Maladie débilitante chronique (MDC) - Fiche de renseignements

Qu'est-ce que la maladie débilitante chronique?

La maladie débilitante chronique (MDC) est une maladie évolutive mortelle du système nerveux qui infecte par voie naturelle les cerfs de Virginie, les cerfs mulets, les orignaux, les cerfs élaphes (cerfs rouges), les wapitis et les rennes.

La maladie débilitante chronique fait partie des maladies connues sous le nom d'encéphalopathie spongiforme transmissible (EST) ou maladies à prion. Bien qu'elle ait des caractéristiques en commun avec d'autres EST, telles que l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) qui touche les bovins, et la tremblante du mouton qui affecte les ovins, il s'agit d'une maladie distincte qui, jusqu'à présent, ne semble affecter naturellement que les animaux de la famille des chevreuils (cervidés).

La maladie débilitante chronique présente-t-elle des risques pour la santé des humains?

À l'heure actuelle, il n'y a aucune preuve scientifique directe que la maladie débilitante chronique peut se transmettre aux humains.

Par mesure de précaution, il est recommandé que tout tissu pouvant provenir d'un animal connu d'être infecté par la maladie débilitante chronique ne soit pas utilisé ou consommé par les humains.

Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont mis en place des mesures pour réduire l'exposition des humains à des produits pouvant être contaminés par la maladie débilitante chronique. Ces mesures consistent à empêcher que des animaux infectés connus soient intégrés à la chaîne alimentaire.

Santé Canada recommande d'éviter de consommer de la viande provenant d'animaux connus d'être infectés par des ESTs. Dans les régions où l'on a détecté la maladie débilitante chronique chez des cervidés sauvages, les chasseurs sont encouragés à prendre des précautions lorsqu'ils manipulent des carcasses et devraient envisager de faire tester ces animaux avant de manger la viande, de préparer des trophées ou de tanner les peaux. Tout autre question liée à la santé humaine et la salubrité des aliments peut être adressée à Santé Canada.

Si les membres du public ont des préoccupations, ils devraient communiquer avec les représentants provinciaux ou territoriaux où ils vivent ou chassent.

Quels sont les signes cliniques de la maladie débilitante chronique?

Les animaux infectés par la maladie débilitante chronique peuvent présenter divers signes cliniques à mesure que la maladie endommage progressivement leur cerveau. Ces signes comprennent les suivants :

  • apathie
  • difficulté à avaler
  • salivation excessive
  • soif accrue
  • perte de coordination
  • paralysie
  • pneumonie
  • isolement du reste du troupeau
  • comportement inhabituel
  • miction excessive
  • perte de poids

Les signes peuvent persister pendant des semaines, voire des mois, avant que l'animal meure. Cependant, certains animaux peuvent ne pas présenter de signes cliniques. Les animaux sont habituellement âgés de trois à quatre ans lorsque les signes cliniques apparaissent, mais on a observé des signes chez certains animaux aussi jeunes que 15 mois ou aussi vieux que 13 ans.

Où trouve-t-on la maladie débilitante chronique?

La maladie débilitante chronique a été détectée pour la première fois en 1967, dans un établissement de recherche du Colorado. On la considérait alors comme un « syndrome de dépérissement ». La maladie n'a été détectée qu'en Amérique du Nord, en République de Corée, en Norvège et en Finlande.

Au Canada, la maladie débilitante chronique a été détectée pour la première fois en 1996, dans une exploitation d'élevage de wapitis de la Saskatchewan. La maladie a été détectée régulièrement dans certaines parties de la Saskatchewan et de l’Alberta, puis, dernièrement, au sein d’un élevage de cerfs élaphes (cerfs rouges) au Québec.

Comment la maladie débilitante chronique se transmet elle et se propage-t-elle?

Chez les cervidés, la maladie peut être transmise par contact direct (entre les animaux) ou par contact indirect, par le biais de l'environnement (l'animal infecte un lieu, qui infecte à son tour un autre animal). On croit que la transmission par contact direct se produit en raison de l'excrétion de l'agent infectieux par la salive, le lait et les excréments. La période d'incubation typique dure de 16 à 36 mois.

Comment diagnostique-t-on la maladie débilitante chronique?

On peut diagnostiquer la maladie de façon provisoire en s'appuyant sur les signes cliniques, mais le diagnostic ne peut être confirmé qu’en soumettant à des épreuves de dépistage des tissus prélevés après la mort de l'animal infecté. Un résultat de test négatif ne garantit pas qu'un animal n'est pas infecté par la MDC, mais il le rend considérablement moins probable et peut réduire votre risque d'exposition à la MDC, par exemple par contact avec les tissus de cet animal.

Comment traite-t-on la maladie débilitante chronique?

Il n'existe aucun traitement pour les animaux affectés par la maladie débilitante chronique. Il n'y a aucun vaccin pour prévenir l'infection.

Que fait-on pour protéger le bétail canadien de la maladie débilitante chronique?

La gestion de la maladie débilitante chronique au Canada est une responsabilité conjointe des éleveurs de cervidés, des provinces/territoires et du gouvernement fédéral. La maladie débilitante chronique est une « maladie à déclaration obligatoire » en vertu de la Loi sur la santé des animaux. Par conséquent, tous les cas présumés doivent être déclarés immédiatement à l'ACIA.

Tous les cervidés abattus dans des abattoirs en Saskatchewan, en Alberta, au Manitoba, au Yukon et au Québec doivent, être soumis au dépistage de la maladie débilitante chronique. Cela vaut pour les abattoirs fédéraux, provinciaux et territoriaux de ces provinces et ce territoire.

Quelques provinces et territoires offrent aux chasseurs des services de dépistage de la maladie débilitante chronique des carcasses qu'ils ont en leur possession. Un résultat de test négatif ne garantit pas qu'un animal n'est pas infecté par la MDC, mais il le rend considérablement moins probable et peut réduire votre risque d'exposition à la MDC. Les membres du public ayant des préoccupations à ce sujet verront à communiquer avec les responsables provinciaux ou territoriaux de l'endroit où ils habitent ou chassent.

L'ACIA a mis en œuvre en octobre 2000 une politique d'éradication de la maladie débilitante chronique. En 2002, l'ACIA a établi des normes nationales visant un Programme volontaire de certification des troupeaux (PVCT), qui contient les exigences relatives aux mesures de biosécurité dans le but de prévenir la maladie débilitante chronique et d'atténuer les risques d'infection. Les mesures d'atténuation des risques concernant les cervidés d'élevage comprennent également le dépistage obligatoire et des limites relatives aux animaux pouvant être introduits dans le troupeau.

L'ACIA définit les normes nationales, assure une surveillance et effectue des vérifications des tiers administrateurs du PVCT. En 2015 et 2016, l'ACIA a consulté les intervenants concernant les améliorations à apporter aux PVCTs et de nouvelles normes nationales à jour ont été publiés en 2017 et seront entièrement mis en œuvre dans toutes les régions participantes du Canada en 2018.

Comment l'ACIA interviendrait-elle en cas d'épidémie de maladie débilitante chronique au Canada?

La maladie débilitante chronique est une « maladie déclarable » en vertu de la Loi sur la santé des animaux. Par conséquent, tous les cas présumés doivent être déclarés à l'ACIA pour qu'une enquête soit menée immédiatement.

Si l'ACIA établit que la MDC peut être la cause de la maladie des animaux, on ordonnera la destruction de ces derniers.

Un cas positif confirmé de MDC déclenchera les mesures d'intervention de l'ACIA en cas de MDC. Les mesures d'intervention varient selon que le troupeau est inscrit à un PVCT. Seuls les troupeaux inscrits à un PVCT qui sont conformes au niveau D ou à un niveau supérieur sont admissibles aux mesures d'intervention en cas de MDC, à l'égard du PVCT. Les troupeaux non inscrits à un PVCT feront l'objet d'un contrôle initial des déplacements ainsi que de restrictions des déplacements des cervidés vivants, des produits de cervidé et des sous produits sur le marché. En outre, l'ACIA enquêtera sur les animaux tracés en amont et en aval. Les provinces et territoires peuvent avoir leurs propres actions de lutte contre la maladie.

Les propriétaires dont les animaux ont dû être détruits peuvent être admissibles à une indemnisation.

Pourquoi l'ACIA a-t-elle modifié ses mesures en cas de MDC?

Depuis que l'ACIA a mis en œuvre son programme d'éradication de la maladie débilitante chronique (MDC) en 2000, la situation en Amérique du Nord a changé radicalement. Le nombre de cas de MDC chez des cervidés sauvages et d'élevage continue d'augmenter malgré les efforts agressifs de l'ACIA pour l'éradiquer. De plus, on a observé un taux de résurgence important dans les troupeaux canadiens après la prise de mesures d'abattage intégral, de nettoyage et de décontamination, et l'autorisation du repeuplement. Cela a donné lieu à un examen du programme, qui a ultimement permis de conclure que les mesures d'éradication, notamment la mise en quarantaine et l'abattage massif dans les endroits où la maladie est endemique chez les cervidés sauvages, étaient à la fois inefficaces et insoutenables. En se fondant sur tous les renseignements disponibles, on a décidé de passer d'une politique axée sur l'éradication de la maladie à une politique axée sur la lutte contre celle-ci.

Le nouveau programme de lutte contre la MDC de l'ACIA est fondé sur le concept de compartimentation de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE). La compartimentation vise à cerner un groupe d'animaux présentant un état de santé particulier en se basant sur la gestion de la biosécurité et les pratiques d'élevage. Les troupeaux inscrits à un PVCT MDC qui sont conformes au niveau D ou à un niveau supérieur sont considérés comme le compartiment pour la MDC au Canada.

Il n'existe que quelques outils durables pour lutter contre la MDC. Ainsi, la prévention de la maladie constitue la mesure de lutte la plus efficace. En participant à un PVCT, les producteurs individuels atténuent le risque au moyen d'un contrôle impeccable des stocks, d'analyses rigoureuses des troupeaux, de restrictions visant à limiter l'entrée dans un troupeau aux cervidés ayant atteint un niveau similaire ou supérieur au titre du PVCT et de mesures de biosécurité améliorées à la ferme. La promotion de la compartimentation au sein du programme national de lutte contre la maladie appuie les producteurs qui prennent des mesures pour empêcher l'introduction de la MDC dans leur ferme.

Pour vous renseigner davantage sur les mesures d'intervention prises par l'ACIA à l'égard de la MDC, veuillez consulter Ce à quoi vous attendre lorsque vos animaux sont potentiellement infectés.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le calendrier de mise en œuvre du programme de lutte contre la MDC, veuillez consulter l'avis à l'industrie.

Renseignements additionnels

Date de modification :