Sélection de la langue

Recherche

Enquête sur la salubrité des aliments concernant E. coli O121 dans des produits à base de farine

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) s'engage à améliorer constamment le système canadien d'assurance de la salubrité des aliments. L'ACIA est également résolue à rendre compte des incidents en matière de salubrité des aliments qui ont entraîné des cas de maladie grave au Canada ou qui revêtent autrement un intérêt important pour la population canadienne.

Le présent rapport résume les activités d'enquête sur la salubrité et les rappels d'aliments réalisés par l'ACIA en réaction à l'éclosion de 2017 de maladies causées par la bactérie E. coli O121 en lien avec la consommation de farine. Il fournit aussi un aperçu des leçons tirées et des mesures de suivi prises par l'ACIA.

Contexte

Le 4 janvier 2017, l'ACIA a été avisée par l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) qu'une éclosion de maladies causées par la bactérie E. coli O121 faisait l'objet d'une enquête par les autorités sanitaires de plusieurs provinces. Un Comité de coordination de l'enquête sur l'éclosion auquel participaient l'ASPC, l'ACIA, Santé Canada et les autorités sanitaires de toutes les provinces touchées a été activé.

À l'origine, aucun aliment particulier n'avait pu être identifié comme étant la cause de l'éclosion. Les premiers indices semblaient indiquer plusieurs sources possibles. Cependant, au fur et à mesure que de nouveaux cas étaient signalés et au fil de l'enquête épidémiologique, les enquêteurs ont identifié un lien possible avec de la farine crue ainsi que plusieurs cas ayant déclaré avoir été en contact avec de la farine de marque Robin Hood. L'analyse de farine que l'une de ces personnes avait encore à sa disposition et l'analyse d'échantillons de farine prélevés au détail provenant du même lot ont mené au premier rappel de farine le 28 mars 2017. À la suite de l'échantillonnage et de l'analyse d'autres produits, de l'analyse du séquençage du génome complet et de l'identification de liens au niveau des procédés chez le fabricant, d'autres rappels de farine ont été effectués d'avril à juin 2017. Les rappels ont donc été étendus à d'autres marques de farine et certains produits crus de boulangerie.

Le 2 juin 2017, l'ASPC a fermé l'enquête nationale sur l'éclosion et déclaré l'éclosion terminée puisqu'aucun nouveau cas n'avait été signalé depuis avril 2017.

Une éclosion distincte d'une souche différente de la bactérie E. coli O121 a également été signalée en Colombie-Britannique durant la même période. L'analyse d'un sac de farine déjà ouvert appartenant à l'une des personnes touchées et de sacs intacts de la même farine ont confirmé la présence de la bactérie E. coli O121 dans un lot de farine tout usage de marque Rogers. La farine portant ce numéro de lot a par la suite fait l'objet d'un rappel le 7 juin 2017.

Activités de l'ACIA

Dès le début de l'enquête nationale sur l'éclosion, l'ACIA a examiné plusieurs pistes de possibles sources d'aliments qui auraient causé les maladies. À un certain moment au cours de l'enquête nationale, l'une des personnes touchées ayant mentionné avoir eu un contact avec de la farine de marque Robin Hood a déclaré avoir encore le produit à la maison. L'échantillon a été analysé par les Services de santé de l'Alberta et a présenté un résultat positif pour la bactérie E. coli O121 le 22 mars 2017. L'ACIA a par la suite localisé et analysé deux sacs intacts provenant du même lot de fabrication et confirmé la présence de la bactérie E. coli O121 dans la farine tout usage, original, de marque Robin Hood, produite le 17 octobre 2016.

Suite à ces résultats, le 28 mars 2017, Smucker Foods of Canada Corporation, a procédé au premier rappel volontaire de farine portant le numéro de lot en cause. Le même jour, l'ACIA a publié un avis de rappel d'aliments qui indiquait une distribution du produit en Colombie Britannique, en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba. Le 4 avril 2017, l'ACIA a publié une mise à jour de l avis pour informer les consommateurs que le produit avait été distribué dans l'ensemble du pays.

À la suite du rappel du 28 mars 2017, l'ACIA a appliqué une approche systématique afin de déterminer si d'autres produits auraient pu être affectés. Elle a donc échantillonné et analysé une vaste gamme de produits à base de farine fabriqués par Ardent Mills à Saskatoon, soit la meunerie d'où provenait la farine en cause. L'échantillonnage a été effectué sur une gamme de produits fabriqués entre le 1er septembre et le 30 novembre 2016.

Les activités d'échantillonnage ont généré des résultats positifs pour la bactérie E. coli O121 dans la farine tout usage de marque Robin Hood produite les 15 et 16 octobre 2016. Compte tenu de ces renseignements, Ardent Mills a procédé, le 12 avril 2017, à un rappel volontaire d'un grand nombre de produits de farine fabriqués entre le 14 et le 18 octobre 2016 et vendus sous différentes marques. L'étendue des produits rappelés a été déterminée en examinant les éléments communs aux matières premières et aux procédés et en se basant sur le fait que la farine produite dans l'intervalle de temps visé ne pouvait pas être différenciée de la farine ayant mené aux résultats de laboratoire positifs. L'ACIA a alors mis à jour l'avis de rappel d'aliments le 12 avril 2017.

Un autre résultat positif pour la bactérie E. coli O121 a par la suite été signalé dans la farine instantanée de marque Robin Hood produite le 3 novembre 2016. Compte tenu de ce nouveau résultat de laboratoire et de la vérification des matières premières et des procédés, Ardent Mills a procédé à un rappel volontaire de plusieurs marques et variétés de produits de farine fabriqués les 2 et 3 novembre 2016. L'ACIA a publié, le 16 avril 2017, un avis de rappel d'aliments pour les produits vendus au détail.

Ardent Mills, en collaboration avec l'ACIA, a procédé à de multiples activités de traçage en examinant les intrants de blé brut, les dossiers de production et les renseignements sur les procédés afin d'identifier les sources communes d'intrants dans la farine en cause. Compte tenu de cet examen, Ardent Mills a procédé, le 26 mai 2017, à un rappel volontaire d'une plus grande gamme de produits de farine fabriqués au cours de la période visée, soit entre le 4 octobre et le 14 novembre 2016. Une mise à jour du rappel d'aliments a été publiée pour communiquer les renseignements relatifs aux produits distribués au détail.

L'ACIA a aussi effectué le suivi auprès de compagnies alimentaires qui avaient reçu la farine faisant l'objet du rappel. Par conséquent, de nombreux rappels de produits à base de farine crue ont été effectués par les distributeurs, les boulangeries et les détaillants, et de nombreux avis de rappel d'aliments ont été publiés par l'ACIA. Il a été établi que ces produits représentaient un risque à la santé parce qu'ils avaient été fabriqués avec de la farine faisant l'objet d'un rappel et qu'ils étaient offerts aux consommateurs à l'état cru (p. ex. la pâte crue, les croûtes à tarte non cuites et autres).

Pendant la même période, une éclosion distincte de maladies causées par la bactérie E. coli O121 a été signalée en Colombie-Britannique. La souche de la bactérie E. coli n'était pas la même que celle de l'éclosion nationale associée aux produits de farine fabriqués par Ardent Mills. Le 19 mai 2017, le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique a fait paraître un avis public pour prévenir les consommateurs de ne pas consommer la farine tout usage de la marque Rogers portant un certain numéro de lot, car la bactérie E. coli O121 avait été détectée dans un échantillon de farine prélevée dans un sac ouvert appartenant à l'une des personnes touchées par l'éclosion. Un échantillonnage de suivi effectué par l'ACIA sur des sacs intacts a ensuite confirmé la présence de la bactérie E. coli O121. Le 7 juin 2017, Rogers Foods Ltd. a procédé au rappel volontaire des produits touchés, et l'ACIA a publié un avis de rappel d'aliments.

Conclusion

L'ACIA, Ardent Mills et Rogers Foods Ltd. n'ont pas été en mesure d'identifier avec précision la source de la contamination par la bactérie E. coli O121. Le blé utilisé dans la fabrication de la farine est un produit agricole brut qui est exposé à plusieurs sources possibles de contamination pendant sa culture et sa récolte. Aucun procédé visant à détruire les bactéries pathogènes n'est utilisé dans la fabrication de la majorité des farines en Amérique du Nord.

La présence de bactéries E. coli pathogènes dans la farine n'a été reconnue que récemment comme un problème. C'est surtout après l'éclosion de maladies liées à la bactérie E. coli dans plusieurs états américains en 2015-2016 et la récente éclosion au Canada que la farine a attiré l'attention en tant que vecteur potentiel de bactéries E. coli pathogènes.

Il est fort probable que la présence de la bactérie E. coli dans la farine ait été sous-déclarée et que l'introduction de méthodes avancées pour détecter les pathogènes ainsi que les nouvelles approches analytiques utilisées lors des enquêtes sur les éclosions aient augmenté notre capacité à identifier les causes des maladies et à reconnaître de nouvelles associations danger-aliment comme la bactérie E. coli dans la farine.

Leçons tirées

Mesures prises par l'ACIA et l'industrie

Alertes publiques connexes

Date de modification :