Sélection de la langue

Recherche

Femmes en Sciences - balado avec Dre Émilie Larocque

Juin 2019

J'aime le fait que le processus mène à de nouvelles connaissances. C'est d'ailleurs ce qui rend le domaine des sciences si excitant.

Dre Émilie Larocque - Virologiste, Laboratoire de Saint-Hyacinthe

Le travail d'Émilie Larocque au Laboratoire de Saint-Hyacinthe consiste principalement à déceler les virus d'origine alimentaire. C'est sa passion pour les sciences qui la motive à trouver des solutions pour s'assurer que nos aliments sont salubres.

Dre Émilie Larocque – Transcription audio

Nous parlons aujourd'hui avec Émilie Larocque, virologiste au laboratoire de Saint-Hyacinthe. Émilie, merci de vous être jointe à nous aujourd'hui pour parler de votre rôle à l'ACIA et de ce que vous aimez du domaine scientifique.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre rôle en tant que virologiste à l'ACIA?

Oui, mon rôle consiste principalement à mener des activités de recherche dans le domaine de la salubrité des aliments. Les maladies d'origine alimentaire sont non seulement provoquées par des bactéries et des parasites, mais aussi par des virus. Les virus sont d'ailleurs responsables de la plupart de ces intoxications alimentaires. Concrètement, mon travail consiste à développer des méthodes de détection et d'identification de ces virus, en particulier les norovirus et virus de l'hépatite A, dans des échantillons alimentaires. Ces échantillons peuvent être de la laitue, des fines herbes, des fruits frais ou congelés ou quelque chose de ce genre. Notre but ultime est d'améliorer la capacité du [service diagnostique des laboratoires en virologie alimentaire de] l'ACIA et aussi d'appuyer les enquêtes des organismes de santé publique lors d'une éclosion d'origine alimentaire.

Cela semble très, très important. Quand avez-vous su que vous vouliez travailler dans le domaine scientifique ?

Je me rappelle petite, peut-être à 6 ou 7 ans, que lorsque les gens me demandaient ce que je voulais faire plus tard, je leur répondais « biologiste de la vie marine ». J'ai toujours adoré mes cours de biologie en grandissant, et je réussissais bien en sciences. Aujourd'hui, je ne suis pas biologiste de la vie marine, mais j'ai quand même un baccalauréat en biologie.

Vous avez donc un baccalauréat en biologie, vous vouliez être biologiste de la vie marine et vous êtes aujourd'hui virologiste. Avez-vous étudié dans d'autres domaines scientifiques?

En fait, oui. Lorsque j'ai fait mon baccalauréat, je me suis spécialisée en biologie moléculaire et biotechnologie, ensuite lors de mes études graduées, j'ai fait de la recherche fondamentale sur les rétrovirus en virologie moléculaire.

Il est évident que vous consacrez beaucoup de temps à l'étude des humains et des virus d'origine alimentaire. Qu'est-ce que vous aimez de la science?

Je dois dire que j'aime toutes les étapes de la démarche scientifique, c'est-à-dire la formulation d'une question, les recherches sur le sujet, la formulation d'une hypothèse, la création d'un design expérimental permettant de tester cette hypothèse. Évidemment, j'aime aussi exécuter les expériences, analyser les données recueillies et enfin trouver des explications. J'aime aussi le fait que cette démarche permette de développer de nouvelles connaissances, et c'est ce qui rend la science très exaltante.

Étant donné toutes vos études et votre passion pour la science, quel est le fait scientifique le plus intéressant que vous connaissez?

Eh bien, c'est le fait que des rétrovirus auraient intégré le génome de primates il y a environ 25 millions d'années et maintenant, environ 8 % du génome humain contient des séquences rétrovirales ancestrales. Bien que ces séquences virales soient actuellement inactives, certaines peuvent encore produire des protéines et être bénéfiques pour l'humain.

Lorsque je vous écoute parler, je me rends compte que vous adorez la science et que cela fait partie de vous et de vos études depuis longtemps. Que diriez-vous aux filles et aux jeunes femmes aujourd'hui pour les encourager à choisir la science?

Je leur dirais tout d'abord, « soyez fidèle à vous-même ». Si vous êtes passionnée par la science, si c'est ce qui vous rend heureuse et fière, alors n'hésitez pas, lancez-vous!

Merci de nous avoir fait part de votre expérience, Émilie. Nous sommes très heureux d'avoir dialogué avec vous aujourd'hui.

Ça m'a fait plaisir.

Merci.

Merci.

[Fin de l'enregistrement]

Femmes en sciences – Dre Émilie Larocque

Plus de C360

  • Voulez-vous plus d'histoires comme celle-ci? Explorez ce que Chroniques 360 a à vous offrir de plus.
  • Désirez-vous présenter un compte rendu sur l'une de nos histoires? Communiquez avec les relations avec les médias de l'ACIA pour obtenir une entrevue avec l'un de nos experts.
  • Vous avez une idée d'une histoire ou une rétroaction à partager? Communiquez avec nous!
  • Ne manquez jamais une histoire. Inscrivez-vous aux Chroniques 360 dès aujourd'hui.
Date de modification :