Procédures pour la vérification des exportations des produits de viande et la délivrance du certificat officiel d'inspection des viandes

Bien que le Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC) est entré en vigueur le 15 janvier 2019, certaines exigences seront mises en œuvre progressivement au cours des 12 à 30 prochains mois. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les échéances pour le RSAC.

Sur cette page

1.0 Objectif

L'objectif du présent document est de fournir au personnel d'inspection de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) des directives à suivre dans le cadre de la vérification des envois de produits de viande et la délivrance du certificat officiel d'inspection des viandes (COIV) CFIA/ACIA 1454 pour l'exportation de produits de viande propre à la consommation humaine.

Le présent document accompagne d'autres documents d'orientation cités en référence dans la section 3.0.

La procédure énoncée ci-après est utilisée lorsque la viande et les produits de viande sont exportés vers des pays étrangers. Les recommandations qui suivent ont été élaborées pour satisfaire aux exigences des pays étrangers.

2.0 Autorités réglementaires

Les pouvoirs d'inspection, les mesures de contrôle et les mesures de mise en application autorisés par la loi et le règlement précités sont définis et expliqués dans le document Orientation opérationnelle – Lignes directrices en matière d'intervention réglementaire relative aux aliments.

3.0 Documents de référence

4.0 Définitions

Sauf indication ci-dessous, les définitions figurent dans les documents suivants :

Établissement demandeur
Établissement licencié, ou son représentant, présentant une demande de certification et une demande de vérification aux fins d'exportation de produits de viande.
Cet exploitant de l'établissement demandeur est celui qui doit remplir le formulaire de demande-vérification, le COIV et les annexes (s'il y a lieu). Il peut s'agir d'un abattoir, d'un établissement de transformation ou d'un entrepôt licencié.
Établissement de production
Dernier établissement licencié où le produit de viande a été traité. Établissement dont le numéro figure dans la légende d'inspection qui est apposée sur l'emballage final de présentation du produit.
Établissement d'expédition
Établissement licencié où l'envoi est assemblé et vérifié. Il peut s'agir d'un abattoir, d'un établissement de transformation ou d'un entrepôt licencié.

5.0 Acronymes

Les acronymes sont indiqués dans leur forme longue la première fois qu'ils sont utilisés et se trouvent dans la liste des acronymes du secteur d'activité des aliments.

6.0 Procédure opérationnelle

6.1 Procédure opérationnelle pour la vérification des exportations des produits de viande

Pour répondre aux exigences du pays importateur, l'inspecteur de l'ACIA vérifie que :

  • le titulaire de licence d'un établissement de viande qui envisage d'exporter ne peut recevoir de la viande provenant d'animaux destinés à l'alimentation abattus par un non titulaire de licence fédéral.
  • pour l'exportation, l'exploitant ne doit seulement recevoir, traiter, emballer, réfrigérer, congeler, entreposer et / ou expédier que de produits de viande conformes au Règlement sur la salubrité des aliments au Canada (RSAC). De plus, toutes les activités reliées à la certification de produits de viande sont autorisées uniquement dans les établissements licenciés. Cela inclut le transbordement, comme cela peut être accompli lors de la conteneurisation à distance, voir Conditions d'obtention de licence et d'inscription d'établissement de viande.
  • les entrepôts frigorifiques (voir Politique relative aux entrepôts frigorifiques et à la certification des exportations) qui ont l'intention d'exporter de produits à base de viande ou d'entreposer de produits à base de viande destinés à être exportés vers d'autres pays doivent être licenciés dans le cadre du RSAC. De plus, ces installations ne sont pas autorisées à entreposer sur place de la viande provenant d'établissements non licenciés.
  • l'ACIA ne certifiera la produit de viande pour l'exportation à partir de n'importe quel point de production, que si tous les établissements identifiés sur le certificat sont licenciés. Si un produit en particulier a été identifié comme étant entreposé dans un entrepôt frigorifique sans licence, l'ACIA ne peut pas démontrer qu'il y a eu une surveillance fédérale en continu sur toute la chaine de production et ne peut donc pas certifier ce produit à base de viande pour l'exportation
  • aucun envoi de produit de viande ne doit être exporté à moins d'avoir reçu l'inspection finale et d'être jugé satisfaisant. Les produits à base de viande destinés à l'exportation ne doivent pas quitter le système fédéral avant que le certificat officiel ait été signé par un responsable de l'ACIA.

6.1.1 Vérification du Formulaire de demande Vérification à l'exportation par le personnel d'inspection de l'ACIA

Comme pré-requis pour chaque envoi destiné à l'exportation, le Formulaire de demande-vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 – accès interne seulement) doit être présenté au vétérinaire officiel (V.O.) ou à l'inspecteur de l'établissement demandeur. Ce formulaire comprend trois parties.

L'inspecteur de l'établissement demandeur s'assure que les parties 1 et 2 du formulaire ont été correctement remplies par la partie réglementée. La partie 3 consiste en la déclaration de l'inspecteur selon laquelle la vérification a été effectuée.

Élément 1, les exigences d'importation et d'étiquetage du pays importateur sont rencontrées

6.1.1.1 Les exigences du pays importateur sont les mêmes que celles au Canada

L'élément 1 de la partie 2 peut être vérifié par un inspecteur de l'ACIA d'un établissement demandeur qu'il soit l'établissement de production ou d'expédition, car la vérification de l'élément 1 confirme que le produit rencontre les standards canadiens pour les produits de viande comestibles et ces derniers sont étiquetés selon les exigences canadiennes.

En plus de certifier l'élément 1, si le produit de viande est fabriqué et expédié d'un seul et même établissement, ce dernier serait alors en mesure de certifier les cinq éléments de la partie 2.

Si le produit de viande est produit dans un établissement différent de celui d'où il est expédié, des inspecteurs de plus d'un établissement peuvent être amenés à vérifier les cinq éléments de la partie 2.

6.1.1.2 Les exigences du pays importateur sont différentes des exigences canadiennes
a) Un seul établissement est concerné par la demande de certification aux fins d'exportation

L'inspecteur vérifie les éléments 1 à 5 de la partie 2. L'élément 1 de la partie 2 signifie que l'établissement est admissible à l'exportation et que le produit destiné à l'exportation satisfait aux exigences du pays importateur, comme il est indiqué dans la Bibliothèque des exigences en matière d'exportation. Les documents requis pour cette vérification (par exemple, résultats de laboratoire, attestation relative à Trichinella) doivent être fournis à l'inspecteur par l'établissement demandeur.

b) Plusieurs établissements sont concernés par la demande de certification aux fins d'exportation

L'élément 1 de la partie 2 (Déclaration de conformité) signifie que les établissements sont autorisés à exporter vers le pays en question et que les produits destinés à l'exportation sont conformes aux exigences techniques en vigueur dans le pays de destination.

L'inspecteur qui reçoit le formulaire de demande doit informer le demandeur que le processus pourrait être accéléré si la documentation à l'appui nécessaire est jointe au Formulaire de demande-vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 – accès interne seulement).

Lorsque l'établissement demandeur n'est pas l'établissement de production et que le pays importateur a des exigences additionnelles, une déclaration de l'établissement de production stipulant que le produit est conforme aux exigences du pays importateur doit être fournie en utilisant la section « Attestation supplémentaire » du formulaire de demande-vérification. Cette déclaration est corroborée par l'inspecteur du deuxième établissement, dans la section « Attestation supplémentaire », à la partie 2 du Formulaire de demande Vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 - accès interne seulement) (élément 1). L'inspecteur doit s'assurer que les déclarations relatives à la demande incluent la déclaration écrite d'admissibilité délivrée par l'établissement de production (par exemple, les lettres de garantie).

Lorsque des nombreuses exportations journalières proviennent du même établissement de fabrication, sont destinées au même pays importateur, sont de la même espèce et exportées du même établissement d'expédition, une alternative à l'utilisation continuelle de l'attestation supplémentaire par l'établissement de fabrication est la déclaration écrite. La déclaration écrite est émise par l'établissement de fabrication à l'établissement d'expédition. Dans ce cas, si l'établissement d'expédition (demandeur) est d'accord pour accepter la responsabilité de l'établissement de fabrication, l'établissement d'expédition (demandeur) peut le faire en certifiant les éléments d'exportation normalement réservés à l'établissement de fabrication. Une confirmation écrite à jour de doit être fournie à l'établissement d'expédition (demandeur) immédiatement après une modification au statut d'exportation actuel de l'établissement de fabrication ou immédiatement après une modification des exigences applicables du pays importateur. Cette confirmation écrite devrait aussi être corroborée par l'inspecteur de l'établissement de fabrication et doit être reçue par l'établissement d'expédition.

Remarque

Dans des cas spécifiques où le pays importateur exige une déclaration de santé animale pour des maladies qui ne sont pas officiellement déclarées au Canada, le vétérinaire certificateur pourrait demander des renseignements supplémentaires au spécialiste des opérations. Pour les certificats et les annexes portant de telles déclarations de santé animale, des documents de support doivent être délivrés par le vétérinaire responsable de l'établissement d'abattage d'origine. Un exemple précis de document de support est l'annexe J, Certificat de transfert pour les produits de viande. L'annexe J est disponible dans visionner les exigences du pays importateur (visionner l'EPI).

6.1.2 Autorisation de l'application de marques d'exportation par l'établissement d'expédition

L'inspecteur peut autoriser l'employé d'un établissement licencié à appliquer des marques d'expédition (timbres ou estampilles) sur les boîtes.

L'inspecteur peut délivrer les certificats d'exportation et autoriser l'application d'estampilles sur les boîtes durant les heures d'inspection approuvées, même s'il n'est pas présent dans l'établissement. L'inspecteur doit toutefois s'assurer au préalable que l'exploitant a mis en place des mesures satisfaisantes, comme celles décrites dans le document d'orientation pour l'industrie Comment remplir le formulaire CFIA/ACIA 5344 Formulaire de demande Vérification à l'exportation – Annexe H.

Le timbre d'exportation porte le numéro d'agrément de l'établissement d'expédition.
Alternativement, il peut porter le numéro de l'établissement de production, si demandé par écrit par l'exploitant de l'établissement de production.

L'exploitant peut modifier le numéro du certificat apparaissant sur le timbre d'exportation uniquement lorsqu'autorisé par l'inspecteur.

6.1.3 Vérification visuelle de l'envoi à l'établissement d'expédition

Lorsque tous les timbres ou estampilles exigés ont été apposés sur l'envoi par l'exploitant licencié, l'envoi doit ensuite être présenté pour l'inspection de manière à donner à l'inspecteur un accès adéquat aux produits afin que l'ensemble du lot soit disponible pour que l'inspecteur puisse en vérifier l'admissibilité à l'exportation.

Une alternative tel le « chargement en continu » dans les établissements de production, peut être autorisée. Dans de tels cas, l'inspecteur doit être présent pour vérifier l'admissibilité à l'exportation. Une entente entre l'exploitant et l'ACIA est exigée afin que l'inspecteur soit informé du calendrier de chargement en continu afin de faciliter la vérification de l'envoi par ce dernier.

L'inspecteur procède à l'inspection visuelle de l'envoi en examinant un échantillon représentatif du chargement. La taille de cet échantillon peut être déterminée en fonction des antécédents de l'établissement en matière de conformité, sur la base du jugement de l'inspecteur et des directives du superviseur.

L'inspecteur s'assure que :

  • le produit est en bon état et il est sain (aucune odeur nauséabonde apparente, absence de boîtes déchirées ou humides ou de tout autre signe indiquant une manutention ou un entreposage inadéquat)
  • le nombre de boîtes ou d'emballages correspond au nombre indiqué sur le formulaire de demande. Ceci peut se faire en examinant les documents fournis à l'appui
  • les timbres ou estampilles d'exportation exigés ont été apposés sur les boîtes ou emballages
  • la description du produit sur les étiquettes des contenants d'expédition doit correspondre à la description figurant sur le Formulaire de demande-vérification à l'exportation et le certificat d'exportation
  • l'étiquette comporte tous les renseignements obligatoires, selon les renseignements disponibles, tel qu'indiqué dans la Bibliothèque des exigences en matière d'exportation
  • les marques d'exportation supplémentaires, lorsque requises (par exemple, « pour exportation ») ont été apposées

Pour les établissements qui ont développé des procédures écrites pour la vérification visuelle des produits à exporter, approuvés par l'inspecteur et maintenus à la satisfaction de l'inspecteur, les documents d'appui de ces procédures peuvent être utilisés comme preuve suffisante pour satisfaire les exigences des éléments d'exportation 4 et 5 de la demande-vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 – accès interne seulement) sans la présence de l'inspecteur. Dans le contexte de procédures approuvées tel que décrit plus haut, la vérification de la quantité totale de produits de viande indiquée sur le formulaire de demande-vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 - accès interne seulement) peut être effectuée par la vérification de ces documents d'appui au lieu de compter physiquement le nombre de boîtes. De manière similaire, la vérification du numéro de scellé du conteneur d'exportation inscrit sur la demande de vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 - accès interne seulement) Annexe H, (le scellé officiel ainsi que le scellé de l'exploitant) peut aussi être effectuée par la vérification de document d'appui au lieu d'une vérification visuelle du scellé intact sur les portes du conteneur d'exportation. Dans le cas d'un scellé de l'ACIA, il est entendu que l'utilisation du scellé doit recevoir l'autorisation préalable de l'inspecteur.

6.1.4 Confirmation de la partie 3 « Déclaration de vérification » du Formulaire de demande-vérification à l'exportation

L'inspecteur de l'établissement demandeur vérifie l'exactitude des renseignements indiqués sur le Formulaire de demande-vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 - accès interne seulement) avec les renseignements indiqués sur le COIV et les annexes respectives. L'inspecteur remplit, signe et date la partie 3 du formulaire de demande, lorsque tous les éléments de la demande sont jugés satisfaisants. L'inspecteur retourne ensuite au demandeur le formulaire de demande approuvée et signée ainsi que le certificat d'exportation /les annexes, pour certification par le vétérinaire officiel (V.O.).

6.2 Procédure opérationnelle pour la délivrance du certificat officiel d'inspection des viandes

  • le COIV, formulaire CFIA/ACIA 1454 est utilisé pour les produits de viande comestibles propres à la consommation humaine
  • le COIV CFIA/ACIA 1454 est un certificat officiel pour l'exportation des viandes, négocié et accepté par la plupart des autorités étrangères
  • le COIV ne peut être utilisé pour les produits de viande non comestibles
  • pour délivrer un COIV dans le cas d'un risque commercial, veuillez consulter la section 6.3

6.2.1 Conditions pour la délivrance du COIV (CFIA/ACIA 1454) aux fins d'exportation

Le COIV pour l'exportation de produits de viande doit seulement être délivré (signé) par un V.O.

Le V.O. doit vérifier les points suivants, avant de certifier :

  • le COIV a été complètement et correctement dûment rempli et aucun espace n'a été laissé vide
  • comme le COIV est délivré en se basant sur le Formulaire de demande-vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 – accès interne seulement), le V.O. doit avoir ce formulaire et tout autre document exigé par les autorités compétentes du pays étranger (par exemple, annexes, résultats de laboratoire, traitement contre les trichines) en sa possession, avant de signer le COIV. Notez que la partie 3 du formulaire de demande-vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 – accès interne seulement) doit être signée et datée par l'inspecteur de l'établissement demandeur avant que le V.O. puisse signer le CFIA/ACIA 1454
  • certains pays étrangers exigent des certifications supplémentaires, en plus du COIV, tel que des annexes. Le V.O. doit s'assurer que les établissements utilisent les plus récentes versions de ces documents. La date indiquée au bas de l'annexe peut être utilisée pour vérifier si l'annexe utilisée est bien la dernière version. Le numéro du COIV doit être indiqué sur les annexes
  • si le V.O. est situé à distance, il doit conserver une photocopie du certificat signé, une copie du Formulaire de demande-vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344) ou un registre contenant ces mêmes renseignements. Le demandeur est responsable de retourner le COIV signé ainsi qu'une copie du formulaire CFIA/ACIA 5344 à l'inspecteur qui a attribué le certificat
  • lorsque le Formulaire de demande-vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 - accès interne seulement) est transmis au V.O. certificateur par voie électronique ou par télécopieur, l'inspecteur de l'établissement d'expédition conserve la copie originale du formulaire de demande-vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344) dans ses dossiers. Ceci permet de s'assurer que le Formulaire de demande Vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344) n'a pas été falsifié
  • l'inspecteur de l'établissement demandeur conservera tous les documents concernant l'exportation (à des fins de traçabilité), c'est-à-dire une copie du COIV ainsi que le Formulaire de demande Vérification à l'exportation (CFIA/ACIA 5344 accès interne seulement) et les documents à l'appui reliés

6.2.2 Délivrance d'un COIV

Si le vétérinaire officiel a des doutes au sujet de quelques renseignements figurant dans la documentation à l'appui (par exemple, Formulaire de demande Vérification à l'exportation CFIA/ACIA 5344, résultats d'analyses) ou sur le COIV, il doit communiquer avec l'inspecteur qui a approuvé la demande ou avec le demandeur pour dissiper ces doutes.

S'il juge les explications fournies insuffisantes, le vétérinaire officiel doit documenter ses préoccupations (par exemple, les documents sont incomplets) et communiquer avec le spécialiste des opérations pour connaître la marche à suivre.

Remarque

États-Unis

À la suite d'un accord entre l'ACIA et l'USDA, les inspecteurs de l'ACIA ainsi que les vétérinaires officiels de l'ACIA sont autorisés légalement à délivrer le certificat d'exportation officiel CFIA/ACIA 5733 pour les viandes et produits de viande destinés aux États-Unis. Veuillez consulter les Tableaux des tâches d'inspections – Viandes – États-Unis pour de plus amples détails à ce sujet; certaines conditions s'appliquent aux inspecteurs. Notez également que les inspecteurs sont seulement autorisés à signer l'annexe A-1 pour le bœuf.

Chine

L'annexe A-1 fournit des instructions pour compléter le COIV ACIA / CFIA 4159 pour la Chine. L'annexe A-1 est disponible sur visionner l'EPI sur Ecert. L'inspecteur fournira l'annexe A-1 au demandeur.

6.2.3 Signature d'un COIV

L'original (feuille 1) du certificat ACIA 1454 doit être signé et étampé. Les feuilles 2 et 3 doivent être étampées seulement.
Seul un exemplaire de la certification additionnelle doit porter la signature et l'estampille originales. Si plus d'un exemplaire est émis avec la signature et l'estampille originales, la mention ''COPIE '' doit être apparaître sur chaque copie additionnelle. Le sceau officiel de l'Agence canadienne d'inspection des aliments doit être appliqué au-dessus de la signature.

Une encre de couleur autre que le noir doit être utilisée pour la signature. À noter que seuls les vétérinaires de l'Agence canadienne d'inspection des aliments sont autorisés à signer les documents indiqués ci-haut.

Le format d'estampille suivant doit être utilisé sur le certificat :

Estampille

6.2.4 Distribution du COIV

Le COIV comporte trois parties. La distribution doit se faire conformément aux instructions indiquées au bas de chaque partie.

Partie 1 : Doit accompagner l'envoi à la destination, original. Cette partie est destinée aux autorités du pays importateur.

Partie 2 : Doit être envoyée, sans délai, par l'inspecteur responsable de l'établissement demandeur, tel qu'indiqué ci-dessous :

La copie destinée à l'administration centrale doit être postée à :
Centre d'administration
2e étage O., bureau 308
59, promenade Camelot
Ottawa (Ontario)
K1A 0Y9

En outre, tout formulaire d'exportation de viande contenant de la volaille (même si ce n'est qu'un élément) doit être acheminé à Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), par courriel, à l'adresse :

aafc.poultry-volaille.aac@canada.ca

À l'attention du : Superviseur, Centre d'information et de contrôle à l'importation

Partie 3 : Doit être versée au dossier de l'inspecteur de l'établissement ou des établissements demandeurs.

6.2.5 Délivrance de certificats pour des produits de viande

Outre le CFIA/ACIA 1454, il convient de noter qu'il y a plusieurs autres certificats officiels d'exportation fournis par l'Agence, tels que CFIA/ACIA 5733 pour les États-Unis, CFIA/ACIA 1482 et 4367 pour le Japon, CFIA/ACIA 5555, 5553 et 5506 pour Russie, CFIA/ACIA 4159 pour la Chine, CFIA/ACIA 1480 pour l'UE, CFIA/ACIA 4583 pour Taïwan.

Le CFIA/ACIA 1454 doit être délivré pour les produits de viande comestibles exportés vers tous les pays, à l'exception de certains pays d'Amérique latine, ainsi que la Russie, les États-Unis et la Chine.

Les certificats délivrés doivent être dûment remplis pour chaque envoi et une copie doit être acheminée à l'administration centrale tel que requis à la section 6.2.3 (formulaires CFIA/ACIA 1454, 5733 et 4159 : Partie2; formulaire CFIA/ACIA 5555 : deuxième page).

6.3 Conditions pour la délivrance d'un COIV en cas de risque commercial

Lorsque les exigences en matière d'importation sont inconnues, par exemple lorsque l'ACIA n'a pas entamé de négociations avec l'autorité compétente étrangère, il peut néanmoins être possible de délivrer un COIV CFIA/ACIA 1454, sous certaines conditions. L'envoi de produits de viande vers ces pays est au risque commercial de l'exportateur et ce dernier assume l'entière responsabilité de l'envoi de produits de viande exportées sous risque commercial.

Normalement, seul le CFIA/ACIA 1454 peut être délivré pour les produits de viande exportés avec un risque commercial. Toutefois, Annexe A : Attestation relative à la radioactivité et l'annexe A-1 attestation relative à la dioxine peuvent être utilisées avec le certificat CFIA/ACIA 1454 pour les expéditions à risque commercial, à la demande de l'exportateur. Les annexes A et A-1 sont disponibles dans visionner l'EPI.

Remarque

Les produits peuvent être exportés sous risque commercial uniquement vers les pays où il n'existe pas d'exigences établies relatives aux produits de viande, comme il est indiqué dans la Bibliothèque des exigences en matière d'exportation. Par exemple : Un pays a accepté d'importer de la viande de bœuf et de porc canadienne, mais aucun accord n'a été conclu en ce qui concerne l'agneau; il ne peut donc pas y avoir d'exportation d'agneau sous risque commercial.

6.3.1 Conditions que doit rencontrer l'exportateur avant que l'inspecteur de l'ACIA autorise l'exportation sous risque commercial

L'exportateur donne l'assurance écrite à l'ACIA, sur papier à son en-tête, qu'il a déterminé que son produit sera accepté par le pays importateur. Une lettre par lot et par certificat d'exportation doit être produite. La lettre de l'exportateur doit attester ce qui suit :

  • l'exportateur sait qu'il n'existe aucun accord entre le Canada et le pays importateur
  • l'exportateur (nom) a fait toutes les enquêtes requises et, selon les renseignements obtenus, il n'existe aucun obstacle connu à l'entrée de son produit sur le marché (nom du pays)
  • l'exportateur reconnaît que le certificat de l'ACIA est délivré de bonne foi, sur la base des garanties écrites qu'il a données et selon lesquelles il a fait toutes les enquêtes requises et qu'il n'existe aucun obstacle connu à l'entrée de son produit dans le pays concerné
  • l'exportateur sait que les produits certifiés en vertu du certificat no (inscrire ici le numéro du certificat) sont exportés à son propre risque commercial
  • l'exportateur dégage l'ACIA de toute responsabilité, y compris la responsabilité financière, relativement au produit certifié en vertu du certificat no (inscrire ici le numéro du certificat)

6.4 Remplacement d'un certificat délivré

6.4.1 Si le demandeur en fait la demande, les inspecteurs peuvent délivrer un certificat de remplacement pour des raisons valables. La procédure de délivrance d'un certificat de remplacement peut être consultée au lien suivant Procédure opérationnelle : Remplacer un certificat d'exportation pour des produits alimentaires.

Pour toute question ou pour obtenir des précisions sur ce document, suivez les canaux de communication habituels de la région, incluant de soumettre un Formulaire électronique de demande de suivi (FEDS).

Dernière mise à jour 13 novembre 2019

Date de modification :