Annexe 2 : Exemples d'évaluation de la possibilité de réglementation de nouvelles lignées en vertu de la Partie V du Règlement sur les semences

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Annexe 2F : Niveaux élevés de rutine chez l'asperge

Feuille de travail pour la détermination d'un VCN
Un document d'accompagnement de la Directive 2009-09 : Végétaux à caractères nouveaux réglementés par la Partie V du Règlement sur les semences

Remarque : Ce végétal fait l'objet d'une étude de cas hypothétique et n'est pas en développement

Espèce : Asperge (Asparagus officinalis L.)
Caractéristique : Niveaux élevés de rutine (un composé antioxydant qui a des avantages potentiels pour la santé humaine)

Feuille de travail pour la détermination d'un végétaux à caractères nouveaux - Niveaux élevés de rutine chez l'asperge

1. Le caractère a-t-il été sélectionné chez le végétal à partir du matériel génétique (de la même espèce) trouvé dans les cultures canadiennes avant décembre 1996, ou précédemment autorisé par le BBV pour utilisation pour un végétal de la même espèce?Note de bas de page 1

On ne sait pas – La rutine est un composé original de l'asperge et montre des variations considérables même parmi des cultivars identiques cultivés dans des environnements différents (Guillén et coll. 2008, Motoki et coll. 2008).

Cependant, nous ne disposons actuellement d'aucune donnée sur la variation totale des niveaux de rutine chez les cultivars d'asperge. Par conséquent, il est difficile de déterminer si une modification de ce caractère serait considérée « nouvelle » dans l'environnement canadien. Dans les cas semblables, le Bureau de la biosécurité végétale a recommandé de fournir une réponse à la question 2 (ci-dessous).

Références :

Guillén, R., Rodríguez, R., Jaramillo, S., Rodríguez, G., Espejo, J.A., Fernández-Bolaños, J., Heredia, A., and Jiménez, A. Antioxidants from asparagus spears: Phenolics. Acta Hort. 776: 247–254.

Motoki, S., Matsunaga, K., Maeda, T., and Kutsuzawa, T. 2008. Selection of asparagus cultivars for cold areas of Japan. Acta Hort. 776: 357–365.

Si la réponse à la question 1 est « oui », alors n'allez pas plus loin. Le végétal n'est pas un VCN et n'est pas assujetti à la Partie V du Règlement sur les semences. Sinon, continuez :

Feuille de travail pour la détermination d'un végétaux à caractères nouveaux - Niveaux élevés de rutine chez l'asperge

2. Le végétal peut-il avoir, comparativement à une lignée de comparaison canadienne appropriée, une incidence environnementale négative importante considérant les facteurs suivants :

2a. Possibilité de comportement comme une mauvaise herbe : Y a-t-il une plus grande possibilité que le végétal devienne une mauvaise herbe pour l'agriculture ou envahisse les milieux naturels canadiens?

Non – La rutine est un composé antioxydant. Bien que les antioxydants contribuent à la tolérance au stress des végétaux, aucune publication n'a démontré un lien causal entre des niveaux élevés d'antioxydants et un accroissement de la vigueur des plants. Par conséquent, on ne peut pas s'attendre à ce que les asperges ayant des niveaux élevés de rutine soient plus envahissantes que leurs homologues.

D'autres plantes cultivées peuvent également présenter de plus grandes concentrations de rutine (ou de composés tiers) que celles observées chez l'asperge (Sakakibara et coll. 2003)

Références :

Sakakibars, H., Honda, Y., Nakagawa, S., Ashida, H., and Kanazawa, K. 2003. Simultaneous determination of all polyphenols in vegetables fruits and teas. J. Agric. Food Chem. 51: 571-581.

2b. Flux génétique : Pour la sécurité environnementale, quelles sont les conséquences de la production d'hybrides entre le végétal et une espèce végétale apparentée sexuellement compatible domestique ou sauvage présentes au Canada?

Non – L'asperge n'a pas d'espèces sauvages apparentées dans l'environnement canadien. En outre, il est improbable que le flux génétique de l'asperge à niveaux élevés de rutine vers d'autres cultivars d'asperge ait des incidences négatives sur la sécurité environnementale.

2c. Possibilité de devenir un végétal nuisible : Le végétal est-il plus susceptible d'héberger et/ou de faciliter la propagation d'un ravageur ou d'un pathogène appartenant à l'environnement canadien?

Non – Aucune étude n'indique que des niveaux élevés d'antioxydants augmentent le potentiel d'hébergement des ravageurs de l'asperge. Une étude réalisée sur les peupliers a montré que les niveaux d'antioxydants n'affectent pas la consommation des insectes qui broient les feuilles (Barbehenn et coll. 2008).

La réponse de résistance aux maladies des végétaux est régulée par les espèces oxygénées radicalaires (EOR) : l'augmentation des niveaux d'antioxydants, comme la rutine, peut réduire la présence d'EOR et altérer la réponse aux maladies. Cependant, plusieurs génotypes résistants et susceptibles à diverses maladies de l'asperge sont déjà cultivés au Canada, il est alors peu probable que des niveaux élevés de rutine affectent négativement la réponse aux maladies de manière dépassant les limites de ce qu'on peut trouver actuellement dans l'environnement canadien.

Références :

Barbehenn, R.V., Jaros, A., Yip, L., Tran, L., Kanellis, A.K., and Constabel, C.P. 2008. Evaluating Ascorbate Oxidase as a Plant Defense Against Leaf-Chewing Insects Using Transgenic Poplar. J. Chem. Ecol. 34: 1331–1340.

2d. Effets possibles sur les organismes non visés : Le végétal peut-il avoir des incidences négatives sur des organismes non visés avec lesquels il interagit directement ou indirectement, y compris les humains, comme travailleurs ou tiers?

Non – Étant donné qu'il est généralement considéré que les antioxydants sont souhaitables et bons pour la santé, il est improbable que les niveaux élevés de rutine aient des incidences négatives sur les organismes non visés, y compris les humains.

La fonction du foie n'a pas démontré de changements chez les humains qui prennent des suppléments de rutine, ce qui suggère que ce composé n'est pas toxique (Boyle et coll. 2000)

Références :

Boyle, S.P., Dobson, V.L., Duthie, S.J., Hinselwood, D.C., Kyle, J.A.M., and Collins, A.R. 2000. Bioavailability and efficiency of rutin as an antioxidant: a human supplementation study. Eur. J. Clin. Nutr. 54: 774-782.

2e. Autres effets négatifs possibles sur la biodiversité : Le végétal a-t-il d'autres effets négatifs possibles sur la biodiversité, y compris des changements dans les pratiques de gestion des cultures favorisant la durabilité de l'environnement?Note de bas de page 2

Non – Une augmentation des niveaux de rutine n'exigera pas de changements par rapport aux pratiques de gestion actuelles de l'asperge.

Si vous avez donné une réponse affirmative à un des éléments de la question 2, ou si un de ces éléments n'est pas clair pour vous, alors communiquez avec le Bureau de la biosécurité végétale : le végétal peut être un VCN et assujetti à la Partie V du Règlement sur les semences.

Veuillez noter : Selon le produit, les exigences relatives aux données peuvent être plus étendues pour certains critères que pour d'autres. Des éléments de preuve, comme les données expérimentales ou la documentation évaluée par des pairs, doivent être demandés à l'appui de la justification présentée dans ce document.
Le BBV se réserve le droit de demander des données plus exhaustives à l'appui d'une détermination ou d'une confirmation de la détermination du requérant.

Conclusion : Ce végétal n'est pas un VCN et n'est pas assujetti à la Partie V du Règlement sur les semences.

Le caractère d'intérêt de ce produit ne semble pas présenter la possibilité d'une incidence environnementale négative importante; il n'est pas nécessaire d'aviser le BBV. Toutefois, s'il est observé au cours du développement de cette variété qu'un changement inattendu pourrait avoir une incidence sur la sécurité environnementale, cette conclusion devrait être révisée.

Page précédente : Annexe 2E

Date de modification :