des graines. Au moins 7 biotypes ou formes distinctes de millet commun existent comme mauvaises herbes au Canada (Bough et coll., 1986).

Si l'on décide d'ajouter le millet commun à l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes comme graine de mauvaise herbe nuisible principale, on peut adopter l'une des trois approches suivantes :

  1. L'espèce dans son ensemble Panicum miliaceum pourrait être considérée comme une mauvaise herbe nuisible principale lorsqu'elle apparaît sous forme de contaminant dans les lots de semences. Ce serait l'approche la plus facile du point de vue de l'analyse en laboratoire, et tous les biotypes échappés seraient compris, dont ceux qui sont dérivés de la forme cultivée.
  2. Seule la sous-espèce sauvage, c'est-à-dire l'espèce Panicum miliaceum subsp. ruderale, pourrait être considérée comme une mauvaise herbe nuisible principale. Cette approche serait également passablement nette, quoique les analystes de laboratoire auraient besoin d'une formation et de spécimens afin d'identifier les graines.
  3. Tous les biotypes sauvages de l'espèce Panicum miliaceum pourraient être considérés comme des mauvaises herbes nuisibles principales. Cette approche serait pratiquement impossible, étant donné qu'un grand nombre des biotypes sont difficiles à distinguer de certains cultivars de la culture.

Cette espèce peut être distinguée des autres millets indigènes.

L'espèce Panicum miliaceum subsp. ruderale est une graminée annuelle de la sous-famille Panicoideae et de la tribu Paniceae. Elle est classée comme mauvaise herbe nuisible au Colorado et au Wyoming. L'espèce Panicum miliaceum subsp. ruderale est maintenant naturalisée dans une grande partie de l'Amérique du Nord. Elle peut devenir une mauvaise herbe importante, particulièrement dans les champs de maïs. En 1985, on considérait qu'elle posait un problème important dans certaines parties du Sud de l'Ontario, du Québec et des régions de culture du maïs du Manitoba. Selon sa répartition actuelle en Amérique du Nord, l'espèce Panicum miliaceum subsp. ruderale peut survivre jusqu'à la zone 4 de la norme NAPPFAST. L'espèce Panicum miliaceum subsp. ruderale pose une menace grave pour la production de maïs, en raison de l'absence de mesures adéquates de contrôle chimique, et peut dominer les champs de production de haricots blancs.

Dans le cadre des activités de surveillance réalisées entre 2001 et 2007, l'espèce Panicum miliaceum a été détectée dans 3 échantillons de semences produites au Canada et 3 échantillons de semences importées.

Une rétroaction supplémentaire des intervenants au sujet de la répartition de cette espèce et des mesures de contrôle est nécessaire.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Papaver rhoeas
Nom courant : Pavot coquelicot
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Papaver rhoeas ne réunit pas les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère, mais a peu de potentiel d'avoir un impact économique dans des parties du Canada. Compte tenu de la faible production de céréales d'hiver dans les parties du Canada dont le climat est méditerranéen (des régions très restreintes du Sud-Ouest de la Colombie-Britannique), cette espèce pose une menace limitée pour le Canada. Elle n'est pas encore répandue largement. L'identification des graines est possible pour les spécialistes qualifiés en analyse des graines.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Polygonum polystachyum
Nom courant : Renouée à épis nombreux
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Selon sa répartition, l'espèce Persicaria wallichii (Polygonum polystachyum) ne répond pas aux critères d'une mauvaise herbe nuisible secondaire. Cette espèce n'est pas courante ou répandue au Canada. On décrit les graines comme peu susceptibles de se retrouver dans les produits transportés, la production de graines est limitée en Amérique du Nord et les principaux moyens de propagation de cette espèce consistent dans les parties végétatives des plantes. Elle est capable d'échapper aux cultures et d'envahir les aires naturelles et perturbées, et, plus particulièrement, les zones riveraines, où elle semble réduire la biodiversité indigène.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Polygonum sachalinense
Nom courant : Renouée de Sakhaline
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

Compte tenu de sa répartition, l'espèce Fallopia sachalinensis (Polygonum sachalinense) ne répond pas à la définition d'une mauvaise herbe nuisible secondaire. Cette espèce est répandue au Canada, mais elle ne semble pas être courante. Il semble peu probable que les graines se retrouvent dans les produits transportés, la production de graines est limitée en Amérique du Nord et elle se propage principalement par moyens végétatifs. Elle est capable d'échapper aux cultures et d'envahir les aires naturelles et perturbées, et, plus particulièrement, les zones riveraines, où elle semble réduire la biodiversité indigène.

L'HNS a confirmé que les espèces Polygonum cuspidatum (Japanese knotweed) et Polygonum sachalinense (Renouée de Sakhaline) sont difficiles à distinguer.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Senecio madagascariensis
Nom courant : Séneçon de Madagascar
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de mauvaises herbes nuisibles interdites

L'espèce Senecio madagascariensis répond à la plupart des critères pour la définition proposée des graines de mauvaises herbes de la catégorie 1 (les graines de mauvaises herbes nuisibles interdites) dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. Elle n'est pas encore présente au Canada et se reproduit par graines. C'est une mauvaise herbe dont la présence dans les semences pourrait avoir un impact sur la valeur et/ou l'utilisation prévue des lots de semences. Selon les rapports sur les impacts et les efforts de contrôle ailleurs dans le monde, elle pourrait avoir un impact potentiel sur l'économie et la santé des animaux, si elle s'établissait au Canada.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

L'ACIA a également tenu une consultation sur la réglementation de cette espèce en vertu de la Loi sur la protection des végétaux, dans le cadre du projet sur les plantes les plus indésirables.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Setaria glauca
Nom courant : Sétaire glaque
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Setaria glauca (Setaria pumila subsp. pumila) répond à la définition d'une mauvaise herbe nuisible secondaire au Canada. C'est une mauvaise herbe courante et répandue au Canada, et sa présence dans les champs cultivés réduit le rendement des cultures. Toutefois, en raison de sa large répartition à l'échelle mondiale, de sa présence fréquente dans les lots de semences importés et de l'absence de réglementation par les autres pays, la réglementation de cette espèce pourrait être difficile.

L'espèce Setaria glauca (Setaria pumila subsp. pumila) est une graminée annuelle qui peut atteindre une hauteur de 20 à 130 cm. Cette espèce est naturalisée dans toutes les provinces, mais sa présence n'a pas été signalée dans les territoires. L'espèce Setaria glauca (Setaria pumila subsp. pumila) est une mauvaise herbe importante aux États-Unis. Cette espèce est une des principales mauvaises herbes du soya, des tomates, du maïs, de la luzerne et des légumineuses fourragères. Elle réduit le rendement des cultures, augmente les coûts de nettoyage et nécessite des méthodes coûteuses de contrôle chimique et cultural. En 2009, cette espèce a été identifiée par le Laboratoire des semences de l'ACIA comme contaminant dans divers produits importés. Dans le cadre des activités de surveillance réalisées entre 2001 et 2007, l'espèce Setaria glauca a été détectée dans 50 échantillons de semences produites au Canada et 15 échantillons de semences importées.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Setaria viridis
Nom courant : Sétaire verte
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'espèce Setaria viridis (Setaria italica subsp. viridis) répond à la définition d'une mauvaise herbe nuisible secondaire au Canada. C'est une mauvaise herbe courante et répandue au Canada, et sa présence dans les champs cultivés réduit le rendement des cultures. Toutefois, en raison de sa large répartition à l'échelle mondiale, de sa présence fréquente dans les lots de semences importés et de l'absence de réglementation par les autres pays, la réglementation de cette espèce pourrait être difficile.

L'espèce Setaria viridis (Setaria italica subsp. viridis) est une graminée annuelle en touffe qui peut atteindre une hauteur de 10 à 100 cm. L'espèce Setaria viridis (Setaria italica subsp. viridis) est naturalisée au Canada, où c'est dans les provinces de l'Ouest qu'elle est la plus abondante. On la trouve couramment dans les céréales, les légumes, les légumineuses à grain, l'orge, les haricots, les céréales, le canola, le tournesol, le blé, les tomates, les betteraves à sucre et le maïs. Elle infeste presque 28 % des terres cultivées dans l'Ouest canadien. En 2009, cette espèce a été identifiée par le Laboratoire des semences de l'ACIA comme contaminant dans divers produits importés. Dans le cadre des activités de surveillance réalisées entre 2001 et 2007, l'espèce Setaria viridis a été détectée dans 335 échantillons de semences produites au Canada et 17 échantillons de semences importées.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Striga spp.
Nom courant :
Nouvelle proposition : Ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6)

L'identification de cette espèce est difficile en raison de la très petite taille des graines.

L'ACIA recommande que cette espèce ne figure pas dans l'AGMH (c.-à-d. la catégorie 6).

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Taeniatherum caput-medusae
Nom courant : Tête-de-méduse
Nouvelle proposition : Catégorie 1 – Graines de mauvaises herbes nuisibles interdites

L'espèce Taeniatherum caput-medusae ne répond pas à la définition proposée pour les graines de mauvaises herbes de la catégorie 1 (les graines de mauvaises herbes nuisibles interdites) dans l'Arrêté sur les graines de mauvaises herbes. Elle n'est pas encore présente au Canada. C'est une mauvaise herbe dont la présence dans les semences pourrait avoir une incidence sur la valeur et/ou l'utilisation prévue des lots de semences, et elle pourrait avoir un impact potentiel sur l'économie et l'environnement, si elle s'établissait. Elle est classée comme mauvaise herbe nuisible dans plusieurs états, dont les suivants : Californie, Colorado, Nevada, Oregon, Hawaii, Wyoming et Utah. L'espèce Taeniatherum caput-medusae se reproduit par graines et est signalée comme contaminant possible des semences. L'espèce Taeniatherum caput-medusae envahit agressivement les sites perturbés dans l'Ouest des États-Unis, où elle pose maintenant un problème grave dans les grands pâturages libres. Elle forme des peuplements denses qui suppriment la végétation désirable, elle a un contenu élevé en silice et, comme elle est non-appétente pour le bétail, elle réduit la capacité de charge et la productivité des grands pâturages libres. Sa valeur fourragère est très faible, sauf pendant une très courte période au début du printemps. Les responsables du Laboratoire des semences de l'ACIA ont indiqué qu'ils ont des spécimens disponibles pour cette espèce et que les graines peuvent facilement être distinguées visuellement de celles des autres espèces.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 1.

Classification actuelle : S.O.
Classification proposée : S.O.
Nom scientifique : Tribulus terrestris
Nom courant : Croix-de-Malte
Nouvelle proposition : Catégorie 2 – Graines de mauvaises herbes nuisibles principales

L'espèce Tribulus terrestris réunit les conditions d'une graine de mauvaise herbe nuisible principale potentielle. C'est une mauvaise herbe étrangère qui est susceptible d'avoir un impact économique dans certaines régions du Canada et qui n'est pas encore répandue largement. L'identification des graines est relativement facile pour les spécialistes qualifiés en analyse des graines.

L'espèce Tribulus terrestris est une plante herbacée annuelle prostrée. Elle est classée comme mauvaise herbe nuisible en Arizona, en Californie, au Colorado, à Hawaï, dans l'Iowa, dans l'Idaho, au Michigan, en Caroline du Nord, au Nebraska, en Oregon, au Texas, dans l'état de Washington et au Wyoming. La présence de cette espèce a été signalée en Colombie-Britannique et en Ontario. Selon sa répartition actuelle en Amérique du Nord, l'espèce Tribulus terrestris peut survivre jusqu'à la zone 6 de la norme NAPPFAST. L'espèce Tribulus terrestris fait partie des pires mauvaises herbes au monde et est considérée comme une mauvaise herbe dans 21 cultures par 37 pays, particulièrement dans les pâturages, le coton, le maïs et les autres cultures de grande production. Lorsque les conditions sont sèches, les plantes compétitionnent de manière très efficace pour l'eau. C'est une nuisance grave dans les pâturages, où cette espèce empoisonne les moutons et occasionne des blessures au bétail avec ses fruits épineux. Les épines des fruits sont assez fortes pour perforer les pneus de bicyclette et d'automobile.

L'ACIA recommande de classer cette espèce dans la catégorie 2.

Date de modification :