Programme national d'inspection des aliments du bétail : résultats du Programme 15B (du 1er avril 1990 au 31 mars 2018) – un programme de surveillance des mycotoxines dans les aliments du bétai

Cette page fait partie du répertoire des documents d'orientation (RDO).

Vous cherchez des documents connexes?
Recherche de documents connexes dans le répertoire des documents d'orientation.

Contexte

Le Programme-15B fait partie du Programme national d'inspection des aliments du bétail de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et a été mis en œuvre dans le but de surveiller les mycotoxines dans tous les aliments du bétail et les ingrédients entrant dans leurs compositions. Les données proviennent d'échantillons d'aliments du bétail domestiques et importés recueillis de manière aléatoire par l'ACIA dans des provenderies, des exploitations agricoles et des établissements de vente au détail, sur une période de 28 ans, soit du 1er avril 1990 au 31 mars.

Les mycotoxines sont des métabolites secondaires produites par une variété de moisissures qui poussent sur les produits agricoles, en particulier les céréales. Par conséquent, les mycotoxines peuvent être présentes dans les aliments de consommation humaine et les aliments du bétail. Il existe près de 400 mycotoxines répertoriées, dont certaines sont connues pour causer de graves problèmes de santé chez les humains et les animaux lorsqu'elles sont ingérées, et ce, même à de très faibles concentrations (parties par milliard à parties par million). Leurs effets physiologiques sur le bétail sont divers et comprennent le refus de s'alimenter, des vomissements, une atteinte de la fonction de reproduction, une réduction de la fertilité, une pneumopathie, le cancer et la mort. Les mycotoxines présentes dans les aliments du bétail pourraient également constituer une préoccupation en matière de salubrité des aliments, car certaines d'entre elles peuvent être transférées aux humains par le biais d'aliments d'origine animale (viande, lait et œufs). Pour obtenir de plus amples renseignements sur les mycotoxines et les seuils d'intervention utilisés dans le présent rapport, veuillez consulter les Directives réglementaires, RG-8 : Contaminants dans les aliments du bétail de l'ACIA.

Dans le cadre de ce programme de surveillance, les échantillons sont analysés pour détecter la présence d'un panel de 12 différentes mycotoxines préoccupantes. Il s'agit du nivalénol (NIV), du déoxynivalénol (DON), du 3-acétyldéoxynivalénol (TAD ou 3-ADON) du 15-acétyldéoxynivalénol (FAD ou 15-ADON), du néosolaniol (NEOS), du diacétoxyscirpénol (DAS), de la toxine HT-2 (HT-2), de la toxine T-2 (T-2), de la zéaralénone (ZEA), des fumonisines B1 et B2 (FUM), de la fusarénone-X (FUSA ou FUS-X) et de l'ochratoxine A (OTA). Les analyses relatives aux aflatoxines ne sont pas incluses dans le présent rapport, car aucune aflatoxine dépassant la concentration réglementaire de 20 ppb dans les aliments du bétail n'a été détectée dans les échantillons prélevés en vertu de ce programme d'inspection.

Les analyses d'échantillons visant à détecter et à quantifier les mycotoxines pour ce programme sont effectuées par l'ACIA au Laboratoire d'Ottawa, sur l'avenue Carling. Les analyses des résultats dans le présent rapport sont principalement axées sur sept mycotoxines (DON, HT-2, T-2, DAS, FUM, OTA et ZEA) pour lesquelles des seuils d'intervention (SI) ont été attribués. Les cinq autres mycotoxines (NIV, FAD, TAD, FUSA et NEOS) qui font partie du panel n'ont pas, pour le moment, de SI et ont donc été exclues du présent rapport.

Les espèces de bétail manifestent divers degrés de sensibilité aux différentes mycotoxines présentent dans les aliments contaminés. Par conséquent, chacun des SI ayant été attribués est propre à certaines espèces de bétail réglementées par la Loi relative aux aliments du bétail et son Règlement d'application, tel qu'il est indiqué dans les Directives réglementaires, RG-8 : Contaminants dans les aliments du bétail. Ces SI fournissent des lignes directrices concernant la salubrité des aliments du bétail. Elles reposent en grande partie sur des études de toxicité publiées sur une toxine individuelle et sont susceptibles d'être modifiées si de nouvelles études démontrent la nécessité de revoir les valeurs.

Les tableaux 1 à 4 montrent les résultats des échantillons par rapport au «  SI le plus bas » ayant été attribué pour une mycotoxine donnée. Les données sont présentées sous forme de «  pourcentage d'échantillons ayant une concentration inférieure au SI le plus bas » afin d'illustrer la proportion d'échantillons ayant atteint le SI le plus rigoureux, ce qui présente le pire scénario de prévalence d'une mycotoxine donnée dans les aliments du bétail.

Les tableaux 5a à 5c montrent les résultats par rapport au SI pour une espèce de bétail donnée et sont présentés sous forme de «  pourcentage d'échantillons ayant une concentration inférieure au SI ». Toutefois, dans le cas d'espèces multiples, où les aliments du bétail peuvent être consommés par plus d'une espèce de bétail, on a utilisé le «  SI le plus bas » de la mycotoxine pour les analyses. Le nombre total d'échantillons analysés est également présenté dans les tableaux.

Il est à noter que pour la toxine HT-2, on a utilisé le SI le plus bas, soit 0,1 ppm, et ce, même si un SI inférieur (0,025 ppm) est en place pour les bovins laitiers, tel qu'il est indiqué dans les Directives réglementaires, RG-8 : Contaminants dans les aliments du bétail. Cela s'explique par le fait que la limite de quantification de la méthode de laboratoire de l'ACIA pour la HT-2 était de 0,1 ppm jusqu'à récemment.

Les échantillons d'aliments du bétail dans lesquels les mycotoxines sont «  inférieures à un SI » sont considérés comme acceptables aux fins d'utilisation chez les espèces de bétail. La détection, dans un échantillon d'aliment du bétail, d'une mycotoxine dont la concentration est «  supérieure au SI » associé à une espèce de bétail déclenche une enquête visant à atténuer le risque de contamination par l'aliment du bétail. Cela peut comprendre la prise de décisions pour déterminer si la concentration déclarée est inférieure au «  SI maxima » et si l'aliment du bétail peut être utilisé sans danger chez des espèces de bétail plus tolérantes ou non. Si la concentration déclarée est supérieure au «  seuil maximal », l'aliment ne peut pas être utilisé pour le bétail et doit faire l'objet d'une inspection de suivi à l'installation.

Étant donné que les concentrations des mycotoxines T-2, DAS, OTA et ZEA étaient «  inférieures au SI le plus bas » pour plus de 99 % des échantillons testés, ces quatre mycotoxines ont été exclues de toute analyse supplémentaire dans le rapport.

Résultats des échantillons par mycotoxine et exercice financier (du 1er avril au 31 mars)

Le tableau 1 présente un résumé du nombre d'échantillons d'aliments du bétail analysés et des résultats en pourcentage d'échantillons ayant des concentrations de mycotoxines inférieures au « SI le plus bas », par mycotoxine et exercice financier. Le tableau 1 ne prend pas en compte les espèces de bétail pour lesquelles l'aliment du bétail de ces échantillons était destiné. Les résultats sont présentés pour les échantillons recueillis et analysés du 1er avril 1990 au 31 mars 2018.

Le pourcentage moyen (ci-après désigné « pourcentage ») d'échantillons ayant des concentrations inférieures au « SI le plus bas » s'est révélé le plus faible pour le DON (81,3 %), suivi par la HT-2 (96,5 %) et les FUM (96,9 %). En ce qui concerne les autres mycotoxines (T-2, DAS, OTA et ZEA), plus de 99 % des échantillons ont révélé des concentrations inférieures au « SI le plus bas ».

Il est à noter que si 17,7 % des échantillons pour le DON étaient au-dessus du SI le plus bas de 1 ppm, seulement 1,7 % des échantillons dépassaient le SI le plus élevé de 5 ppm (données non présentées ici).

Tableau 1 : Pourcentage d'échantillons d'aliments du bétail inférieurs aux seuils d'intervention les plus bas pour les mycotoxines, par mycotoxine et exercice financier (du 1er avril au 31 mars) de 1990-1991 à 2017-2018. Le nombre total d'échantillons analysés est indiqué entre parenthèses.
Exercices financiers DON
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre
total
d'échantillons)
HT-2
%
d'échantillons
< 0,1 ppm
(Nombre
total
d'échantillons)
T-2
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre
total
d'échantillons)
DAS
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre
total
d'échantillons)
FUM
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre
total
d'échantillons)
OTA
%
d'échantillons
< 0,2 ppm
(Nombre
total
d'échantillons)
ZEA
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre
total
d'échantillons)
1990-1991 84,52 (168) 97,01 (167) 99,40 (168) 99,40 (168) -- (0) 100,00 (4) 100,00 (167)
1991-1992 88,41 (233) 98,28 (233) 100,00 (233) 99,57 (233) -- (0) 100,00 (60) 99,57 (232)
1992-1993 93,23 (266) 98,50 (266) 98,50 (266) 98,87 (266) -- (0) 100,00 (265) 99,25 (266)
1993-1994 93,43 (213) 97,65 (213) 99,53 (211) 99,53 (213) 100,00 (65) 100,00 (212) 99,06 (213)
1994-1995 87,76 (245) 97,96 (245) 97,96 (245) 98,37 (245) 98,21 (112) 100,00 (243) 98,77 (244)
1995-1996 91,06 (235) 100,00 (232) 100,00 (232) 100,00 (232) 98,10 (105) 100,00 (231) 100,00 (233)
1996-1997 86,22 (196) 100,00 (195) 100,00 (195) 100,00 (195) 100,00 (76) 100,00 (195) 100,00 (195)
1997-1998 87,71 (236) 97,88 (236) 100,00 (236) 100,00 (236) 100,00 (80) 100,00 (236) 100,00 (236)
1998-1999 87,66 (235) 94,89 (235) 100,00 (235) 100,00 (235) 98,68 (76) 99,15 (234) 100,00 (234)
1999-2000 71,74 (184) 96,74 (184) 100,00 (184) 100,00 (181) 94,55 (55) 100,00 (184) 100,00 (183)
2000-2001 82,25 (169) 97,63 (169) 100,00 (169) 100,00 (169) 100,00 (80) 100,00 (169) 100,00 (169)
2001-2002 83,09 (136) 97,06 (136) 100,00 (136) 100,00 (136) 100,00 (44) 100,00 (136) 100,00 (136)
2002-2003 91,72 (169) 98,82 (169) 100,00 (169) 100,00 (169) 90,48 (63) 100,00 (169) 100,00 (169)
2003-2004 73,80 (187) 96,26 (187) 100,00 (187) 100,00 (187) 94,52 (73) 100,00 (187) 100,00 (187)
2004-2005 75,63 (197) 96,45 (197) 100,00 (197) 100,00 (197) 100,00 (83) 100,00 (196) 100,00 (196)
2005-2006 85,96 (114) 94,74 (114) 100,00 (114) 100,00 (114) 91,84 (49) 100,00 (114) 100,00 (114)
2006-2007 70,62 (194) 88,66 (194) 100,00 (194) 100,00 (194) 94,79 (96) 100,00 (193) 97,41 (193)
2007-2008 74,40 (168) 93,45 (168) 100,00 (168) 100,00 (168) 96,30 (81) 100,00 (170) 98,81 (168)
2008-2009 71,43 (224) 95,98 (224) 100,00 (224) 100,00 (224) 96,59 (88) 100,00 (223) 99,55 (224)
2009-2010 75,60 (209) 97,13 (209) 100,00 (209) 100,00 (209) 98,02 (101) 100,00 (210) 100,00 (209)
2010-2011 77,99 (209) 94,74 (209) 100,00 (211) 100,00 (211) 99,08 (109) 99,53 (212) 99,53 (211)
2011-2012 68,81 (202) 96,91 (194) 100,00 (209) 100,00 (209) 94,55 (110) 100,00 (208) 100,00 (208)
2012-2013 75,25 (198) 94,65 (187) 100,00 (198) 100,00 (198) 83,33 (78) 100,00 (197) 100,00 (198)
2013-2014 83,65 (159) 95,21 (146) 100,00 (159) 100,00 (159) 89,19 (74) 100,00 (158) 100,00 (159)
2014-2015 81,64 (207) 98,49 (199) 100,00 (199) 100,00 (207) 100,00 (108) 100,00 (199) 100,00 (199)
2015-2016 81,94 (144) 98,61 (144) 100,00 (144) 100,00 (144) 100,00 (85) 100,00 (143) 100,00 (144)
2016-2017 86,31 (168) 92,90 (169) 100,00 (169) 100,00 (168) 98,17 (164) 100,00 (169) 100,00 (169)
2017-2018 83,70 (184) 92,51 (187) 100,00 (187) 100,00 (184) 98,40 (187) 100,00 (187) 100,00 (187)
Total 82,22 (5449) 96,51 (5408) 99,80 (5448) 99,82 (5451) 96,92 (2242) 99,94 (5104) 99,69 (5443)

Résultats des échantillons par mycotoxine et région d'échantillonnage

Le tableau 2 présente un résumé du nombre d'échantillons d'aliments du bétail analysés et des résultats relatifs aux mycotoxines, classés par région établie par l'ACIA où les échantillons ont été recueillis (pour connaître les régions établies par l'ACIA, veuillez consulter l'annexe I). Il convient de noter que la région dans laquelle un aliment du bétail a été échantillonné n'est pas nécessairement la même que celle dans laquelle l'aliment du bétail a été produit. Les données ont été analysées en utilisant le « SI le plus bas » pour chaque mycotoxine d'après les concentrations de mycotoxines décrites dans les Directives réglementaires, RG-8 : Contaminants dans les aliments du bétail. Les résultats sont présentés pour les échantillons recueillis et analysés du 1er avril 1990 au 31 mars 2018.

Dans l'ensemble, le pourcentage d'échantillons dont la concentration de la plupart des mycotoxines était inférieure au «  SI le plus bas » s'est révélé le plus faible pour la région de l'Ontario. Le pourcentage d'échantillons dont la concentration du DON atteignait le «  SI le plus bas » de 1 ppm variait de 76,4 % pour la région de l'Ontario à 93,1 % pour la région de l'Ouest.

Tableau 2 : Pourcentage d'échantillons d'aliments du bétail inférieurs aux seuils d'intervention les plus bas pour les mycotoxines, par mycotoxine et région établie par l'ACIA du 1er avril 1990 au 31 mars 2018. Le nombre total d'échantillons analysés est indiqué entre parenthèses.
Centre
opérationnel de
l'ACIA
DON
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
HT-2
%
d'échantillons
< 0,1 ppm
(Nombre total d'échantillons)
T-2
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
DAS
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
FUM
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
OTA
%
d'échantillons
< 0,2 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
ZEA
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
Atlantique 76,87 (402) 98,01 (403) 99,75 (402) 99,75 (402) 98,00 (100) 100,00 (378) 99,75 (403)
Québec 81,45 (2205) 97,12 (2187) 99,77 (2205) 99,86 (2207) 96,83 (1134) 100,00 (2055) 99,82 (2203)
Ontario 76,41 (1619) 93,88 (1602) 99,75 (1617) 99,75 (1618) 96,54 (810) 99,93 (1518) 99,44 (1617)
Western 93,05 (1223) 98,36 (1216) 99,92 (1224) 99,84 (1224) 98,48 (198) 99,83 (1153) 99,75 (1220)
Ouest 82,22 (5449) 96,51 (5408) 99,80 (5448) 99,82 (5451) 96,92 (2242) 99,94 (5104) 99,69 (5443)

Résultats des échantillons par mycotoxine et type d'aliment du bétail

Les échantillons destinés au programme de surveillance des mycotoxines proviennent de tous les types d'aliments du bétail et de tous les ingrédients entrant dans leur composition. Les principales catégories d'aliments du bétail et d'espèces de bétail sont indiquées à l'annexe I.

Le tableau 3 présente un résumé du nombre d'échantillons d'aliments du bétail analysés et des résultats relatifs aux mycotoxines, classés par type d'aliment. Les données ont été analysées en utilisant le «  SI le plus bas » pour chaque mycotoxine d'après les concentrations de mycotoxines décrites dans les Directives réglementaires, RG-8 : Contaminants dans les aliments du bétail. Les résultats sont présentés pour les échantillons recueillis et analysés du 1er avril 1990 au 31 mars 2018.

Les aliments à ingrédient unique (AIU) sont ceux qui ont été échantillonnés le plus souvent, suivis par les aliments complets, les suppléments et les aliments spéciaux. Il est à noter que la fréquence des analyses varie selon les types d'aliments du bétail, car certains aliments du bétail et ingrédients entrant dans leur composition, comme les céréales et les sous-produits de céréales, sont plus susceptibles d'être contaminés par des champignons et des mycotoxines. Ces aliments du bétail sont donc échantillonnés plus fréquemment.

Les aliments à ingrédient unique se sont avérés être le type d'aliment du bétail le plus fréquemment contaminé pour toutes les mycotoxines analysées. Le pourcentage d'échantillons ayant des concentrations inférieures au « SI le plus bas » s'est révélé le plus faible pour le DON (81,3 %), suivi par la HT-2 (96,16 %) et les FUM (96,86 %). D'autres analyses ont été effectuées pour le DON, la HT-2 et les FUM selon divers sous-types d'AIU afin de déterminer le type d'ingrédient dans la catégorie des AIU qui est le plus contaminé (voir le tableau 4).

Tableau 3 : Pourcentage d'échantillons d'aliments du bétail inférieurs aux seuils d'intervention les plus bas pour les mycotoxines, par type d'aliment du 1er avril 1990 au 31 mars 2018. Le nombre total d'échantillons analysés est indiqué entre parenthèses.
Type d'aliment DON
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
HT-2
%
d'échantillons
< 0,1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
T-2
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
DAS
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
FUM
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
OTA
%
d'échantillons
< 0,2 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
ZEA
%
d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
Aliments complets 87,03 (694) 98,56 (695) 100,00 (695) 99,71 (693) 100,00 (18) 100,00 (624) 99,57 (693)
Aliments à ingrédient unique 81,30 (4621) 96,16 (4579) 99,76 (4618) 99,83 (4623) 96,89 (2216) 99,93 (4359) 99,70 (4617)
Aliments spéciaux 85,71 (28) 100,00 (28) 100,00 (28) 100,00 (28) 100,00 (2) 100,00 (28) 100,00 (28)
Suppléments 89,00 (100) 97,00 (100) 100,00 (101) 100,00 (101) 100,00 (5) 100,00 (87) 100,00 (99)
Macro-prémélange 100,00 (4) 100,00 (4) 100,00 (4) 100,00 (4) 100,00 (1) 100,00 (4) 100,00 (4)
Complément d'oligo-éléments et de sel 100,00 (2) 100,00 (2) 100,00 (2) 100,00 (2) -- (0) 100,00 (2) 100,00 (2)
Total 82,22 (5449) 96,51 (5408) 99,80 (5448) 99,82 (5451) 96,92 (2242) 99,94 (5104) 99,69 (5443)

Résultats des échantillons par sous-type d'aliment à ingrédient unique

Le tableau 4 présente des analyses supplémentaires sur les résultats des échantillons d'AIU pour le DON, la HT-2 et les FUM. Les principales catégories d'AIU comprenaient les céréales qui ont été divisées en sous-catégories selon le type de grain, les sous-produits de céréales, les foins et fourrages, les produits de protéines végétales, les sous-produits d'origine animale et les produits alimentaires recyclés. Les données ont été analysées en utilisant le «  SI le plus bas » des mycotoxines d'après les concentrations de mycotoxines décrites dans les Directives réglementaires, RG-8 : Contaminants dans les aliments du bétail.

Comme le montre le tableau 4, le maïs, l'orge, le blé et l'avoine ont été les grains les plus fréquemment échantillonnés dans la catégorie des AIU. Certaines des céréales ont été simplement désignées comme «  grains mélangés » lorsque l'échantillon était constitué de plus d'un type de grains. Un certain nombre d'échantillons d'AIU ont été regroupés dans la catégorie « non précisés », car les renseignements permettant de classer ces AIU n'étaient pas disponibles.

Les sous-produits de céréales présentaient le pourcentage moyen le plus faible d'échantillons ayant des concentrations inférieures au « SI le plus bas », avec une fourchette de 50,4 % à 89,4 %. Parmi les cultures céréalières, l'orge et le blé se sont révélés les plus fréquemment contaminés par le DON, avec 72,5 % (orge) et 75,3 % (blé) d'échantillons ayant une concentration inférieure au «  SI le plus bas » de 1 ppm. En ce qui concerne la HT-2, le pourcentage moyen le plus faible d'échantillons ayant une concentration inférieure au « SI le plus bas » de 0,1 ppm était de 88,5 % dans l'avoine.

Tableau 4 : Pourcentage d'échantillons d'aliments du bétail inférieurs aux seuils d'intervention les plus bas pour les mycotoxines, par sous-type d'AIU du 1er avril 1990 au 31 mars 2018. Le nombre total d'échantillons analysés est indiqué entre parenthèses.
Sous-type d'AIU DON
% d'échantillonsm
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
HT-2
% d'échantillons
< 0,1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
FUM
% d'échantillons
< 1 ppm
(Nombre total
d'échantillons)
Céréales Note de tableau 1 - Orge 72,47 (523) 97,33 (524) 100,00 (31)
Céréales - Maïs 82,44 (1435) 94,81 (1426) 97,14 (1433)
Céréales - Avoine 92,36 (157) 88,54 (157) 100,00 (9)
Céréales - Blé 75,27 (372) 99,19 (372) 100,00 (45)
Céréales – Grains mélangés 86,47 (1530) 97,64 (1525) 99,10 (444)
Sous-produits de céréales Note de tableau 2 50,35 (286) 89,45 (256) 88,84 (215)
Foins et fourrages Note de tableau 3 85,29 (34) 91,43 (35) 100,00 (6)
Produits de protéines végétales Note de tableau 4 99,46 (184) 99,46 (184) 100,00 (21)
Sous-produits d'origine animale Note de tableau 5 100,00 (3) 100,00 (3) -- (0)
Produits alimentaires recyclése Note de tableau 6 92,06 (63) 100,00 (63) 100,00 (9)
Autres Note de tableau 7 100,00 (8) 100,00 (8) -- (0)
Non précisés Note de tableau 8 84,62 (26) 100,00 (26) 100,00 (3)
Total 81,30 (4621) 96,16 (4579) 96,89 (2216)

Note de tableau

Note de tableau 1

Céréales entières ou concassées (orge, maïs, avoine, riz, seigle, blé, grains mélangés, etc.)

Retour à la référence de la note de tableau 1

Note de tableau 2

Sous-produits de drêche de brasserie ou de distillerie (drêche de brasserie de grains humide, drêches de distillerie séchées et humides, etc.) et son, farine de gluten, résidus de mouture, criblures, etc.

Retour à la référence de la note de tableau 2

Note de tableau 3

Luzerne, foin, coques, mélange broyé, ensilage, etc.

Retour à la référence de la note de tableau 3

Note de tableau 4

Canola, tourteau de canola, graines de coton, criblures de lentilles, tourteau de soja, tourteau de tournesol, etc.

Retour à la référence de la note de tableau 4

Note de tableau 5

Farine de poisson, sous-produits laitiers, farine de plumes, etc.

Retour à la référence de la note de tableau 5

Note de tableau 6

Résidus de la fabrication du chocolat, résidus de boulangerie, croustilles, rebuts de grignotines, etc.

Retour à la référence de la note de tableau 6

Note de tableau 7

Pulpe de betterave, sucre, etc.

Retour à la référence de la note de tableau 7

Note de tableau 8

Les renseignements permettant de classer le type d'aliment du bétail ne sont pas disponibles

Retour à la référence de la note de tableau 8

Résultats des échantillons par espèces de bétail

Les tableaux 5a, 5b et 5c présentent un résumé des résultats relatifs au DON, à la HT-2 et aux FUM par rapport aux seuils d'intervention ayant été attribués pour les espèces de bétail. Les résultats sont présentés pour les échantillons recueillis et analysés du 1er avril 1990 au 31 mars 2018. Pour l'analyse des échantillons d'aliments destinés à plusieurs espèces de bétail, on a utilisé le «  SI le plus bas » pour chaque mycotoxine. Le SI le plus bas pour les espèces multiples a été choisi en tenant compte du risque potentiel pour les espèces de bétail les plus sensibles.

En ce qui concerne le DON, le pourcentage le plus faible d'échantillons ayant une concentration inférieure au seuil d'intervention était de 81,3 % pour les échantillons d'aliments destinés à plusieurs espèces de bétail, suivi de 85,2 % pour les aliments du bétail destinés aux bovins laitiers et de 90,5% pour les aliments destinés aux porcs. En ce qui concerne la HT-2 et les FUM, le pourcentage le plus faible d'échantillons ayant des concentrations inférieures au seuil d'intervention était de 88,9 % pour les échantillons d'aliments destinés aux dindes et de 96,9 % pour les échantillons d'aliments destinés à plusieurs espèces de bétail, respectivement.

Tableau 5a : Résultats des échantillons d'aliments du bétail analysés pour détecter la présence de déoxynivalénol (DON) selon l'espèce de bétail ciblée par l'aliment du bétail échantillonné, du 1er avril 1990 au 31 mars 2018. Les résultats sont présentés sous forme de pourcentage d'échantillons inférieurs au seuil d'intervention (SI) correspondant de l'espèce de bétail ciblée. Le nombre total d'échantillons analysés est indiqué entre parenthèses.
Espèces de bétail Seuil d'intervention
relatif au DON
Nombre total
d'échantillons
Pourcentage d'échantillons < SI
Espèces multiples Note de tableau 9 1 4615 81,32
Porcs 1 264 90,53
Bovins (laitiers lactants) 1 229 85,15
Bovins (boucherie) 5 113 100,00
Volaille (à griller) 5 58 100,00
Volaille (pondeuse) 5 113 98,23
Volaille (Dinde) 5 9 100,00

Note de tableau

Note de tableau 9

Plus d'une espèce animale réglementée en vertu de la Loi relative aux aliments du bétail et son Règlement d'application. Le seuil d'intervention le plus bas du DON a été utilisé pour représenter un risque pour les espèces les plus sensibles.

Retour à la référence de la note de tableau 9

Tableau 5 b : Résultats des échantillons d'aliments du bétail analysés pour détecter la présence de la toxine HT-2 selon l'espèce de bétail ciblée par l'aliment du bétail échantillonné, du 1er avril 1990 au 31 mars 2018. Les résultats sont présentés sous forme de pourcentage d'échantillons inférieurs au seuil d'intervention (SI) correspondant de l'espèce de bétail ciblée. Le nombre total d'échantillons analysés est indiqué entre parenthèses.
Espèces de bétail Seuil d'intervention
relatif à la HT-2 (ppm)
Nombre total
d'échantillons
Pourcentage d'échantillons < SI
Espèces multiples Note de tableau 10 0,1 4573 96,17
Bovins (laitiers) 0,1 229 98,25
Bovins (boucherie) 0,1 114 97,37
Volaille (à griller) 0,1 58 93,10
Volaille (pondeuse) 0,1 113 99,12
Volaille (Dinde) 0,1 9 88,89

Note de tableau

Note de tableau 10

Plus d'une espèce animale réglementée en vertu de la Loi relative aux aliments du bétail et son Règlement d'application.

Retour à la référence de la note de tableau 10

Tableau 5c : Résultats des échantillons d'aliments du bétail analysés pour détecter la présence des fumonisines (FUM) selon l'espèce de bétail ciblée par l'aliment du bétail échantillonné, du 1er avril 1990 au 31 mars 2018. Les résultats sont présentés sous forme de pourcentage d'échantillons inférieurs au seuil d'intervention (SI) correspondant de l'espèce de bétail ciblée. Le nombre total d'échantillons analysés est indiqué entre parenthèses.
Espèces de bétail Seuil d'intervention
relatif aux FUM (ppm)
Nombre total
d'échantillons
Pourcentage d'échantillons < SI
Espèces multiples Note de tableau 11 1 2192 96,90
Divers Note de tableau 12 1 2 100,00
Porcs 10 21 100,00
Bovins (laitiers) 15 12 100,00
Bovins (boucherie) 15 9 100,00
Volaille (à griller) 50 1 100,00
Volaille (pondeuse) 15 5 100,00
Volaille (Dinde) 50 0 --

Note de tableau

Note de tableau 11

Plus d'une espèce animale réglementée en vertu de la Loi relative aux aliments du bétail et son Règlement d'application. Le seuil d'intervention le plus bas du FUM a été utilisé pour représenter un risque pour les espèces les plus sensibles.

Retour à la référence de la note de tableau 11

Note de tableau 12

Espèces animales non majeures (mineures) réglementées en vertu de la Loi relative aux aliments du bétail et son Règlement d'application, comme le canard, le renard, l'oie, la chèvre, le cheval, le vison, le lapin et le poisson.

Retour à la référence de la note de tableau 12

Annexe I Dictionnaire

Aliment à ingrédient unique (Règlement de 1983 sur les aliments du bétail)
désigne tout produit ou mélange de produits visé aux annexes IV ou V, qui a été évalué et jugé acceptable pour utilisation dans les aliments.
Aliment complet (Règlement de 1983 sur les aliments du bétail)
un aliment qui, lorsqu'il est utilisé pour le type d'animal et les fins indiquées sur l'étiquette, fournit tous les éléments nutritifs nécessaires au maintien de la vie ou à l'amélioration de la production, mais ne comprend pas :
(a) l'eau, dans le cas des animaux monogastriques autres que les chevaux, et
(b) l'eau ou le fourrage grossier, dans le cas des ruminants et des chevaux.
Aliment minéral (Règlement de 1983 sur les aliments du bétail)
contient des minéraux pour l'alimentation du bétail et qui peut contenir des vitamines, des substances auxiliaires, des aromatisants ou des substances médicatrices énumérées dans le Recueil des notices sur les substances médicatrices.
Divers
un terme qui désigne les espèces animales non majeures (mineures) réglementées par la Loi relative aux aliments du bétail et ses règlements, comme le canard, le renard, l'oie, la chèvre, le cheval, le vison, le lapin et le poisson.
Espèces multiples
un terme qui fait référence à plus d'une espèce animale réglementée par la Loi relative aux aliments du bétail et ses règlements.
Macro-prémélange (Règlement de 1983 sur les aliments du bétail)
un aliment utilisé avec un autre en vue d'améliorer la valeur nutritive totale et destiné à être dilué et mélangé de nouveau pour donner un supplément ou un aliment complet conforme aux exigences du Règlement de 1983 sur les aliments du bétail.
Micro-prémélange (Règlement de 1983 sur les aliments du bétail)
désigne un aliment qui consiste en un mélange d'ingrédients fournissant seulement des oligo-éléments, des vitamines, des acides aminés, des substances médicatrices énumérées dans le Recueil des notices sur les substances médicatrices ou d'autres substances destinées à l'alimentation du bétail et utilisées en petites quantités.
Régions établies par l'ACIA
L'ACIA a divisé les dix provinces et les trois territoires en quatre régions géographiques : la région de l'Ouest (provinces : Alberta, Colombie-Britannique, Manitoba et Saskatchewan; territoires : Territoires du Nord-Ouest, Nunavut et Yukon), la région de l'Ontario, la région du Québec et la région de l'Atlantique (Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse et Île-du-Prince-Édouard).

Sous-type d'aliment à ingrédient unique (NOTE : Ces catégories sont spécifiques à ces ensembles de données)

Aliments spéciaux
un type d'aliment du bétail, dont l'étiquette contient des informations supplémentaires pour décrire l'utilité de l'aliment, telles que les garanties spécifiques, les allégations, etc. La description de ce type d'aliment n'est pas prévue dans le tableau 3 de l'annexe I du Règlement sur les aliments du bétail.
Autres
pulpe de betterave, sucre, etc.
Céréales
distillery and/or brewery by-products (brewers wet grains, wet and dried distillers grains, distillers grains with solubles, distillers solubles condensed, etc.), bran, gluten meal, middlings, mill run, shorts, screenings, malt sprouts, etc.
Complément d'oligo-éléments et de sel (Règlement de 1983 sur les aliments du bétail)
un aliment minéral qui ne contient que les ingrédients incorporés en vue de fournir des oligo-éléments et du sel (NaCl), et qui peut contenir des substances médicatrices énumérées dans le Recueil des notices sur les substances médicatrices, ou des substances auxiliaires.
Foins et fourrages
luzerne, foin, coques, mélange broyé, ensilage, etc.
Produits alimentaires recyclés
canola, tourteau de canola, graines de coton, criblures de lentilles, tourteau de lin, pois, soja, tourteau de soja, tourteau de tournesol, etc.
Sous-produits d'origine animale
farine de poisson, sous-produits laitiers, farine de plumes, etc.
Sous-produits de céréales
Sous-produits de drêche de brasserie ou de distillerie (Drêche de brasserie de grains humide, drêches de distillerie séchées et humides, drêches de distillerie avec solubles, extraits solubles de distillerie condensés, etc.), son, farine de gluten, petit son, remoulage, résidus de mouture, criblures, germes de malt, etc.
Supplément (Règlement de 1983 sur les aliments du bétail)
un aliment utilisé avec un autre en vue d'améliorer la valeur nutritive totale et destiné :
a) à être servi sous forme concentrée comme complément à d'autres aliments,
b) à être servi en libre choix avec d'autres éléments de la ration qui sont disponibles séparément, ou
c) être dilué et mélangé de nouveau pour donner un aliment complet admissible à l'enregistrement.
Date de modification :