Annexe au document de décision: Plan de gestion de la tolérance aux herbicides tel que fournis par le demandeur

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

La philosophie de gestion de la résistance de Dupont Crop Protection et Pioneer Hi-Bred consiste à fournir aux producteurs les outils dont ils ont besoin pour gérer la résistance des mauvaises herbes tout en conservant les systèmes de culture privilégiés. Nous tenons à offrir une vaste gamme de produits, à fournir des recommandations agronomiques éclairées, à respecter le choix du producteur quant au produit, tout en soutenant nos clients et nos produits par des activités de gérance appropriées.

Le premier principe de gestion des mauvaises herbes consiste à empêcher les mauvaises herbes d'entrer en concurrence avec la culture pour se procurer de l'eau, des éléments nutritifs et de la lumière, et ce, afin de protéger les rendements. Les solutions de gestion des mauvaises herbes dont le client a besoin varient selon l'espèce de mauvaises herbes, la rotation des cultures et les pratiques agricoles. Conséquemment, différentes approches peuvent être nécessaires.

Des modifications des populations de mauvaises herbes et de la résistance peuvent survenir et surviendront certainement. Par conséquent, une bonne gérance des herbicides et une utilisation prudente des technologies de tolérance aux herbicides sont essentielles.

Principes fondamentaux de la gestion durable des mauvaises herbes

Le principe le plus important dans la gestion de la résistance des mauvaises herbes consiste à prévenir la survie et la propagation des populations résistantes. Les mesures fondamentales sont :

  1. Utiliser un mode d'action différent et efficace dans la lutte aux mauvaises herbes dont la résistance aux herbicides est connue
  2. Employer un mode d'action différent et efficace au moins tous les deux ans pour les mauvaises herbes « à risque »
  3. Inspecter les champs pour surveiller l'efficacité du programme d'application d'herbicides

Les producteurs devraient également incorporer les considérations suivantes à leurs pratiques agricoles visant à la gestion de la résistance des mauvaises herbes.

  1. Utiliser des herbicides complémentaires avec des modes d'action différent qui sont efficaces pour les mauvaises herbes ciblées, y compris ceux qui ont une activité résiduelle, avant les applications de glyphosate, ou d'un mélange en cuve d'un autre herbicide avec le glyphosate.
  2. Utiliser des pratiques culturales comme le sarclage, d'autres pratiques mécaniques de gestion des mauvaises herbes et la rotation des cultures.
  3. Appliquer les herbicides à la teneur indiquée sur l'étiquette et au stade recommandé de croissance des mauvaises herbes comme précisé sur l'étiquette.
  4. Sélectionner le patrimoine génétique en fonction des propriétés agronomiques, des caractéristiques recherchées et du potentiel de rendement.
  5. L'achat d'un hybride ou d'une variété résistant aux herbicides ne limite pas le producteur à l'utilisation d'un seul système herbicide. Les herbicides classiques non seulement peuvent, mais devraient toujours faire partie du système global de gestion des mauvaises herbes du producteur.
  6. Les producteurs qui utilisent des programmes d'application d'herbicides comprenant du glyphosate et/ou une composition chimique ALS sur des cultures tolérantes aux herbicides peuvent le faire une fois par année pourvu que la technologie soit gérée de manière efficace.
  7. Les champs devraient être passé en revue avant et après les applications d'herbicide et au moment de la récolte.
  8. Il est essentiel de nettoyer l'équipement afin de réduire la propagation des graines de mauvaises herbes résistantes.

Conformité aux meilleures pratiques de protection des cultures de l'industrie

Les opinions exprimées ci-dessus ont été forgées en collaboration avec l'Herbicide Resistance Action Committee (HRAC). L'HRAC a été mis sur pied par l'industrie afin de favoriser la collaboration entre les fabricants de produits de phytoprotection, le gouvernement, les chercheurs, les conseillers et les agriculteurs. L'objectif de ce groupe de travail est de faciliter la gestion efficace de la résistance aux herbicides. L'HRAC compte parmi ses membres les sociétés BASF, Bayer, Dow, DuPont, FMC, Monsanto et Syngenta.

Les faits et les recommandations sur la gestion de la résistance des mauvaises herbes qui sont cités dans le présent document, et beaucoup d'autres, se retrouvent sur le site Web de l'HRAC - (anglais seulement).

Harmonisation avec la communauté de malherbologie

Les principes fondamentaux de la gestion durable des mauvaises herbes présentés ici sont façonnés selon la ligne de pensée du milieu universitaire, incarnée par exemple dans les documents du groupe « Glyphosate, mauvaises herbes et cultures ». Ses membres sont des malherbologues universitaires des principaux États producteurs de maïs et de soya qui ont travaillé sur la gestion des mauvaises herbes dans des systèmes de cultures résistantes au glyphosate.

Voir un corpus imposant de renseignements détaillés et d'acquis techniques sur la gestion des mauvaises herbes - PDF (1 863 ko) - (anglais seulement)

Exemples de programmes de désherbage pour les cultures de soya ou de maïs tolérantes aux herbicides

L'application de 2,4-D au printemps est un moyen efficace pour prévenir la prolifération et la propagation de la vergerette du Canada résistante au glyphosate ou à l'ALS. Pour lutter contre les mauvaises herbes annuelles comme l'amarante à racine rouge ou le chénopode blanc, utilisez un produit à base de chloro-acétamide comme le produit BattalionMC de DuPontMC ou un herbicide inhibiteur de l'HPPD comme Callisto ou Impact, ou une auxine synthétique comme le dicamba.

L'agriculteur peut appliquer du glyphosate et des herbicides ALS dans un champ donné à plusieurs reprises au cours des années suivantes, tout comme les herbicides à base de triazine qui demeurent des outils utiles dans la lutte contre les mauvaises herbes malgré une résistance à la triazine largement répandue, pourvu qu'il les utilisent avec prudence.

DuPont Crop Protection offre une grande variété d'herbicides, pouvant être utilisés autant dans des programmes de désherbage classique ou avec des cultures tolérantes aux herbicides. Le producteur qui décide de planter un hybride ou une variété portant un gène de résistance aux herbicides n'a pas à se cantonner à l'utilisation de l'herbicide précis pour lequel le gène confère une résistance; des herbicides classiques non seulement peuvent mais devraient être utilisés afin de minimiser le potentiel de modifications des populations de mauvaises herbes et de la résistance et de diversifier les options de lutte contre les mauvaises herbes du producteur. Un programme utilisant les produits des marques Accent®, Accent® Total, Assure® II, Battalion®, Classic®, Lorox®, Pinnacle® ou Ultim® TotalMC de DuPontMC peut être appliqué aux hybrides et aux variétés classiques ou tolérantes aux herbicides.

Deux passages pour le soya et le maïs

La meilleure stratégie globale de gestion des cultures - compétition entre les mauvaises herbes et les cultures, gestion des risques, désherbage, gestion de la résistance des mauvaises herbes.

Programme pour le soya (semi-direct ou travail minimal) Programme pour le maïs (travail du sol classique) Points à considérer

Herbicide de contact au printemps avec activité résiduelle

suivi par -

POST-LEVÉE - glyphosate seul ou en mélange

Exemple :
PRÉ-LEVÉE - glyphosate et Boundary (s-métolachlore + métribuzine)
POST-LEVÉE - GuardianMC (glyphosate + chlorimuron éthyl) (On peut ajouter le produit Assure® II pour contrôler les plants spontanés de maïs)

PRÉ-LEVÉE - dose réduite pour les graminées et les dicotylédones

suivi par -

POST-LEVÉE - glyphosate seul ou en mélange

Exemple :
PRÉ-LEVÉE - Primextra à faible dose (s-métolachlore + atrazine)
POST-LEVÉE - glyphosate + Marksman (dicamba + atrazine)

Les programmes en deux passages contribuent à bien situer les applications d'herbicides dans le temps ainsi qu'à optimiser la lutte contre les mauvaises herbes et la gestion à long terme de la résistance des mauvaises herbes. Ils offrent de nombreux modes d'action contre les graminées et les dicotylédones nuisibles chaque saison. Choisissez des produits qui ne sont pas à base de glyphosate, mais fondés sur une efficacité globale contre les mauvaises herbes susceptibles de survivre à une application de glyphosate seul étant donné leur résistance ou les modifications de leurs populations.

Utilisation du glyphosate pendant plusieurs années consécutives pour le maïs ou le soya

La monoculture pendant plusieurs années consécutives, accompagnée de l'utilisation unique du glyphosate, augmente la pression sélective qui provoque l'apparition d'une résistance ou de modifications des populations de mauvaises herbes. Afin de réduire la compétition avec les cultures ainsi que la résistance et les modifications des populations de mauvaises herbes (voir ci-dessus), utiliser des programmes en deux passages qui exercent des modes d'action multiples sur toutes les principales mauvaises herbes.

Un seul passage pour le soya et deux passages pour le maïs

Réduit la concurrence des mauvaises herbes avec le maïs au début de la saison ainsi que la pression sélective exercée par le glyphosate sur certaines mauvaises herbes enclines à la résistance.

Programme pour le soya (travail du sol classique) Programme pour le maïs (travail du sol classique) Points à considérer

Glyphosate seul ou en mélange - dose complète POST-LEVÉE

Exemple :
Guardian (glyphosate + chlorimuron éthyl)

PRÉ-LEVÉE - dose réduite pour les graminées et les dicotylédones

suivi par -

POST-LEVÉE - Glyphosate seul ou en mélange

Exemple :
PRÉ-LEVÉE - Prowl + Marksman aux deux-tiers de la dose
POST-LEVÉE - glyphosate

Les herbicides à application pré-levée gèrent la pression exercée précocement par les mauvaises herbes et offre un deuxième mode d'action qui réduit le potentiel de résistance des graminées nuisibles et de certaines dicotylédones à petites semences. Choisissez des produits à application PRÉ-LEVÉE ayant un effet sur les graminées et dicotylédones ciblées les plus susceptibles de se soustraire à l'action du glyphosate seul. Élargissez également la fenêtre de l'application POST-LEVÉE.

Glyphosate seul ou en mélange - dose complète POST-LEVÉE

Exemple :
Guardian (glyphosate + chlorimuron éthyl)

PRÉ-LEVÉE - Dose complète pour les graminées

suivi par -

POST-LEVÉE - Glyphosate - dose complète ou réduite

Exemple :
PRÉ-LEVÉE - Prowl +Marksman aux deux tiers de la dose
POST-LEVÉE - GalaxyMC + atrazine (glyphosate + rimsulfuron + atrazine)

Programme approprié pour les acres envahis par des graminées nuisibles et difficiles à maîtriser (p. ex., l'ériochloé velue), ou en cas de conditions météorologiques qui ne permettent pas à une seule application d'herbicides PRÉ-LEVÉE de maîtriser les mauvaises herbes sur la saison entière. Une application PRÉ-LEVÉE de la dose complète de produits ayant une activité sur les graminées et les dicotylédones nuisibles réduit le potentiel de résistance des mauvaises herbes.

Deux passages pour le soya et un seul passage pour le maïs

Réduit la concurrence des mauvaises herbes avec le soya au début de la saison, mais des mesures supplémentaires de gestion peuvent être nécessaires pour le maïs.

Programme pour le soya (semi-direct ou travail minimal) Programme pour le maïs (travail du sol classique) Points à considérer

Application d'un herbicide de contact à l'automne (avec ou sans activité résiduelle au printemps)

suivi par -

Glyphosate seul ou en mélange - dose complète POST-LEVÉE

Exemple :
AUTOMNE - glyphosate + 2,4-D
PRINTEMPS, POST-LEVÉE - Guardian (glyphosate + chlorimuron éthyl)

Glyphosate seul ou en mélange - dose complète POST-LEVÉE

Exemple :
Glyphosate + Callisto

Programme approprié pour les champs où les mauvaises herbes annuelles hivernantes exercent une forte pression et où l'application d'un herbicide de contact au printemps peut être retardée. Convient le mieux pour la gestion des annuelles hivernales avant le développement d'une couverture verte du sol qui ralentit le séchage et le réchauffement du sol au printemps. Le programme ne réduira pas le potentiel de résistance et de modification des populations des mauvaises herbes annuelles estivales à moins que le produit utilisé exerce un fort contrôle résiduel au printemps.

Application PRÉ-LEVÉE au printemps (avec ou sans application à l'hiver d'herbicides de contact sur les mauvaises herbes annuelles)

suivi par -

Glyphosate seul ou en mélange - dose complète POST-LEVÉE

Exemple :
PRÉ-LEVÉE - Conquest + glyphosate (imazéthapyr + métribuzine)
POST-LEVÉE - Guardian (glyphosate + chlorimuron éthyl)

Application PRÉ-LEVÉE du produit à dose complète

Exemple :
Primextra + Callisto (s-métolachlore, atrazine, mésotrione)

Certaines mauvaises herbes annuelles hivernantes comme le pissenlit, la collinsie ou prêle, le lamier amplexicaule, la stellaire moyenne, etc. sont souvent difficiles à maîtriser avec le glyphosate seul, alors il est recommandé d'ajouter des herbicides de contact efficaces pour ces mauvaises herbes. Si des programmes d'herbicides de contact à base d'ALS sont utilisés dans des zones infestées de mauvaises herbes annuelles hivernantes résistantes à l'ALS, toujours les mélanger en cuve avec des produits qui ont un deuxième mode d'action. Le programme ne réduira pas le potentiel de résistance et de modification des populations des mauvaises herbes annuelles estivales à moins que le produit utilisé exerce un fort contrôle résiduel au printemps.

Un seul passage pour le soya et pour le maïs

Les programmes de désherbage avec application POST-LEVÉE unique peuvent être très efficaces. Ils sont plus faciles à appliquer et plus efficaces lorsqu'ils contiennent des composants résiduels.

Programme pour le soya (travail du sol classique) Programme pour le maïs (travail du sol classique) Points à considérer

 Glyphosate seul - POST-LEVÉE à dose complète

Exemple :
Glyphosate

Glyphosate seul - POST-LEVÉE à dose complète

Exemple :
Glyphosate

Non recommandé à cause du potentiel accru de résistance et de modification des populations de mauvaises herbes. Si ce programme est utilisé, une deuxième application de glyphosate POST-LEVÉE peut être nécessaire. Ne pas utiliser dans des zones où des mauvaises herbes résistantes au glyphosate ont déjà été reconnues.

Glyphosate seul - POST-LEVÉE à dose complète

Exemple :
Glyphosate

glyphosate PRÉ-LEVÉE + mélange en cuve pour graminées POST-LEVÉE

Exemple :
Galaxy (glyphosate + rimsulfuron)

Cette option permet une maîtrise améliorée des graminées nuisibles pendant toute la saison de végétation chez le maïs. Utiliser dans les zones où aucun problème de résistance des mauvaises herbes au glyphosate n'a été constaté et où des programmes de surveillance de la résistance des mauvaises herbes ont été instaurés.

Glyphosate + application POST-LEVÉE d'un mélange en cuve pour les dicotylédones nuisibles (au besoin)

Example:
Guardian (glyphosate + chlorimuron éthyl)

Glyphosate + application POST-LEVÉE d'un mélange en cuve pour les dicotylédones nuisibles (au besoin)

Exemple :
Galaxy + atrazine

Cette option est utile pour les zones où on a observé des dicotylédones nuisibles tolérantes au glyphosate (p. ex., la collinsie ou prêle, la renouée liseron, la mauve, l'amarante rugueuse, la gloire du matin, le sesbane chanvré, etc.). Ce programme peut laisser place à des modifications des populations de graminées nuisibles. Des programmes de surveillance de la résistance des mauvaises herbes devraient être établis.

Il est possible de maîtriser les plants spontanés de maïs tolérant au glyphosate dans une culture de soya à l'aide de l'herbicide Assure® II. Consultez l'étiquette pour connaître les doses recommandées et le moment de l'application.

La maîtrise des plants spontanés de maïs tolérants au glyphosate au sein d'une culture de maïs tolérant au glyphosate fait appel à des considérations semblables à celles qui s'imposent dans le cas de plants spontanés de maïs classique au sein d'une culture de maïs classique, concernant notamment la sélection d'hybrides afin d'éviter la perte d'épis due au vent et aux insectes, les pratiques culturales possibles comme le pâturage hivernal et le travail du sol dans l'inter-rang avant la semence, le sarclage mécanique en post-émergence, et l'utilisation post-levée d'herbicides non sélectifs.

Les marques DuPont Oval, DuPontMC, The miracles of scienceMC, Accent®, Assure® II, Accent® Total, Battalion®, Classic®, Galaxy®, Guardian®, Lorox®, Pinnacle® et Ultim® Total sont des marques de commerce de DuPont ou de sociétés affiliées.

Politiques de service après-vente de DuPont CPP et Pioneer Hi-Bred

DuPont CPP

Les produits DuPont Crop Protection sont très efficaces et ils agissent de façon constante. Cependant, s'il arrive que les produits de DuPont ne répondent pas aux attentes du client et à celles de DuPont, il est important de remédier à la situation sans délais.

DuPont traite les demandes de renseignements sur les produits de manière à réaliser les objectifs suivants :

  • Conserver sa clientèle
  • Former les producteurs et les détaillants à l'application correcte de ses produits
  • En apprendre plus au sujet du rendement des produits DuPont et des produits complémentaires
  • Vérifier que le produit n'est pas dangereux pour les utilisateurs ou pour l'environnement
  • Confirmer que les produits agissent conformément à l'étiquette; s'il y a lieu, modifier l'étiquette.
  • Maintenir notre réputation de fournisseur de produits de haute qualité
  • Gérer et définir les attentes futures des clients en matière de l'utilisation de nos produits

Si un produit de DuPont ne répond pas à ses attentes, le producteur doit procéder comme suit :

  • S'il s'agit d'un problème d'efficacité, attendre l'apparition des symptômes d'un désherbage déficient pendant 14 jours
  • S'il s'agit d'un problème concernant la réponse des cultures, signaler ses préoccupations de 3 à 10 jours après l'application
  • Contacter d'abord le détaillant qui a fourni le produit
  • Si le détaillant n'est pas en mesure de répondre aux préoccupations du producteur, ce dernier doit contacter le représentant local de DuPont dans les 21 jours de l'application du produit en décrivant la situation de manière claire et factuelle
  • Si le producteur n'est pas en mesure de joindre son détaillant immédiatement, il doit contacter DuPont directement (1-800-667-3925; www.DuPont.ca/ag)

Une fois informé du problème, le détaillant doit procéder comme suit :

  • Fournir dès le départ à DuPont tous les renseignements connus au sujet de la demande et du producteur, y compris les preuves d'achat et de retour
  • Être impartial
  • Visiter le producteur en compagnie du représentant de DuPont afin de lui donner des renseignements au niveau local
  • Définir les attentes des producteurs sur le rendement du produit
  • Sélectionner les demandes se rapportant au rendement du produit dans le but de voir s'il s'agit réellement d'un problème de rendement attribuable à un produit de DuPont (les plaintes reliées simplement à la dose ou au surfactant liées à une utilisation non indiquée sur l'étiquette ainsi que les problèmes de rendement du produit qui sont clairement dus à des incidences environnementales devraient être traitées par le marchand)
  • Si un détaillant n'est pas en mesure de joindre le représentant local de Dupont, il doit contacter DuPont directement (1-800-667-3925; www.DuPont.ca/ag)

Une fois informé du problème, le représentant local de Dupont procède comme suit :

  • Téléphoner au marchand et/ou au producteur dans un délai raisonnable à la suite de la réception de la plainte (un (1) jour ouvrable) et indiquer le moment où l'enquête aura lieu
  • Lors d'une première visite, recueillir auprès de l'agriculteur ou demander tous les renseignements exigés par le formulaire normalisé (fourni sur demande)
  • Vérifier le nombre d'acres achetés et le nombre d'acres traités concernés par la demande de renseignements sur le produit afin d'avoir l'assurance que les bonnes doses ont été appliquées aux acres en question
  • Lors de la première visite, documenter autant de renseignements factuels que possible
  • Si possible, résoudre le problème
  • Le cas échéant, et selon les limites prescrites, accorder un dédommagement au producteur
  • S'il n'est pas impossible de régler la demande, expliquer au producteur et au détaillant pourquoi c'est le cas ainsi que ce qui reste à faire avant que cette demande puisse être réglée, en précisant les délais requis
  • Informer le producteur de l'utilisation correcte du produit et définir les attentes à l'égard du rendement du produit en fonction du spectre phytosanitaire et dans des conditions environnementales difficiles
  • Gérer le flux de l'information de manière à permettre à l'agriculteur de comprendre la situation et la cause fondamentale de sa demande. S'il y a lieu, gérer le coût des mesures correctives de manière à ce qu'elles soient justes pour le producteur et pour DuPont
  • Traiter tous les producteurs de manière équitable et justifiable

Pioneer Hi-Bred

Pioneer peut recueillir des données sur les observations de terrain concernant des problèmes agronomiques à l'aide de notre système d'appels de service sur le Web qui est accessible au personnel des ventes sur le terrain de Pioneer dans l'ensemble du Canada. Le système efficace d'appels de service de Pioneer permet de décrire les problèmes agronomiques constatés sur le terrain et de les transmettre directement aux experts de Pioneer. Le système fonctionne comme suit :

  • Un client signale un problème agronomique à un membre du personnel de terrain de Pioneer
  • Un membre du personnel de terrain de Pioneer rend visite à la ferme dans les deux jours (préférablement)
  • Les renseignements pertinents (p. ex., hybride, stade de croissance, herbicide appliqué, etc.) sont recueillis et saisis dans le système d'appels de service sur le Web de Pioneer
  • Selon la nature de l'appel, un avis est envoyé par courriel à l'expert de Pioneer spécialiste du domaine qui sera chargé du suivi. Par exemple, les appels de service concernant la résistance des mauvaises herbes pourraient être envoyés immédiatement et simultanément à l'équipe des services techniques et à aux chimistes de DuPont.
  • L'expert de Pioneer peut ensuite prendre connaissance de la nature de l'appel et télécharger les images ou les documents supplémentaires portant sur le problème agronomique soumis par le personnel des ventes sur le terrain de Pioneer
  • D'après ces renseignements, l'expert de Pioneer peut établir les étapes à suivre, lesquelles, dans un cas de résistance des mauvaises herbes ou de défaillance de la tolérance aux herbicides, impliqueraient une déclaration immédiate à l'ACIA.

Pioneer a déjà appliqué avec succès ce système d'appels de service à d'autres exigences d'enregistrements, comme celles qui concernent les dégâts inattendus dans les cultures Bt imputables aux insectes. Le système d'appels confère également à Pioneer l'avantage de réunir les données agronomiques dans un emplacement central, ce qui permet de dégager des tendances ou de noter une récurrence possible des problèmes.

Date de modification :